Programme scientifique du projet ANR franco-allemand HISTRANS (2018-2022)

Histoire de la Transparence. La politique rendue visible (Allemagne et France, 1890-1990) – Historie der Transparenz. Sichtbarmachung von Politik in Deutschland und Frankreich 1890-1990

Durée du projet
juin 2018 – mai 2022 (après prolongation due à la pandémie de COVID-19)

Coordination scientifique
Frédéric Monier (Centre Norbert Elias/
Université d’Avignon)
Jens Ivo Engels (Technische Universität Darmstadt)

1. Résumé

La transparence est aujourd’hui considérée comme une valeur politique, synonyme de démocratie, de participation et de responsabilité. On oublie ainsi deux points: les exigences de transparence ne sont ni passagères, ni réellement nouvelles, mais liées à des contextes déterminés et dotées d’une histoire propre. De plus, elles ont des effets ambivalents. Comme il n’y a encore pratiquement pas d’études historiques de la transparence, nous avons mis l’accent sur l’histoire politique.

Apparemment, la transparence est une propriété d’un système politique. En réalité, elle s’exprime dans des exigences politiques de transparence, venues du bas, en particulier pour l’accès à l’information et les questions que le politique rend « lisibles ». Nous entendons nous concentrer sur l’histoire des demandes de transparence dans le domaine politique en Allemagne et en France. Nos directions d’enquêtes portent, premièrement sur l’histoire des commissions d’enquête parlementaire entre 1890 et 1970 environ, et deuxièmement sur deux scandales qui ont eu un fort effet dans le domaine du financement des partis (le scandale Flick et l’affaire Urba). Cela est lié à plusieurs interrogations : quand est-ce que la transparence est devenue une exigence effective ? Quelles mesures ont-elles été proposées ? Qui étaient les acteurs principaux ? Dans quelles configurations ? L’exigence de transparence a-t-elle produit plus ou moins de connaissance des processus politiques? A-t-elle fortifié la confiance politique, ou au contraire l’a-t-elle réduit ? Parmi les théories de la transparence, se signalent les catégories analytiques mises au point par David Heald [Heald, 2006].

Parmi nos hypothèses de travail figure l’idée, selon laquelle les demandes de transparence durant la première moitié du XXe siècle portaient plutôt sur des membres du personnel politique, selon une perspective individualisée et au cas par cas. À partir des années 1970-1980, l’injonction de transparence a pris une nouvelle dimension, et cette exigence s’est portée sur le système lui même, sommé de se montrer transparent. À l’appui de cette hypothèse interprétative, un argument peut être évoqué: l’exigence croissante de transparence n’a pas renforcé la confiance dans la démocratie. En outre, la configuration générale et les acteurs ont changé. À partir des années 1980, sont apparus, aux côtés de la presse, de nouveaux acteurs issus de la société civile, qui ont plaidé pour des instruments producteurs de transparence.

Le projet ici proposé s’inscrit dans le fil d’une coopération entre chercheurs français et allemands associés depuis 2011 dans des études historiques sur la corruption. Cette nouvelle thématique élargit et complète ces recherches antérieures, dans la mesure où la transparence est comprise, dans le contexte, comme un concept opposé à celui de corruption. Ce projet de recherche bénéficiera du réseau scientifique international de ses animateurs.

2. État de la recherche, travaux antérieurs

2.1. État de la recherche

La transparence est aujourd’hui une notion presque omniprésente, et sa dimension de demande politique n’est pas la moindre. Elle est généralement considérée comme une condition nécessaire à la „bonne gouvernance“, à la participation citoyenne et à l’épanouissement de la société civile.  Cela explique que de nombreuses mesures ont été prises pour accroître la transparence. Parmi elles, on trouve la « loi sur la liberté de l’information » adoptée en Allemagne en 2005, qui autorise chaque citoyen à accéder aux données que l’État collecte ou possède.

Les demandes de transparence sont à l’ordre du jour des débats politiques – que ce soit pour les négociations sur le traité transatlantique TTIP, ou bien dans les discussions sur les activités des services secrets. Ce qui est en jeu, c’est la discussion sur l’action publique, et par ce biais, la façon de renforcer le contrôle démocratique des institutions et la maîtrise de leurs activités. Plus de démocratie et une meilleure participation grâce à la transparence, telle est la proposition sous-jacente.

Les demandes de participation sont bien entendu très anciennes sur le fond et remontent aux Lumières. Dans la pensée éclairée du XVIIIe siècle, les arcana imperii ont été de plus en plus critiqués – se préoccuper de la politique n’était plus l’affaire du seul Prince, mais aussi de l’ensemble du public qui faisait usage de sa raison. Cette conception a promu le tribunal de l’opinion publique et finalement l’idée de souveraineté du peuple. De façon similaire, l’exigence de transparence de ces dernières décennies représente un changement majeur. Elle montre un changement culturel, qui peut être observé entre la fin des années 1970 et le début des années 1990. C’est à partir de là que la relation entre publicité et État a évolué, corollaire de l’essor de nouveaux mouvements sociaux. Une partie de leurs revendications portait et porte encore aujourd’hui sur un État transparent. Ajoutons à cela que la frontière entre questions privées et intérêt public s’est déplacée, en ce qui concerne la vie des hommes politiques. Corollaire, la transparence est devenue un instrument dans le « new public management » et dans l’économie du « shareholder value ». Enfin, depuis le début du millénaire, l’internet et les réseaux sociaux se sont développés, si bien que la transparence des données privées est de plus en plus perçue comme un problème technique non maîtrisable [Schneider, 2013 ; Schmale/Tinnefeld, 2014]. Dans ce contexte, une partie de la communauté internet recrute, avec la promesse que la mise en réseau complète créerait une transparence totale [Bessone, 2011 ; Micah, 2011]. Même la diplomatie internationale a proclamé, euphorique, la « fin du secret » [Florini, 1998].

Il est du devoir des sciences historiques, de porter la critique sur les concepts politiques réputés efficaces dans une situation donnée, ce qui est le cas de la notion de « transparence ». Ainsi, l’histoire comme science sociale doit d’un côté éclairer la part d’ancien et de neuf dans cette notion, les traditions dans lesquelles elle s’enracine, et la manière dont les innovations ont émergé. D’un autre côté, il s’agit de pointer les ambivalences de ce concept.

État de l’art

Semblable en cela à la « durabilité », la « transparence » est une notion qui apparaît simultanément dans le débat politique et dans de nombreux champs scientifiques et disciplinaires. Cela donne un air déroutant  à un panorama de la recherche scientifique.

La question de la transparence émerge en France dans les sciences humaines et sociales, ainsi que dans la recherche juridique, à partir des années 1980. Dans une première phase des recherches, entre 1981 et 2001 schématiquement,  la notion est présentée avant tout comme une demande sociétale, sinon comme une norme émergente, par exemple dans les rapports entre l’administration et les citoyens, autour de la notion de droit à l’information [Mic, 1985 ; Rangeon, 1988]. Cette transparence s’oppose à la notion de secret, en particulier pour le fonctionnement de la justice [ministère de la Justice, 1981]. Par contrecoup, historiens, philosophes et politistes s’interrogent, dès le début des années 1990, sur la genèse et le contenu de la raison d’État née dans la période moderne, et dont l’histoire aux lentes flexures semble finalement remise en cause [Lazzeri, 1992 ; Zarka, 1994]. Ainsi appréhendée, la transparence est aussi perçue comme un synonyme de lutte pour la moralité publique, et, dans le contexte des années 1980-1990, comme un moyen de combattre la corruption politique. Le rôle moteur joué par les juristes dans cette évolution ne fait guère de doutes, aussi bien du côté du droit de la probité publique que de celui, moins connu, du droit des affaires [Association droit et commerce, 1993 ; Droit et démocratie, 1996]. Une série de réformes du financement de la vie politique, conçues comme des réponses à des scandales politico-financiers, expriment la conviction que la transparence est une régulation, nécessaire et suffisante, pour mettre fin à ce qui est dénoncé comme corruption. Face à la diffusion de cette représentation collective, les recherches en langue française entrent, dès le début du XXIe siècle, dans une nouvelle ère, souvent critique à l’égard d’un concept devenu plus élastique et plus diffus au fil du temps. Du côté des sciences politiques, le mouvement est clair [Pouvoirs, 2001].

Cette évolution, des modes d’analyse et des définitions de la transparence en sciences humaines et sociales, a des conséquences multiples jusqu’à ces dernières années. La transparence subit une évaluation critique dans plusieurs domaines des recherches. Du côté de la lutte contre la corruption, elle est jugée à la fois indispensable mais non suffisante, voire d’une valeur « médiocre » [Alt, 2015]. Ces recherches françaises s’intègrent dans un courant scientifique international qui réévalue les outils de promotion de la transparence créés par des acteurs transnationaux spécialisés, comme l’indice de Transparency International, dont les limites sont soulignées [Guillaume, 2007 ; Andresson/Heywood, 2009]. Les premières thèses françaises de droit sur ces questions adoptent des lectures nuancées, ainsi pour la lutte contre la corruption menée par le Conseil de l’Europe [Karimov, 2013]. Ces conclusions sont proches de plusieurs recherches menées par des spécialistes de la gestion et de l’audit, qui critiquent à leur tour une « idéologie de la transparence » en matière de finances publiques [Charron, 2004], ou encore un assujettissement des acteurs économiques à une transparence financière ambiguë [Colson, 2004]. Elle constituerait, dans les affaires, une forme finalement peu désirable de régulation des activités des entreprises, soumises à des logiques financières [Duhamel/Fasterling/Refait-Alexandre, 2009]. C’est l’un des résultats d’un programme de recherche soutenu par l’ANR en 2007-2010 [Farvaque/Gainet/Refait-Alexandre/Shaïdane, 2010].

Il faut pourtant souligner un phénomène sensible sur le plan scientifique. Ces recherches ne se sont pas traduites, en France, par une réflexion historienne sur la genèse de cette notion. Quelques études l’ont directement reliée aux évolutions en cours à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, aux Lumières, et à la Révolution française. Dans cette vision des choses, la transparence serait « aux fondements de la démocratie moderne » [Münch, 2011]. Mais cette piste de recherche ne va pas de soi depuis le début des années 2000. En effet, de nombreux travaux pointent les ambiguïtés de la notion, telle qu’elle s’est diffusée depuis la fin du XXe siècle : peu compatible avec le concept classique de publicité pour certains [Pitseys, 2016], très liée à des processus de dénonciation pour d’autres [Pesqueux, 2015], elle soulève des questions de fond. L’une des hypothèses est qu’a lieu une rupture progressive entre principe de publicité et « injonction de transparence » dans nos démocraties représentatives [Cavaillé, 2014]. Ce sont les spécialistes de sciences politiques, les juristes et les philosophes qui se sont penchés sur les questions clés de participation citoyenne et de gouvernement démocratique que le concept de transparence soulève [Guglielmi/Zoller, 2014].

Les ambivalences du concept sont une direction dans laquelle nombre de recherches récentes se sont engouffrées. Cela explique un relatif morcellement épistémologique. Il existe des bibliographies, constituées de travaux éclairant des usages et des sens de la notion dans différents champs sociaux. Pensons par exemple au new public management, à l’économie d’internet [Flyverbom, 2015], au droit, mais aussi aux relations internationales et à la diplomatie [Larkin, 2016], à la philosophie [Vattimo, 1989], ou encore à l’Open data et ses conséquences pour l’action publique [Mancosu, 2016]. On peut parler d’une prolifération de travaux scientifiques sur ces sujets, en lien avec les développements récents (ainsi le phénomène des « fuites »/leaks et des lanceurs d’alerte/whistleblowers) [Fenster, 2012]. En revanche, les travaux en langue française n’offrent, à la différence de l’historiographie allemande ou en langue anglaise, ni réelle perspective historique, ni analyse globale des phénomènes, mettant en gerbe les résultats obtenus dans différentes disciplines.

Dans les études historiques allemandes, il n’y a pratiquement pas d’études sur la transparence. Une exception à cette règle est l’essai historique stimulant de Manfred Schneider sur le « rêve de transparence » [Schneider, 2013]. Schneider combine de façon brillante l’histoire culturelle, l’histoire des arts et l’histoire politique depuis les Lumières. Ses deux principales conclusions valent également comme postulats pour notre projet : la transparence est une demande, jamais épuisée, et une promesse, dotée parfois d’une dimension utopique. De plus, la transparence est ambivalente, pouvant soit permettre un contrôle des formes de domination, soit un renforcement de celles-ci. Le grand avantage de ce livre est, selon nous, que de nombreux exemples peuvent être empruntés aussi bien à l’histoire allemande qu’à l’histoire française pour nous permettre de bâtir des études. 

Dans l’historiographie anglophone, la transparence est plus présente. Récemment, plusieurs études ont considéré la transparence comme une catégorie analytique, en particulier à propos de l’accès à l’information dans différents contextes historiques [Cicchini, 2012 ; Ciccolella, 2015 ; Jaensch, 2011]. D’autres auteurs constatent de temps à autre, un peu dans l’esprit de Schneider, que des penseurs importants comme l’économiste britannique Richard Whately ont raisonné en termes de transparence [Levy/Peart, 2010]. À côté du concept analytique de transparence, on trouve des usages de la transparence comme métaphore, surtout dans une optique d’histoire culturelle. Généralement, les Lumières sont vues comme l’époque, à partir de laquelle la transparence s’apprécie. Dans ces études, la transparence, employée par exemple dans les sciences, acquiert une valeur métaphorique pour la politique. En règle générale, il est question de la domination, sociale ou politique, à laquelle prétendent les élites [Levitt, 2009]. Les Lumières sont souvent considérées comme essentielles dans une telle histoire : c’est à cette époque qu’est affirmée la capacité de l’homme à changer le monde. L’une des conditions essentielles pour le changement est une connaissance exacte des phénomènes réels, distincte des mythes et des superstitions. La transparence est donc promesse, d’un côté de connaissance du monde et de l’autre, de son changement. Dans une perspective proche, on peut mentionner des études portées par l’analyse des analogies entre architecture (transparente) et conceptions sociales [Jarosinski, 2002]. Ce type de recherches a nourri des travaux ponctuels sur les liens entre réalisations architecturales et courants politiques réformateurs: pensons par exemple à la « maison de verre » bâtie à Paris en 1928-1931, à la demande d’un militant communiste, qui aurait inspiré Walter Benjamin [Gough, 2002 ; citant Benjamin, 1933/2011].

Les projets d’histoire totale de la transparence sont rares. L’historien britannique de l’administration Christopher Hood a identifié trois questions historiques à la racine des doctrines de la transparence : le respect par l’État de procédures fixes, la publicité de l’information et la quête de lisibilité de la société. Avec les procédures fixes, respectées par l’État dans le but d’établir des relations de confiance entre citoyens, il est question du règne du droit et de la primauté des lois, ce qui nous renvoie à une constante de la pensée politique depuis l’Antiquité grecque. La publicité de l’information – soit le cœur historique de ce qui est aujourd’hui compris comme liberté de l’information : C. Hood voit sa source dans le Projet de paix perpétuelle d’E. Kant, avec son interdiction des ententes secrètes. La « lisibilité » de la société remonte selon Hood aux efforts des autorités de l’ère moderne, pour décrire la population avec des statistiques et pour collecter des informations, qui peuvent éclairer le pouvoir. La mise en place de caméras de surveillance dans l’espace public, s’inscrit, selon lui, dans le fil de cette tradition [Hood, 2006]. Dans d’autres publications en langue anglaise, l’histoire des processus conduisant à la liberté de l’information est assimilée à l’histoire de la transparence. Aux Etats-Unis, le processus remonte aux années 1930. Sous le slogan « right to know », ce sont avant tout la presse et les mouvements des droits civiques depuis les années 1950 qui ont demandé avec force l’accès du public aux documents administratifs [Fenster, 2012].

L’une des tendances des recherches, que ce soit en langue française, en langue allemande ou en langue anglaise, depuis les années 1980-1990, est la faible dimension comparative. De nombreuses publications envisagent la question à l’échelle d’un pays, avec un point de vue disciplinaire souvent déterminé, ou alors adoptent une perspective analytique beaucoup plus large, soit théorique (en philosophie notamment), soit internationale ou transnationale. C’est, par exemple, le cas des recherches sur des acteurs collectifs, comme des institutions internationales (le Conseil de l’Europe par exemple) ou des organisations transnationales (comme Transparency International). Les premières études comparées sont récentes et peu nombreuses. Or cette perspective comparative est essentielle pour l’avenir des recherches: il importe en effet de comprendre comment des sociétés européennes voisines ont participé à ce mouvement vers la transparence, souvent décrit comme un phénomène occidental ou global, lié d’une manière ou d’une autre à la mondialisation. Une telle vision des choses laisse ouvertes de multiples questions, sur les processus de transfert culturel et politique, ou bien sur les résistances ou les dynamiques de singularisation. Seule l’analyse comparative, ouverte, peut y apporter des éléments concrets de réponse.

La transparence au regard de la recherche : les critiques

La transparence renvoie à une demande politique connotée positivement, et souvent employée de façon normative en économie, en droit et en sciences politiques. Cependant, à côté des publications un peu apologétiques, on trouve aussi des approches critiques, souvent en sciences humaines et sociales. Ainsi, ces dernières années, la « dictature de la transparence » a souvent été mise en avant, en pointant son caractère coercitif et les dangers qu’elle ferait courir à la liberté. L’expression a d’ailleurs été d’abord utilisée dans la presse, avant d’être discutée par les chercheurs [Lemarchand, 2014]. C’est dans ce type d’approche critique que nous souhaitons engager ce projet.

Nos hypothèses sont les suivantes : la transparence est une exigence ou une promesse, et non un état stable à atteindre [Schneider, 2013]. Souvent, la spirale de la transparence conduit à de nouveaux savoirs, ainsi sur les administrations et l’État, qui engendrent une défiance croissante, car on ne peut jamais publiciser toutes les informations, dont certaines restent cachées sans que cela soit prémédité [Hansen/ Christensen/Flyverbom, 2015]. Mieux encore, aucun processus de prise de décision politique n’est pensable, qui n’engendre que de la transparence, et pas aussi de l’opacité [Cavaillé, 2014 ; Fenster, 2006]. La transparence n’est pas un impératif universel a priori, mais une idée au contenu changeant et liée à des contextes historiques déterminés [Fenster, 2015].

La transparence peut avoir des effets libérateurs ou émancipateurs pour une population confrontée à un État- elle peut aussi bien être un moyen de domination des citoyens par un État [Brin, 1998]. Cela peut aussi être un moyen de surveillance de leurs clients par les grandes entreprises d’internet qui collectent des données personnelles. On doit même interroger sérieusement l’idée selon laquelle la transparence est un outil de clarification et de connaissance : Matthew Fluck a montré les similitudes entre les exigences de transparence et les théories du complot dans les débats politiques [Fluck, 2016]. Dans la sociologie des organisations aussi, on a soutenu, contre les tendances dominantes, que la transparence diminue la confiance et ainsi affaiblit les performances d’une organisation [Osrecki, 2015]. Au cœur de notre projet, se trouvent l’enquête sur les significations historiques et les ambivalences de la transparence.

Qu’est-ce que la transparence ?

Un problème net de la recherche sur la transparence est l’extension, voire le caractère relativement indéterminé, de la notion. Il est donc indispensable de mener une recherche contextualisée historiquement. Nous nous concentrons sur les questions politiques, sur la transparence comme exigence vis-à-vis des institutions politiques, et comme norme pour les bonnes pratiques au XXe siècle. D’après Carolyn Ball, il y a trois points centraux : la transparence comme instrument pour la création d’une « bonne gouvernance » dans des contextes déterminés, la transparence comme synonyme de bonnes prises de décision administratives et enfin comme concept antonyme de corruption [Ball, 2009]. Transparence a souvent pour corollaire la notion anglaise d’« accountability », à savoir la responsabilité soit des puissants, soit des employés [Osrecki, 2015 ; Flinders, 2011]. La signification de la transparence, dans le cœur de la notion, implique l’accessibilité du public à l’information, de telle sorte que les processus de décision, « visibles » et observables, puissent être surveillés ou critiqués.

David Heald parle à cet égard de la possibilité d’une observation réciproque [Heald, 2006]. En apparence, la transparence est une propriété d’un système politique : en réalité elle s’exprime avant tout dans des exigences de transparence. Il en découle que notre recherche porte sur les attentes et les instruments de promotion de cette valeur.

Une sémantique en évolution

Le mot appartient en français au vocabulaire des sciences exactes, la physique, depuis le XVIIe siècle et les progrès de l’optique, mais aussi à celui du spectacle et de la mode (féminine) avec un sens proche du diaphanès grec. Selon le Dictionnaire de l’Académie française, (2e éd. 1718), c’est la qualité de ce qui est transparent: « la transparence de l’eau, du verre ». Les éditions successives du Dictionnaire de l’Académie maintiennent cette définition telle quelle, jusqu’à l’édition n° 8 de 1932-1935. Il en va de même dans le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle de P. Larousse: « un corps est transparent quand les rayons de lumière passent librement à travers sa masse ». 

Le réformateur et philosophe Jérémy Bentham a employé pour la première la notion de transparence dans un contexte politique, et ce à propos du« transparent management or publicity ». Il a connecté le terme à l’obligation, pour les propriétaires de charges publiques, de divulguer le montant de leurs revenus, ce qui est proche de certains sens actuels de la notion. Bentham croyait qu’une bonne administration ne pouvait être obtenue seulement par un appel à la probité, mais qu’il y fallait aussi cette notoriété publique [Hood, 2006]. À notre connaissance, cette évolution n’a connu d’équivalent ni dans la langue allemande, ni en français. Dans les deux pays, le terme est resté attaché aux sciences physiques.

Plusieurs des caractères prêtés, depuis la fin du XXe siècle, à la notion de transparence relèvent, à la fin du XIXe siècle, de la notion de public. Dans le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle  de P. Larousse, il est question de ce « qui appartient à l’universalité des citoyens, qui concerne tout le peuple », et par extension de ce qui concerne « le gouvernement général du pays » ou qui « y exerce des fonctions » et dans le même temps de cela « où tout le monde peut aller, d’où personne n’est exclu », enfin de ce « qui a lieu, ce qui se fait d’une façon notoire, ni secrète, ni cachée ». Il faut attendre la période postérieure à 1950 pour que la sémantique de la transparence évolue. On le relève dans la gestion des entreprises [Belorgey, 1967], dans le droit fiscal (la loi française du 15 mars 1963 et la notion de « transparence fiscale » pour certaines sociétés immobilières ou de promotion immobilière), en informatique et dans les transmissions à partir des années 1970.

En Allemagne également, le concept a longtemps appartenu non pas au langage politique mais à celui des sciences physiques. Dans le Brockhaus Conversations-Lexicon de 1847, on trouve seulement l’adjectif « transparent », qui fait référence aux couleurs translucides. Dans l’édition de 1895 on trouve une entrée similaire. Dans le Meyers Konversations-Lexikon de 1899, on ne trouve aucune entrée, en-dehors de l’adjectif. De même, le petit dictionnaire des sciences administratives de 1928 (Handwörterbuch der Staatswissenschaften) ne connaît pas la notion. 

Dans la République fédérale d’Allemagne le concept de transparence attend les années 1970 avant de connaître une évolution hésitante, proche d’une demande de transparence dans les sciences, dans les organes de planification ou auprès des tribunaux [Cremer-Renz, 1975 ; Schneider, 1977 ; Scherer, 1979]. Une exception précoce à cette tendance est la publication sur le « parlementarisme sans transparence » de la revue Kritik en 1971. Mais c’est au début des années 1980 que la notion acquiert droit de cité dans le discours politique. La transparence devient un élément-clé pendant l’affaire Flick, avant tout comme exigence de transparence en matière de financement des partis politiques. À peu près au même moment, les « nouveaux mouvement sociaux » revendiquent, dans la République fédérale, plus de participation politique. Les questions de l’environnement et du mouvement de la paix ont été décisives. On a souvent entendu, que l’État dissimulait ce qu’il savait en matière de risques environnementaux. Pour le mouvement écologiste, la stratégie était d’obtenir des informations sur l’évaluation par l’État des risques et dommages éventuels, afin de procéder ensuite à des contre-expertises sur des projets de construction de centrales atomiques. Une condition préalable était donc l’accès, pour les citoyens, à des dossiers administratifs sur les dangers des rayonnements et autres – ce qui correspond à la liberté de l’information d’aujourd’hui [Engels, 2006]. Au même moment, le mouvement pour la paix cherchait de nouvelles formes d’action. Là encore, la transparence a joué un rôle : elle a rendu publiques des informations sur le déploiement des armes et donc la transparence a rendu visible au quotidien la question des armes nucléaires [Schregel, 2011].

Les objectifs de ce projet de recherche sont donc innovants car : 

  • ils ambitionnent d’expliquer pourquoi cette notion a peu à peu occupé une place centrale dans nos sociétés, pour rendre compte aussi bien des activités de l’État que des activités privées, de normes que de valeurs éthiques; 
  • ils souhaitent montrer, de façon comparatiste, comment deux sociétés voisines ont réagi à cette évolution générale, et à discuter concrètement le fait de savoir si ce processus de transparence décrit comme mondial ou européen participe d’une histoire transnationale.

En d’autres termes, l’un des enjeux de ce projet de recherche est une histoire des processus et des débats, ambivalents, diffus et complexes, qui font de cette question un point nodal dans la vie publique. L’une des controverses ouvertes depuis le début du XXIe siècle, sur la nature politique de la transparence, a des échos forts en histoire. Pour certains auteurs, la notion dérive des Lumières et constitue un des fondements de la démocratie. Dans d’autres approches, elle renvoie à des processus bien plus tardifs, qui font d’elle l’inquiétant symptôme d’une tension entre société civile et publicité démocratique. On ne saurait prendre position a priori dans ce débat sans fausser l’issue des recherches à venir. Le pari intellectuel et scientifique de ce projet est de s’éloigner d’une généalogie intellectuelle trop déterminée par les processus récents, ou trop téléologique, afin de mieux restituer les sens prêtés à la transparence, ou à ses équivalents, dans la vie publique depuis 1900. Songeons, par exemple, à la métaphore de la « maison de verre », qui revient fréquemment dans les mouvements socialiste et communiste en France, des années 1920 aux années 1960, pour exprimer un idéal militant d’exposition, et de mise en conformité de la vie privée par rapport à une éthique politique publique. Ce projet de recherche vise à restituer et à repenser les termes de ces débats. Cela justifie notre choix d’une période d’investigation et d’études, le vingtième siècle, qui ne correspond ni à la durée longue d’une histoire de la sphère publique (du XVIIIe au XXIe siècle), ni, au contraire, à la durée courte, des années 1980 à nos jours, que les critiques actuels associent à la « tyrannie de la transparence ».

2.2. Travaux antérieurs

Notre projet concerne la transparence come exigence politique. Comme mentionné ci-dessus, la transparence est souvent pensée comme un concept antonyme de la corruption politique. Cette question est étroitement liée à un travail commun de longue durée sur l’histoire de la corruption dans une perspective franco-allemande. Les chercheurs concernés travaillent depuis 2011 dans différents programmes de recherche sur l’histoire de la corruption- deux de ces programmes collaboratifs ont été soutenus par l’ANR et la DFG. Ainsi, des méthodes de travail efficaces ont été créées. On a tiré le meilleur parti des différences existant entre les systèmes universitaires allemand et français, ainsi qu’entre les cultures scientifiques des deux pays. Le projet ici présenté pourra tirer de cette expérience un énorme avantage – on peut supposer, en particulier, que les difficultés très fréquentes au démarrage des programmes seront surmontées et éliminées.  

En plus des séminaires et des ateliers internes, les chercheurs ici associés ont déjà organisé six colloques internationaux sur la thématique de la corruption, dont les actes ont été publiés, ou sont sous presse. Ces volumes portent sur des questions diverses, comme les patronages et clientèles, les scandales, les dénonciations, les questions éthiques dans l’économie ou la corruption urbaine. Un prochain colloque sur corruption et guerre est prévu en 2018 à Paris. On compte aussi d’autres publications réunissant plusieurs chercheurs. Enfin, ces programmes collaboratifs ont permis la réalisation de nombreuses thèses, dont 4 ont été soutenues, 4 autres en cours du côté allemand, et 2 en cours côté français.

Grâce à ces activités, les chercheurs associés dans ce projet jouent un rôle d’animation collective dans la recherche sur la corruption à l’échelle européenne. Cela est lié avant tout à la distinction heuristique, défendue par ce groupe de chercheurs,  entre la corruption comme évaluation critique, ou construction culturelle d’un côté, et les pratiques de patronage et de faveurs de l’autre ; mode d’analyse qui a suscité un large consensus dans la communauté scientifique internationale [Kerkhoff/Kroeze/Wagenaar, 2013 ; Geltner/Kroeze, 2017].

Les chercheurs associés dans ce projet forment le cœur d’un groupe de recherche international sur “Politics and corruption: current comparative history and sociology”. Ce groupement est soutenu, de 2017 à la fin de 2020, par le CNRS (GDRI CNRS n° 842). Participent à ce GDRI des équipes de chercheurs de France, d’Allemagne, des Pays-Bas, d’Espagne, de Roumanie et du Canada. Des publications communes sont prévues, ainsi que des colloques – le premier doit avoir lieu en décembre 2017 à Barcelone, et sera suivi d’autres manifestations à Bucarest et Ottawa. À long terme, il est envisagé d’entreprendre une histoire européenne de la corruption.

Contrairement aux débats en cours sur la corruption, la transparence ne joue quasiment pas de rôle dans les recherches historiques sur la corruption – et cela vaut aussi pour les réalisations et travaux déjà réalisés par les chercheurs associés dans ce projet. La seule exception est un chapitre dans un essai de Frédéric Monier [Monier, 2011, chap. 4]. Le projet ici exposé est conçu comme un prolongement et un élargissement des recherches déjà menées, et aussi de celles qui sont prévues dans le cadre du GDRI. Nous souhaitons, avec ce nouveau projet, inverser la perspective : la corruption n’occupe pas la place centrale. Nous nous intéressons bien davantage aux mécanismes qui assurent la primauté de la transparence, et qui servent donc à la lutte contre la corruption. Les études envisagées dans le cadre multilatéral du GDRI recevraient ainsi un soutien substantiel.

Parmi les résultats des études antérieures, figure la thèse selon laquelle les faveurs et pratiques micro politiques sont très répandues dans la France du XXe siècle, tandis que, côté allemand, de telles pratiques existent, mais plus dissimulées. Nous avons également discuté des conditions d’émergence des scandales lors de plusieurs réunions et colloques. Au dernier d’entre eux, consacré fin 2016 aux dénonciations et dénonciateurs, il est apparu qu’une vraie lacune scientifique existe, sur le fait de savoir si les scandales produisent des exigences de transparence. De même, les programmes des dernières années ont pointé un déficit relatif d’études sur les régulations parlementaires, et en particulier les commissions d’enquête.

Les études envisagées dans ce projet seront facilitées par l’expertise des chercheurs associés ici, sur des thèmes autres, ou connexes. Ainsi Frédéric Monier est-il un spécialiste de l’histoire des complots et du secret en politique [Monier, 1998]. Olivier Dard a lui aussi travaillé sur des complots imaginaires [Dard, 1998/2012]. Jens Ivo Engels a de l’expérience dans l’étude des nouveaux mouvements sociaux, en particulier pour l’environnement [Engels, 2006]. 

3. Objectifs et programme des travaux

3.1. Objectifs

Comme on l’a signalé plus haut, l’objectif essentiel de ce projet est l’étude des demandes de transparence dans une perspective critique. Il s’agit de souligner les risques, mais aussi les ambivalences et les coûts collectifs des exigences de transparence. En ce sens, le projet s’inscrit dans des réflexions plus larges sur les notions actuelles de participation et de citoyenneté. Le projet ici esquissé doit aider à éclairer un phénomène global dans une perspective comparative franco-allemande. Compte tenu d’un état, assez disparate ou éclaté, de la recherche scientifique, mais aussi des débats contemporains sur la transparence, il est essentiel d’orienter les recherches avec des interrogations précises, qui guident des études de cas pertinentes. L’objectif du projet est la recherche historique sur les demandes contemporaines de transparence dans le domaine politique. Cela inclut les moments où le terme « transparence » n’est employé que dans un sens scientifique, ou physique, dans les deux pays. Cela a des conséquences sur les sens actuels de la notion. Comme on l’a signalé plus haut, la transparence renvoie à une demande d’accès à l’information, afin que les prises de décision, visibles, observables, puissent être soumises à critique.

Les questionnements suivants guideront les enquêtes de terrain :

  • Quand la transparence est-elle devenue une demande politique suivie d’effets ? Jusqu’où conduit la généalogie historique de ces processus ? La recherche historique sur la genèse de ces processus permet-elle de comprendre les débats actuels sur la transparence vue soit comme poursuite d’une demande de publicité héritée des Lumières, ou à l’inverse comme phénomène plus récent, introduisant une rupture dans l’histoire de la sphère publique? Quelles significations successives a-t-on assigné à la notion ?
  • Quelles mesures concrètes ont-elles été poursuivies et atteintes, et quels objectifs étaient-ils attendus ?
  • Qui étaient les acteurs centraux ?
  • Dans quels contextes ? Quelles configurations sociales, culturelles, économiques sont-elles nécessaires pour l’essor des demandes de transparence ?
  • L’exigence de transparence a-t-elle conduit à une meilleure connaissance, ou pas, des processus de décision politique ? A-t-elle augmenté, ou réduit la confiance dans les institutions et dans les gouvernements ?

Dans le débat sur la transparence, il en va toujours du pouvoir politique et des relations entre des groupes d’acteurs. Afin de saisir les demandes ou attentes de transparence, nous souhaitons emprunter à David Heald les catégories d’analyse et la typologie qu’il a élaborées, en l’adaptant à l’analyse historique et comparative, franco-allemande [Heald, 2006]. Heald différencie une transparence verticale et une horizontale.

La transparence verticale concerne des relations de pouvoir : elle est divisée en transparence de bas en haut (« transparency upwards »), quand elle rend la population lisible et déchiffrable par le pouvoir, et transparence de haut en bas (« transparency downwards »), quand elle rend le gouvernement lisible et observable par la population. On compte enfin avec la transparence symétrique quand les deux côtés s’observent. 

La transparence horizontale concerne les relations entre organisations. Elle comprend la transparence vers l’extérieur (« outwards ») : les membres d’une organisation rendent lisible leur environnement. Elle comprend aussi la transparence vers l’intérieur (« inwards ») : les membres d’une organisation rendent les processus internes lisibles ou déchiffrables de l’extérieur.

Nous entendons procéder à une comparaison des systèmes politiques en Allemagne (de l’Ouest) et en France au XXe siècle, et nous pencher sur les transferts culturels et politiques qui s’opèrent dans le pays voisin. Le cœur des recherches concerne les rapports entre politique, État et société. On entend donc se focaliser sur les acteurs suivants : l’État, partant l’administration et les fonctionnaires, les partis ainsi que les hommes et femmes politiques, enfin les acteurs de la société civile, incluant la presse. Il s’agit, simultanément, de prêter le plus d’attention possible à la question du contrôle du pouvoir, légitime, dans les deux sociétés : depuis la IIIe République et l’Empire allemand (Kaiserreich) jusqu’à la Ve République et la République fédérale à Bonn. On s’efforcera de mettre en évidence des processus de longue durée, mais aussi d’éclairer des inflexions ponctuelles. Comme on l’a mentionné plus haut, si les acteurs méritent attention, il s’agit avant tout d’étudier les pratiques concrètes et les configurations de pouvoir, avec comme fils directeurs l’information, la responsabilité (« accountability ») et les procédures de justification. 

Afin de mettre cela en œuvre, nous avons choisi d’enquêter sur deux formes classiques de contrôle politique au XXe siècle, à savoir les commissions d’enquête parlementaires (Parlamentarischen Untersuchungsausschüssen) et les scandales politiques à la fin de la période considérée. 

Les commissions d’enquête parlementaire sont un dispositif institutionnel, qui existe dans les deux pays et à différents moments. Nous considérons ici que la période qui va de 1890 à 1970 est la plus propice à l’analyse. Il ne sera pas question de raconter l’histoire de commissions particulières, mais de questionner les changements structurels intervenus dans la durée. Il s’agit en substance de savoir quand, avec quels arguments et avec quels résultats sont formulées des demandes de transparence, dans le sens que l’on a déjà indiqué. On examinera également, dans une optique proche, des cas où ont été débattues des fautes commises par des fonctionnaires, gouvernants ou parlementaires.

La deuxième direction d’enquêtes est orientée vers deux grands scandales de la fin du XXe siècle, à savoir le scandale Flick (années 1980) et l’affaire Urba (1989-1993). Il s’agit de mettre à l’épreuve l’hypothèse, selon laquelle de nouvelles exigences de transparence sont apparues entre les années 1970 et les années 1990. On portera une attention toute spéciale au renforcement de groupes issus de la société civile, sans connexion avec le monde parlementaire et politique.

Ces deux directions d’enquêtes ont des points d’intersection : de nombreuses commissions d’enquête parlementaire sont suscitées par, ou suscitent des scandales. Pour chacune de ces directions d’enquête, on prévoit des enquêtes de terrain (cf. infra, 3.2).

Les demandes ou exigences de transparence peuvent être caractérisées en utilisant a priori les catégories analytiques mises au point par D. Heald, avec deux perspectives. Tout d’abord, en ce qui concerne le contrôle du pouvoir : upwards, lorsque les commissions contrôlent les administrations ou les entreprises ; downwards, lorsque ces commissions contrôlent l’action du gouvernement. Cela vaut aussi pour les scandales, lorsque la presse et des groupes de la société civile cherchent à contrôler les agissements des élites politiques. On doit distinguer les cas d’appartenance à une institution et de transparence horizontale. La transparence outwards se manifeste avec l’interaction de différents acteurs ; enfin la transparence inwards concerne les cas où des groupes rendent lisible leur fonctionnement interne, notamment les commissions parlementaires.

Hypothèses de travail

On trouve, dans les deux pays, des demandes de transparence depuis 1890. Cependant, leur portée a évolué au fil du temps, ainsi que les acteurs individuels et collectifs. Cela vaut pour chaque direction d’enquête. Dès l’entre-deux-guerres, s’exprime une méfiance profonde à l’encontre des élites politiques, si bien que les demandes de transparence visent avant tout le personnel politique, de façon individuelle et au cas par cas. À partir des années 1980, l’injonction de transparence a pris une nouvelle dimension, et s’est portée sur le système lui-même, sommé de devenir plus transparent et responsable [Monier, 2011]. À l’appui de cette hypothèse interprétative, un argument peut être évoqué en particulier: l’exigence croissante de transparence n’a pas renforcé la confiance dans la démocratie, bien au contraire. En outre, la configuration générale et les acteurs ont changé. À partir des années 1980, sont apparus, aux côtés de la presse, de nouveaux acteurs issus de la société civile, qui ont plaidé pour des instruments producteurs de transparence.

Les différences entre l’Allemagne et la France concernent le rôle des partis et des acteurs de la société civile, qui en Allemagne sont plus forts ou plus marqués que de l’autre côté du Rhin. Secundo, l’usage du terme de transparence dans la langue est plus ancien en France qu’en Allemagne. Il est possible que cet intérêt plus précoce pour la transparence ait partie liée avec la différence d’appréhension des faveurs et du patronage politique entre les deux pays.

Valeur ajoutée du travail collaboratif franco-allemand

La stratégie déjà suivie dans les programmes coopératifs sur l’histoire de la corruption a fait ses preuves, et elle sera retenue pour le projet ici présenté. Il s’agit évidemment d’avoir recours à une expertise scientifique, de façon équilibrée entre les deux pays, afin de mener à bien l’enquête comparative. L’échange de connaissances empiriques sur les deux pays constitue le socle de la recherche comparative. Cela vaut pour la structure générale du projet et les directions d’enquête, mais aussi et surtout pour le travail de tous les jours. Par le passé déjà, et aujourd’hui encore dans le programme en cours, l’échange d’informations sur des questions scientifiques et la disponibilité des partenaires, par téléphone ou par mail, sont apparus comme des facteurs essentiels et positifs de réussite.

La coopération franco-allemande a aussi une importance stratégique dans le domaine de la recherche. L’extension du réseau de recherche dans le GDRI déjà mentionné plus haut montre que les chercheurs associés dans ce projet sont perçus comme un « tandem » franco-allemand. À cet égard, la soumission de ce nouveau projet peut être considérée comme un moyen de consolider et d’approfondir cette équipe scientifique franco-allemande. Ce nouveau projet doit permettre aux chercheurs qui le déposent de donner dynamisme et poids à la recherche scientifique franco-allemande dans le cadre de ce réseau élargi (GDRI). Avec le nouveau thème de la transparence, qui, dans l’air du temps, sera sans doute exploré par des tiers, l’équipe franco-allemande d’historiens peut espérer réaliser un travail méthodologique innovant et bien documenté.

3.2.Programme des travaux, calendrier

Programme des travaux 

On distingue ici entre les études réalisées par les jeunes chercheurs impliqués dans le projet, et le travail des chercheurs titulaires. Le travail des jeunes chercheurs, étudiants doctorants, est présenté en tête.

Enquêtes doctorales

Chacune des deux directions d’enquête donnera lieu à deux recherches doctorales, l’une réalisée en Allemagne, l’autre réalisée en France, sur des thèmes en miroir. Chaque tandem d’étudiants doctorants, l’un français, l’autre allemand, est appelé à travailler en partenariat, non seulement dans la réalisation des recherches de terrain, mais aussi, de façon plus marquée, lors des journées d’étude communes et des colloques internationaux organisés dans le cadre du projet. Cette méthodologie, exigeante en termes linguistiques, s’avère, à l’expérience, particulièrement formatrice pour les étudiants concernés, et aussi fructueuse sur le plan scientifique. Elle se prête à la synthèse des résultats de recherche obtenus dans chaque pays. Au-delà, elle facilite le dialogue avec des équipes scientifiques de pays tiers, comme cela a été le cas depuis 2011.

Direction d’enquêtes 1 : les commissions d’enquêtes parlementaires : la régulation du secret et du public au XXe siècle / Parlamentarische Untersuchungsausschüsse: Zur Regulierung von Geheimnis und Öffentlichkeit im 20. Jahrhundert

1-a : les comités d’enquête en Allemagne, du Kaiserreich à la jeune République fédérale, ca. 1890, ca. 1970 (recherche doctorale : Sandra Zimmermann, J.I. Engels dir., université de Darmstadt)

1-b : les commissions d’enquête parlementaire en France : publicité, sphère privée et secret au prisme des débats politiques, vers 1890- vers 1968, (recherche doctorale : Paul Rebière, F. Monier dir., université d’Avignon).

La question des comités d’enquête parlementaires en France n’a pas fait l’objet de nombreux travaux. L’historiographie s’est d’ailleurs focalisée sur les héritages du milieu du XIXe siècle [Bock, 2010], sur les transferts culturels, – la prégnance du modèle britannique des enquiry committees-, et plus encore sur l’apprentissage républicain des comités d’enquête et de la séparation des pouvoirs à partir des années 1870 [Soubiran-Paillet, 2004 ; Lemesle, 2007]. Or il s’avère que ces comités d’enquête constituent des postes d’observation remarquables pour saisir les résistances des comportements politiques et administratifs aux changements mais aussi les tensions suscitées par les basculements de normes. Jusqu’à présent, il existe peu d’études scientifiques sur l’histoire des comités d’enquête en Allemagne. À l’exception de l’étude publiée en 1960 par Winfried Steffani sur le Landtag de Prusse pendant la république de Weimar, il n’y a pas de travail monographique. Pour la république de Weimar, on peut citer deux thèses, qui concernent les scandales de corruption et qui traitent, de façon non systématique, des comités d’enquête [Klein, 2014 ; Ludwig, 1998]. Pour la jeune République fédérale, l’historiographie est plus étoffée, et relève des sciences politiques ou de l’histoire du droit, d’où un côté très « technique » [Germes, 1988 ; Kipke, 1985]. 

À la lumière des travaux déjà réalisés dans le cadre des projets de recherche antérieurs sur la corruption, on peut poser que chaque scandale politico-financier majeur en France a suscité, à partir de 1892 (Panama) la réunion d’une commission d’enquête parlementaire. À partir de l’Empire allemand (Kaiserreich), les comités d’enquête ont été un outil essentiel pour l’opposition politique. À partir des premières tentatives, timides, de l’opposition social-démocrate en vue de créer des comités d’enquête (Tippelskirch-Ausschuss), jusqu’aux puissantes manifestations antidémocratiques pendant la république de Weimar (affaires Barmat, Sklarek, Osthilfe), les comités d’enquête ont été des arènes, et des creusets où se sont forgées des cultures politiques. Ausschüsse et commissions  constituent l’une des scènes des conflits et l’un des plus importants lieux de médiatisation des enquêtes, politique, journalistique et judiciaire. Servant d’interface entre la presse, la politique et la justice, ils ont créé une transparence réciproque entre ces acteurs collectifs. 

On ne saurait pourtant limiter les comités d’enquête à de simples observatoires, ou théâtres de ces processus de polarisation. Ce sont aussi des instruments de régulation, qui servent à proposer des réformes et dont la fonction, explicite et attendue, est de modifier les normes légales. En ce sens, ces comités infléchissent les formes de la séparation des pouvoirs entre législatif et judiciaire, au moins à partir de la « loi Rochette » en 1914. Il en va de même en Allemagne.  On pense, par exemple, au comité d’enquête suscité par les accusations de trafic d’influence formulées en 1951 contre des membres du Parlement, en lien avec le choix de Bonn comme capitale fédérale, comité qui a édicté des règles de bonne conduite et des normes de déontologie (« règles sur l’honneur »).

L’hypothèse de cette direction d’enquêtes est que les comités d’enquêtes et commissions parlementaires sont des organes essentiels dans la définition des frontières entre public et secret d’une part, en particulier en ce qui concerne le domaine couvert par la raison d’État, et d’autre part entre public et privé. De ce point de vue, elles fonctionnent comme une instance constitutive de ce que Léon Blum nommait, en 1941, une « collectivité d’habitudes probes », à propos de la Chambre des députés de la IIIe République. Les pouvoirs, les compétences et les modalités de fonctionnement de ces organes sont un moyen de saisir ce que le principe de publicité, affirmé hautement dans les vingt dernières années du XIXe siècle, signifie concrètement pour le monde parlementaire, et ce jusqu’aux bouleversements induits par les contestations de 1968 et la polarisation politique des années 1970, à la veille de ce qui constitue, pensons-nous, la dernière étape de cette histoire.

Direction d’enquêtes 2 : les scandales à la fin du XXe siècle : État, partis et transparence/ Skandale im späten 20. Jahrhundert : Parteienstaat und Transparenz

2-a : Le scandale Flick : exigences de transparence et nouveaux acteurs, 1981-1985 (recherche doctorale : Martin Mainka, J.I. Engels dir., université de Darmstadt)

2-b: l’affaire Urba, un régime de transparence en France?, (recherche doctorale, O. Dard dir., université Paris-Sorbonne).

La deuxième direction d’enquêtes est tournée vers de grands scandales de la fin du XXe siècle. L’hypothèse sous-jacente est que, entre 1970 et 1990, de nouvelles exigences de transparence ont été formulées. Une attention spéciale doit être portée aux nouvelles constellations d’acteurs, en particulier aux groupes de la société civile, à des organisations sans connexion parlementaire, ainsi qu’au rôle de la presse.  Nous supposons que les scandales, après les années 1970, ont eu un contenu différent. Les exigences de transparence sont formulées, par des acteurs collectifs qui n’avaient jusqu’alors joué pratiquement aucun rôle. Nous faisons porter l’accent sur deux affaires, en Allemagne et en France, que nous souhaitons analyser de façon comparative, car non seulement elles permettent l’entrée en scène de ces nouveaux acteurs, mais aussi car elles relèvent d’une problématique similaire. Au cœur de l’enquête, on étudiera l’affaire Flick (vers 1981-1985) et l’affaire Urba (vers 1989-1993). Dans les deux cas, il s’agit de la révélation de financements illégaux de partis politiques à l’échelle nationale. Les deux affaires ont entraîné une réforme des normes légales dans ce domaine. Dans les deux cas, ont été révélées des informations, issues de carnets tenus par des protagonistes essentiels, sur ces pratiques financières : ainsi les copies de journal/Tageskopien de Eberhard von Brauchitsch, manager de Flick et les cahiers de Joseph Delcroix, du parti socialiste. Le travail des médias a consisté à rendre, partiellement, publics et accessibles ces documents. Cela a donné une nouvelle tournure à la transparence : tout le monde savait comment les réunions secrètes des hommes politiques et de leurs financiers avaient eu lieu. On pouvait jeter les yeux sur les coulisses de la politique.

Il apparaît en effet que la revendication de transparence, si elle met en scène à l’occasion de scandales le rôle essentiel de journalistes d‘investigation, fait intervenir à partir de la fin des années 1980 d’autres catégories d’acteurs qui vont profiter d’une médiatisation sans précédent. L’affaire Urba représente en l’espèce un tournant qui a vu des magistrats ou des policiers, acteurs de l’enquête, sortir progressivement puis définitivement de leur position institutionnelle initiale pour conquérir une légitimité médiatique conférée à la fois par leur exposition antérieure (enquêtes et instructions spectaculaires relayées par les caméras) et par leur statut d’expert. Depuis lors, le processus n’a cessé de s’amplifier (bien au-delà des affaires judiciaires si on songe aux accidents de transports ou aux attentats) sur fond de développement d’internet, de chaînes d’information en continu et de leur souci de valoriser des discours d’expertise sur les plateaux. Dans l’affaire Flick, les procureurs ont joué un rôle central, tel que toutes les tentatives pour arrêter ce mouvement se sont révélées infructueuses. En Allemagne les acteurs de la société civile ont là aussi joué un rôle nouveau, en première ligne grâce à leurs porte-parole. Dès le début des années 1980, le parti des « verts » se pensait comme fédération de mouvements collectifs et comme parti antiparti (ou antisystème). Bien qu’ils aient eu des représentants élus au parlement, les Verts ont endossé le rôle d’opposition extra-parlementaire, émanant de la société civile. Ils mettent en scène le contraste entre l’establishment de Bonn et le grand public. Ce projet, qui entend analyser la transparence dans ses discours comme dans ses pratiques, s’inscrit donc dans une temporalité très contemporaine qualifiée par certains d’“histoire immédiate“ qu’elle entend éclairer.  

Par ce biais, la publicité a atteint, en Allemagne et en France, un nouveau degré, seulement comparable aux campagnes actuelles de Wikileaks, qui expose des dizaines de milliers de pages de documents sur internet. En termes d’histoire critique de la transparence, nous devons nous poser la question de savoir, si ce degré extraordinaire de transparence a fortifié la confiance placée en la justice et en les autorités, ou si ce n’est pas le processus inverse qui a eu lieu.

Les deux affaires sont connues, dans l’historiographie récente de chaque pays, et toutes deux sont considérées comme des événements importants dans l’histoire politique. Étonnamment, ni l’une ni l’autre n’a fait l’objet jusqu’à présent de monographies scientifiques. En ce sens aussi, les études que l’on propose ici sont innovantes [Wirsching, 2014 ; Darge, 2009 ; Garrigues, 2004].

3.3. Bibliographie

NB : les travaux personnels des coordinateurs du projet sont indiqués ailleurs cf. onglet Publications).

Éric ALT, „les lois sur la transparence et la fraude: une réponse médiocre à la corruption de la République“, dans Philippe BONFILS, Laurent MUCCHIELLI, Adrien ROUX (dir.), Comprendre et lutter contre la corruption, Aix-en-Provence, 2015, pp.117-122.

Stefan ANDRESSON, Paul HEYWOOD, « The politics of perception : use and abuse of transparency’s international approach to measuring corruption », Political studies, 57, 2009, pp.746-767 

Association Droit et Commerce, « La transparence », colloque, Deauville, juin 1993, Revue de Jurisprudence Commerciale, n° spéc., 1993

Carolyn BALL, “What is Transparency?”; in: Public Integrity 11 (2009), p. 293–308.

Deborah A. BARNSTONE: “The Transparent State. Architecture and Politics in Postwar Germany”, London/ New York, 2005

BELORGEY, Le gouvernement et l’administration de la France, Paris, A. Colin, 1967

Walter BENJAMIN, Erfahrung und Armut, trad. Française Expérience et pauvreté, Paris, 1933, rééd. Payot 2011

Magali BESSONE: « Culte de l’internet et transparence: L’héritage de la philosophie américaine »; in: Esprit, 7 (2011), p. 145–159

Fabienne BOCK, « Les commissions d’enquête dans la tradition parlementaire française », in Eric ANCEAU et alii (dir.), Actes du 57e congrès de la CIHAE : Assemblées et parlements dans le monde, du Moyen-Age à nos jours, Paris, Assemblée nationale, 2010

David BRIN, The Transparent Society. Will Technology Force Us to Choose Between Privacy and Freedom?, New York 1998.

Jean-Pierre CAVAILLÉ, « La face cachée de l’injonction de transparence », Les dossiers du GRILH, 2014-12-03, [en ligne]

Jacques-Olivier CHARRON, « L’idéologie de la transparence dans l’audit: une approche de sa dimension médiatique », Comptabilité, contrôle, audit, 2004, 10/3, [en ligne]

Lars Thøger CHRISTENSEN, Joep CORNELISSEN, “Organizational transparency as myth and metaphor”; in: European Journal of Social Theory, 18 (2015), pp. 132–149.

Marco CICCHINI, “A new ‘inquisition’? Police reform, urban transparency and house numbering in eighteenth-century Geneva”; in Urban History, 39 (2012), pp. 614–623 

Daniela CICCOLELLA, “False transparency: disclosing financial data between Enlightenment and absolutism (Naples, 1780’s)”; in Histoire & Mesure 30 (2015), pp. 215–256

Aurélien COLSON, « Gérer la tension entre secret et transparence », Revue française de gestion, 2004, 153/6.

Ekkehard DARGE, Korruption in der Bundespolitik Deutschlands. Fälle und Bekämpfungsstrategien, Oldenburg, 2009.

Jean-Christophe DUHAMEL, Björn FASTERLING, Catherine REFAIT-ALEXANDRE, „La transparence: outil de conciliation de la finance et du management“, Revue française de gestion, n° 198-199, 2009.

Étienne FARVAQUE, Céline GAINET, Catherine REFAIT-ALEXANDRE, Dafer SHAÏDANE, „Is corporate finance necessarily desirable?“, [en ligne sur Hal-SHS], programme ANR 2007 : Transparency and information disclosure in corporate finance.

Mark FENSTER, “The Opacity of Transparency”; in: Iowa Law Review, 91 (2006), pp. 885–949.

Mark FENSTER, “Transparency in Search of a Theory“; in: European Journal of Social Theory, 18 (2015), pp. 150–167,

Mark FENSTER, “The Transparency Fix: Advocating Legal Rights and Their Alternatives in the Pursuit of a Visible State”; in: University of Pittsburgh Law Review, 73 (2012), pp. 443–503.

Matthew FLINDERS, “Devolution, delegation and the Westminster Model: a comparative analysis of developments within the UK, 1998-2009”; in: Commonwealth & Comparative Politics, 49 (2011), pp. 1–28.

Ann FLORINI, “The end of secrecy”; in: Foreign Policy (1998), pp. 50–63.

Matthew FLUCK, “Theory, ‘truthers’, and transparency: Reflecting on knowledge in the twenty-first century”; in: Review of International Studies, 42 (2016), pp. 48–73.

Mikkel FLYVERBOM, “Sunlight in cyberspace? On transparency as a form of ordering”; in: European Journal of Social Theory, 18 (2015), pp. 168–184.

Jean GARRIGUES, Les Scandales de la République, Paris, 2004.

Guy GELTNER, Ronald KROEZE (dir.), Fighting Corruption in Europe: From Antiquity to Late Modernity, Oxford, 2017

Carsten GERMES, Parlamentarische Untersuchungsausschüsse und politischer Skandal. Dargestellt am Beispiel des deutschen Bundestages, Frankfurt, 1988.

Maria GOUGH, „Paris, capital of the Soviet avant-garde“, October, 101, 2002, pp.53-83

Gilles GUGLIELMI, Élisabeth ZOLLER (dir.), Transparence, démocratie et gouvernance citoyenne, Paris, éditions Panthéon-Assas, 2014.

Louis GUILLAUME, „De l’opacité à la transparence: les limites de l’indice de perception de la corruption de Transparency International“, Déviance et société, 2007, 31-1

Byung-Chul HAN, Transparenzgesellschaft, Berlin, 2012.

Hans Krause HANSEN, Lars Thøger CHRISTENSEN, Mikkel FLYVERBOM, “Introduction. Logics of transparency in late modernity. Paradoxes, mediation and governance”; in: European Journal of Social Theory, 18 (2015), pp. 117-131.

David HEALD, “Varieties of transparency”; in: Christopher HOOD, David Heald (dir.), Transparency. The key to better governance?, Oxford, 2006, pp. 25–45.

Christopher Hood, “Transparency in Historical Perspective”; ibidem, Oxford, 2006, pp. 3–23.

Dean JAENSCH, “Democratic Representation: Then, Now, and in the Future”; in: Flinders Journal of History & Politics, 27 (2011), pp. 26–34.

Eric JAROSINSKI, “Architectural symbolism and the rhetoric of transparency”; in: Journal of Urban History, 29 (2002), S. 62–77;

Inam KARIMOV, Le rôle de la transparence dans la lutte contre la corruption à travers l’expérience du Conseil de l’Europe, thèse de droit, université Paris-I, 2013.

Toon KERKHOFF, Ronald KROEZE, Pieter WAGENAAR, “Corruption and the Rise of Modern Politics in Europe in the Eighteenth and Nineteenth Centuries: A Comparison between France, the Netherlands, Germany and England – Introduction”; in: Journal of Modern European History, 11 (2013), pp. 19–30

Rüdiger KIPKE, Die Untersuchungsausschüsse des deutschen Bundestages. Praxis und Reform der parlamentarischen Enquete, Berlin, 1985.

Annika KLEIN, Korruption und Korruptionsskandale in der Weimarer Republik, Göttingen, 2014.

Sean P. LARKIN, “The Age of Transparency”; in: Foreign Affairs, 95 (2016), pp. 136–146.

Christian LAZZERI (dir.), Le pouvoir de la raison d’Etat, PUF, 1992

Frederick LEMARCHAND, “Vers une dictature de la transparence: secret et démocratie”; in: Éthique publique [en ligne] 16 (2014) 

Hélène LEMESLE, « Apprendre le travail parlementaire et construire la séparation des pouvoirs dans les années 1870 », Revue d’histoire du XIXe siècle, 2007, n°35, pp.125-139

Theresa LEVITT, The shadow of enlightenment. Optical and political transparency in France, 1789-1848, Oxford, 2009.

David LEVY, Sandra J PEART, “Richard Whately and the Gospel of Transparency”; in: American Journal of Economics & Sociology, 69 (2010), pp. 166–187.

Cordula LUDWIG, Korruption und Nationalsozialismus in Berlin 1924 – 1934, Frankfurt /Berlin, 1998

Giorgio MANCOSU, La transparence publique à l’ère de l’Open data. Étude comparée France-Italie, thèse de droit, université Paris 2/universita di Cagliari, 2016.

Alain-Louis MIC, Administration et droit à l’information : le secret en question, Berger-Levrault, 1985.

Ministère de la Justice, service de coordination de la recherche, La justice et les fonctions sociales du secret, rapport général et conclusions, La Documentation française, 1981.

Philippe MÜNCH, « Révolution française, opinion publique et transparence : les fondements de la démocratie moderne », Appareil, MSH Paris-Nord, 2011-04-11 [en ligne].

Fran OSRECKI, “Fighting Corruption with Transparent Organizations. Anti-Corruption and Functional Deviance in Organizational Behavior”; in: Ephemera, 15 (2015), pp. 337–364.

Yvon PESQUEUX, „La transparence, entre dénonciation et dévoilement“, in: Faire l’économie de la dénonciation, Paris, L’Harmattan, 2015

John PITSEYS, « Publicité et transparence », Revue française de science politique, 2016/1, vol. 66, pp.117-135.

Pouvoirs, « Transparence et secret », n°97, avril 2001

François RANGEON (dir.), Information et transparence administratives, actes du colloque d’Amiens, Paris, PUF, 1988

Wolfgang SCHMALE, Marie-Theres TINNEFELD, Privatheit im digitalen Zeitalter, Wien/ Köln/ Weimar, 2014.

Manfred SCHNEIDER, Transparenztraum. Literatur, Politik, Medien und das Unmögliche, Berlin, 2013

Micah L. SIFRY, Wikileaks and the Age of Transparency, New Haven, 2011.

Francine SOUBIRAN-PAILLET, « Des législateurs-enquêteurs au début du XXe siècle », Genèses, 2004, n°55, pp. 146-162

Winfried STEFFANI, Die Untersuchungsausschüsse des Preußischen Landtages zur Zeit der Weimarer Republik, Düsseldorf, 1960.

« La tyrannie de la transparence », Courrier international, n° 1008, 24 février 2010.

Gianni VATTIMO, La società trasparente, Milano, 1989.

Andreas WIRSCHING, Abschied vom Provisorium. Geschichte der Bundesrepublik Deutschland 1982-1990, München, 2006. 

Yves-Charles ZARKA (dir.), Raison et déraison d’Etat : théoriciens et théories de la raison d’Etat aux XVIe et XVIIe siècles, PUF,  1994.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search