Les institutions

Le groupement de recherche international (GDRI) « politique et corruption : histoire et sociologie comparées à l’époque contemporaine » associe trois centres de recherches français ainsi que plusieurs équipes étrangères en Allemagne, en Espagne, aux Pays-Bas, en Roumanie, en Bulgarie ainsi qu’au Canada.

Ce réseau s’est bâti autour de programmes de recherche dans les années 2011-2016 :
Le programme POC/K1 (2011-2014), soutenu par l’ANR et la DFG, a associé deux centres de recherches français: le Centre Norbert Elias (UMR CNRS 8562), en particulier l’équipe HEMOC (histoire de l’Europe moderne et contemporaine) à l’université d’Avignon, et le Centre régional universitaire lorrain d’histoire (CRULH) puis le SIRICE (UMR CNRS 8138), en partenariat avec l’institut d’histoire de l’université technique de Darmstadt et de l’université Goethe de Francfort.

Suite du précédent, soutenu par l’ANR et la DFG, le programme POCK2 a groupé, entre 2014 et 2017, les mêmes partenaires, ainsi que le LAMES, (laboratoire méditerranéen de sociologie, UMR CNRS 6127), à l’université Aix-Marseille.

En France

Le groupement de recherche international « politique et corruption : histoire et sociologie comparées à l’époque contemporaine » associe trois centres de recherches français :

  • le SIRICE (UMR CNRS 8138) à l’université Paris-Sorbonne, autour d’Olivier Dard, professeur en histoire contemporaine,
  • le LAMES (laboratoire méditerranéen de sociologie, UMR CNRS 6127), à l’université Aix-Marseille, autour de Cesare Mattina, maître de conférences en sociologie, et
  • le Centre Norbert Elias (UMR CNRS 8562) à l’université d’Avignon, autour de Frédéric Monier, professeur en histoire contemporaine, qui le coordonne.

En Allemagne

En Allemagne, le GDRI associe l’Institut d’histoire de l’université technique de Darmstadt, autour de Jens Ivo Engels, professeur en histoire contemporaine, et le séminaire d’histoire de l’université Goethe de Francfort, autour d’Andreas Fahrmeir, professeur en histoire contemporaine.

Au Canada

Le CIRCEM (centre interdisciplinaire de recherches sur la citoyenneté et les minorités) à l’université d’Ottawa, autour de Martin Meunier, professeur en sociologie est membre du GDRI. L’équipe canadienne compte également Mathieu Lapointe (docteur en histoire) et Joël Madore, professeur assistant en philosophie à l’université Memorial (Newfoundland).

En Espagne

En Espagne, c’est le Groupe d’histoire du parlementarisme de l’Université autonome de Barcelone, autour de Gemma Rubi i Casals, professeur en histoire, qui est impliqué.

Aux Pays-Bas

Aux Pays-Bas, Ronald Kroeze, professeur assistant à la Vrije Universiteit d’Amsterdam, est impliqué dans le projet.

En Roumanie

Le Groupe de réflexion sur l’histoire politique et sociale des XVIIIe-XIXe siècles (GRiPs), animé par Silvia Marton et Constanţa Vintilă-Ghiţulescu, est membre du GDRI dans le cadre du New Europe College de Bucarest, Institute for Advanced Studies (NEC).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.