Equipes de recherche

Programme franco-allemand POCK/1 (2011 – 2014)

Il a associé onze chercheurs de quatre universités différentes. A côté des deux coordinateurs, Jens Ivo Engels, à l’université technique de Darmstadt et Frédéric Monier, au Centre Norbert Elias (UMR 8562) à l’université d’Avignon, Olivier Dard (université de Metz puis université Paris-Sorbonne, SIRICE UMR 8138) et Andreas Fahrmeir (université Goethe de Francfort) ont assuré la direction scientifique de l’ensemble.

Des enquêtes de terrain ont été réalisées par plusieurs étudiants doctorants : Julie Bour (université de Metz), Annika Klein (université de Francfort et université de Bologne), Anna Rothfuss (université technique de Darmstadt), Robert Bernsee (université technique de Darmstadt), Volker Kohler (université technique de Darmstadt) et Christophe Portalez (université d’Avignon).

Programme franco-allemand POCK/2 (2014 – 2018)

Il associe douze chercheurs de cinq universités différentes. Les deux coordinateurs sont les mêmes : Jens Ivo Engels et Frédéric Monier. L’animation scientifique est assurée en outre par Olivier Dard et Andreas Fahrmeir, ainsi que par Cesare Mattina (Maître de conférences en sociologie à Aix-Marseille Université et chercheur au LAMES UMR 6127). Des enquêtes de terrain sont réalisées par plusieurs jeunes collègues : post-doctorants (Julie Bour, université Paris-Sorbonne ; Nicolas Maisetti, université d’Avignon), doctorants (Andrea Perthen, université technique de Darmstadt ; Ralf König, université technique de Darmstadt ; Daniel Kück, université Goethe Francfort ; Benjamin Gérôme, université Paris-Sorbonne), ou en master (Marco Bar, université d’Avignon).

Equipe roumaine associée dans le programme CorPo (programme Brâncusi 2015 – 2016)

Elle est coordonnée par Silvia Marton (Maîtresse de conférences à l’université de Bucarest et alumna du new Europe College). Elle comprend aussi Constanta Vintilà-Ghitulescu (chercheuse principale, Institut d’histoire N. Iorga de l’Académie roumaine) et Alexandra Ionascu (Maîtresse de conférences Dr., faculté de sciences politiques, Univ. de Bucarest).

Les enquêtes sont menées avec deux étudiants doctorants : Andrei Dan-Sorescu (UCL School of Slavonic and East European Studies) et Bogdan Mateescu (Institut d’Histoire de l’Académie), Maria Chiriloaia, Université de Bucarest, Alexandra Oprea, Université de Bucarest

Listes des jeunes chercheur·es

Robert Bernsee (université Ruprecht-Karls de Heidelberg – POCK1)

Robert Bernsee a soutenu sa thèse de doctorat, Korruption und Bürokratisierung. Debatten, Praktiken und Reformen in Deutschland während der Sattelzeit (1780-1820), à l’université technique de Darmstadt en 2014. Il est aujourd’hui chercheur associé (Wissenschaftlicher Mitarbeiter) au centre d’histoire européenne de l’université Ruprecht-Karls de Heidelberg.

Julie Bour (université de Metz – POCK1 et 2)

Docteure en histoire contemporaine de l’université de Lorraine-Metz, thèse réalisée en cotutelle avec l’université de Liège (Belgique), Julie Bour est membre du CRULH (Centre de recherche universitaire lorrain d’Histoire). Ingénieure d’études dans le cadre de l’ANR POC/K, puis POC/K2 pour l’enquête “Intérêts privés, intérêt général, intérêt national (1870-1939). L’argent immoral et les profiteurs de la guerre”, une étude centrée sur l’analyse des archives de la commission parlementaire des marchés et des spéculations. Plus…

Benjamin Gérôme (POCK2)

Benjamin Gérôme, doctorant depuis 2014 à l’université de Paris-Sorbonne, mène des recherches sous la direction du professeur Olivier Dard dans le cadre d’un projet de thèse intitulé « dénonciations et dénonciateurs de la corruption en France au XXe siècle ». Le but de ce travail serait de montrer en quoi les discours de dénonciation de la corruption – et tout particulièrement de la corruption des élites – peuvent constituer une manière de genre littéraire à part entière avec ses thématiques, ses topoï, ses logiques propres, et qui seraient dotés d’une certaine permanence sur le temps long. Un autre axe de ces travaux serait constitué par les analyses biographiques des auteurs concernés. Si ces derniers aspects nécessiteront un travail dans divers centres d’archives, l’analyse des discours se fera quant à elle très largement à partir d’un corpus d’ouvrages imprimés ou d’articles de périodiques.

Annika Klein (université Goethe de Francfort – POCK1)

Annika Klein a soutenu sa thèse de doctorat à l’université Goethe en 2014, sur : Korruption und Korruptionsskandale in der Weimarer Republik. Elle est publiée à Göttingen, chez Vandenhoeck & Ruprecht.

Volker Kohler (université de Darmstadt – POCK1)

Volker Kohler a soutenu sa thèse de doctorat, Die Mikropolitik der Genossen, Freunde und Junker. Zur Bedeutung personaler Beziehungen im politischen Handeln während der Weimarer Republik, [ La micro politique des camarades, des amis et des nobles. De l’importance des relations personnelles dans l’action politique durant la République de Weimar] à l’université technique de Darmstadt en 2015. Il est aujourd’hui chercheur associé (Wissenschaftlicher Mitarbeiter) à l’ Institut für Geschichte de l’université technique de Darmstadt. Sa thèse s’occupe des phénomènes micropolitiques sous la République de Weimar, et montre l’importance des relations personnelles dans le champ de la politique. Par souci d’exactidute, la thèse analyse trois exemples: le cas du gouvernement social-démocrate en Saxe (1918-1923), celui de Konrad Adenauer maire de Cologne (1917-1933) et l’aide à l’agriculture de l’Est (Osthilfe) (cca. 1928-1933). La thèse est située dans le contexte de la recherche sur les patronages contemporains. Elle met l’accent sur la communication dans la micro politique contemporaine.

Ralf König (université de Darmstadt – POCK2)

Ralk König nous a malheureusement quittés au début de 2017, emporté par la maladie contre laquelle il a lutté pendant plusieurs mois. Nous gardons de lui le souvenir d’un jeune collègue plein de gaieté et de ressources, grâce à qui le colloque sur “Ville, pouvoir, corruption” au printemps 2016 à Annweiler, n’aurait pu être la réussite qu’il a été. Ralf König était aussi un jeune chercheur prometteur, et la communauté des historiens a perdu elle aussi un talent qui ne demandait qu’à s’affirmer.

Daniel Kück (université de Darmstadt – POCK2)

Doctorant à l’université technique de Darmstadt, Daniel Kück mène des recherches sur la corruption et la réciprocité sous l’Empire allemand et la République de Weimar : Chocolat, robes de petite filles, œufs, brosses à cheveux, schnaps, tabac à priser ou moules à pâtisserie – sous l’Empire allemand et la République de Weimar de pareils objets n’étaient pas seulement un bien de consommation ou un ustensile de cuisine. Ils s’inscrivaient aussi dans un espace d’échanges au sein de laquelle la distinction entre biens personnels et communautaires restait fragile. Un acteur pouvait offrir un objet à un agent public (par exemple, un gardien de prison, un policier ou un garde forestier) qui se mettait en échange à son service. Cet échange contournait le règlement qui devait être détaché des relations personnelles et produisait une obligation réciproque et une diversité de relations sociales. Ainsi, le projet de recherche considère la corruption comme une forme spécifique de réciprocité. Il examine dans différents espaces des interactions sociales : dans la prison, le port, la maison close et l’administration judicaire. Le projet explore comment les acteurs établissaient l’échange, de quelle manière ils le convertissait en pratique sociale, et dans quelle mesure ce contexte s’en trouvait modifié. Pour répondre à ces questions la recherche s’appuie sur des approches empruntées à la microsociologie et à l’anthropologie.

Nicolas Maisetti (Université d’Avignon – POCK2)

Chercheur en science politique, ses travaux portent sur l’action publique territoriale et la sociologie politique locale. Sa thèse fut consacrée à l’internationalisation de Marseille (Paris I Sorbonne, 2012). Dans ses recherches post-doctorales, il étudie les échanges politiques territoriaux qui président à la fabrication matérielle des espaces urbains, que ce soit sous l’angle des acteurs privés, et notamment financiers, de la construction d’immeubles de bureaux au (LATTS, 2014) ou sous l’angle de la régulation d’État par les trophées et les labels (Université de Nantes / PUCA, 2015).  Dans le cadre du programme de recherche ANR, il contribue au volet “processus de dénonciation de la corruption politique” et conduit une enquête relative aux scandales immobiliers et à leur politisation dans les année 1960-1970 dans les Bouches-du-Rhône.

Andrea Perthen (université de Darmstadt- POCK2)

Lesrecherches d’Andrea Perthen portent sur les personnes qui ont rendu publique des pratiques « corrompues » dans la République fédérale d’Allemagne entre 1949 et 1980. Souvent journalistes ou publicistes en lien avec des fonctionnaires ministériels ou des politiciens, elles se sont voulues « chevaliers blancs ». Cependant, elles ont poursuivi leurs propres agendas personnels. Andrea Perthen pose la question des motifs de leurs engagements et de la manière dont ces acteurs ont mené ces combats. Elle analyse enfin l’affirmation d’un journalisme d’investigation, l’histoire des scandales de corruption en Allemagne et les débats autour ces scandales.

Christophe Portalez (université d’Avignon – POC/K1)

Christophe Portalez a participé  au projet POCK/1 dans le cadre de sa thèse de doctorat en histoire “Alfred Naquet et ses amis politiques : patronage, influence et scandale en République (1870-1898)”, préparée sous la direction de Frédéric Monier et soutenue en 2015 (Centre Norbert Elias/Avignon Université). Il a notamment travaillé en collaboration avec une doctorante allemande, Anna Rothfuss, sur les pratiques, les discours et les débats normatifs des socialistes allemands et français face à la corruption parlementaire révélée lors du scandale de Panama. Plus…

Anna Rothfuss (université de Darmstadt -POCK1)

Anna Rotfuss est doctorante à l’université technique de Darmstadt, doit soutenir prochainement sa thèse, sous la direction de J. I. Engels, sur Die politischen Korruptionsdebatten des Deutschen Kaiserreichs und der Dritten französischen Republik (1870-1914). La thèse analyse les débats relatifs à la corruption dans l’Empire Germanique entre 1871 et 1914. L’enquête vise à montrer que les discussions publiques à l’égard de la corruption faisaient partie intégrante de la communication politique et servait différents buts. Les acteurs politiques utilisaient les accusations de corruption pour débattre des normes sociales et politiques, pour critiquer le statut-quoi, ou pour attaquer leurs adversaires et élargir leur périmètre d’action. L’analyse s’emploie à comparer cette situation avec les débats qui ont alors lieu en France.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search