L’argent immoral et les profiteurs de guerre à l’époque contemporaine (1870-1945) – Olivier Dard, Jens Ivo Engels, Frédéric Monier (dir.)

Soucieux d’une chronologie large (1870-1945) comme d’une perspective européenne (Allemagne, Espagne, France, Italie, Norvège) et partiellement transatlantique (Canada) ce volume réunissant 16 contributions de chercheuses et chercheurs est issu d’un colloque international tenu en 2018 à la Maison de la recherche de Sorbonne Université. L’ouvrage se concentre sur les accusations de corruption lancées contre les entreprises ayant réalisé des profits élevés en temps de guerre ou de sorties de guerre. Temps forts historiques, les guerres posent aussi à l’ère des masses la question des normes publiques. Tandis que la contradiction potentielle entre gains individuels et intérêt collectif est exacerbée, des sacrifices considérables sont accomplis au nom du salut national et le patriotisme est exigé de chacun. Dans le même temps, une dynamique économique particulière voit le jour sur fond de décisions prises dans un temps accéléré, de dépenses publiques en forte hausse et d’injection d’importantes sommes d’argent dans le système. Ainsi, des gains élevés, peuvent être réalisés à faible coût dans le secteur des fournitures aux armées où les réseaux d’influence déployés pour obtenir ces marchés sont déterminants. Au sortir des guerres, et surtout après les guerres perdues, les marges bénéficiaires et les gains spéculatifs des profiteurs de guerre paraissent scandaleux aux yeux d’une majorité. Un argent d’autant plus « immoral » qu’ils a pu être gagné sur fond de pénuries et que le volume aborde en trois temps :
– S’enrichir en guerre, s’enrichir après-guerre : pratiques et acteurs ;
– Les profiteurs, des traîtres ? Dénonciations, indignations, révoltes ;
– Enquêter, confisquer, punir : les régulations.

Olivier Dard est professeur d’histoire contemporaine à Sorbonne Université. Spécialiste des droites radicales et de l’histoire de la corruption. Jens Ivo Engels est professeur d’histoire moderne et contemporaine à l’Université de Darmstadt. Ses recherches portent sur l’histoire de la corruption et de la transparence ainsi que le patronage politique depuis le XVIIIe siècle. Frédéric Monier est professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Avignon., spécialiste des gauches et de l’histoire des clientélismes et de la corruption.

Olivier Dard, Jens Ivo Engels, Frédéric Monier (dir.)
L’argent immoral et les profiteurs de guerre à l’époque contemporaine (1870-1945)
Collections : Histoire et Science Politique ; Série. Pour une histoire nouvelle de l’Europe, vol. 16
Peter Lang, 2020.
ISBN : 9782807616646

 

Modernización y corrupción política en la Europa contemporánea – Frédéric Monier & Gemma Rubi (dir.)

Parution de “Modernización y corrupción política en la Europa contemporánea” 
Frédéric Monier et Gemma Rubi (dir.) 
Revista Ayer, 2019, n°115 (2019-3).
Site de l’éditeur : https://www.marcialpons.es/libros/modernizacion-y-corrupcion-politica-en-la-europa-contemporanea/9788416662975
Site de la revue : http://revistaayer.com

Dans le prolongement des études réalisées en Europe depuis une dizaine d’années sur l’histoire de la corruption, le dossier thématique publié dans ce numéro propose un premier bilan de recherches en cours. Elles ont été initiées dans le cadre d’un réseau de recherche européen coordonné au Centre Norbert Elias (GDRI/IRN CNRS 842, “Politique et corruption”). Elles sont appuyées sur l’idée que la notion de corruption, très évolutive, se transforme au début de l’ère contemporaine en question politique. Cette histoire permet d’observer les transformations des pratiques de faveurs, mais aussi des systèmes de valeur civiques. Ce dossier présente différentes études de cas, en Espagne, en France, en Roumanie, toutes réalisées dans une perspective d’histoire comparatiste. Elles illustrent la fertilité et la complexité des enquêtes sur la morale publique et les normes politiques à l’échelle du continent.

Dénoncer la corruption – Jens Ivo Engels, Olivier Dard, Cesare Mattina, Frédéric Monier (dir.)

La vie politique de nombreux pays est marquée, depuis les années 1980, par la récurrence des scandales de corruption et des affaires politicofinancières, et la dénonciation des manquements à la morale civique, des pratiques de favoritisme et des conflits d’intérêts est devenue une question centrale dans nos démocraties.

Elle soulève de multiples débats, sur le rôle des dénonciateurs ou des « fuites », sur le droit à l’information, sur les valeurs publiques associées à la transparence. Le recours à l’histoire, clé de l’intelligence du présent, s’impose ici, en lien avec une analyse sociologique des acteurs — très divers : qui sont ces chevaliers blancs de la morale et ces promoteurs de la transparence des xixe et xxe siècles ? De quels vocabulaires et registres usent-ils ? Quels sont les profils sociaux et pratiques prioritairement visés ? Quels sont les contextes les plus favorables à l’essor des dénonciations ?

Le présent ouvrage réunit des contributions d’historiens, de politistes et de sociologues venus de neuf pays. Ces contributions offrent, à travers un riche éventail d’études de cas révélateurs, passés et contemporains, une vision contrastée de la dénonciation, à la fois fruit de transformations de longue durée et témoin de l’entrée récente dans une ère marquée par des formes inédites de défiance à l’égard du pouvoir.

Jens Ivo Engels, Olivier Dard, Cesare Mattina, Frédéric Monier (dir.)
Dénoncer la corruption. Chevaliers blancs, pamphlétaires et promoteurs de la transparence à l’époque contemporaine
Collection : Qaero
Demopolis, 2018
ISBN : 9782354571641.
Texte en accès libre sur le site de l’éditeur

Alfred Naquet et ses amis politiques – Christophe  Portalez


Publication de l’ouvrage de Christophe Portalez Alfred Naquet et ses amis politiques. Patronage, corruption et scandale en République (1870-1898)
Collection : Histoire
Presses Universitaires de Rennes, 2018.
EAN : 9782753574373
Publié avec le soutien de l’Agence nationale de la recherche (ANR) et de l’Université d’Avignon.
L’ouvrage est disponible en accès libre sur le site l’éditeur.

Loin d’être seulement l’homme de la loi sur le divorce, Alfred Naquet est l’une des figures majeures des débuts de la Troisième République. Son parcours et celui de ses amis politiques sont envisagés dans cet ouvrage comme servant de buttes témoins à une étude des pratiques et des discours autour des phénomènes de patronage, de corruption et de scandale à la fin du XIXe siècle. L’auteur montre comment des réseaux autour d’Alfred Naquet participent à un clientélisme républicain et quelles sont les contradictions de ce parlementaire face à ces pratiques, ainsi que ses velléités de réformes constitutionnelles.

Sommaire
L’exercice du pouvoir controversé d’Alfred Naquet et de ses amis politiques pendant le Gouvernement de Défense nationale
Alfred Naquet et ses réseaux républicains de 1871 à 1874
Les élections de 1876 : violences, fraudes électorales et corruption
Les élections de 1877 et les suites judiciaires de la corruption électorale
Croissance de l’état républicain et ressources clientélaires : Naquet, les parlementaires vauclusiens et les Postes et Télégraphes
« Le peuple nous demande à la fois de voter révolutionnairement et d’obtenir des faveurs » : les patronages, discours et pratiques chez Alfred Naquet
La loi sur le divorce, une loi fondatrice pour la Troisième République
La révision de la Constitution, cheval de bataille d’Alfred Naquet durant les années 1870 et 1880
« J’ai déclaré la guerre à un régime de corrompus, de bavards et d’impuissants qui s’appelle le parlementarisme »
Alfred Naquet et le scandale de Panama

Christophe Portalez a soutenu en 2015 à l’université d’Avignon une thèse de doctorat d’histoire contemporaine sous la direction de Frédéric Monier dont cet ouvrage est une version remaniée, participant au programme POC/K (Politique et corruption : pratiques de la faveur et débats publics aux XIXe et XXe siècles) soutenu par l’ANR et la DFG. Il est actuellement enseignant agrégé d’histoire-géographie en lycée et chercheur correspondant du Centre Norbert Elias.

Dádivas, dones y dineros – Christoph Rosenmüller, Stephan Ruderer (eds.)

Christoph Rosenmüller, Stephan Ruderer (eds.)
“Dádivas, dones y dineros”. Aportes a una nueva historia de la corrupción en América Latina desde el imperio español a la modernidad
Iberoamericana / Vervuert, 2016.
ISBN: 978-84-8489-973-0
http://www.iberoamericana-vervuert.es/FichaLibro.aspx?P1=115303

"Dádivas, dones y dineros". Aportes a una nueva historia de la corrupción en América Latina desde el imperio español a la modernidad - Christoph Rosenmüller, Stephan Ruderer (eds.).

La corrupción tiene en América Latina una relevancia notoria. Sin embargo, apenas existen estudios que analicen históricamente el tema. Este libro llena este vacío. Proponemos aquí una “nueva forma de abordar la historia de la corrupción”. Desde este punto de vista, la corrupción no es un hecho inmutable y rígido, sino un concepto que cambia en relación con las diferentes mentalidades de cada período histórico. Como el fenómeno varía según la época, el análisis cultural de su desarrollo permite “ver” transiciones en las sociedades del pasado y entender valores políticos poco estudiados.

A través de este nuevo enfoque, se analiza la corrupción desde la época colonial hasta la actualidad para contribuir a una visión comparativa. De esta manera, se entienden mejor los distintos significados del concepto y la legitimidad de los sistemas políticos. Se estudian los vínculos entre la corrupción, las acusaciones en la opinión pública y las decisiones políticas. De este modo, los distintos artículos del libro van más allá de una historia de escándalos: permiten entender la constitución y el funcionamiento de las sociedades en general. La corrupción, entonces, emerge como una figura fundamental de la comunicación política

Editor/es

Christoph Rosenmüller es profesor de la Middle Tennessee State University y actualmente becario del Instituto Max-Planck de Historia del Derecho en Europa (Max-Planck-Institut für Europäische Rechtsgeschichte) en Frankfurt, Alemania.
Stephan Ruderer es miembro del grupo de investigación “Culturas de las decisiones”. Trabaja en el Departamento de Historia de la Westfälische Wilhelms-Universität Münster, Alemania.

Clientélismes urbains – Cesare Mattina

Parution de l’ouvrage de Cesare Mattina : Clientélismes urbains. Gouvernement et hégémonie politique à Marseille
Presses de Sciences Po, 2016.
http://www.pressesdesciencespo.fr/fr/livre/?GCOI=27246100631090

Clientélismes urbains Gouvernement et hégémonie politique à Marseille. Cesare Mattina

Attribuer un emploi public, un logement social, un permis de construire, des places en crèche ou un simple titre honorifique est une prérogative des collectivités locales. Loin d’être anodines, ces redistributions de biens publics, matériels ou symboliques, à des individus, des familles, des groupes religieux, des personnalités sont une des modalités du gouvernement de la ville.

À partir de l’exemple de Marseille, Cesare Mattina montre comment, dans une ville souvent qualifiée de corrompue, le clientélisme urbain a essentiellement profité aux classes moyennes et petites/moyennes en ascension sociale. Depuis les années Defferre, il a permis aux mêmes groupes sociaux et professionnels, choisis, voire construits – employés des collectivités locales, élites associatives communautaires et de quartier, notables des professions libérales, etc. -, de constituer un « bloc social historique », pour reprendre les termes d’Antonio Gramsci.

Croisant dossiers d’archives inédites, entretiens, observation ethnographique, articles de presse et données statistiques, cet ouvrage propose, au-delà du folklore de la « marseillologie », une vision à la fois précise et distanciée d’une des manières de gouverner une ville.

Cesare Mattina est enseignant-chercheur au Laboratoire méditerranéen de sociologie (LAMES-CNRS) d’Aix-Marseille Université.

Touren in der Wirtschaft – Olivier Dard, Frédéric Monier, Andreas Fahrmeir, Jens Ivo Engels (Hg.)

Olivier Dard, Frédéric Monier, Andreas Fahrmeir, Jens Ivo Engels (Hg.), Krumme Touren in Der Wirtschaft: Zur Geschichte Ethischen Fehlverhaltens Und Seiner Bekampfung (= Les affaires louches dans l’économie)
Vandenhoeck & Ruprecht, 2015.
ISBN 978-3412225087

Krumme Touren in der Wirtschaft werden in der aktuellen Debatte oft bemängelt. Doch wer zieht die Grenzlinie zwischen legitimem und illegitimem Verhalten von Unternehmern und Firmen? Diese Fragestellung verfolgen die Autoren des Bandes anhand von europäischen Beispielen aus dem 19. und 20. Jahrhundert. Dabei zeigt sich, dass unternehmerische Handlungsnormen weder konstant noch unumstritten waren. Die Beiträge richten den Blick auf öffentliche Kritik und Skandale, Gerichtsprozesse, unternehmerische Selbstregulierung und staatliche Maßnahmen. Dabei tritt ein Spannungsverhältnis zwischen dem Prinzip der Gewinnmaximierung einerseits und Werten wie Gemeinwohl, Transparenz oder politischen Idealen andererseits zutage.

Ce volume est bâti à partir des contributions présentées lors d’un colloque à l’université de Francfort tenu en octobre 2013.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search