Présentation du GDRI et des programmes de recherche

Ce carnet donne toutes les actualités d’un groupement de recherche international « politique et corruption : histoire et sociologie comparées à l’époque contemporaine ». Soutenu par le CNRS (GDRI CNRS 840) depuis 2016, effectif depuis janvier 2017, ce programme groupe des historiens, politistes et sociologues allemands, canadiens, espagnols, français, néerlandais et roumains. Interdisciplinaire, ce réseau de chercheurs travaille sur l’histoire de la transformation de sociétés européennes et nord-américaines, à partir de 1800. Ces processus historiques sont saisis au prisme des débats sur la corruption.

Ces recherches ont commencé en mars 2011, avec un premier programme, franco-allemand, sur « politique et corruption : pratiques de la faveur et débats publics aux XIXe et XXe siècles/Politische Korruption: Praktiken der Begünstigung und öffentliche Debatten in Deutschland und Frankreich (19. – 20. Jahrhundert) ». Ce programme (POCK) soutenu par l’agence nationale de la recherche (ANR) et son homologue allemande la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG), s’est achevé en août 2014. On en trouvera une présentation dans ce carnet.

Depuis septembre 2014, un deuxième programme franco-allemand a débuté sur ces thématiques : « Politique et corruption, argent immoral et influence politique en Allemagne et en France aux XIXe et XXe siècles ». Ce carnet donne une présentation des objectifs mais aussi les actualités de ce deuxième projet, soutenu par l’ANR et la DFG : POCK 2, qui doit s’achever en mai 2018. Du côté allemand, on lira la présentation sur le site Korruptionsforschung à l’université technique de Darmstadt.

On trouvera de plus sur ce carnet une présentation d’un autre programme de recherche, franco-roumain, sur l’histoire de la corruption politique (CorPo). Réalisé avec une équipe de chercheuses du New Europe College de Bucarest, de la faculté de sciences politiques de l’université de Bucarest, et de l’institut N. Iorga de l’Académie roumaine des sciences, ce programme de deux ans (janvier 2015-décembre 2016), a bénéficié du soutien de l’agence roumaine de la recherche et du ministère de l’Enseignement supérieur (programme Brâncusi : partenariat H. Curien).

Cette coopération a débouché sur un partenariat entre chercheurs français, roumains et bulgares, dans le programme « comparer la corruption politique dans les pays de nouvelle démocratie », d’octobre 2016 à novembre 2017.

Ce carnet se veut enfin un lieu d’échange et d’information, ouvert à l’ensemble de la communauté scientifique, sur les publications et les recherches touchant ces questions.

Le programme scientifique du projet franco-bulgaro-roumain « comparer la corruption politique dans les pays de nouvelle démocratie » CCPND (2016-2017)

Page à ajouter

L’équipe roumaine, autour d’Alexandra Iancu (université de Bucarest, GRiPS) et l’équipe française du centre N. Elias se sont associés à une équipe de politistes de la Nouvelle université bulgare de Sofia, coordonnée par Petia Georgieva, et qui compte Anna Krasteva, Antony Todorov et Krista Hristova-Kaltcheva. Ensemble, ils conduisent le programme CCPND (« comparer la corruption politique dans les pays de nouvelle démocratie »), coordonné par Alexandra Iancu en 2016-2017.

Description

Dans les démocraties occidentales, la recherche sur l’intégrité en politique et l’histoire de la dénonciation des dérives du pouvoir a déjà donné lieu à d’amples études (Thompson 2000, Garraud 2001, Garrard & Newell 2006, Monier 2013). Par contraste, il existe très peu de comparaisons sur les significations changeantes des bonnes pratiques en politique dans les pays ECO (Mungiu-Pippidi 2010, Cieger 2013, Marton 2014). Comment les acteurs politiques et l’opinion publique internalisent les définitions changeantes de ce qui est dévoilé ou condamné sous l’étiquette de « corruption » à travers la région ? Y a-t-il des convergences ou encore des dissemblances quant aux réformes visant l’intégrité politique dans les nouvelles démocraties européennes ?

Le projet part de la prémisse qu’il n’y a rien d’incontournable ou de régional dans les mauvaises pratiques du pouvoir. On considère que bien au-delà des similitudes des formules standard employées dans les discours publics, il existe une grande diversité des significations rattachées à la corruption politique à travers les postcommunismes. CCPND comprend donc « la corruption » comme un phénomène politique construit du point de vue social (Johnston 1996) et comme une catégorie à problématiser, à contextualiser et à historiciser. Ce choix épistémologique s’inscrit dans le constructivisme « modéré » selon lequel les pratiques du pouvoir et les discours qui les accompagnent sont en processus de définition et de redéfinition permanent par les différents acteurs sociaux et politiques (Monier et al. 2014). Nous considérons que la corruption renvoie à un ensemble de jugements critiques portés, par les contemporains, sur des techniques d’influence et d’intérêt que l’on estime contraires à l’intérêt général (Dard et al. 2014).

CCPND invite les sciences sociales du politique (notamment science politique, histoire, sociologie, anthropologie) à étudier les sources et les formes de la convergence dans la dénonciation des pathologies politiques sous l’angle de la corruption. Les trois axes du projet suivent :

(a) les origines et héritages du passé (l’impacte de l’histoire de la période pré-communiste et communiste et  l’étape des réformes et l’européanisation en trompe-l’œil)

(b) les modalités d’expression (les constructions idéologiques et le discours des élites politiques sur « la corruption »)

(c) les conséquences politiques (les nouvelles notions du « commun » et du « public » produites par le discours anti-corruption ; la typologie institutionnelle qui résulte des politiques anti-corruption).

Activités organisées dans le cadre du projet:

L’organisation d’un colloque international « Dénonciations et pratiques de corruption politique dans les nouvelles démocraties » (10-11 novembre 2016, Bucarest)

Mobilités de recherche et missions d’enseignement de l’équipe bulgare et roumaine à l’Université d’Avignon et à la Nouvelle Université Bulgare.

Organisation d’un colloque à la nouvelle université bulgare à Sofia (novembre 2017)

On trouvera plus d’informations sur le site de la Villa Noël CEREFREA,

http://www.villanoel.ro/ccpnd

POC/K

Ce carnet donne toutes les actualités d’un groupe de recherche international sur l’histoire de la corruption politique.

Ces recherches ont commencé en mars 2011, avec un premier programme, franco-allemand, sur « politique et corruption : pratiques de la faveur et débats publics aux XIXe et XXe siècles/Politische Korruption: Praktiken der Begünstigung und öffentliche Debatten in Deutschland und Frankreich (19. – 20. Jahrhundert)“. Ce programme (POC/K 1) soutenu par l’agence nationale de la recherche (ANR) et son homologue allemande la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG), s’est achevé en août 2014. On trouvera dans ces pages les objectifs, les appels à projets et une présentation des publications issues de ce premier programme.

Depuis septembre 2014, un deuxième programme franco-allemand a débuté sur ces thématiques : « Politique et corruption, argent immoral et influence politique en Allemagne et en France aux XIXe et XXe siècles ». Ce carnet donne une présentation des objectifs mais aussi des actualités de ce deuxième projet, soutenu par l’ANR et la DFG : POC/K 2, qui doit s’achever en septembre 2017. Du côté allemand, on lira la présentation sur le site Korruptionsforschung à l’université technique de Darmstadt.

On trouvera de plus sur ce carnet une présentation et les actualités d’un autre programme de recherche bilatéral sur l’histoire de la corruption politique. Franco-roumain, ce programme (CorPo) est coordonné au précédent. Il a commencé en janvier 2015 avec le soutien de l’agence roumaine de la recherche et du ministère de l’Enseignement supérieur (programme Brâncusi : partenariat H. Curien), et doit s’achever en décembre 2016.

 Cet espace se veut aussi un lieu d’échange et d’information, ouvert à la communauté scientifique, sur les publications et les recherches touchant ces questions.