[Appel à communications] Histoire de la transparence dans la politique et la société, Darmstadt, 2019

Appel à communications pour le colloque international “Histoire de la transparence dans la politique et la société” qui se tiendra à l’université de Darmstadt les 27 et  28 juin 2019.

La demande de “transparence” est omniprésente. La transparence est une demande habituelle des acteurs critiques et des observateurs dans presque tous les domaines : dans le domaine de la santé, le football, à l’université – des lacunes à cet égard sont diagnostiquées partout et les responsables s’engagent avec enthousiasme pour une plus grande transparence. De plus, la transparence est considérée comme une condition préalable à la bonne gouvernance (« good governance »), à la participation politique et donc à une société civile développée. Hypothèses sous-jacentes : la transparence accroît la démocratisation et la participation. Au cours des dernières décennies, de nombreuses mesures ont été prises pour accroître la transparence, telles que les lois sur la “liberté d’information” dans de nombreux pays occidentaux, qui permettent aux citoyens d’accéder aux documents de l’État.

À y regarder de plus près, toutefois, la transparence s’avère problématique. Car la transparence n’est qu’en apparence une caractéristique d’un système politique. En réalité, cela se traduit principalement par des exigences politiques – une transparence complète n’a encore été réalisée nulle part. La transparence semble fonctionner principalement comme un idéal, associé à des expériences continues de déficit ou de manque. Les mesures visant à accroître la transparence peuvent avoir l’effet inverse et susciter souvent la méfiance. Alors que la transparence dans les affaires politiques quotidiennes reste une formule miracle, ces dernières années ont vu apparaître une recherche scientifique largement sceptique à l’égard de cette notion.

Transparence et sciences politiques et sociales

En particulier dans les domaines des sciences politiques et sociales, de l’étude des médias et du droit, une nouvelle configuration scientifique avec colloques et publications se fait jour. Les historiens commencent tout juste à découvrir le sujet. Le colloque prévu est destinée à fournir un forum pour la recherche historique, qui traite du concept de transparence. La manifestation est consacrée à l’histoire de la transparence en politique et au diagnostic temporel depuis les Lumières. Nous supposons que pendant les Lumières, sont apparues les premières demandes systématiques pour ce qui est maintenant appelé la transparence, par exemple: accès à l’information, abolition des arcana imperii, règles de procédure claires, rejet de la diplomatie secrète. À cette époque, ces revendications faisaient encore partie de la volonté de publicité ou de publicisation – à cet égard, l’histoire de la transparence est étroitement liée à celle du public.

Depuis ce moment, de nombreux autres aspects se sont ajoutés – la transparence en tant qu’effet secondaire de la montée de la presse, en tant qu’élément des demandes croissantes de participation, mais également la transparence au sens des techniques de gouvernance étatiques, qui ont pour but de rendre la population ‘lisible’ et contrôlable. De plus, il y a toujours eu du scepticisme et des oppositions aux espoirs de transparence, qui ont estimé que l’autonomie de l’individu ou sa capacité politique d’agir était par trop menacée par une trop grande transparence.

La transparence depuis le XVIIIe siècle

Le but du colloque est de rassembler et de discuter les premiers éléments de l’histoire de la transparence et de ses précurseurs ainsi que de ses contre-mouvements depuis le XVIIIe siècle. Cela peut être fait dans divers domaines historiques: outre les débats juridiques et politiques, y compris l’usage des métaphores (lumière, diaphane, etc.), cela pourrait inclure l’histoire des scandales, l’histoire du financement des partis et d’autres mouvements politiques, l’importance des experts, l’histoire du respect des règles dans les entreprises et les autorités, l’histoire des théories du complot (en tant que tentative de création d’une transparence fictive), l’histoire de la surveillance par l’État, l’histoire des relations extérieures entre diplomatie secrète et diplomatie ouverte.

Nous nous intéressons aux aspects suivants de manière systématique : La chronologie des demandes de transparence depuis le XVIIIe siècle. Y a-t-il des phases ou des tournants distincts ? Comment le concept a t-il évolué ? Quand devient-il pertinent sur le plan politique ou quand entre-t-il dans la politique ? Les acteurs de la transparence. Quelles étaient ou sont les forces politiques et sociales qui ont préconisé la transparence ? Pour quels motifs ont joué un rôle ? Les demandes de transparence ont-elles des objectifs de stabilisation du pouvoir ou ont-elles servi à accroître la participation ? Est-ce venu des élites ou des gouvernés ? Les zones de transparence. Dans quels domaines de la société la transparence était-elle nécessaire – et dans lequel non ? En quoi le secret et l’opacité sont-ils restés légitimes, et pourquoi ? Les instruments de la transparence. Quelles mesures les acteurs de la transparence ont-ils réclamé ? Comment ont-ils voulu atteindre leurs objectifs ? Les opposants à la transparence. Qui s’est opposé aux exigences de transparence et au secret ou à la confidentialité et quels étaient leurs arguments et leurs motivations ? Peut-on penser la transparence en tant que catégorie d’analyse ?

L’appel à communication

Au-delà des exigences des contemporains en matière de transparence, il reste à déterminer pour le moment s’il est logique de décrire ou non les systèmes ou procédures politiques historiques d’un point de vue analytique plus ou moins transparent. Cet appel à communication s’adresse à toutes les personnes dont les recherches peuvent éclairer la préhistoire, les origines et le développement de la demande de transparence et de son contre-mouvement dans une perspective historique.

La conférence est organisée par le groupe de recherche franco-allemand HISTRANS (dirigé par Frédéric Monier, Olivier Dard et Jens Ivo Engels) et soutenue financièrement par l’ANR et la DFG. Le comité de sélection scientifique pour la conférence comprend également Andreas Fahrmeir, Ronald Kroeze, Silvia Marton et Gemma Rubí.

Les présentations peuvent être données en allemand, anglais et français. Veuillez envoyer votre résumé (en anglais) de 8 000 caractères maximum et un court CV avant le 31 octobre 2018 à l’adresse : transparenz@pg.tu-darmsta.

[Call for papers] Workshop Urban Governance and its Disorders, Leicester 2017

Call for papers for the Exploratory WorkshopUrban Governance and its Disorders: Corruption in the Cities, which will take place at the Centre for Urban History, University of Leicester, April 27, 2018.

Deadline for Paper Proposals, 10 November 2017.

Location: University of Leicester, Centre for Urban History, 3-5 Salisbury Road, Leicester LE1 7QR

The issue of corruption has, of late, become of growing interest to social scientists and historians although research in corruption in urban settings less so and the relationship of corruption to urban governance even less. The complexity of governance as distinct from government has raised questions, particularly since the 1980s, as state governments have sought relationships with private and voluntary actors to manage and deliver services and other public goods. Cities though, have long exhibited diverse patterns of governance variously described by terms such as hybridity, markets and networks. Moreover, towns and cities have been sites of numerous types of transaction some of which could be described as corrupt. We welcome contributions on aspects of urban governance and corruption from any period of history and or location. Please send individual paper abstracts of 250 words by 10 November 2017 to psj4@leicester.ac.uk.

Proposals will be scrutinised by a panel appointed by the conveners. The conference is held in collaboration with The International Journal of Regional and Local History and suitable papers will be published in a special issue of the journal. We welcome contributions from established scholars and new researchers.

Conveners: Professor Simon Gunn; Dr Prashant Kidambi; Dr Richard Butler; and Peter Jones, Research Fellow at the Centre for Urban History.

[Appel à communications] Scandales de corruption politique et société civile dans les pays d’Europe centrale et orientale, Sofia, 2017

Appel à communications pour le colloque “Scandales de corruption politique et société civile dans les pays d’Europe centrale et orientale : médias, lanceurs d’alerte, organisations civiques” qui se tiendra à la Nouvelle Université Bulgare, Sofia, les 9 et 10 novembre 2017.

Cet appel à contributions s’inscrit dans les travaux conjoints des équipes de la Nouvelle Université Bulgare, du Centre Norbert Elias de l’Université d’Avignon et de l’Université de Bucarest dans le cadre du projet « Comparer la ‘corruption’ politique aujourd’hui dans les nouvelles démocraties » (août 2016-décembre 2017) deroulé par le CEREFREA et la Faculté de Sciences Politiques de l’Université de Bucarest.

Un premier colloque « Dénonciations et pratiques de corruption politique dans les nouvelles démocraties » a été organisé par l’équipe du projet de recherche à Bucarest en novembre 2016 réunissant des analyses pluridisciplinaires, de sciences politiques et historiques et qui a eu comme objet d’étude le rôle et les actions des acteurs politiques et des institutions dans la définition de la corruption, de sa dénonciation et de la lutte contre la corruption politique.

Les scandales de corruption marquent par leur fréquence la vie politique des nouvelles démocraties en Europe centrale et orientale et représentent une caractéristique importante des scènes médiatiques et politiques. La révélation et la dénonciation de très nombreuses « affaires » ou des « gates », comme le langage populaire et journalistique les dénomme souvent, déferlent régulièrement dans l’espace public et attisent les attitudes contestataires et protestataires vis-à-vis des institutions, des élites et des partis politiques. Souvent, parmi les plus stigmatisés pour corruption politique sont les élites et les partis politiques liés à l’ancien régime communiste. Les scandales de corruption révélés au grand jour désavouent et délégitiment des personnalistes et des partis politiques. La « Rywin gate » en Pologne en 2001 a été un facteur non négligeable de la défaite ultérieure de l’Union de la gauche démocratique SLD. Plusieurs dénonciations et affaires révélées ont touché les socialistes hongrois, bulgares, roumains etc. Cependant, les partis et les élites de la droite anticommuniste ne sont pas à l’abri des scandales de corruption, comme le montrent les « gates » en Bulgarie, l’ « Affaire Gorilla » en Slovaquie ou les nombreux procès contre les hommes politiques en Roumanie. Dans la période actuelle, la perception d’une corruption omniprésente renforce des attitudes anti-establishment, antisystèmes et antidémocratiques. Même si l’issue judiciaire des affaires dénoncées n’est pas toujours certaine, les affaires ont souvent pour effet la déstabilisation des organisations partisanes, des institutions et apportent à la volatilité électorale et à la défiance envers les institutions de la démocratie libérale.

En même temps, les scandales de corruption politique sont loin d’être l’apanage des nouvelles démocraties postcommunistes. Au contraire, ils sont une donne banalisée dans les démocraties dites établies. Les cas italien, français ou belge n’en sont qu’un exemple. Les scandales de corruption politique ne sont pas non plus une invention de la période postcommuniste. Dans l’optique de la longue durée, les études ont montré que la politisation des pratiques qui auparavant n’étaient pas jugées comme faits de corruption et les scandales de corruption politique apparaissent avec la modernisation au début du XIXe siècle. « Devenus des phénomènes récurrents dans de nombreux pays, les scandales de corruption et les affaires politico- financières sont considérés à l’heure actuelle comme des faits communs (…) ils constituent des « événements indicateurs » des changements – politiques, économiques mais aussi culturels – à l’œuvre dans nos sociétés. » (I. Engels et F. Monier, Scandales et corruption à l’époque contemporaine, Armand Colin, 2014, p. 13)

Cependant, la question se pose sur les spécificités des scandales de corruption dans les nouvelles démocraties, pendant ou après des processus de transitions démocratiques. Quel est le rôle des dénonciations dans ces contextes spécifiques ? Que révèlent ces phénomènes des évolutions des sociétés, des valeurs et des régimes politiques ?

Depuis que la corruption politique, révélée par les scandales médiatisés, a été érigée en objet d’étude à part entière par les sociologues du politique (Ford 1904, Pareto 1917), la question des définitions et des approches méthodologiques de ces phénomènes a revêtu une grande importance. La redécouverte de ces questions à partir des années 1970 a amplifié ces tendances intellectuelles dans différentes disciplines, en particulier en sciences politiques, en économie et en sociologie. Les controverses sur les définitions ont suscité ce que certains ont nommé une « grande querelle » (Farrales, 2005). Les travaux d’A. Heidenheimer et M. Johnston, qui ont surplombé la scène intellectuelle des années 1970 aux années 2000, ont défini de nouvelles notions explicatives et ouvert des pistes neuves (Heidenheimer, Johnston 1996). On peut estimer que, depuis les années 2000, deux grandes tendances existent en histoire et dans les sciences sociales du politique à ce sujet.

Ainsi, l’une des hypothèses principales des concepteurs du projet de recherche Anticorp (2013-2016), soutenu par la Commission européenne, est que, « far from being only a modern and Western ideal, the concept of good government existed at all times and in all cultures, and mechanisms to fight what was seen to be corruption went hand in hand with it“. Dans cette optique, il existe des tendances réputées objectives à l’augmentation ou à la diminution historique de la corruption4.

Par contraste, d’autres chercheurs ont développé, depuis une dizaine d’années, des cadres d’analyse alternatifs, souvent qualifiés de constructivistes (Dirk Tanzler, Konstadinos Maras, Angelos Giannakopoulos and Ralf Rogowski, ‘The Social Construction of Corruption: Theoretical Reflexions”2012: 21, 22; Gjalt de Graaf, Pieter Wagenar, Michel Hoenderboom, “Constructing corruption”, in de Graaf, von Maravic, Wagenar eds., The good cause. Theoretical perspectives on corruption, B. Budrich, 2010, 98 sequentes). L’enjeu est bien souvent de comprendre ce que les acteurs entendent par corruption, et de pointer d’un côté les évolutions des pratiques d’intérêts et de pouvoir, et, de l’autre côté, les glissements de sens de la notion de corruption, selon les acteurs, les lieux et les moments. En un mot, la corruption n’est pas une catégorie d’analyse à harmoniser, mais un concept, central et changeant, de nos modernités politiques.

Cet appel à communications est bâti par des chercheurs partisans d’approches réputées constructivistes. Celles-ci méritent d’être discutées, et l’on accueillera avec plaisir les contributions qui se proposent de le faire.

L’ attention spéciale portée sur les scandales de corruption politique dans les pays d’ Europe centrale et orientale et sur le rôle et les actions des différents acteurs de la société civile vise à réunir de nouvelles analyses, des cas d’étude empiriques ou des analyses comparées afin de prolonger et d’enrichir les discussions et les études déjà réalisées sur les conceptions et les constructions discursives de la « corruption politique », ses articulations sociales et politiques, ainsi que des acteurs de la dénonciation de la corruption issus de la société civile.

Nous invitons des propositions de communications en science politique, histoire, sociologie ou pluridisciplinaires sur les scandales de corruption politique et le rôle et les stratégies de dénonciation venant des acteurs de la société civile dans les pays d’Europe centrale et orientale. Les contributions doivent être centrées sur deux périodes : la période communiste ou après la chute des régimes communistes.

Sont délimités ici deux axes principaux :

Un premier axe : études de cas ou analyses comparées de scandales

Qui, quand, avec quelles motivations, quels moyens et dans quels objectifs dénonce-t-il un scandale de corruption ? Le timing d’un scandale de corruption politique est rarement dû au hasard. Il est souvent est lié à plusieurs facteurs dont l’épuisement des seuils de tolérance, l’instauration de nouvelles règles et normes ou le renforcement de nouvelles cultures politiques. Nous soulignons l’importance de l’analyse du contexte d’un scandale politique, des motivations et des objectifs des dénonciateurs, des moyens et du style déployés pour la « mise en scène » d’un scandale de corruption politique, de sa médiatisation, des stratégies et de la portée de l’acte de la dénonciation. Comme le souligne Olivier Dard, les scandales de corruptions peuvent avoir comme stratégie la dénonciation « au nom de la défense de valeurs morales » ; leurs fonctions varient aussi : « non seulement fustiger des dysfonctionnements, exprimer une indignation et réclamer des sanctions, mais aussi « faire le procès de l’ancien contre le nouveau, d’héritages nauséabonds qui referaient surface et qu’il convient de balayer » (Olivier Dard : 2014, 277-178).

Un deuxième axe : études de cas ou analyses comparées d’acteurs de dénonciations

Quand un acteur dénonce un scandale de corruption politique, s’agit-il de dénoncer un acte concret seulement ou de stigmatiser ses protagonistes, rejeter toute une culture ou famille politique ? Celui qui dénonce se positionne-t-il comme un acteur neutre, comme expert, ou s’inscrit-il et se revendique-t-il d’une position morale hors normes, politique ou idéologique ?

Nous délimitons ici trois catégories larges d’acteurs de dénonciations : les médias, les lanceurs d’alerte et des organisations civiques. En réalité ces acteurs peuvent se chevaucher et superposer mais chacune de ces catégories a ses propres caractéristiques.

  • La sphère médiatique est plurielle : la télévision et des émissions spécialisées d’enquêtes ; la presse écrite, les nouveaux média et les média on-line ; le, journalisme d’investigation
  • La catégorie de « lanceurs d’alerte » est elle aussi large : des journalistes, des écrivains, d’anciens responsables politiques, de justice de la police, etc.
  • Les groupes civiques comprennent des ONG spécialisés ou des groupes créés ad hoc sur un problème de corruption concret.

Les propositions de communications d’un résumé du contenu et du cadre théorique de 300 mots maximum sont à envoyer à frederic.monier@univ-avignon.fr, petiagueorguieva@gmail.com et  alexandra.ionascu@fspub.unibuc.ro

Date limite de soumission des propositions : 31 mars 2017
Date de la décision du comité scientifique : 30 avril 2017

Comité scientifique

Alexandra Iancu, Université de Bucarest, Roumanie
Anna Krasteva, Nouvelle Université Bulgare, Bulgarie
Anna Pacześniak, Université de Wroclaw, Pologne
Antony Todorov, Nouvelle Université Bulgare, Bulgarie
Evelina Staykova, Nouvelle Université Bulgare, Bulgarie
Frédéric Monier, Université d’Avignon, Centre Norbert Elias, France
France Ildiko Otova, Nouvelle Université Bulgare, Bulgarie
Ivaylo Ditchev, Université de Sofia, Bulgarie
Jean-Michel De Waele, Université libre de Bruxelles, Belgique
Katia Hristova-Valtcheva, Nouvelle Université Bulgare, Bulgarie Michel Perrotino, Université Charles, République tchèque
Olivier Dard, Université Paris Sorbonne, France
Petia Gueorguieva, Nouvelle Université Bulgare, Bulgarie
Silvia Marton, Université de Bucarest, Roumanie
Sorina Soare, Université de Florence, Italie
Stéphane Durand, Université d’Avignon Centre Norbert Elias, France Valentina Gueorguieva, Université de Sofia, Bulgarie

Comité d’organisation

Petia Gueorguieva, Nouvelle Université Bulgare, Bulgarie
Katia Hristova-Valtcheva, Nouvelle Université Bulgare, Bulgarie Antony Todorov, Nouvelle Université Bulgare, Bulgarie
Evelina Staykova, Nouvelle Université Bulgare, Bulgarie
Ildiko Otova, Nouvelle Université Bulgare, Bulgarie
Anna Krasteva, Nouvelle Université Bulgare, Bulgarie

[llamado a comunicaciones] XVI Jornadas Interescuelas, Mar del Plata, 2017

XVI Jornadas Interescuelas Mar del Plata 2017
Mesa nº 8. Historia de la corrupción política en América Latina y Europa (siglos XVIII al XX). Nuevas perspectivas, nuevos enfoques

Os invitamos a participar con propuestas de comunicación en la mesa de trabajo que organizamos dentro de las XVI Jornadas Interescuelas Mar del Plata 2017, centrada en los nuevos enfoques investigadores en torno a la corrupción política en América Latina y Europa. El plazo para el envío de propuestas de comunicación finaliza el 17 de noviembre, el correo electrónico para hacer llegar a la organización estas propuestas es el siguiente: jornadas@inter2017.com

Coordinadores
Marta Bonaudo (UNR, CONICET)
Cristóbal Aljovín de Losada (Universidad Nacional Mayor de San Marcos)
Víctor M. Núñez García (Universidad de Sevilla)

Objetivos

Partiendo de herramientas metodológicas como la Historia cultural, la Historia comparada y trasnacional y una concepción multidisciplinar de la investigación histórica, esta mesa temática se propone analizar por qué la utilización del poder público para la obtención de beneficios privados se ha convertido en una constante dentro del funcionamiento de los sistemas políticos liberales y democráticos a lo largo de los siglos XIX y XX en América Latina y Europa y cómo, en torno a este fenómeno, se han articulado respuestas de justificación, silenciamiento o denuncia directamente relacionadas con los valores morales de las sociedades afectadas y con la elaboración cultural del propio concepto de “corrupción”. Desde esta premisa los objetivos concretos se dirigen hacia el análisis de la corrupción política electoral, la corrupción administrativa y la imagen de la corrupción desde una perspectiva cultural.

Fundamentos

Durante los últimos veinte años la corrupción política ha despertado un enorme interés entre los politólogos, juristas y sociólogos, preocupados por dar respuesta a las inquietudes actuales de la ciudadanía con respecto a esta lacra que merma sus derechos democráticos y desacredita el propio funcionamiento de la vida política; sin embargo, sólo muy recientemente los historiadores de la contemporaneidad se han sentido llamados al estudio de este problema político que, no obstante, se presenta en esencia como una realidad histórica de profundas raíces culturales. Podría decirse, en este sentido, que la corrupción política actual no es sino el producto de una larga tradición de corrupción del poder público, alimentada por la insuficiencia de las regulaciones institucionales, pero, sobre todo, por la existencia de un trasfondo cultural conformado a lo largo de los siglos mediante concepciones y valores de amplia difusión espacial. El desarrollo de esta línea de trabajo pretende incorporarse al espacio de investigación abierto ya en Francia, Alemania, EE.UU. o Canadá por historiadores como Monier, Dard, Engels o Buchan, que aún no a encontrado el suficiente eco historiográfico en ámbitos como América Latina y otros países europeos. La pretensión no es tanto la descripción de determinados comportamientos corruptos como analizar sus fundamentos intelectuales, su naturaleza social y cultural y las formas de percepción que generaron.


XVI Jornadas Interescuelas/Departamentos de Historia
Departamento de Historia
Facultad de Humanidades
Universidad Nacional de Mar del Plata
Sitio Web Jornadas: https://interescuelasmardelplata.com/
E-mail comunicaciones: jornadas@inter2017.com

[Call for Papers] Congress on Political Corruption, Barcelona, 2017

Call for papers for the international congress on Political Corruption in modern and contemporary Spain (19th to 21st century), Barcelona, 2017.

This congress is an initiative of the Parliamentarism History Group (PHG, Universitat Autònoma de Barcelona), which has in recent years been working on this topic from innovative and transnational perspectives.

The PHG is seeking to analyse political corruption through different scientific disciplines and beyond present-day and institutional politics. The history of corruption is a topical subject right now, with constant scandals setting the political agenda and filling the pages of newspapers. But such scourges of our society are not new malpractices. They are rooted far back in time. For instance, during early liberalism and the implementation of parliamentary assemblies, such conducts acquired new meanings. In the late eighteenth and early nineteenth century, major social, cultural and political changes redefined the public and private spheres, and the principles and ideas of virtue and political correctness.

We believe that political corruption should be analysed from a broad chronological and territorial perspective, i.e. by taking a careful look at the changes in the meaning of corruption from a standpoint that integrates not only the attitude of corrupt people, but also the often forgotten history of their strategies.

This includes the changing and not always clear boundaries of malpractices, and the emergence of public and critical consciousness of such behaviours. In other words, we encourage a revision of both old and new forms of modern political corruption in an inclusive scientific environment. This field is therefore open to examination from diverse disciplines and is suitable for the comparison of different international realities in order to examine the nature and singularity of each case.

So, the PHG is inviting Hispanists from modern and contemporary history, political science, law and economic history to consider these issues at the first international congress on political corruption in modern and contemporary Spain (19th to 21st centuries), which is going to be held on 14 and 15 December 2017 at the Born Centre de Cultura i Memòria in Barcelona.

The meeting will begin by introducing four main areas of analysis. Papers that address at least one of these topics will be welcome. Meanwhile, any other views related to modern and contemporary political corruption in Spain are also encouraged for submittal.

1- The concept of corruption

What we mean by this is our interest in examining the ideological bases that have sustained the concept of corruption in each historical period. Analysis of language and political speeches could shed light on the meanings adopted by this phenomenon in each era. The reasoning behind condemnation or approval of a certain political practice may also help to better define the political semantics of corruption.

2- Corruption and scandals: the changing boundaries between public and private spaces

The impact of scandals on public opinion deserves special attention. The different methods of condemnation and the active role of the media, literature, theatre and cinema in the formation of discursive hegemonies will be considered. The main aim is to revise whether old practices that were censured in the public and private spheres have changed or not. We also aim to examine the influence and social impact of the media in the assumption or rejection of new social models.

3- Parliamentary struggle against electoral fraud and political corruption

The purpose of this topic is to understand the role played by parliaments in the pursuit of electoral fraud and political corruption. By analysing parliamentary debates, commissions of inquiry and laws we aim to highlight the role of the most active political groups in exposing fraud and the effectiveness of the measures that were approved.

4- Corruption in power and public administration

Within this field the idea is to extend the debate on corruption to the most relevant political institutions of the State: Crown, governments, military and ministries, among others. Local administrations –town and provincial councils, etc.- also require special attention. Were some levels of the administration more inclined towards corruption than others? We encourage the consideration of such fields as property speculation, the awarding of public services or works -road and rail networks, etc. -, monopolies, military supplies, tax collection and others, taking into account central government and local administrations and their connection with the party system and patronage.

Proposals should be submitted by 27 January 2017 at the latest. Proposals should include a title and an abstract of the main ideas –no more than 300 words-, as well as the name of the author(s), their occupational status, the institution(s) to which they belong, their e-mail address and a short CV. Proposals should be written in English, French, Spanish or Catalan. Please send proposals to: congres.internacional.corrupcio@uab.cat

After the deadline, the organizing committee will consider the proposals received in terms of their quality and historiographic interest. The verdict will be announced by spring 2017. Authors whose proposals have been accepted will be asked to submit a written draft of their paper by October 2017. A registration fee of 35 euros will be required, 25 euros for those who present a communication. The details will be specified in this second announcement.

Scientific Committee

Joan Botella Corral (Professor of political science, Universitat Autònoma de Barcelona, Spain)
Pablo Diaz Morlán (Dr. of Economic History, Universitat d’Alacant, Spain)
Jens Ivo Engels (Professor Dr. of modern and contemporary history, Technische Universität Darmstadt, Germany)
Mercedes García Arán (Professor of penal law, Universitat Autònoma de Barcelona, Spain)
Isidre Molas i Batllori (Emeritus professor of political science, Universitat Autònoma de Barcelona, Spain)
Frédéric Monier (Professor of modern and contemporary history, Université d’Avignon, France)
María Antonia Peña Guerrero (Professor of modern history, Universidad de Huelva)
Paul Preston (Professor of modern and contemporary history, London School of Economics and Political Science, United Kingdom)
Joan Josep Queralt Jiménez (Professor of penal law, Universitat de Barcelona, Spain)
Ferran Requejo i Coll (Professor of political science, Universitat Pompeu Fabra, Spain)
Joan Subirats i Humet (Professor of political science, Universitat Autònoma de Barcelona, Spain)
Josep Maria Vallès i Casadevall (Emeritus Professor of political science, Universitat Autònoma de Barcelona, Spain)
Ricard Vinyes Ribas (Professor of modern and contemporary history, Universitat de Barcelona, Spain and memory programmes’ commissioner of Barcelona city council)

Organizing Committee

Borja de Riquer i Permanyer (Emeritus professor of modern and contemporary history, Universitat Autònoma de Barcelona)
Maria Gemma Rubí i Casals (Lecturer in modern history, Universitat Autònoma de Barcelona)
Lluís Ferran Toledano González (Lecturer in modern history, Universitat Autònoma de Barcelona)
Oriol Luján Feliu (European Dr. of modern history, Universitat Autònoma de Barcelona)

This Congress is included in the activities of the network ‘International Scientific Coordination Network (GDRI) Politics & Corruption’.

This Congress is sponsored by the memory programmes’ commissioner of Barcelona city council.

[Call for Papers] Denunciation and denouncers of corruption, Aix-en-Provence, 2016

Call for papers for the conference “Denunciation and denouncers of corruption. Do-gooders, pamphleteers and whistleblowers, 19th-20th centuries”, Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), Aix-en-Provence , 17-18 November 2016

This two-day meeting is being organized by a group of specialists in social sciences and humanities who have been studying the social history of contemporary political corruption for several years on the international scale, focusing in particular on France and Germany. This research project is supported by the Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) in Germany and the Agence nationale de la recherche (ANR) in France.

Proposals should be submitted by 18 April 2016 at the latest to Olivier Dard (UMR IRICE, Université Paris-Sorbonne; or by mail to olivierdard@orange.fr), Cesare Mattina (UMR LAMES, Aix- Marseille Université ; or by mail to cesare.mattina@univ-amu.fr) and Frédéric Monier (UMR Centre Norbert Elias, Université d’Avignon ; or by mail to Frederic.monier@univ-avignon.fr).

General introduction

The term “corruption” is taken here to refer less to specific forms of venality defined a priori than to broader issues in which civil morality or public probity are at stake (Lascoumes, 2010). Corruption has been denounced since the late 18th. Century and the early 19th. Century by various people taking a critical stand against what they regard as the immoral practices of politicians and members of civil society and the business world.

This topic has been previously discussed at several meetings and symposia which have taken place in Germany and France. These meetings have resulted in a series of five proceedings: the latest volumes were devoted to the links between patronage and the abuse of power, scandals and the mechanisms whereby they have been widely publicized (Dard, Engels, Farmheir, Monier, 2014), and how behaviour defined as immoral has been prohibited in economic spheres (Engels, Farmheir, Monier, Dard, 2015).

The conference it is planned to hold in November 2016 will focus on the modes of denunciation and the denouncers of corruption and immoral political and economic practices. The idea of organizing this event was based on the assumption that a broad overall comparative picture of the players and movements involved is likely to shed light on how the concept of “transparency” came into being and the many acceptations acquired by the term up to the present day.

The second day of this meeting will be devoted to debates and round-table discussions with guest speakers who have been invited to participate and persons either previously or currently involved in fighting corruption and the underhand practices of some political and economic leaders, especially by denouncing them publicly. These speakers’ testimony will certainly give rise to fruitful discussions with the research scientists attending these round table meetings.

Objectives and hypotheses

Relatively few studies have dealt so far to our knowledge with the denunciation and the denouncers of corruption, although a few authors of historical studies have addressed the processes whereby scandals and politico-financial affairs have been publicized, and especially how they originated and how they were made known world-wide (Boltanski, Claverie, Offenstatd, Van Damme, 2007 ; Garrard, Newell, 2006 ; Gelz, Huser, Russ-Sattar, 2014 ; Markovitz, Silverstein, 1988 ; Thompson, 2000). On similar lines, recent sociological studies on criticism of politicians by cicil society and public interest organizations (Briquet, Garraud, 2001) have resulted in the development of analytical tools as well as various interpretations of events which have occurred since the end of the 1980s. Other studies in the field of cultural and political history have recently paved the way for a new understanding of public morality and political virtue. They suggested that ideal models had a real influence on governmental practices (Matthews, 1994 ; Biard, Bourdin, Leuwers, Touret, 2015). However, this cultural and political historical approach has attracted relatively little attention in France and Germany, and this also seems to have been the case in most of the other European countries.

It is to be hoped that this symposium will help fill this gap by stimulating collective thinking about the denunciation of corruption, which is taken to constitute a complex social fact. The aim in particular is to build a comprehensive comparative historical sociological picture of the main individual and collective players who have taken an ethical stand against corruption and denounced what they have regarded as illegal and/or immoral practices. These issues raise questions as to how specialised denouncers of corruption came into existence, such as the libelists at the end of the Ancien Régime and the 21st. Century pamphleteers, to quote a more contemporary example. Many facts still remain to be established about the individuals and the political groups who have set themselves up for various reasons as defenders of a cause or upholders of civic morality by denouncing the corruption of those in power. Other questions also arise about how corruption is advertised and judged: it will be necessary in particular to examine the discrepancies which have frequently occurred between the penal sentences pronounced by legal institutions and the moral judgements and ideological positions of some of the other people involved. Thanks to the geographical and chronological diversity of the situations observed, it should be possible to distinguish between common, general historical processes and more specific, particular characteristics. According to the hypothesis it is proposed to discuss here, drawing up a historical sociological account of these denouncers and their networks is not an end in itself. This meeting is intended rather to shed light on the genesis of the concept of transparency, which has become a central issue these days at both national and international levels. The latest debates about transparency – or about underlying themes such as the right to individual privacy and financial accountability – have shown that differences of interpretation have often occurred. Some authors have suggested that the “dream of transparency” is a kind of anthropological constant (Schneider, 2013), whereas others have claimed that transparency is a relatively novel idea (Monier, 2013). In its present form, the concept of transparency emerged between the 1970s and 1990s in various countries in the wake of the profound social mutations triggered by the “long 1968” (Sherman et al. 2013): this concept is thought to have paved the way for new cultural and political codes. Another widely held opinion is that transparency does not differ very significantly from publicity, one of the main constitutive components of present-day society. If this is the case, transparency can be said to date back to the days of the Enlightenment, when all the processes of transition and scission between the modern and contemporary worlds were initiated (Requate, Wessel, 2002).

This historical outline will no doubt suggest some reflections on further issues which arise about the fact that corruption is generally taken these days to mean the misuse of public responsibility for personal ends. In other words, the ever vacillating borderline between the public and private spheres was partly created by the denunciation of corruption (Engels, 2014). The aim of this historical sociological project is therefore not just to understand current principles of public morality. It is also intended to elucidate the long, complex process of separation which has tended to occur between the State and civil society in many countries at the present time.

The main themes on which this call for papers focuses

The questions which arise in this context relate not only to broad socio-historical changes but also to much narrower topics. Contributions dealing either with a single country or several countries, including those based on a comparative approach, will be welcome. At least one of the following topics should be addressed:

1) How are denunciations written?

Under this heading, we are interested in examining the rhetorical devices used to denounce corruption and unethical political practices and the various linguistic and semantic registers adopted by the denouncers. Denunciations are published not only in editorials and other appropriate forms such as pamphlets, critical essays, tracts, blogs, etc., but they can also be found in the general press and in legal and administrative files, which might be expected a priori to be neutral and dispassionate. In what terms are corruption, favouritism and political clientelism stigmatized? Does the discourse used for this purpose in various societies show a high level of linguistic innovation?

2) What exactly is denounced?

What micro political practices tend to be denounced, and how truthful are the descriptions of the malpractices denounced? With what concrete events are these criticisms usually associated? How can confusions, superimpositions and contradictions be detected between the terms employed and the evils denounced? Does the denunciation of personal political graft always involve naming specific individuals and networks? Is a shift liable to occur from denouncing public figures for tactical reasons to criticizing a whole system on the grounds of immorality and corruption?

3) Who are the denouncers?

Apart from the rhetorical devices used and the unethical practices denounced, who are the people who have written these denunciations? Whether or not a whole-scale process of denunciation and political criticism has been developed, what cross-links can be detected between denouncers’ practices and their personal histories? Are their backgrounds, occupational paths, social status and political position decisive factors? Does the occurrence of schisms and divergences explain why some people go in for denunciation more than others? We hope to receive contributions about various figures who have denounced corruption and political immorality, such as journalists in the press and other media, do-gooders, pamphleteers and essayists, politicians, civil servants, magistrates, members of the police force, members of militant associations, etc.

4) When do denouncements occur?

It seems reasonable to assume that denunciations do not occur all the time. It is therefore proposed to examine the question as to what contexts are the most favourable or unfavourable, which might explain why denoucements take place at some times and not at others. What were the underlying strategies and calculations involved? What were the people who were denounced expected to do next? Questions of this kind are particularly relevant in the case of individuals grappling with political career strategies, journalists torn between the legal constraints imposed and the wish to present the truth openly, etc.

5) What interactions are involved in the process of denunciation?

The interactions between denouncers and the denounced play an important role in the process of denunciation and accusations of corruption flung at elected members of society. The “denounced” often retaliate by producing actions and discourse which it would be well worth studying: this aspect has not attracted much attention so far in the field of social science. We must not overlook the fact that public figures who have been denounced are tending increasingly these days to call on their communications teams or expert advisers to draw up appropriate defence and retaliation strategies.

The organization of the conference

In this call for papers, we are targeting participants from all the branches of social science, including those interested in the historical, political science, sociological, anthropological, information and communication science and linguistic aspects of social science. Proposals can be written in any of the four following languages: English, French, German and Italian. The oral presentations (lasting not more than 15-20 minutes) can be made in English, French or German, but the text of any accompanying material used (slides, photocopies, etc.) shoud be in either English or French.

Proposals should be submitted by 18 April 2016 at the latest to Olivier Dard (UMR IRICE, Université Paris-Sorbonne; or by mail to olivierdard@orange.fr), Cesare Mattina (UMR LAMES, Aix- Marseille Université; or by mail to cesare.mattina@univ-amu.fr) and Frédéric Monier (UMR Centre N. Elias, Université d’Avignon; or by mail to Frederic.monier@univ-avignon.fr).

These short proposals (approxiately 2.500 to 3.500 characters in length) should include the authors’ personal details, their occupational status, the institution(s) on which they depend and their e-mail address. Prior to the Symposium, authors whose proposals have been accepted will be requested to submit a 10.000-character summary of their paper, which will constitute the basis of a full scientific paper to be published subsequently in the Proceedings of the Symposium: the production of this collective volume will be supported by the Agence nationale de la recherche.

Scientific Committee

Jean-Louis Briquet (political scientist, CES-Paris 1)
Annie Collovald (sociologist, CENS, Université de Nantes)
Olivier Dard, (historian, IRICE, Université Paris-Sorbonne)
Gilles Favarel-Garrigues (political scientist, CERI)
Jean Ivo Engels (historian, Darmstadt Technical University)
Andreas Fahrmeir (historian, Goethe University Frankfurt)
Cesare Mattina (sociologist, LAMES, AMU-CNRS)
Frédéric Monier (historian, Centre Norbert Elias, Université d’Avignon)
Laurence Montel (historian, CRHQ, Université de Caen)
Laurent Mucchielli (sociologist, LAMES, AMU-CNRS)
Jacques Walter (information and communication science, CREM, Université de Lorraine)

Organizing Committee

Brigitte Coche, LAMES, AMU-CNRS
Sylvie Chiousse, LAMES, AMU-CNRS
Tommaso Giuriati, LAMES-AMU / Université de Corte
Nicolas Maïsetti, LATTS Marne-la-Vallée
Cesare Mattina, LAMES, AMU-CNRS
Frédéric Monier, Centre Norbert Elias, Université d’Avignon
Laurent Mucchielli, LAMES, AMU-CNRS
Jean-Baptiste Papa, Centre Norbert Elias, Université d’Avignon
Pierre-Olivier Weiss, LAMES, AMU-CNRS

Accepted proposals will be listed on the page presenting the “Politics and corruption” (POC/K) project. This page will be published on the website of les carnets de POC/K [http://hypotheses.org] and on the Centre Norbert Elias site [http://centre-norbert-elias.ehess.fr], that of EHESS (école des hautes études en sciences sociales) and that of LAMES [www.lames.cnrs.fr].

The Scientific Committee undertakes to abide by the academic rules of deontology and anti-plagiarim defined by the group headed by Michelle Bergadaà at the University of Geneva http://responsable.unige.ch

References

Biard Michel, Bourdin Philippe, Leuwers Hervé, Touret Alain (dir.), Vertu et politique. Les pratiques des législateurs (1789- 2014), Rennes, PUR, 2015.

Boltanski Luc, Elisabeth Claverie, Nicolas Offestandt, Stéphane Van Damme (dir.), Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, Paris, Stock, 2007

Briquet Jean-Louis, Garraud Philippe (dir.), Juger la politique. Entreprises et entrepreneurs de la politique, Rennes, PUR, 2001.

Dard Olivier, Engels Jens Ivo, Fahrmeir Andreas, Monier Frédéric (dir.), Scandales et corruption à l’époque contemporaine, Paris, A. Colin, 2014

Engels Jens Ivo, Die Geschichte der Korruption, von der frühen Neuzeit bis ins 20. Jahrhundert, Francfort, S. Fischer, 2014

Engels Jens-Ivo, Monier Frédéric, Petiteau Nathalie (dir.), La Politique vue d’en bas. Pratiques privées et débats publics dans l’Europe contemporaine, Paris, A. Colin, 2012


Engels Jens Ivo, Fahrmeir Andreas, Monier Frédéric, Dard Olivier (dir.), Krumme Touren in der Wirtschaft. Zur geschichte ethischen Fehlverhaltens und seiner Bekämpfung, Köln, Böhlau, 2015.

Garrard John, Newell James (dir.), Scandals in past and contemporary politics, Manchester, Manchester University press, 2006.


Gelz Andreas, Hüser Dietmar, Russ-Sattar Sabine (dir.), Skandale zwischen Moderne und Postmoderne, Berlin/New York, De Gruyter, 2014

Lascoumes Pierre (dir.), Favoritisme et corruption à la française. Petits arrangements avec la probité, Paris, Presses de sciences po, 2010.

Markovits Andrei S., Silverstein Merril (dir.), The politics of scandal : power and process in liberal democracies, New York, Holmes and Meier, 1988
.

Matthews Richard K. (dir.), Virtue, corruption and self-interest: political values in the eighteenth century, Bethlehem, Lehigh University press, 1994.


Monier Frédéric, Corruption et politique : rien de nouveau ?, Paris, A. Colin, 2011.

Monier Frédéric, Olivier Dard, Jean Ivo Engels (dir.), Patronage et corruption politiques dans l’Europe contemporaine, Paris, Colin, 2014.


Requate Jorg, Wessel M. Schulze (dir.), Europäische Öffentlichkeit : Transnationale Kommunikation seit dem 18. Jahrhundert, Francfort/New York, Campus, 2002.

Schneider Manfred, Transparenztraum. Literatur, Politik, Medien und das Unmögliche, Berlin, Mathes § Seitz, 2013. Sherman Daniel et al. (dir.), The long 1968: revisions and new perspectives, Bloomington, Indiana university press, 2013.

Thompson John, Political scandal : power and visibility in the Media age, Cambridge, Polity press, 2000.

[Appel à communications] JE Dénonciations et dénonciateurs de la corruption, Aix-en-Provence, 2016

Appel à communication pour des journées d’études interdisciplinaires et internationales “Dénonciations et dénonciateurs de la corruption Chevaliers blancs, pamphlétaires et promoteurs de la transparence à l’époque contemporaine” qui se tiendront à la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme – MMSH, Aix-en-Provence  les 17 et 18 novembre 2016.

Ces journées d’études sont proposées par un groupe de chercheurs de différentes disciplines qui, depuis plusieurs années, travaillent à une socio-histoire de la corruption politique à l’époque contemporaine et à l’échelle internationale, en particulier entre l’Allemagne et la France. Ce programme de recherches est soutenu par la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) en Allemagne et par l’Agence nationale de la recherche (ANR) en France.

Présentation générale

Notre hypothèse consiste à dire que la notion de corruption renvoie non pas à des formes de vénalité définies a priori mais à des jugements portant sur des questions plus larges, dont l’enjeu est la morale civique ou la probité publique (Lascoumes, 2010). Ces dénonciations sont, à partir de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle, le fait d’une pluralité d’acteurs, qui partagent une position critique à l’égard de gouvernants et des « puissants ». Ils dénoncent des pratiques de pouvoir supposées immorales et attribuées à des hommes politiques ou des membres de la société civile, ou encore au monde de l’entreprise.

Cette proposition d’analyse a été discutée lors de plusieurs manifestations et colloques, en Allemagne comme en France. Cela a donné lieu à cinq publications collectives, dont les trois dernières ont notamment été consacrées aux liens entre patronages et pratiques de pouvoir jugées corrompues, aux phénomènes de scandales et aux mécanismes de médiatisation (Dard, Engels, Farmheir, Monier, 2014), et enfin aux proscriptions des comportements réputés immoraux dans le monde de l’économie (Engels, Farmheir, Monier, Dard, 2014).

La journée d’études proposée le 17 novembre concernera les modes de dénonciation et les dénonciateurs de la corruption et des pratiques politiques et économiques. Cette manifestation repose sur l’hypothèse générale suivante : un essai d’histoire de ces acteurs, envisagée de façon large et dans une perspective comparée, donnera des éclairages sur la genèse historique de la notion de « transparence » et sur les processus multiples que cette notion englobe aujourd’hui.

Cette journée d’études sera suivie d’une deuxième journée (le 18 novembre) de débats et tables rondes (avec des invités et hors appel à communication) réunissant des acteurs impliqués, aujourd’hui et par le passé, dans la lutte contre la corruption et les mœurs des élites politiques et économiques, en particulier dans leur dénonciation auprès de l’opinion publique : journalistes, hommes politiques, essayistes, militants associatifs, etc. Ces tables rondes, à partir des témoignages de ces acteurs, donneront lieu à des dialogues avec des chercheurs en sciences sociales.

Objectifs et hypothèses

Dans l’état actuel des recherches, les travaux consacrés à la dénonciation et aux dénonciateurs de la corruption sont relativement peu nombreux. Certes, des études historiques existent sur les processus de médiatisation des scandales et des affaires politico-financières, en particulier sur leur genèse, comme sur leur devenir à l’échelle internationale (Boltanski, Claverie, Offenstadt, Van Damme, 2007 ; Garrard, Newell, 2006 ; Gelz, Hüser, Russ-Sattar, 2014 ; Markovits Silverstein, 1988 ; Thompson, 2000). Dans le même ordre d’idées, on doit compter avec une sociologie, récente, des entrepreneurs critiques de la politique (Briquet, Garraud, 2001). Celle-ci a permis d’élaborer des outils d’analyse, tout en proposant une lecture, contrastée des phénomènes actuels, depuis la fin des années 1980. Enfin, des travaux relevant d’une histoire culturelle du politique ont ouvert des voies pour une nouvelle compréhension de la morale publique, de la vertu politique et des modèles idéaux du bon gouvernement à l’époque contemporaine (Matthews, 1994 ; Biard, Bourdin, Leuwers, Touret, 2015). Pourtant, cette histoire culturelle du politique souffre, elle, d’un relatif manque d’intérêt. Cela est vrai en France, mais aussi – plus encore – en Allemagne et, nous semble-t-il, dans la plupart des pays européens.

Cette journée d’études vise à pallier ce déficit relatif : on souhaite susciter une réflexion collective sur la dénonciation de la corruption, considérée comme un fait social complexe et tenter, en particulier, une sociologie historique, comparatiste et compréhensive, des acteurs individuels et collectifs qui se sont faits les promoteurs d’une éthique contre la corruption et des pratiques considérées comme illégales et/ou immorales. Cela recoupe des questions liées à l’apparition d’acteurs spécialisés, comme les publicistes : des libellistes de la fin de l’Ancien Régime et pamphlétaires du XIXe siècle aux lanceurs d’alerte du début du XXIe siècle, si l’on veut. Cela engage également des débats sur des hommes et des groupes politiques qui, à un titre ou à un autre, se sont érigés en défenseurs d’une bonne cause, voire d’une morale civique, en dénonçant la corruption d’hommes au pouvoir. Cela fait surgir, enfin, des interrogations sur les formes de la publicisation et du jugement de la corruption, avec, notamment, une réflexion nécessaire sur les fréquents décalages entre les jugements pénaux formulés par l’institution judiciaire et les jugements moraux, sinon idéologiques, portés par d’autres acteurs. La diversité des situations, au plan géographique comme au plan chronologique, peut seule permettre de distinguer ce qui relève d’une histoire commune ou des processus généralisables d’un côté, et ce qui s’apparente à des caractères singuliers ou des particularismes de l’autre.

Selon l’hypothèse soumise ici à discussion, cette sociologie historique des acteurs de la dénonciation et de leurs réseaux n’est pas une fin en soi. Elle est pensée comme un moyen d’éclairer la genèse de la notion de transparence, centrale aujourd’hui au plan national comme à l’échelle internationale. Les débats les plus récents sur cette notion – ou sur les phénomènes qu’elle recouvre comme le droit à la vie privée ou la transparence financière – montrent qu’il existe des divergences dans l’interprétation. D’un côté, certains imputent le « rêve de transparence » à une forme de constante anthropologique (Schneider, 2013) ; d’un autre côté, certaines analyses insistent sur la nouveauté relative du phénomène (Monier, 2013). Née sous cette forme dans les années 1970-1990 selon les pays, la transparence serait peut-être un effet différé des grandes mutations sociales associées aux révoltes de 1968 : elle ouvrirait la voie à de nouveaux codes culturels et politiques. Enfin, l’idée est souvent admise que la transparence ne diffère pas sensiblement de la publicité, définie comme une dimension constitutive de nos sociétés contemporaines. À ce titre, elle s’inscrirait donc dans une histoire pluriséculaire, ouverte par les Lumières et par tous les processus de transition et de rupture entre les époques moderne et contemporaine (Requate, Wessel, 2002).

Cette perspective historique peut sans doute fournir des éléments de réponse à une autre/d’autres interrogations : la notion de corruption renvoie aujourd’hui, dans son acception courante, à l’abus d’une charge publique à des fins privées et intéressées. En d’autres termes, la frontière, toujours mouvante, entre les sphères publique et privée a été en partie produite grâce aux dénonciations de la corruption (Engels, 2014). Cette sociologie historique a donc un autre enjeu que la compréhension de nos systèmes contemporains de valeurs publiques. Elle vise aussi à comprendre le processus, long et complexe, de séparation tendancielle entre l’État et la société civile qui marque de nombreux pays à l’époque contemporaine.

Les axes de l’appel à communication

Les questionnements portent donc autant sur les transformations socio-historiques au sens large que des études de cas plus circonscrits. Seront également bienvenues toutes les contributions portant sur un ou plusieurs pays, y compris dans une perspective comparative. Ces contributions peuvent à la fois présenter un seul ou plusieurs des aspects suivants :

1) Comment dénonce-t-on ?

Ce qui nous intéresse ici, ce sont les formes rhétoriques de la dénonciation de la corruption et des mœurs politiques mettant en avant différents registres linguistiques et sémantiques. La dénonciation n’est pas uniquement présente dans des supports éditoriaux ou de communication en eux-mêmes plus enclins à cet exercice comme des pamphlets, des essais à charge, des tracts, des pages blogs, etc. mais elle se décèle aussi dans les articles journalistiques d’information, dans des dossiers judiciaires et administratifs a priori construits pour être « neutres » et lisses. Avec quel vocabulaire stigmatise-t-on la corruption, le favoritisme, les clientèles politiques ? L’inventivité linguistique est-elle de règle dans ces rhétoriques mises au point dans différentes sociétés ?

2) Que dénonce-t-on ?

Quelles sont les pratiques micro politiques soumises à la dénonciation, et avec quel degré de précision désigne-t-on certains actes ? À quels phénomènes concrets associe-t-on ce qui est réprouvé ? Comment repérer les confusions, superpositions, contradictions entre termes utilisés et phénomènes montrés du doigt? La dénonciation de formes politiques personnalisées et intéressées est-elle toujours une dénonciation de personnes et de réseaux ? Comment passe-t-on de la dénonciation tactique de certains acteurs à la critique d’un système tenu pour immoral et corrompu ?

3) Qui dénonce ?

Au-delà des rhétoriques utilisées et des pratiques désignées, qui sont ces acteurs de la dénonciation ? Au- delà du montage ou pas d’une véritable entreprise de la dénonciation et de la critique de la politique, quel croisement peut-on établir entre pratiques de la dénonciation et trajectoires biographiques ? Itinéraires de vie et trajectoires professionnelles, position sociale et situation politique entrent-ils en compte ? Des phénomènes de bifurcations peuvent-ils expliquer le fait que certains se saisissent de la dénonciation et d’autres moins ou très peu ? Des contributions sont attendues sur les différentes figures de dénonciateurs de la corruption et des mœurs politiques: journalistes et hommes de médias, chevaliers blancs, pamphlétaires et essayistes, hommes politiques, fonctionnaires, magistrats et policiers, militants associatifs, etc.

4) Quand dénonce-t-on ?

On peut supposer qu’on ne dénonce pas n’importe quand. Raison pour laquelle nous voudrions aussi interroger les environnements d’opportunités et de contrainte qui font que les acteurs dénoncent à tel moment et non pas à tel autre. Dans quels types de stratégies ou de calcul ? Dans quelle sorte d’anticipation des actions des « dénoncés » ? Ces questionnements seront particulièrement intéressants pour des hommes aux prises avec des stratégies politiques de carrières, pour des journalistes pris entre contraintes juridiques et quêtes de visibilité, etc.

5) Quelles interactions dans le processus de dénonciation ?

L’interaction entre dénonciateurs et dénoncés est un paramètre important du processus de dénonciation et de critique de la corruption et des élites. Les « dénoncés » mettent souvent en œuvre des pratiques et des rhétoriques de riposte à la dénonciation très intéressantes à étudier et qui demeurent peu investiguées par les sciences sociales. Il faut en effet constater que les dénoncés disposent de plus en plus de services de communication ou font appel à des conseillers pour élaborer des stratégies de défense et de riposte.

Bibliographie

Biard Michel, Bourdin Philippe, Leuwers Hervé et Touret Alain (dir.), Vertu et politique. Les pratiques des législateurs (1789-2014), Rennes, PUR, 2015.

Boltanski Luc, Claverie Élisabeth, Offenstadt Nicolas, Van Damme Stéphane (dir.), Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, Paris, Stock, 2007.

Briquet Jean-Louis et Garraud Philippe (dir.), Juger la politique. Entreprises et entrepreneurs de la politique, Rennes, PUR, 2001.

Dard Olivier, Engels Jens Ivo, Fahrmeir Andreas et Monier Frédéric (dir.), Scandales et corruption à l’époque contemporaine, Paris, A. Colin, 2014.

Engels Jens Ivo, Die Geschichte der Korruption, von der frühen Neuzeit bis ins 20. Jahrhundert, Francfort, S. Fischer, 2014. Engels Jens Ivo, Fahrmeir Andreas, Monier Frédéric, Dard Olivier (dir.), Krumme Touren in der Wirtschaft. Zur geschichte

ethischen Fehlverhaltens und seiner Bekämpfung, Köln, Böhlau, 2014.
Garrard John et Newell James (dir.), Scandals in past and contemporary politics, Manchester, Manchester University press,

Gelz Andreas, Hüser Dietmar et Russ-Sattar Sabine (dir.), Skandale zwischen Moderne und Postmoderne, Berlin/New York, De Gruyter, 2014.

Lascoumes Pierre (dir.), Favoritisme et corruption à la française. Petits arrangements avec la probité, Paris, Presses de sciences po, 2010.

Markovits Andrei S. et Silverstein Merril (dir.), The politics of scandal : power and process in liberal democracies, New York, Holmes and Meier, 1988.

Matthews Richard K. (dir.), Virtue, corruption and self-interest: political values in the eighteenth century, Bethlehem, Lehigh University press, 1994.

Monier Frédéric, Corruption et politique : rien de nouveau ?, Paris, A. Colin, 2013.
Monier Frédéric, Olivier Dard et Jean Ivo Engels (dir.), Patronage et corruption politiques dans l’Europe contemporaine, Paris, Colin, 2014.

Requate Jorg et Wessel M. Schulze (dir.), Europäische Öffentlichkeit : Transnationale Kommunikation seit dem 18. Jahrhundert, Francfort/New York, Campus, 2002.

Schneider Manfred, Transparenztraum. Literatur, Politik, Medien und das Unmögliche, Berlin, Mathes § Seitz, 2013. Thompson John, Political scandal: power and visibility in the Media age, Cambridge, Polity press, 2000.

Organisation

Cet appel à communication est ouvert à l’ensemble des sciences sociales et principalement à l’histoire, à la science politique, à la sociologie, à l’anthropologie, aux sciences de l’information et de la communication et aux sciences du langage. Les propositions de contributions pourront être adressées en quatre langues : allemand, anglais, français et italien. Les communications orales (de 15-20 minutes de durée) pourront être présentées en français, en anglais ou en allemand avec à chaque fois un support écrit soit en anglais, soit en français (diaporama, document reprographié…).

Les propositions pourront être adressées jusqu’au 14 mars 2016, à Olivier Dard (UMR IRICE, Université Paris-Sorbonne ; mail : olivierdard@orange.fr), Cesare Mattina (UMR LAMES, Aix-Marseille Université ; mail : cesare.mattina@univ-amu.fr) et Frédéric Monier (UMR centre N. Elias, Université d’Avignon ; mail : Frederic.monier@univ-avignon.fr).

Elles prendront la forme d’une courte présentation (entre 2.500 et 3.500 caractères environ) incluant les coordonnées personnelles et mail des proposants, leurs statuts et rattachements institutionnels. Aux proposants dont la communication sera acceptée, il sera demandé de rédiger, pour le 21 octobre 2016, une synthèse de 10.000 caractères pouvant faire la trame d’un article scientifique écrit par la suite. Les contributions de la journée d’études donneront lieu à un ouvrage collectif publié avec le soutien de l’Agence nationale de la recherche.

Comité scientifique

Jean-Louis Briquet (politiste, CES-Paris 1)
Annie Collovald (sociologue, CENS, Université de Nantes)
Olivier Dard, (historien, IRICE, Université Paris-Sorbonne)
Gilles Favarel-Garrigues (politiste, CERI)
Jean Ivo Engels (historien, Université technique de Darmstadt)
Andreas Fahrmeir (historien, Université Goethe de Francfort)
Cesare Mattina (sociologue, LAMES, AMU-CNRS)
Frédéric Monier (historien, Centre Norbert Elias, Université d’Avignon)
Laurence Montel (historienne, CRHQ, Université de Caen)
Laurent Mucchielli (sociologue, LAMES, AMU-CNRS)
Jacques Walter (science de l’information et de la communication, CREM, Université de Lorraine)

Comité d’organisation

Brigitte Coche, LAMES, AMU-CNRS
Sylvie Chiousse, LAMES, AMU-CNRS
Tommaso Giuriati, LAMES, AMU-Université de Corte Nicolas Maïsetti, LATTS Marne-La-Vallée
Cesare Mattina, LAMES, AMU-CNRS
Frédéric Monier, Centre Norbert Elias, Université d’Avignon
Laurent Mucchielli, LAMES, AMU-CNRS
Jean-Baptiste Papa, Centre Norbert Elias, Université d’Avignon
Pierre-Olivier Weiss, LAMES, AMU-CNRS

Les propositions retenues seront publiées sur la page de présentation du projet « Politique et corruption » (POC/K). Cette page sera disponible sur le site du projet, les carnets de POC/K [http://hypotheses.org], ainsi que sur le site internet du centre Norbert Elias [http://Centre-norbert-elias.ehess.fr], à l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales) et sur le site du LAMES [www.lames.cnrs.fr].

Le comité scientifique s’engage à suivre les règles académiques de respect de la déontologie et de lutte contre la fraude, définies par l’équipe dirigée par Michelle Bergadaà de l’université de Genève [http://responsable.unige.ch].

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search