[Appel à communications] Histoire de la transparence dans la politique et la société, Darmstadt, 2019

Appel à communications pour le colloque international “Histoire de la transparence dans la politique et la société” qui se tiendra à l’université de Darmstadt les 27 et  28 juin 2019.

La demande de “transparence” est omniprésente. La transparence est une demande habituelle des acteurs critiques et des observateurs dans presque tous les domaines : dans le domaine de la santé, le football, à l’université – des lacunes à cet égard sont diagnostiquées partout et les responsables s’engagent avec enthousiasme pour une plus grande transparence. De plus, la transparence est considérée comme une condition préalable à la bonne gouvernance (« good governance »), à la participation politique et donc à une société civile développée. Hypothèses sous-jacentes : la transparence accroît la démocratisation et la participation. Au cours des dernières décennies, de nombreuses mesures ont été prises pour accroître la transparence, telles que les lois sur la “liberté d’information” dans de nombreux pays occidentaux, qui permettent aux citoyens d’accéder aux documents de l’État.

À y regarder de plus près, toutefois, la transparence s’avère problématique. Car la transparence n’est qu’en apparence une caractéristique d’un système politique. En réalité, cela se traduit principalement par des exigences politiques – une transparence complète n’a encore été réalisée nulle part. La transparence semble fonctionner principalement comme un idéal, associé à des expériences continues de déficit ou de manque. Les mesures visant à accroître la transparence peuvent avoir l’effet inverse et susciter souvent la méfiance. Alors que la transparence dans les affaires politiques quotidiennes reste une formule miracle, ces dernières années ont vu apparaître une recherche scientifique largement sceptique à l’égard de cette notion.

Transparence et sciences politiques et sociales

En particulier dans les domaines des sciences politiques et sociales, de l’étude des médias et du droit, une nouvelle configuration scientifique avec colloques et publications se fait jour. Les historiens commencent tout juste à découvrir le sujet. Le colloque prévu est destinée à fournir un forum pour la recherche historique, qui traite du concept de transparence. La manifestation est consacrée à l’histoire de la transparence en politique et au diagnostic temporel depuis les Lumières. Nous supposons que pendant les Lumières, sont apparues les premières demandes systématiques pour ce qui est maintenant appelé la transparence, par exemple: accès à l’information, abolition des arcana imperii, règles de procédure claires, rejet de la diplomatie secrète. À cette époque, ces revendications faisaient encore partie de la volonté de publicité ou de publicisation – à cet égard, l’histoire de la transparence est étroitement liée à celle du public.

Depuis ce moment, de nombreux autres aspects se sont ajoutés – la transparence en tant qu’effet secondaire de la montée de la presse, en tant qu’élément des demandes croissantes de participation, mais également la transparence au sens des techniques de gouvernance étatiques, qui ont pour but de rendre la population ‘lisible’ et contrôlable. De plus, il y a toujours eu du scepticisme et des oppositions aux espoirs de transparence, qui ont estimé que l’autonomie de l’individu ou sa capacité politique d’agir était par trop menacée par une trop grande transparence.

La transparence depuis le XVIIIe siècle

Le but du colloque est de rassembler et de discuter les premiers éléments de l’histoire de la transparence et de ses précurseurs ainsi que de ses contre-mouvements depuis le XVIIIe siècle. Cela peut être fait dans divers domaines historiques: outre les débats juridiques et politiques, y compris l’usage des métaphores (lumière, diaphane, etc.), cela pourrait inclure l’histoire des scandales, l’histoire du financement des partis et d’autres mouvements politiques, l’importance des experts, l’histoire du respect des règles dans les entreprises et les autorités, l’histoire des théories du complot (en tant que tentative de création d’une transparence fictive), l’histoire de la surveillance par l’État, l’histoire des relations extérieures entre diplomatie secrète et diplomatie ouverte.

Nous nous intéressons aux aspects suivants de manière systématique : La chronologie des demandes de transparence depuis le XVIIIe siècle. Y a-t-il des phases ou des tournants distincts ? Comment le concept a t-il évolué ? Quand devient-il pertinent sur le plan politique ou quand entre-t-il dans la politique ? Les acteurs de la transparence. Quelles étaient ou sont les forces politiques et sociales qui ont préconisé la transparence ? Pour quels motifs ont joué un rôle ? Les demandes de transparence ont-elles des objectifs de stabilisation du pouvoir ou ont-elles servi à accroître la participation ? Est-ce venu des élites ou des gouvernés ? Les zones de transparence. Dans quels domaines de la société la transparence était-elle nécessaire – et dans lequel non ? En quoi le secret et l’opacité sont-ils restés légitimes, et pourquoi ? Les instruments de la transparence. Quelles mesures les acteurs de la transparence ont-ils réclamé ? Comment ont-ils voulu atteindre leurs objectifs ? Les opposants à la transparence. Qui s’est opposé aux exigences de transparence et au secret ou à la confidentialité et quels étaient leurs arguments et leurs motivations ? Peut-on penser la transparence en tant que catégorie d’analyse ?

L’appel à communication

Au-delà des exigences des contemporains en matière de transparence, il reste à déterminer pour le moment s’il est logique de décrire ou non les systèmes ou procédures politiques historiques d’un point de vue analytique plus ou moins transparent. Cet appel à communication s’adresse à toutes les personnes dont les recherches peuvent éclairer la préhistoire, les origines et le développement de la demande de transparence et de son contre-mouvement dans une perspective historique.

La conférence est organisée par le groupe de recherche franco-allemand HISTRANS (dirigé par Frédéric Monier, Olivier Dard et Jens Ivo Engels) et soutenue financièrement par l’ANR et la DFG. Le comité de sélection scientifique pour la conférence comprend également Andreas Fahrmeir, Ronald Kroeze, Silvia Marton et Gemma Rubí.

Les présentations peuvent être données en allemand, anglais et français. Veuillez envoyer votre résumé (en anglais) de 8 000 caractères maximum et un court CV avant le 31 octobre 2018 à l’adresse : transparenz@pg.tu-darmsta.

[Ecole doctorale thématique] Corruption et politique : histoire et sociologie, Avignon, 2017

Programme de École doctorale thématique “Corruption et politique : histoire et sociologie”,  qui se tiendra à l’Université d’Avignon du 4 au 6 septembre 2017.

Cette école doctorale thématique est bâtie en partenariat par des chercheurs du programme CCPND (« Comparer la corruption politique dans les pays de nouvelle démocratie », université de Bucarest, Nouvelle université bulgare à Sofia, université d’Avignon) et du groupement de recherche international « politique et corruption » (GDRI CNRS 842), coordonné par le Centre Norbert Elias (UMR CNRS 8562).
L’anglais et le français sont des langues de travail.

Lundi 4 septembre

Histoire et sociologie de la corruption : méthodes et questions

Campus H. Arendt, bâtiment ancien, salle OE14

10h-10h30 : accueil des participants et introduction par Stéphane Durand et Frédéric Monier (université d’Avignon, centre N. Elias)

Modérateur : Stéphane Durand

10h30- 11h15
« Approcher la corruption dans une société d’ancien régime, un dilemme entre normes et pratiques » par Benjamin Landais (université d’Avignon, centre N. Elias)

11h15-12h
La corruption dans l’historiographie espagnole, par Gemma Rubi et L. Ferran Toledano Gonzalez, (université autonome de Barcelone)

12h-12h30 : discussions

12h30 : déjeuner


Campus H. Arendt, bâtiment ancien,
Salle d’apparat/hall des thèses

Modératrice : Silvia Marton (université de Bucarest, New Europe college)

14h-14h45
La corruption dans la France d’Ancien Régime : un problème historiographique mal posé ?, par Stéphane Durand (université d’Avignon, centre N. Elias)

14h45-15h30
Du favoritisme à l’oligarchie. Débats historiographiques en Roumanie, par Silvia Marton (université de Bucarest, New Europe college)

15h30-16h : discussions

16h-16h45
Conspiration et corruption – les deux méga-discours de la transition post-communiste ratée, par Anna Krasteva (nouvelle université bulgare, Sofia)

16h45-17
Programme social, présenté par Marco Bar et Nathan Brenu (université d’Avignon, centre N. Elias)

19h30 : dîner

Mardi 5 septembre

Histoire et sociologie de la corruption : enjeux et débats

Campus H. Arendt, bâtiment ancien, salle OE14

Modérateur : Frédéric Monier (université d’Avignon, centre N. Elias)

9h-9h45
‘Debates about the ‘corrupt colony’ in European history’, par Ronald Kroeze (université libre d’Amsterdam)

9h45-10h30
les difficultés méthodologiques de l’analyse de la corruption dans les sociétés post-communistes par Alexandra Iancu (université de Bucarest, New Europe college)

10h30-11h : Discussion

11h-11h45
La sociologie des réponses institutionnelles à la corruption, par Katia Hristova- Valtcheva (nouvelle université bulgare, Sofia)

11h45-12h30
La  «  corruption et ses racines » dans une société postcommuniste. Analyse des définitions et des narrations à travers le clivage anciens-communistes / anticommunistes en Bulgarie, par Petia Georgieva (nouvelle université bulgare, Sofia)

12h30–13h : discussion

13h : déjeuner

Campus H. Arendt, bâtiment ancien, Salle d’apparat/hall des thèses

Après-midi : programme social

19h30 : dîner

Mercredi 6 septembre

Présentations d’étudiants et de jeunes chercheurs

Campus H. Arendt, bâtiment ancien, salle OE14

Modératrice : Marion Fontaine (université d’Avignon, centre N. Elias)

9h30- 10h
Marco Bar (université d’Avignon, centre N. Elias)

10h-10h30
Oriol Lujan (université autonome de Barcelone)

10h30- 11h : Discussion

11h-11h30
Bogdan Mateescu (Institut N. Iorga)

11h30-12h
Svetla Tzoncheva (nouvelle université bulgare, Sofia)

12h-12h30 : discussion

12h30 : déjeuner

Campus H. Arendt, bâtiment ancien, Salle d’apparat/hall des thèses

Modératrice : Anna Krasteva (nouvelle université bulgare, Sofia)

14h-14h30
Maria Chiriloaia (université de Bucarest)

14h30-15h
Alexandra Oprea (université de Bucarest)

15h-15h30 : discussion

15h30- 16h
Nathan Brenu (université d’Avignon, Centre Norbert Elias)

16h-16h30 : discussion

19h30 : dîner de clôture de l’école doctorale

[Call for papers] Workshop Urban Governance and its Disorders, Leicester 2017

Call for papers for the Exploratory WorkshopUrban Governance and its Disorders: Corruption in the Cities, which will take place at the Centre for Urban History, University of Leicester, April 27, 2018.

Deadline for Paper Proposals, 10 November 2017.

Location: University of Leicester, Centre for Urban History, 3-5 Salisbury Road, Leicester LE1 7QR

The issue of corruption has, of late, become of growing interest to social scientists and historians although research in corruption in urban settings less so and the relationship of corruption to urban governance even less. The complexity of governance as distinct from government has raised questions, particularly since the 1980s, as state governments have sought relationships with private and voluntary actors to manage and deliver services and other public goods. Cities though, have long exhibited diverse patterns of governance variously described by terms such as hybridity, markets and networks. Moreover, towns and cities have been sites of numerous types of transaction some of which could be described as corrupt. We welcome contributions on aspects of urban governance and corruption from any period of history and or location. Please send individual paper abstracts of 250 words by 10 November 2017 to psj4@leicester.ac.uk.

Proposals will be scrutinised by a panel appointed by the conveners. The conference is held in collaboration with The International Journal of Regional and Local History and suitable papers will be published in a special issue of the journal. We welcome contributions from established scholars and new researchers.

Conveners: Professor Simon Gunn; Dr Prashant Kidambi; Dr Richard Butler; and Peter Jones, Research Fellow at the Centre for Urban History.

[Appel à communications] Scandales de corruption politique et société civile dans les pays d’Europe centrale et orientale, Sofia, 2017

Appel à communications pour le colloque “Scandales de corruption politique et société civile dans les pays d’Europe centrale et orientale : médias, lanceurs d’alerte, organisations civiques” qui se tiendra à la Nouvelle Université Bulgare, Sofia, les 9 et 10 novembre 2017.

Cet appel à contributions s’inscrit dans les travaux conjoints des équipes de la Nouvelle Université Bulgare, du Centre Norbert Elias de l’Université d’Avignon et de l’Université de Bucarest dans le cadre du projet « Comparer la ‘corruption’ politique aujourd’hui dans les nouvelles démocraties » (août 2016-décembre 2017) deroulé par le CEREFREA et la Faculté de Sciences Politiques de l’Université de Bucarest.

Un premier colloque « Dénonciations et pratiques de corruption politique dans les nouvelles démocraties » a été organisé par l’équipe du projet de recherche à Bucarest en novembre 2016 réunissant des analyses pluridisciplinaires, de sciences politiques et historiques et qui a eu comme objet d’étude le rôle et les actions des acteurs politiques et des institutions dans la définition de la corruption, de sa dénonciation et de la lutte contre la corruption politique.

Les scandales de corruption marquent par leur fréquence la vie politique des nouvelles démocraties en Europe centrale et orientale et représentent une caractéristique importante des scènes médiatiques et politiques. La révélation et la dénonciation de très nombreuses « affaires » ou des « gates », comme le langage populaire et journalistique les dénomme souvent, déferlent régulièrement dans l’espace public et attisent les attitudes contestataires et protestataires vis-à-vis des institutions, des élites et des partis politiques. Souvent, parmi les plus stigmatisés pour corruption politique sont les élites et les partis politiques liés à l’ancien régime communiste. Les scandales de corruption révélés au grand jour désavouent et délégitiment des personnalistes et des partis politiques. La « Rywin gate » en Pologne en 2001 a été un facteur non négligeable de la défaite ultérieure de l’Union de la gauche démocratique SLD. Plusieurs dénonciations et affaires révélées ont touché les socialistes hongrois, bulgares, roumains etc. Cependant, les partis et les élites de la droite anticommuniste ne sont pas à l’abri des scandales de corruption, comme le montrent les « gates » en Bulgarie, l’ « Affaire Gorilla » en Slovaquie ou les nombreux procès contre les hommes politiques en Roumanie. Dans la période actuelle, la perception d’une corruption omniprésente renforce des attitudes anti-establishment, antisystèmes et antidémocratiques. Même si l’issue judiciaire des affaires dénoncées n’est pas toujours certaine, les affaires ont souvent pour effet la déstabilisation des organisations partisanes, des institutions et apportent à la volatilité électorale et à la défiance envers les institutions de la démocratie libérale.

En même temps, les scandales de corruption politique sont loin d’être l’apanage des nouvelles démocraties postcommunistes. Au contraire, ils sont une donne banalisée dans les démocraties dites établies. Les cas italien, français ou belge n’en sont qu’un exemple. Les scandales de corruption politique ne sont pas non plus une invention de la période postcommuniste. Dans l’optique de la longue durée, les études ont montré que la politisation des pratiques qui auparavant n’étaient pas jugées comme faits de corruption et les scandales de corruption politique apparaissent avec la modernisation au début du XIXe siècle. « Devenus des phénomènes récurrents dans de nombreux pays, les scandales de corruption et les affaires politico- financières sont considérés à l’heure actuelle comme des faits communs (…) ils constituent des « événements indicateurs » des changements – politiques, économiques mais aussi culturels – à l’œuvre dans nos sociétés. » (I. Engels et F. Monier, Scandales et corruption à l’époque contemporaine, Armand Colin, 2014, p. 13)

Cependant, la question se pose sur les spécificités des scandales de corruption dans les nouvelles démocraties, pendant ou après des processus de transitions démocratiques. Quel est le rôle des dénonciations dans ces contextes spécifiques ? Que révèlent ces phénomènes des évolutions des sociétés, des valeurs et des régimes politiques ?

Depuis que la corruption politique, révélée par les scandales médiatisés, a été érigée en objet d’étude à part entière par les sociologues du politique (Ford 1904, Pareto 1917), la question des définitions et des approches méthodologiques de ces phénomènes a revêtu une grande importance. La redécouverte de ces questions à partir des années 1970 a amplifié ces tendances intellectuelles dans différentes disciplines, en particulier en sciences politiques, en économie et en sociologie. Les controverses sur les définitions ont suscité ce que certains ont nommé une « grande querelle » (Farrales, 2005). Les travaux d’A. Heidenheimer et M. Johnston, qui ont surplombé la scène intellectuelle des années 1970 aux années 2000, ont défini de nouvelles notions explicatives et ouvert des pistes neuves (Heidenheimer, Johnston 1996). On peut estimer que, depuis les années 2000, deux grandes tendances existent en histoire et dans les sciences sociales du politique à ce sujet.

Ainsi, l’une des hypothèses principales des concepteurs du projet de recherche Anticorp (2013-2016), soutenu par la Commission européenne, est que, « far from being only a modern and Western ideal, the concept of good government existed at all times and in all cultures, and mechanisms to fight what was seen to be corruption went hand in hand with it“. Dans cette optique, il existe des tendances réputées objectives à l’augmentation ou à la diminution historique de la corruption4.

Par contraste, d’autres chercheurs ont développé, depuis une dizaine d’années, des cadres d’analyse alternatifs, souvent qualifiés de constructivistes (Dirk Tanzler, Konstadinos Maras, Angelos Giannakopoulos and Ralf Rogowski, ‘The Social Construction of Corruption: Theoretical Reflexions”2012: 21, 22; Gjalt de Graaf, Pieter Wagenar, Michel Hoenderboom, “Constructing corruption”, in de Graaf, von Maravic, Wagenar eds., The good cause. Theoretical perspectives on corruption, B. Budrich, 2010, 98 sequentes). L’enjeu est bien souvent de comprendre ce que les acteurs entendent par corruption, et de pointer d’un côté les évolutions des pratiques d’intérêts et de pouvoir, et, de l’autre côté, les glissements de sens de la notion de corruption, selon les acteurs, les lieux et les moments. En un mot, la corruption n’est pas une catégorie d’analyse à harmoniser, mais un concept, central et changeant, de nos modernités politiques.

Cet appel à communications est bâti par des chercheurs partisans d’approches réputées constructivistes. Celles-ci méritent d’être discutées, et l’on accueillera avec plaisir les contributions qui se proposent de le faire.

L’ attention spéciale portée sur les scandales de corruption politique dans les pays d’ Europe centrale et orientale et sur le rôle et les actions des différents acteurs de la société civile vise à réunir de nouvelles analyses, des cas d’étude empiriques ou des analyses comparées afin de prolonger et d’enrichir les discussions et les études déjà réalisées sur les conceptions et les constructions discursives de la « corruption politique », ses articulations sociales et politiques, ainsi que des acteurs de la dénonciation de la corruption issus de la société civile.

Nous invitons des propositions de communications en science politique, histoire, sociologie ou pluridisciplinaires sur les scandales de corruption politique et le rôle et les stratégies de dénonciation venant des acteurs de la société civile dans les pays d’Europe centrale et orientale. Les contributions doivent être centrées sur deux périodes : la période communiste ou après la chute des régimes communistes.

Sont délimités ici deux axes principaux :

Un premier axe : études de cas ou analyses comparées de scandales

Qui, quand, avec quelles motivations, quels moyens et dans quels objectifs dénonce-t-il un scandale de corruption ? Le timing d’un scandale de corruption politique est rarement dû au hasard. Il est souvent est lié à plusieurs facteurs dont l’épuisement des seuils de tolérance, l’instauration de nouvelles règles et normes ou le renforcement de nouvelles cultures politiques. Nous soulignons l’importance de l’analyse du contexte d’un scandale politique, des motivations et des objectifs des dénonciateurs, des moyens et du style déployés pour la « mise en scène » d’un scandale de corruption politique, de sa médiatisation, des stratégies et de la portée de l’acte de la dénonciation. Comme le souligne Olivier Dard, les scandales de corruptions peuvent avoir comme stratégie la dénonciation « au nom de la défense de valeurs morales » ; leurs fonctions varient aussi : « non seulement fustiger des dysfonctionnements, exprimer une indignation et réclamer des sanctions, mais aussi « faire le procès de l’ancien contre le nouveau, d’héritages nauséabonds qui referaient surface et qu’il convient de balayer » (Olivier Dard : 2014, 277-178).

Un deuxième axe : études de cas ou analyses comparées d’acteurs de dénonciations

Quand un acteur dénonce un scandale de corruption politique, s’agit-il de dénoncer un acte concret seulement ou de stigmatiser ses protagonistes, rejeter toute une culture ou famille politique ? Celui qui dénonce se positionne-t-il comme un acteur neutre, comme expert, ou s’inscrit-il et se revendique-t-il d’une position morale hors normes, politique ou idéologique ?

Nous délimitons ici trois catégories larges d’acteurs de dénonciations : les médias, les lanceurs d’alerte et des organisations civiques. En réalité ces acteurs peuvent se chevaucher et superposer mais chacune de ces catégories a ses propres caractéristiques.

  • La sphère médiatique est plurielle : la télévision et des émissions spécialisées d’enquêtes ; la presse écrite, les nouveaux média et les média on-line ; le, journalisme d’investigation
  • La catégorie de « lanceurs d’alerte » est elle aussi large : des journalistes, des écrivains, d’anciens responsables politiques, de justice de la police, etc.
  • Les groupes civiques comprennent des ONG spécialisés ou des groupes créés ad hoc sur un problème de corruption concret.

Les propositions de communications d’un résumé du contenu et du cadre théorique de 300 mots maximum sont à envoyer à frederic.monier@univ-avignon.fr, petiagueorguieva@gmail.com et  alexandra.ionascu@fspub.unibuc.ro

Date limite de soumission des propositions : 31 mars 2017
Date de la décision du comité scientifique : 30 avril 2017

Comité scientifique

Alexandra Iancu, Université de Bucarest, Roumanie
Anna Krasteva, Nouvelle Université Bulgare, Bulgarie
Anna Pacześniak, Université de Wroclaw, Pologne
Antony Todorov, Nouvelle Université Bulgare, Bulgarie
Evelina Staykova, Nouvelle Université Bulgare, Bulgarie
Frédéric Monier, Université d’Avignon, Centre Norbert Elias, France
France Ildiko Otova, Nouvelle Université Bulgare, Bulgarie
Ivaylo Ditchev, Université de Sofia, Bulgarie
Jean-Michel De Waele, Université libre de Bruxelles, Belgique
Katia Hristova-Valtcheva, Nouvelle Université Bulgare, Bulgarie Michel Perrotino, Université Charles, République tchèque
Olivier Dard, Université Paris Sorbonne, France
Petia Gueorguieva, Nouvelle Université Bulgare, Bulgarie
Silvia Marton, Université de Bucarest, Roumanie
Sorina Soare, Université de Florence, Italie
Stéphane Durand, Université d’Avignon Centre Norbert Elias, France Valentina Gueorguieva, Université de Sofia, Bulgarie

Comité d’organisation

Petia Gueorguieva, Nouvelle Université Bulgare, Bulgarie
Katia Hristova-Valtcheva, Nouvelle Université Bulgare, Bulgarie Antony Todorov, Nouvelle Université Bulgare, Bulgarie
Evelina Staykova, Nouvelle Université Bulgare, Bulgarie
Ildiko Otova, Nouvelle Université Bulgare, Bulgarie
Anna Krasteva, Nouvelle Université Bulgare, Bulgarie

Dádivas, dones y dineros – Christoph Rosenmüller, Stephan Ruderer (eds.)

Christoph Rosenmüller, Stephan Ruderer (eds.)
“Dádivas, dones y dineros”. Aportes a una nueva historia de la corrupción en América Latina desde el imperio español a la modernidad
Iberoamericana / Vervuert, 2016.
ISBN: 978-84-8489-973-0
http://www.iberoamericana-vervuert.es/FichaLibro.aspx?P1=115303

"Dádivas, dones y dineros". Aportes a una nueva historia de la corrupción en América Latina desde el imperio español a la modernidad - Christoph Rosenmüller, Stephan Ruderer (eds.).

La corrupción tiene en América Latina una relevancia notoria. Sin embargo, apenas existen estudios que analicen históricamente el tema. Este libro llena este vacío. Proponemos aquí una “nueva forma de abordar la historia de la corrupción”. Desde este punto de vista, la corrupción no es un hecho inmutable y rígido, sino un concepto que cambia en relación con las diferentes mentalidades de cada período histórico. Como el fenómeno varía según la época, el análisis cultural de su desarrollo permite “ver” transiciones en las sociedades del pasado y entender valores políticos poco estudiados.

A través de este nuevo enfoque, se analiza la corrupción desde la época colonial hasta la actualidad para contribuir a una visión comparativa. De esta manera, se entienden mejor los distintos significados del concepto y la legitimidad de los sistemas políticos. Se estudian los vínculos entre la corrupción, las acusaciones en la opinión pública y las decisiones políticas. De este modo, los distintos artículos del libro van más allá de una historia de escándalos: permiten entender la constitución y el funcionamiento de las sociedades en general. La corrupción, entonces, emerge como una figura fundamental de la comunicación política

Editor/es

Christoph Rosenmüller es profesor de la Middle Tennessee State University y actualmente becario del Instituto Max-Planck de Historia del Derecho en Europa (Max-Planck-Institut für Europäische Rechtsgeschichte) en Frankfurt, Alemania.
Stephan Ruderer es miembro del grupo de investigación “Culturas de las decisiones”. Trabaja en el Departamento de Historia de la Westfälische Wilhelms-Universität Münster, Alemania.

[llamado a comunicaciones] XVI Jornadas Interescuelas, Mar del Plata, 2017

XVI Jornadas Interescuelas Mar del Plata 2017
Mesa nº 8. Historia de la corrupción política en América Latina y Europa (siglos XVIII al XX). Nuevas perspectivas, nuevos enfoques

Os invitamos a participar con propuestas de comunicación en la mesa de trabajo que organizamos dentro de las XVI Jornadas Interescuelas Mar del Plata 2017, centrada en los nuevos enfoques investigadores en torno a la corrupción política en América Latina y Europa. El plazo para el envío de propuestas de comunicación finaliza el 17 de noviembre, el correo electrónico para hacer llegar a la organización estas propuestas es el siguiente: jornadas@inter2017.com

Coordinadores
Marta Bonaudo (UNR, CONICET)
Cristóbal Aljovín de Losada (Universidad Nacional Mayor de San Marcos)
Víctor M. Núñez García (Universidad de Sevilla)

Objetivos

Partiendo de herramientas metodológicas como la Historia cultural, la Historia comparada y trasnacional y una concepción multidisciplinar de la investigación histórica, esta mesa temática se propone analizar por qué la utilización del poder público para la obtención de beneficios privados se ha convertido en una constante dentro del funcionamiento de los sistemas políticos liberales y democráticos a lo largo de los siglos XIX y XX en América Latina y Europa y cómo, en torno a este fenómeno, se han articulado respuestas de justificación, silenciamiento o denuncia directamente relacionadas con los valores morales de las sociedades afectadas y con la elaboración cultural del propio concepto de “corrupción”. Desde esta premisa los objetivos concretos se dirigen hacia el análisis de la corrupción política electoral, la corrupción administrativa y la imagen de la corrupción desde una perspectiva cultural.

Fundamentos

Durante los últimos veinte años la corrupción política ha despertado un enorme interés entre los politólogos, juristas y sociólogos, preocupados por dar respuesta a las inquietudes actuales de la ciudadanía con respecto a esta lacra que merma sus derechos democráticos y desacredita el propio funcionamiento de la vida política; sin embargo, sólo muy recientemente los historiadores de la contemporaneidad se han sentido llamados al estudio de este problema político que, no obstante, se presenta en esencia como una realidad histórica de profundas raíces culturales. Podría decirse, en este sentido, que la corrupción política actual no es sino el producto de una larga tradición de corrupción del poder público, alimentada por la insuficiencia de las regulaciones institucionales, pero, sobre todo, por la existencia de un trasfondo cultural conformado a lo largo de los siglos mediante concepciones y valores de amplia difusión espacial. El desarrollo de esta línea de trabajo pretende incorporarse al espacio de investigación abierto ya en Francia, Alemania, EE.UU. o Canadá por historiadores como Monier, Dard, Engels o Buchan, que aún no a encontrado el suficiente eco historiográfico en ámbitos como América Latina y otros países europeos. La pretensión no es tanto la descripción de determinados comportamientos corruptos como analizar sus fundamentos intelectuales, su naturaleza social y cultural y las formas de percepción que generaron.


XVI Jornadas Interescuelas/Departamentos de Historia
Departamento de Historia
Facultad de Humanidades
Universidad Nacional de Mar del Plata
Sitio Web Jornadas: https://interescuelasmardelplata.com/
E-mail comunicaciones: jornadas@inter2017.com

Clientélismes urbains – Cesare Mattina

Parution de l’ouvrage de Cesare Mattina : Clientélismes urbains. Gouvernement et hégémonie politique à Marseille
Presses de Sciences Po, 2016.
http://www.pressesdesciencespo.fr/fr/livre/?GCOI=27246100631090

Clientélismes urbains Gouvernement et hégémonie politique à Marseille. Cesare Mattina

Attribuer un emploi public, un logement social, un permis de construire, des places en crèche ou un simple titre honorifique est une prérogative des collectivités locales. Loin d’être anodines, ces redistributions de biens publics, matériels ou symboliques, à des individus, des familles, des groupes religieux, des personnalités sont une des modalités du gouvernement de la ville.

À partir de l’exemple de Marseille, Cesare Mattina montre comment, dans une ville souvent qualifiée de corrompue, le clientélisme urbain a essentiellement profité aux classes moyennes et petites/moyennes en ascension sociale. Depuis les années Defferre, il a permis aux mêmes groupes sociaux et professionnels, choisis, voire construits – employés des collectivités locales, élites associatives communautaires et de quartier, notables des professions libérales, etc. -, de constituer un « bloc social historique », pour reprendre les termes d’Antonio Gramsci.

Croisant dossiers d’archives inédites, entretiens, observation ethnographique, articles de presse et données statistiques, cet ouvrage propose, au-delà du folklore de la « marseillologie », une vision à la fois précise et distanciée d’une des manières de gouverner une ville.

Cesare Mattina est enseignant-chercheur au Laboratoire méditerranéen de sociologie (LAMES-CNRS) d’Aix-Marseille Université.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search