[Journée d’étude] Journée de travail du 20 mai 2011 à Darmstadt

La journée d’étude qui s’est déroulée à Darmstadt en Allemagne le 20 mai 2011 sous la direction de Jens Ivo Engels a permis aux divers correspondants franco-allemands de faire le point sur les différentes recherches en cours dans le cadre du projet POC/K.

A ce titre, une autre journée de ce type a d’ores et déjà été prévue pour que les chercheurs puissent de nouveau échanger. Elle se tiendra à l’Université d’Avignon et des pays de Vaucluse le 18 novembre 2011, avec deux collègues associés au projet : Giorgio Blundo (EHESS, Centre N. Elias) et Christophe Prochasson (EHESS, CRH- groupe Ahmoc). En attendant les colloques de Metz de septembre 2012 et d’Avignon de mai 2013, ces journées sont avant tout un moyen pour les doctorants et les enseignants-chercheurs de partager expériences, approches, démarches, points de vue, et méthodes.

Les doctorants chargés d’enquêtes dans le cadre du programme ont présenté dans un premier temps leurs travaux : Anna Rothfuss et Robert Bernsee de l’université technique de Darmstadt, Annika Klein de l’université Goethe de Francfort, Anne-Catherine Schmitt et Julie Bour de l’université de Metz, Stéphane Soupiron et Christophe Portalez de l’université d’Avignon. Chacun a insisté dans le temps qui lui était imparti sur le degré d’avancement de ces derniers ainsi que sur ses aspirations et futurs projets. La présentation s’est effectuée en suivant l’ordre chronologique de chaque sujet à partir de trois moments chronologiques clairement distincts : premier XIXème siècle, fin du XIXème siècle-première moitié du XXème siècle, XXème siècle à partir des années 1930.

Suite à cela et aux discussions qui en découlèrent, Frédéric Monier a pris le temps de clarifier où en était la publication des actes du colloque d’Avignon des 17 et 18 mai 2010 aux éditions Armand Colin. L’ouvrage devrait paraître en 2012 sous la co-direction de Natalie Petiteau, Jens Ivo Engels et Frédéric Monier dans la collection « Recherches », série « Les coulisses du politiques dans l’Europe contemporaine ». Ont également été évoqués les noms des éventuels chercheurs susceptibles de proposer des communications aux prochains colloques.

La séance s’est poursuivie en début d’après midi sous forme de trois ateliers de travail (groupes A, B et C), réunissant  dans chacun d’entre eux les doctorants des trois moments chronologiques cités précédemment. Chacun a pu échanger, l’objectif étant, dans une démarche comparatiste, de définir les similitudes tout autant que les dissemblances entre chaque sujet afin d’enrichir ses propres réflexions. A cet effet, les différents groupes, constitués selon les cas en binômes ou en trinômes ont pu rendre compte de leurs dialogues respectifs en séance plénière.

Consécutivement à la présentation des résultats issus de ces discussions entre correspondants franco-allemands, Frédéric Monier a présenté un work in progress sur les poursuites judiciaires intentées pour « Corruption de fonctionnaires de 1825 à 1938 » en France. Il a tenu à défendre la nécessité impérieuse d’une histoire quantitative pour avancer sur les questions touchant au projet POC/K. Cette démarche lui a permis notamment de démontrer que la corruption était le crime le plus facilement acquitté en France au XIXe siècle.

Enfin, la dernière partie de la journée de travail a été consacrée à des questions de méthodologie et de terminologie soulevées par Jens Ivo Engels à travers trois angles de réflexions :

  1. Les débats sur la corruption et les nouveaux acteurs critiques.
  2. L’évolution des pratiques de la faveur.
  3. La mobilisation et les seuils de tolérance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.