[Appel à conribution] Faveurs, influence et corruption: culture et politique à l’époque contemporaine.

Appel à contributions: colloques de Metz (2012) et Avignon (2013)

Faveurs, influence et corruption:  culture et politique à l’époque contemporaine.

Deux colloques doivent avoir lieu dans le cadre d’un programme de recherche franco-allemand sur la « corruption politique: pratiques de la faveur et débats publics aux XIXe et XXe siècles ». Ce programme, soutenu par l’ANR (agence nationale de la recherche) et la DFG (deutsche forschungsgemeinschaft), est coordonné par  Jens Ivo Engels (université technique de Darmstadt) et Frédéric Monier (université d’Avignon), avec Natalie Petiteau (université d’Avignon), Andreas Fahrmeir (université Goethe de Francfort) et Olivier Dard (université de Metz).

Le comité scientifique est composé en outre de Giorgio Blundo (EHESS), Pierre Lascoumes (CNRS) et Christophe Prochasson (EHESS).

Ces deux colloques sont prévus en France, à l’université de Metz (septembre 2012) et à l’université d’Avignon (mai 2013). La synthèse des travaux sera présentée en Allemagne, à l’université de Francfort, en octobre 2013.

Ces manifestations s’inscrivent dans le fil de débats ouverts aux colloques de Darmstadt (mars 2009, Legitimation, Integration, Korruption: Patronage in früher Neuzeit und Moderne, dirigé par R. G. Asch, B. Emich et J. I. Engels) et d’Avignon (mai 2010, Les Européens et le pouvoir politique, dirigé par N. Petiteau et F. Monier).

Les colloques de Metz (2012) et d’Avignon (2013) sont organisés avec le soutien du centre Norbert Elias (UMR 8562), du centre régional universitaire lorrain d’Histoire (CRULH), du séminaire d’histoire de l’université de Darmstadt, notamment.

Présentation générale

 

Au cours des vingt dernières années, les débats collectifs sur la corruption politique ont pris une importance considérable. Dans de nombreux pays, comme au plan international, ces débats ont abouti à la création de nouvelles normes, visant à éradiquer la corruption, au nom de la transparence (pour la France, Monier, 2011). Par contraste, l’étude historique du phénomène est encore à ses débuts, particulièrement les recherches comparatistes (Engels, 2006 et 2008). Ce projet comparatiste veut montrer comment les phénomènes de corruption, dans leurs formes actuelles, sont apparus, en Europe, entre le début du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle, avant d’évoluer fortement au cours du XXe siècle. Des éclairages mériteraient d’être apportés sur d’autres aires culturelles – notamment nord-américaines -.

Rompant avec les systèmes d’Ancien régime marqués par les patronages aristocratiques, la politisation des sociétés et l’institutionnalisation de l’État créent une critique absolue de la corruption, à partir du tournant des XVIIIe et XIXe siècles (Engels, 2006).  Loin d’être atemporelle, la corruption politique a d’abord une histoire. Aujourd’hui, le sens commun y voit l’abus d’une position publique à des fins privées. L’un des objectifs de ces colloques est de montrer comment, dans  différents pays, la notion de corruption renvoie à des pratiques d’influence, ainsi qu’à leurs perceptions par le public: pratiques et perceptions varient selon les temps et les lieux.

Le projet appréhende les phénomènes de corruption dans leurs deux dimensions constitutives: des pratiques politiques dominées par des faveurs; des modes de publicisation qui, avec l’essor des médias de masse ou de la « visibilité médiatisée », constituent les scandales et les affaires en moments des débats publics (Thompson, 2000, Engels, 2009).

Cela fait surgir des interrogations sur la morale publique et sur la construction culturelle de modèles idéaux, concernant le bien commun et l’intérêt général. Compte tenu des modèles étatiques et des traditions politiques propres aux différents pays, on attend de la recherche comparative certains éclairages: sur les particularités nationales et les tendances généralisables  – ce sur quoi la recherche sur la corruption s’est peu étendue jusqu’ici -.

Thématiques et perspectives scientifiques

Quatre thématiques ont été choisies pour les deux colloques prévus.

1/L’économie politique des faveurs: normes publiques et pratiques privées

2/Les réseaux d’influence: patronages, clientélismes et intérêts

3/La corruption en débats: les scandales et leurs acteurs

4/ Les usages de l’indignation: morales civiques, mythes collectifs et stratégies politiques.

Si une perspective historique – et constructiviste – a été retenue, les appels à contribution s’adressent à l’ensemble des chercheurs en sciences sociales – sociologie, anthropologie, science politique -, comme aux spécialistes d’histoire du droit. Dans le même esprit, si le projet est axé sur l’ensemble de la séquence historique, ouverte dans les années 1800, les colloques peuvent accueillir des contributions traitant de l’histoire très récente – depuis les années 1980 -. Enfin, si l’aire ouest-européenne est au cœur de l’enquête, des propositions portant sur d’autres pays européens, ou  nord-américains, peuvent être adressées.

L’hypothèse générale est que les phénomènes relevant des faveurs et de la corruption politiques ne correspondent ni à des constantes anthropologiques, ni à des formes de déviance définies a priori. Ces postulats scientifiques pourront être discutés dans les contributions.

En bref, ce sont les objectifs scientifiques qui détermineront, en pratique, l’agencement intellectuel des colloques.

Objectifs de recherche

Les débats sur la corruption sont un moyen d’accès qui permet d’analyser les modifications progressives des paysages politiques.  On peut penser notamment aux périodes de guerre, qui, sur le plan économique, se présentent comme des moments  caractérisés par des pratiques corrompues, ainsi que par de vifs débats sur les « profiteurs de guerre ». De façon générale, les différentes sociétés, – ouest-européennes en particulier -, sont marquées par une exigence de pluralisme. Souvent, des acteurs nouveaux sur la scène publique se sont faits les porte-drapeaux d’une morale politique face à la corruption attribuée au pouvoir en place. On peut, par exemple, estimer que les révolutions, ou les changements de systèmes politiques, cristallisent ces débats, autour de la corruption attribuée aux « privilégiés », membres d’anciennes élites.

Enjeux de conflits politiques, modes – souvent paradoxaux – de production de normes disputées, les débats sur la corruption méritent donc d’être revisités.

 

La question doit être soulevée, dans une autre perspective, des processus qui ont fait évoluer les pratiques de faveur entre gouvernants, fonctionnaires et milieux d’affaires, mais aussi entre gouvernants, fonctionnaires et simples sujets, et/ou citoyens (Monier, 2007). Des enquêtes récentes, à l’échelle nationale, confirment que les pratiques ordinaires de favoritisme pèsent sur les perceptions de la corruption politique (Lascoumes, 2010). Dans une perspective historique, on constate une réorganisation des structures de clientèle et de patronage. Celle-ci est liée à l’évolution des normes de conduite qui règlent l’économie politique des faveurs et le maintien des loyautés, ou des fidélités. On peut ainsi penser aux transformations des réseaux locaux, ou communaux, qui, en particulier dans les villes, régulent l’attribution des contrats (immeubles, marchés publics).

Mais au-delà, ces exigences croissantes induisent la modification d’habitudes acquises par les élites. Ainsi en va-t-il, par exemple, pour la diplomatie: la modification des pratiques de faveur, comme les changements de nature des cadeaux diplomatiques, s’inscrivent dans un processus général marqué par la professionnalisation de la diplomatie et l’acquisition de nouvelles normes.

 

A la croisée des pratiques de faveurs et des débats publics, le scandale est un lieu d’observation des réactions du plus grand nombre. Objet de recherches en cours venues, côté français, de sociologues du politique et des médias (De Blic/Lemieux 2007), les scandales de corruption  n’ont fait l’objet d’aucune approche comparatiste, à de rares exceptions près (Bösch, 2009). Toutefois, des études comparatives concernant l’histoire des médias sont disponibles, dans lesquelles des scandales sont  traités ( Requate 2009).

Si l’on adopte la perspective selon laquelle un scandale existe d’abord et avant tout par son public, l’analyse de ces publics successifs fait émerger les mécanismes de mobilisation et d’indignation (Jankowski 2008). Se dessinent ainsi, en creux, les seuils de tolérance à la corruption propres à chacune des sociétés à différents moments. L’analyse de ces publics permet de relire les représentations culturelles, morales, civiques que les sujets et les citoyens se font du pouvoir et des hommes qui l’exercent.

Organisation

Les propositions de contributions pourront être adressées en trois langues: allemand, anglais et français. Une présentation en anglais sera demandée.

Les propositions pourront être adressées jusqu’au 30 juin 2011, à Jens Ivo Engels et à Frédéric Monier.

engels@pg.tu-darmstadt.de

Frederic.monier@univ-avignon.fr

Le comité scientifique apportera une réponse avant le 15 septembre 2011.

Les propositions retenues seront publiées sur la page de présentation du projet « Politique et corruption » (POC/K). Cette page sera disponible sur le site du projet, les carnets de POC/K à http://hypotheses.org, ainsi que sur le internet du centre Norbert Elias, à l’EHESS (école des hautes études en sciences sociales), à. http://Centre-norbert-elias.ehess.fr

Le comité scientifique s’engage à suivre les règles académiques de respect de la déontologie et de lutte contre la fraude, définies par l’équipe dirigée par Michelle Bergaada de l’université de Genève http://responsable.unige.ch

Références bibliographiques

BÖSCH, Franck, (2009), Öffentliche Geheimnisse: Skandale, Politik und Medien in Deutschland und Großbritannien, 1880-1914, München.

DE BLIC, Damien, et LEMIEUX, Cyril, (2005), « Le scandale comme épreuve. Éléments de sociologie pragmatique », in: Politix 3, N° 71 , p.9-38.

ENGELS, Jens Ivo, (2006), « Politische Korruption in der Moderne. Debatten und Praktiken in Großbritannien und Deutschland im 19. Jahrhundert », in: Historische Zeitschrift 282, p. 313-350.

ENGELS, Jens Ivo (2008), „Corruption as a Political Issue in Modern Societies: France, Great Britain and the United States in the Long 19th Century”, in: Public Voices X, N° 2, p.68-86.

ENGELS, Jens Ivo (2009), „Revolution und Panama. Korruptionsdebatten als Systemkritik in Frankreich vom 18. Jahrhundert bis zur Dritten Republik“, in: Engels, Jens Ivo/ Fahrmeir, Andreas/ Nützenadel, Alexander (Hrsg.) (2009), Geld – Geschenke – Politik. Korruption im neuzeitlichen Europa (Beihefte der Historischen  Zeitschrift 48), München, p.143-174.

JANKOWSKI, Paul, (2008), Shades of indignation : political scandals in France, past and present, New York /Oxford.

LASCOUMES, Pierre, [dir.], (2010), Favoritisme et corruption à la française: petits arrangements avec la probité, Paris.

MONIER, Frédéric, (2007), La politique des plaintes. Clientélisme et demandes sociales dans le Vaucluse d’Edouard Daladier (1890-1940), Paris.

MONIER, Frédéric, (2011), Corruption et politique: rien de nouveau?, Paris.

REQUATE, Jörg (dir.) (2009): Das 19. Jahrhundert als Mediengesellschaft – Les médias au XIXe siècle, München.

THOMPSON, John B., (2000), Political scandal: power and visibility in the Media age, Cambridge.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.