Christophe Portalez (Université d’Avignon – POC/K1)

Docteur en histoire contemporaine. Thèse réalisée à l’Université d’Avignon sous la direction de Frédéric Monier, au sein de l’équipe HEMOC du Centre Norbert Elias (UMR 8562), sous le titre de : « Alfred Naquet et ses amis politiques : patronage, influence et scandale en République (1870-1898) »

Parcours

2013-2016 : Enseignant certifié, associé à l’équipe HEMOC du centre Norbert Elias
2010-2015 : Doctorant en Histoire au sein de l’équipe HEMOC du centre Norbert Elias (UMR 8562), doctorant contractuel chargé de cours (2010-2013). Participation au projet POCK/1.
2008-2010 : Master « Espaces publics : culture et politique » à l’Université d’Avignon
2005-2008 : Licence d’Histoire à l’Université d’Avignon

Participation au projet POCK/1

J’ai participé comme jeune chercheur au projet POCK/1, notamment en travaillant en collaboration avec une doctorante allemande, Anna Rothfuss, sur les pratiques, les discours et les débats normatifs des socialistes allemands et français face à la corruption parlementaire révélée lors du scandale de Panama. Leur rôle d’acteurs critiques, la question des échanges entre les deux pays, ont aussi été des pistes fertiles de nos recherches.

Cette démarche comparatiste a nécessité la prise en compte des différences entre les socialistes allemands et français durant les années 1890. Les premiers sont organisés autour d’un parti, fondé en 1875, et de journaux tels le Vorwärts, qui a servi de source à l’étude des réactions des socialistes allemands face au scandale de Panama. Au même moment les socialistes français sont divisés en plusieurs courants. Malgré leur émergence progressive comme force politique notable lors des élections des années 1890, ils ne sont pas unis au sein d’un parti unique, et les organes de presse socialistes ou socialisants sont multiples. La Revue socialiste, fondée par Benoit Malon, a été utilisée comme source pour comprendre les visions de la corruption et du scandale de socialistes français lors des années 1890. Y interviennent des socialistes venant d’horizon divers, tant journalistes qu’hommes politiques.

Nos recherches ont été présentées lors d’une journée de travail puis lors d’un colloque organisé par POCK/1 en 2013 à Avignon, et ont été publiées dans les actes de ce dernier : Anna Rothfuss et Christophe Portalez, “The perceptions of French and German socialists of the Panama scandal”, dans Olivier Dard, Jens Ivo Engels, Andréas Fahrmeir et Frédéric Monier (dir.) Corruption et scandale dans l’Europe contemporaine, Paris, Armand Colin, 2014, pp.183-194.

Ces travaux ont été approfondis, pour le côté français, dans un article publié parallèlement à nos recherches : « La Revue socialiste face à la corruption politique, du scandale de Panama à l’affaire Rochette », les Cahiers Jean Jaurès, 2013/3, n°209. https://www.cairn.info/revue-cahiers-jaures-2013-3-page-15.htm

Résumé de thèse

Alfred Naquet et ses amis politiques : patronage, influence et scandale en République (1870-1898) 

Alfred Naquet, né dans une famille judéo-comtadine de Carpentras, suit une formation scientifique à Paris sous le Second Empire, de médecine et de chimie, tout en faisant son apprentissage politique dans la capitale en s’opposant au régime impérial auprès d’autres jeunes républicains.

La proclamation de la République le 4 septembre 1870 constitue le point de départ de cette étude. Alfred Naquet participe alors à la Défense Nationale dont le gouvernement est dirigé par Gambetta, s’intégrant ainsi dans des réseaux républicains parisiens liés à ce personnage. Il s’appuie sur ces nouvelles relations mais aussi sur des liens familiaux ou amicaux dans le Vaucluse se faire élire député en 1871. La Défense Nationale, court exercice du pouvoir par les républicains, est la cible d’accusations de corruption, de favoritisme et de malversations de la part des conservateurs. Ils cherchent à délégitimer leurs adversaires, parmi lesquels se trouvent des relations politiques de Naquet, dans une posture d’acteur critique.

Il s’agit ensuite de montrer comment des réseaux politiques autour de Naquet se sont peu à peu développés dans l’opposition aux conservateurs de l’Ordre moral, notamment lors d’élections marquées par des fraudes et des déviances électorales dans les années 1870. Celles-ci sont dénoncées et instrumentalisées politiquement par les républicains tels Alfred Naquet et ses amis politiques. Ces événements participent à la définition de normes légales et sociales de la pratique du vote, notamment autour de la notion de corruption, et à l’apprentissage politique des citoyens français.

La prise progressive du pouvoir par les républicains à la fin des années 1870 offre aux élus républicains des ressources publiques leur permettant de récompenser des soutiens politiques. Les recommandations et les différentes démarches que le parlementaire Naquet réalise pour satisfaire les demandes variées de ses correspondants (emplois, récompenses..) participent au renforcement de fidélités personnelles ou politiques. L’étude montre les contradictions entre un discours radical de réforme de la vie politique et des pratiques clientélaires faisant partie du quotidien d’un parlementaire. Une étude de cas sur les recommandations politiques au sein des Postes et Télégraphes du Vaucluse permet de compléter et d’éclairer, à une autre échelle, les interventions politiques en faveur des personnels de cette administration.

Les prises de position d’Alfred Naquet pour une révision constitutionnelle radicale et la force de ses critiques contre les gouvernements républicains modérés fragilisent toutefois sa capacité à recommander efficacement des demandeurs. L’engagement de Naquet dans le boulangisme constitue ensuite une réelle rupture dans ces pratiques, puisqu’il perd dès lors tout accès aux ressources publiques. Ce choix politique est néanmoins, contrairement à ce qu’affirment certains travaux, une forme de continuité de son engagement politique, dans une volonté de révision radicale des lois constitutionnelles de 1875.

Parallèlement à cela, Alfred Naquet crée des liens avec des milieux d’affaires impliqués dans la fabrication et la commercialisation de dynamite, inventée par Alfred Nobel quelques années plus tôt. Ces derniers ont des intérêts importants dans le creusement du canal de Panama, la compagnie universelle de Panama étant un acheteur important de ce produit explosif. Alfred Naquet et quelques députés composent alors une forme de groupe de pression lors d’une campagne en faveur du vote d’une loi permettant à la compagnie de Panama de lever de nouveaux fonds en France auprès du public en 1888, malgré les très grandes difficultés rencontrées par l’entreprise dans les travaux. Ces faits sont stigmatisés lors du scandale qui éclate quelques années plus tard. Naquet est accusé d’avoir touché de l’argent pour son action politique, et le scandale de Panama révèle des débats normatifs autour de la notion de corruption, publicisés par les journaux et lors d’un procès en 1898. La dynamique du scandale révèle des liens entre les puissances de l’argent et le monde politique mais aussi les stratégies de défense ou d’accusation des élus face à l’accusation de corruption.

Le boulangisme, par la peur qu’il avait créé parmi les républicains face aux menaces de coup d’Etat, a exclu Alfred Naquet des républicains orthodoxes de son temps, et du panthéon des grands républicains au sein de la mémoire collective. Ensuite, le scandale de Panama ternit sa réputation publique. Même s’il est relaxé des accusations de corruption en 1898, il reste associé pour les contemporains aux « chéquards » de Panama, et sa vie politique s’achève alors. Ces faits expliquent que Naquet est enterré dans un quasi-anonymat en 1916, et que bien peu de lieux en France lui rendent hommage.

Liste des publications

2012, « Le scandale de Panama vu par le manuscrit d’un ancien député du Vaucluse Jean Saint-Martin : réseaux, amitiés et corruption sous la Troisième République », Jens Ivo Engels, Frédéric Monier et Natalie Petiteau (dir.), La politique vue d’en bas. Pratiques privées et débats publics – 19e-20e siècles, Paris, Armand Colin, pp. 169-191.

2013, « Les usages et les expressions de l’amitié dans un réseau de clientèle politique en Vaucluse (1885-1891) », article tiré d’une communication de 2011 à l’université d’été de l’Institut historique allemand de Paris (3-6 juillet 2011) L’amitié. Lien social et politique en France et en Allemagne XIIe-XIXe siècle, organisée par le Centre Roland Mousnier (Paris Sorbonne), l’École doctorale II de l’Université Paris-Sorbonne, le Graduiertenkolleg 1288 « amis, protecteurs, fidèles » (Fribourg-en-Brisgau) et le Centre Norbert Elias (EHESS). Publié sur perspectivia.

2013, « La Revue socialiste face à la corruption politique, du scandale de Panama à l’affaire Rochette »,  Cahiers Jean Jaurès, 2013/3, n°209.

2014, avec Anna Rothfuss (Université de Darmstadt – Allemagne), “The perceptions of French and German socialists of the Panama scandal”, dans Olivier Dard, Jens Ivo Engels, Andréas Fahrmeir et Frédéric Monier (dir.) Corruption et scandale dans l’Europe contemporaine, Paris, Armand Colin, pp.183-194.

2016 : « Alfred Naquet et François-Vincent Raspail : destins parallèles ? », publication prévue dans les actes du colloque François-Vincent Raspail : une imagination républicaine dirigé par Ludovic Frobert et Jonathan Barbier.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Admin (11 mars 2016). Christophe Portalez (Université d’Avignon – POC/K1). Corruption politique — Politische Korruption — Corrupción política. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/swm9


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search