Programme scientifique du projet franco-allemand POCK 2 (2014-2018)

Politique et corruption : argent immoral et influence politique en Allemagne et en France aux XIXe et XXe siècles  

Résumé 

Ce programme est la prolongation d’un projet de recherche, déjà financé par l’ANR et la DFG, sur l’histoire de la corruption politique en France et en Allemagne aux XIXe et XXe siècles (POC/K). L’accent y est mis sur les relations entre débats publics et pratiques de favoritisme soumises à critique. Les débats donnent des informations sur la négociation des normes politiques par les acteurs. Autant que les spécificités nationales, les configurations des débats sont une clé pour comprendre pratiques et normes. Ce nouveau projet est construit avec des enquêtes comparatives franco-allemandes orientées dans trois directions de recherches :

1. Intérêts privés, intérêt général, intérêt national (1870-1939). L’argent immoral et les profiteurs de la guerre. Cette direction d’enquêtes se concentre sur les accusations de corruption lancées contre les entreprises qui ont réalisé des profits élevés en temps de guerre ou immédiatement après.

2. Les faveurs au village et dans le quartier. La corruption au niveau local (1900 – 1980). Il s’agit d’analyser dans une perspective localisée les affaires de corruption en lien avec les réseaux d’influence qui sont dénoncés.

3. Les réseaux des „chevaliers blancs“. L‘histoire des critiques de la corruption (1900 – 1980). Cette enquête met l’accent sur les acteurs qui ont assuré le rôle de critiques spécialisés de la corruption, et sur leur influence.

Ces trois directions d’enquêtes conjuguent deux approches différentes. Elles permettent une analyse avec des jeux d’échelle entre un niveau national (macro), des études localisées (méso), et une perspective micro à hauteur d’hommes. Elles offrent aussi une voie d’accès à des situations sociales et politiques très spécifiques : les situations de guerre, exceptionnelles et denses en événements historiques, les activités politiques à l’échelle locale, dans des sociétés marquées par des logiques de proximité, enfin le rôle des médias modernes et de leurs protagonistes dans l’organisation des débats publics. En conséquence, nous nous attendons à ce que la tolérance sociale à l’égard des déviances, ou des transgressions de normes, soit particulièrement faible dans le cas de l’économie de guerre, mais beaucoup plus élevée dans le cas des politiques locales. Cela signifierait que les pratiques s’inscrivent, du côté des élites locales, dans une continuité relative, que l’on ne retrouve pas pour l’industrie de l’armement, soumise à une pression plus pesante. En ce qui concerne les dénonciateurs de la corruption, ou « chevaliers blancs », nous supposons que leurs propres réseaux d’information et d’influence étaient particulièrement dissimulés au public. L’existence de ces réseaux, maintenus dans l’ombre, influençait, vraisemblablement, la manière dont ces acteurs dénonçaient des transgressions au nom de la lutte contre la corruption. Si ces hypothèses viennent à se confirmer, il faudrait sans parler de seuils de tolérance variables, liés à une casuistique pratique, plus qu’à des conflits normatifs.

2. ETAT DE LA RECHERCHE, TRAVAUX ANTÉRIEURS 2.1. Etat de la recherche 

La recherche historique sur la corruption constitue un champ scientifique relativement jeune, même s’il y a des ouvrages importants depuis plusieurs années (p. ex Klaveren 1957, Schuller 1982, Groebner 2000, Bajohr 2001; Bouvier 1973, Jeanneney 1981, Garrigues 2004. NB : la bibliographie se trouve en annexe). On ne recense jusqu’à présent que des travaux isolés en Allemagne, tandis qu’en France, un certain nombre d’enquêtes ont souvent assimilé la corruption à la „petite histoire“, ou l’ont intégré dans l’analyse des affaires et des scandales. Considérer l’étude de la corruption comme une porte d’entrée vers l’histoire de la culture politique et comme une voie de compréhension des systèmes de normes, est une idée très récente, tant en France qu’en Allemagne. De plus, à quelques exceptions près, les premières études historiques d’esprit comparatiste sur la corruption ont été menées dans le cadre du projet en cours: POC/K, dont la demande de prolongation est présentée ici.

Ces dernières années, un champ de recherche très cohérent s’est constitué autour de l’histoire de la corruption, grâce en particulier à la présence active de collègues allemands, suisses, néerlandais et français. Plusieurs travaux collectifs ont permis de dresser un état des lieux historiographique, particulièrement en Allemagne (Kreike/Jordan 2004, Karsten/ v. Thiessen 2006, Engels/ Fahrmeir/ Nützenadel 2009, Grüne 2010, Asch/ Emich/ Engels 2011, Engels/Monier/Petiteau 2012, Kreike/Jordan 2004). Cela a fait émerger plusieurs configurations scientifiques. En France, la focale s’est resserrée autour du concept de „faveurs“. Cette évolution des recherches en direction des pratiques informelles tire parti des avancées en sociologie et en anthropologie, pour renouveler des approches historiques longtemps tournées vers les seuls scandales. En Allemagne, a été mise en avant une autre interprétation : la corruption au sens contemporain témoignerait de la genèse d’une culture politique nouvelle. Cette interprétation s’inspire des travaux de Wolfgang Reinhardt sur les systèmes de patronage à l’époque moderne et la « micropolitique » (Reinhardt, 2011). Aux Pays-Bas, les analyses sont centrées sur le concept de corruption, tel que théorisé par Michael Johnston (Johnston, 1996): la corruption est considérée comme un phénomène construit et historiquement contingent, même si les recherches insistent peu sur la raison d’être des débats publics.

Dans la recherche actuelle, les périodes moderne et contemporaine forment un ensemble. Il existe un consensus scientifique autour de l’approche de la corruption : elle correspond à une forme de critique des gouvernants, au nom de valeurs morales en débats. Ainsi, la corruption n’a pas à être analysée comme une constante anthropologique, mais comme un phénomène à historiciser. Il y a également accord sur le fait de lier l’histoire de la notion de corruption avec celle des pratiques qui sont dénoncées. En revanche, les débats se poursuivent, pour savoir s’il y a, ou pas, discontinuité historique du phénomène depuis l’époque moderne. Les deux positions sont défendues respectivement : d’un côté par les chercheurs de notre projet ainsi que par les membres du programme de recherche néerlandais dirigé par Pieter Waagenar (discontinuité du phénomène depuis la seconde moitié du XVIIIe s.), de l’autre par Andreas Suter, Niels Grüne et Simona Slanicka, qui animent le groupe de recherche des universités de Bielefeld et de Berne et plaident pour une continuité relative de part et d’autre des Lumières ou du Sattelzeit ; (Grüne/ Slanička 2010, Asch/ Emich/ Engels 2011).

Une approche différente est proposée depuis quelques mois par le programme ANTICORRP, financé par l’UE depuis l’été 2012. ANTICORRP, axé sur les sciences politiques et sociales, comprend quelques projets historiques. L’orientation épistémologique est différente de la nôtre, y compris pour les enquêtes historiques prévues. Celles-ci portent sur les questions: “When and how did today’s corruption-free societies shed patrimonialism? […] Can we distinguish specific sequences or ‘paths’ leading away from corrupt equilibriums? […] Can we draw lessons for present times […]?” (http://anticorrp.eu/pillar-1/work-package-02, consulté le 22/01/2013). Contrairement à cette conception, qui prend comme base de travail une corruption définie à partir d’un concept universel a priori, nous mettons en avant – comme dans le projet POC/K en cours – une approche historicisée

Au vu des recherches historiques récentes en Europe, la corruption ne renvoie pas à des pratiques spécifiques de certains gouvernants, que l’on pourrait définir par des critères simples (vénalité des échanges p.ex.), mais à des perceptions critiques du pouvoir, voire des accusations. Les réseaux de patronage existants et les pratiques de faveurs individuelles jusqu’alors coutumières ne sont plus socialement acceptés, mais condamnés au nom de normes culturelles et politiques en évolution. C’est ce que signalent certains termes neufs, comme le mot « favoritisme » apparu en français entre 1815 et 1830 ; c’est ce que signale surtout le mot ancien de « corruption », qui se charge de sens nouveaux. S’interroger sur l’augmentation ou la diminution de la corruption depuis plusieurs siècles est donc un non-sens : la corruption est un curseur qui marque les limites à partir desquelles certaines pratiques de faveurs, de collusions et de patronage sont condamnées dans une société à un moment donné. Sont corrompues les formes d’influence, ou de gestion d’intérêts par des détenteurs de mandats publics, jugées contraires à une morale civique qui fait l’objet de transactions et de débats. Cette proposition s’applique aussi aux acteurs du secteur privé. Il faut donc garder en vue l’ensemble des pratiques pour comprendre comment le curseur social de la corruption est déplacé au fil du temps, entre l’injustifiable et l’admissible. Ces recherches, sur la constitution de la corruption comme déviance et comme stigmate, sont héritières, par certains côtés, des sociologies des attentes normatives et des interactions (Becker 1963, Goffmann 1963). Surtout, ces recherches participent à une histoire des normes culturelles qui s’est affirmée en Allemagne, via une « anthropologie historique politique » de techniques de pouvoir « micropolitiques » (Reinhardt, 2008 et 2011).

Nous avons constaté dans nos recherches en cours que le champ de l’économie ouvre des perspectives importantes pour la compréhension de la corruption politique. En effet, la prohibition de la corruption des agents publics, « interdit » moralement construit, se heurte, de façon structurelle, avec les logiques de l’économie: le règlement des difficultés par l’usage de l’argent ou l’emploi de capital. Or, dans la période que nous examinons, l’opposition entre ces deux logiques se fait plus nette, car la séparation entre les deux sphères est remise en question avec insistance. Les changements de forme des entreprises sont une des raisons de cette évolution. Dès le début de l’industrialisation, les grandes entreprises ont créé pour elles-mêmes des structures administratives internes, acquérant ainsi une sorte de dimension « publique ». En témoigne le terme allemand Beamte, qui désigne aussi bien les fonctionnaires que ces employés de bureaux d’entreprises privées. Notons, dans cette perspective, que l’opinion publique attendait de ces acteurs de l’économie une attitude politiquement correcte, peut-être en raison des guerres (cf. infra les objectifs de recherche). Reste à savoir si cette attente indique, ou pas, que la frontière entre privé et public s’estompe.

Jusqu’à présent la recherche – y compris le projet en cours- a admis que les rapports à la corruption différaient par pays selon des styles nationaux. On souhaite élargir la perspective, afin de mieux évaluer le poids des situations concrètes (cf. infra les objectifs de recherche)

2.2. Travaux antérieurs 

2.2.1. Résultats globaux du programme POCK 

Le projet POCK est axé sur la question des différences nationales en termes d’analyse de la corruption et des clientèles politiques en France et en Allemagne. Les résultats obtenus jusqu’à présent confirment l’hypothèse qu’aucune des deux sociétés n’a cultivé plus que l’autre les pratiques d’influence. Au contraire, on en observe dans les deux pays. On peut trouver d’autres similitudes, via l’étude des phénomènes de médiatisation, ce qui nous permet d’aller au-delà des résultats obtenus auparavant. Ainsi, ce n’est pas seulement dans la société française, mais aussi dans l’allemande, que la question de la corruption a été discutée à plusieurs reprises, voire presque sans interruption, tout au long du XIXe et du premier tiers du XXe siècle.

On a aussi confirmé l’hypothèse initiale, selon laquelle ces questions se sont présentées de manière fort différente entre les deux pays. En France, les frontières de la dénonciation ont été portées beaucoup plus loin qu’en Allemagne. En France, des délits de corruption pouvaient, à condition d’être imputés aux gouvernants, déboucher bien plus facilement sur des scandales : la critique des élites politiques était nettement plus explicite qu’en Allemagne. Cependant, il existe en Allemagne de fortes différences entre les périodes. Alors que, vers 1800 et sous la République de Weimar, la dénonciation directe de la corruption a rendu possible une vraie critique des élites, la période du Vormärz et celle de l’Empire se signalent comme des moments de restriction des débats. Cette différence peut sans doute s’expliquer par le fait que, pendant de longues périodes le cœur de l’État n’a pas été remis en question, même par les acteurs situés dans l’opposition, tel le mouvement ouvrier organisé. L’État était plus fréquemment considéré en Allemagne comme un instrument du despotisme que comme un organe corrompu. Cela valait-il à l’échelle locale, et y avait-il, du côté des communes, perception d’une corruption au village? Ces questions appartiennent à l’avenir de la recherche. Cependant, sur la base de nos études actuelles, on peut admettre que les grandes variations de perceptions, entre les échelles locale et nationale, caractérisent non seulement la société française mais aussi la société allemande en démocratie, durant la République de Weimar et après 1945 pour la République fédérale.

L’approche définie dans le programme actuel s’est avérée très fertile : distinguer, sur le plan analytique, les pratiques et les perceptions a permis d’étudier en interaction les processus d’influence ou de faveur et les modes de médiatisation ou de publicisation. On peut ainsi examiner de manière globale le phénomène historique de corruption, sans plaquer une grille de lecture actuelle sur des réalités révolues, au risque de commettre des anachronismes. Il ne s’agit pas pour autant de s’en tenir à une histoire autonome des représentations ; en effet, certaines conditions sociales sont déterminantes dans la création des débats publics (Engels 2006), comme dans l’évolution des pratiques d’influence ordinaires (Monier 2007).

2.2.2. Valeur ajoutée et synergies dans le travail collaboratif franco-allemand 

La ligne de conduite déjà définie dans le programme en cours a donné de bons résultats et elle doit être conservée pour la suite : un travail coordonné d’enquêtes en binômes franco-allemands, grâce à un projet en miroir.

Nous tenons à souligner que, dans les journées d’études et dans les colloques internationaux, nous avons systématiquement privilégié des interventions comparatistes à deux voix, avec, à chaque fois, un chercheur français et un allemand. Cela est vrai en particulier pour les contributions aux volumes collectifs (actes de colloques). Cette exigence a constitué un défi majeur, car elle a impliqué de trouver à chaque fois des terrains d’entente : linguistiques, méthodologiques et thématiques. L’effort en valait largement la peine, car on a pu arriver de cette façon à des contributions et des résultats scientifiques intégrés.

Il n’est pas utile de revenir sur la nécessité de mener une comparaison entre les deux pays grâce à des expertises sur des terrains similaires, presque terme à terme, comme c’est déjà le cas. De cette façon, l’échange de données tirées des enquêtes permet de construire le socle de la recherche comparative. Dans ce cadre, les participants allemands au projet de recherche ont pu bénéficier d’un relatif avantage, venu d’une historiographie déjà constituée en France autour de ces questions et d’une tradition de recherche interdisciplinaire, tandis que la recherche allemande a posé les bases de la recherche collective ces dernières années. En retour, les recherches allemandes sont souvent moins bien accueillies en France que l’inverse : cependant, tout a été fait dans le projet pour remédier à ces déséquilibres.

Sur le plan méthodologique et conceptuel, les termes d’un échange général ont été trouvés de façon satisfaisante.

3. OBJECTIFS ET PROGRAMME DES TRAVAUX 

3.1. Objectifs 

L’objectif général est la poursuite de la recherche conjointe sur l’histoire de la corruption politique en France et en Allemagne après le terme du programme (POC/K) au début de 2014. Tout en conservant les objectifs généraux et les méthodes du programme, de nouvelles perspectives seront ouvertes afin d’aborder des questions restées jusqu’ici sans réponse. Comme c’est le cas jusqu’à présent, le cœur du projet concerne le sens assigné à la médiatisation de la corruption, et l’importance de ce processus dans l’agencement des valeurs et des normes en Allemagne et en France depuis le XIXe siècle. Étant donné que nous avons resserré la focale sur la corruption politique au sens strict (ou étroit) du terme, il est désormais nécessaire d’élargir les perspectives, afin d’éclairer d’autres facettes du phénomène, et de prendre en compte des facteurs jusqu’à présent laissés de côté dans la recherche comparative (ainsi les guerres franco-allemandes, de 1870 à 1945), pour interpréter les évolutions globales comme les spécificités nationales.

L’objectif central concerne désormais les conflits de valeurs et les débats publics suscités par « l’argent immoral », entendons les bénéfices des acteurs de l’économie en lien avec des pratiques d’influence. Nous avons en effet pris en compte les résultats de notre travail précédent, et déterminé que les frontières entre pratiques d’influence économiques et politiques sont extrêmement poreuses. La même remarque s’applique aux débats publics, qui bien souvent ne distinguent que fort peu les deux domaines : les glissements sont généraux, par exemple de la critique de la corruption du pouvoir par la finance à la dénonciation des usages politiques de la spéculation. Le point commun entre ces divers phénomènes est qu’ils sont dénoncés au nom de la même morale publique. Nous voulons donc examiner ces conflits de valeurs en jouant de différentes échelles, de manière plus méthodique ou systématique que nous ne l’avons fait jusqu’à présent, en privilégiant une échelle macro ou nationale, une échelle localisée (méso, pour nos collègues allemands), et une échelle micro, avec des études au ras du sol centrées sur les acteurs.

L’étude privilégiera des conflits d’intérêts catalyseurs de débats sur les normes : entre logiques d’entreprises et devoirs patriotiques à l’échelle nationale, entre réseaux d’influence personnels et gestion du bien commun au plan local. Enfin nous souhaitons nous pencher davantage sur le rôle, les itinéraires et le rayonnement des acteurs critiques de la corruption. Sans nécessairement faire nôtres les études sociologiques sur les « entrepreneurs de morale » (Becker, 1963), il s’agit d’étudier à différentes échelles l’action et les réseaux des « chevaliers blancs ».

On a donc défini trois directions d’enquêtes, ou sous-projets:
1. Intérêts privés, intérêt général, intérêt national (1870-1939). L’argent immoral et les profiteurs de la guerre 2. Les faveurs au village et dans le quartier. La corruption au niveau local (1900 – 1980)

3. Les réseaux des «chevaliers blancs ». L’histoire des critiques de la corruption (1900 – 1980)

À l’instar d’autres propositions scientifiques récentes, le futur projet de recherche insistera sur les échelles d’observation les plus adaptées, pour saisir la coalescence des intérêts particuliers, la création des réseaux de faveurs, enfin les bricolages de normes permettant de les (dé)légitimer.

Ces échelles d’observation sont liées à l’organisation pratique du travail d’enquête, mais pas uniquement. Au-delà, il s’agit de favoriser les « jeux d’échelles » entre ces trois niveaux, et de déterminer la valeur heuristique de telle ou telle approche.

On ne saurait bien sûr renoncer à l’échelle nationale, qui fournit la trame de la vie politique publique, pour comprendre l’histoire de la corruption depuis le XIXe siècle. Mais il est apparu, avec une évidence croissante au fil des recherches, que les espaces de référence, dans l’analyse de la médiatisation de la corruption, ne sont pas cantonnés aux arènes nationales : ils peuvent s’inscrire dans des territoires beaucoup plus réduits (région/land, communes). On peut faire exactement le même constat, si l’on examine les pratiques de faveurs et les réseaux d’influence politisés. Le fait est connu en France depuis longtemps, puisque les travaux sur le « pouvoir local » ont permis d’avancer sur ce point dans les années 1970 et 1980 : le patronage politique se fortifie d’abord dans des structures localisées. Cela est amplement confirmé, dans le projet POCK, par les études de Julie Bour côté français, ainsi que, côté allemand, par les premières recherches de Volker Köhler sur la République de Weimar. Cet état de fait doit être transcrit dans l’architecture du nouveau projet.

Les principales hypothèses heuristiques, qui forment le socle de la suite du projet, sont donc les suivantes. Nous supposons que les formes de faveurs et de rapports individuels et intéressés au pouvoir ont été, dans les deux pays et pour l’ensemble de la période considérée, d’une importance centrale pour comprendre les relations entre acteurs politiques, économiques et sociaux, et ce en dépit d’un processus croissant de professionnalisation des activités, mais aussi de différenciation fonctionnelle entre ces différents domaines.

On constate de façon générale que dans la période contemporaine et pour les deux pays, les seuils de tolérance à l’égard des faveurs personnelles tendent à s’abaisser. Pourtant, nous savons désormais que, selon les situations historiques, certains acteurs échappent au scandale, alors que d’autres sont dénoncés. Ainsi, même dans cette période riche en scandales que fut en Allemagne la République de Weimar, certains protagonistes des réseaux d’influence ont pu échapper aux mises en cause publiques et aux ‘affaires’, mais pas d’autres, en fonction de leurs relations et de leurs appartenances politiques. Le même type de remarques pourrait être fait pour la France, notamment sous la IIIe République. En dehors des facteurs explicatifs généraux (comme le système politique, le droit de la presse, l’opinion publique), nous souhaitons désormais inclure d’autres variables dans le champ d’analyse. Il s’agit d’identifier d’autres éléments, qui ont influencé les pratiques et pesé sur les critiques. Eu égard aux différentes thématiques possibles, nous avons choisi de nous concentrer sur trois questions essentielles :

1° des situations historiques spécifiques (les guerres érigeant l’intérêt national en impératif catégorique) 2° des jeux d’échelle privilégiant des approches « micro » de structures localisées

3° des processus de publicisation et de médiatisation propres aux sociétés contemporaines (la place des dénonciateurs de la corruption dans les arènes politiques).

Nous souhaitons réunir ainsi les meilleures conditions possibles pour le travail comparatiste, puisque les trois directions d’enquêtes sont communes aux chercheurs allemands et français.

Dans notre hypothèse on devrait parler de seuils de tolérance à géométrie variable, ou d’une sorte de casuistique pratique ; une casuistique qui ne fonctionnerait que dans une certaine marge, entre la critique et la dénonciation d’un côté, et l’acceptation ou la tolérance de l’autre. On souhaite ainsi contribuer aux discussions scientifiques ouvertes par des études récentes en sciences politiques et en sociologie, sur les « conflits normatifs » des acteurs (Lascoumes, 2010, et 2011). Ceux-ci sont souvent partagés sur l’attitude à tenir face aux « petits arrangements » avec les modèles de probité publique. Nous souhaitons examiner les processus de négociation des normes en regardant non seulement les demandes mais aussi leur gestion à différentes échelles. L’objectif est bien de dépasser une vision trop monolithique des sociétés, ou une vision trop schématique, avec un clivage entre des élites intéressées et tolérantes d’un côté, et des „outsiders“ faisant preuve d’un jugement critique plus intransigeant de l’autre. Au lieu de cela, les résultats attendus prendront pour référence des sociétés hétérogènes.

Le projet actuel opère, à titre analytique, une distinction entre les pratiques de faveurs, et les processus de communication. Cette distinction sera conservée dans la deuxième phase du projet, mais uniquement sur le plan intellectuel. Elle sera abandonnée, en revanche, pour ce qui concerne l’organisation des enquêtes : nous voulons tenter de comprendre les interactions entre les deux aspects (pratiques de faveurs/communication sur la corruption) grâce à des études finement contextualisées.

La distinction opérée dans le projet en cours entre trois problématiques, respectivement : (1) débats et nouveaux acteurs, (2) pratiques et (3) formes de mobilisation et seuils de tolérance, s’est révélée difficile à mettre en œuvre, voire peu opérante. Le projet futur est donc bâti, dans un souci de simplification, autour de deux axes : (1) l’évolution des pratiques est rapportée aux nouveaux acteurs, (2) la fabrique des normes (et des déviances) est rapportée à la question des débats publics. Comme on l’a dit, chaque direction d’enquête ou sous-projet combinera ces deux approches.

Sur le plan chronologique, la suite du projet portera sur les années 1870-1980 : il s’agit de mettre l’accent sur le XXe siècle. En Allemagne, certains spécialistes présentent cette période comme une « modernité avancée », ce qui suscite des débats (Herbert 2007, critiqué par Raphaël 2008). Bien que le contenu de ce concept soit très controversé, la période en question est souvent présentée comme un ensemble cohérent dans de nombreux travaux, toujours dans le but de dépasser les césures chronologiques classiques attachées à l’histoire événementielle, et de proposer un cadre interprétatif pour les évolutions structurelles. En France, ce débat n’a pas d’équivalent, car il existe un consensus relatif autour de la notion de « court XXe siècle » (Hobsbawm) allant de 1914 à 1989. En revanche, de nombreux travaux sont attachés au cadre de référence formé par les années 1870 à 1960: cette période fait sens à de nombreux points de vue, par exemple pour mesurer l’emprise de la guerre sur la société française (Audouin-Rouzeau/Becker, 2000) ou pour saisir les processus d’intégration politique et de démocratisation de la société civile (Nord, 1995). À une autre échelle, de nombreux arguments plaident donc en faveur de cette périodisation, notamment la prise en compte du phénomène de colonisation puis de décolonisation, les formes de l’expansion industrielle, ou encore les processus d’exacerbation du nationalisme. Pour l’Allemagne et la France, c’est dans le dernier tiers du XIXe siècle que s’amorcent de nombreux processus politiques, sociaux et culturels de « nationalisation des masses » (Weber, 1976), jusqu’à la forte césure des années 1970, sensible en RFA comme en France (Döring-Manteuffel /Raphael 2008; Bösch 2012).

Le choix de ce cadre de référence pour la nouvelle phase de ce projet franco-allemand a été guidé par un certain nombre de raisons. En effet, dans le projet en cours, l’essentiel est de cerner la genèse de la corruption au sens contemporain du terme, du début du XIXe (Sattelzeit) jusqu’à l’orée du XXe siècle. Il s’agit désormais d’insister sur le devenir de ce phénomène dans le cadre d’États-nations triomphants, jusqu’à sa reconfiguration tardive dans les années 1970. De ce point de vue, l’étude portera un intérêt tout particulier à un moment historique correspondant en France à ce que l’on a longtemps nommé les « Trente Glorieuses » : la croissance et modernisation après 1945, dont l’interruption a été perçue comme une crise. En effet, la montée en puissance de l’état providence européen, induisant une énorme redistribution de ressources (Mazower, 1998, Nord 2010), puis sa remise en cause ont eu de profondes répercussions sur les pratiques d’influence et de faveurs, et ont catalysé leur évolution. La fin de la période ainsi délimitée s’explique également par un changement d’allure des débats sur la corruption. En France et en Allemagne, comme dans le monde entier, les années 1980 constituent un tournant. À partir de cette décennie, de nombreux scandales ont éclaté, soulevant des débats publics récurrents. Pour l’Allemagne, on pense au scandale du financement Flick et à plusieurs affaires qui ont défrayé la chronique au niveau local ; ainsi à Berlin les scandales Garski (1981), Antes (1985) et Aubis (2000-2001) et à Köln le scandale de la voierie dans les années 1990. Frédéric Monier a fait un constat similaire dans une étude récente sur les scandales de corruption en France : entre 1986 et 2003 une série d’affaires politico-financières éclate, modifiant les termes des débats publics (Monier, 2011a). C’est à peu près à la même époque que naît un débat public international assez intense sur ces questions. De nouveaux acteurs critiques apparaissent, comme l’organisation non gouvernementale Transparency International, fondée à Berlin en 1993.

Nous pouvons bâtir la deuxième phase de ce projet de recherche sur une collaboration équilibrée et qui a fait ses preuves, car elle a apporté une plus-value réelle sur les plans méthodologique, pratique et scientifique. On a également tiré les leçons de l’expérience, et adapté la stratégie de recherche, en privilégiant deux phases : d’abord des enquêtes individuelles en France et en Allemagne autour des mêmes questions, puis un travail collaboratif en binômes franco-allemands afin de réaliser une étude comparatiste (journées doctorales et séminaires, mais aussi colloques internationaux et publications collectives).

3.2. Programme des travaux, méthodologie, calendrier 

Nous organisons notre travail autour de trois directions de recherches, comprenant chacune une enquête de terrain allemande et une française. Ces trois directions de recherche sont des biais permettant de répondre à une interrogation, devenue centrale dans cette deuxième phase du projet POC/K. Cette interrogation porte sur les formes de l’enquête sur la corruption, et sur la façon dont la dénonciation, mais aussi la répression des pratiques dites corrompues a permis, ou pas, de créer des contre-pouvoirs. Il s’agit ainsi d’évaluer le rôle de la lutte contre la corruption dans le processus de politisation qui touche les deux sociétés depuis le début de l’ère contemporaine.

Direction d’enquêtes (sous projet) 1. Intérêts privés, intérêt général, intérêt national (1870-1939) L’argent immoral et les profiteurs de la guerre 

Les guerres correspondent, à bien des égards, à des phases de compression des processus historiques. Cela vaut aussi, à notre point de vue, pour les systèmes de normes publiques. La contradiction potentielle entre gains individuels et intérêt collectif est exacerbée en temps de guerre – en particulier pendant la période d’affirmation des états-nations. On trouve ainsi au cœur de la perspective un conflit d’intérêt, que l’accusation de corruption permet de définir, même si d’autres termes ont pu être employés par les contemporains. Dans le contexte des guerres, des sacrifices considérables sont accomplis au nom du salut national et de la collectivité, et le patriotisme est exigé de chacun. Au même moment, se crée une dynamique économique particulière : les décisions se prennent dans un temps accéléré et devant des horizons marqués par une grande incertitude, les dépenses publiques augmentent de façon considérable, et il y a beaucoup d’argent injecté dans le système. Les gains, souvent élevés, peuvent être réalisés à faible coût par des acteurs individuels dans certains secteurs (notamment les fournitures aux armées). Les réseaux d’influence, employés pour obtenir de tels résultats, ont une importance cruciale. C’est surtout après les guerres perdues que les succès des profiteurs de guerre paraissent obscènes à la majorité qui s’est sacrifiée en vain. Cette interprétation critique vise, en règle générale, des marges bénéficiaires jugées exorbitantes et des gains spéculatifs, surtout ceux qui sont réalisés sur fond de pénuries. Le thème de « l’argent immoral » connaît, typiquement, une diffusion intensive après la fin des combats, si bien que l’étude des sorties de guerre est, de ce point de vue, aussi intéressante voire plus que la phase de guerre stricto sensu.

Concrètement, nous voulons faire porter les recherches sur les débats publics autour de l’argent immoral et les pratiques dissimulées, aussi bien pour la guerre de 1870-1871 que pour la Grande Guerre et ses suites. Si la question des profits de guerre a fait déjà l’objet de travaux dans le cadre de recherches sur l’épuration économique après le second conflit mondial, et ce tout spécialement dans le cadre du groupement de recherche (GDR) 2539 du CNRS « Les entreprises sous l’occupation », les conflits de 1870 et de 1914-1918 ont été beaucoup moins étudiés (Bergère 2008). Le choix de ces deux conflits s’explique par la présence, centrale dans les deux cas, de la confrontation franco-allemande. En effet, dans les débats il est aussi question, bien souvent, des profits réalisés par l’ennemi ; partant, les regards se portent aussi sur l’autre pays. Chacun des pays prend d’ailleurs la place, à tour de rôle, du perdant et du vainqueur. Les réparations et indemnités dues au vainqueur par le perdant ont, de même, une fonction déterminante : elles inspirent, avec le retour à la paix, les débats sur ceux qui ont profité du conflit.

La guerre de 1870 se traduit dans les deux pays par un nouveau départ politique (République ; État national et Empire/Kaiserreich). Les débats sur les circonstances de la guerre ont marqué de leur empreinte l’image publique de ces nouveaux régimes, mais aussi, selon nos hypothèses de travail, la matrice des valeurs politiques et civiques qu’ils ont prônées. Quant à la première guerre mondiale, elle clôt – on l’a dit- une période de l’histoire politique de chacun des deux pays, et l’on a souvent évoqué, pour la France, l’entrée de la IIIe République dans une autre ère. Compte tenu de l’ampleur du drame, alors sans précédent, et du niveau de destructions, mais aussi de l’emprise croissante de l’économie de guerre dans les deux sociétés, les débats sur les « profiteurs de guerre » et la corruption se sont intensifiés. Dans ce projet, nous nous pencherons en particulier sur le rapport entre morale publique et éthique des affaires.

Enquête de terrain 1.A. Allemagne. « Fondateurs », profiteurs de guerre et spéculateurs (après 1870 et années 1920) 

Dans les années qui ont suivi la guerre de 1870-1871, en particulier au moment de la crise économique de 1873, s’est déroulé en Allemagne un débat sur la gestion des indemnités de guerre réglées par la France. Selon ce qu’a prétendu notamment l’agitateur antisémite Franz Perrot, la crise économique, baptisée « crise des fondateurs » aurait été due aux errements de l’État dans la gestion de ces indemnités. Des années plus tard, on retrouve ces débats sur « l’argent immoral » dans la vie publique sous l’Empire. Ainsi à la fin des années 1890, lorsque le « scandale des blindages » montre que la société Krupp vend ses produits moins cher à des clients étrangers qu’à ses clients allemands.

Pendant la première guerre mondiale, l’Allemagne a connu, à l’instar des autres sociétés européennes belligérantes, une forme d’économie du rationnement. Le système de l’économie de guerre, mis en place sous l’influence de Walther Rathenau, a pourtant favorisé des pratiques clientélistes. Dans l’après-guerre, il a été possible à certains entrepreneurs comme Quandt et Flick, de construire sur cette base de grandes sociétés. Un autre exemple de l’imbrication étroite de la politique et de l’économie du temps de guerre est fourni par Erzberger. Au vu des débats et des scandales de l’après-guerre, on a supposé que sa ligne de conduite s’expliquait en réalité par sa participation au conseil de surveillance du groupe Thyssen. Cela a suscité des débats très vifs, sur la question de savoir si les profiteurs de guerre et les spéculateurs avaient droit, ou pas, à des subventions (et des commandes) publiques. De nombreux scandales postérieurs, comme celui des frères Barmat, ont suscité un retour critique sur ce qui s’était produit pendant la guerre. En conséquence, on peut penser que tous les partis sous Weimar ont considéré, de manière rétrospective, que l’économie de guerre avait été corruptrice et avait provoqué une perte des valeurs chez les hommes politiques et les acteurs économiques, comme le montrent les résultats des premières recherches sur le sujet (Kroeze et Klein 2013).

Enquête de terrain 1.B. France. République parlementaire et profits de guerre : patriotisme et morale économique en France (1919-1936) 

En France, les enquêtes parlementaires sur les profits de guerre sont constitutives du régime républicain : on en trouve dans les années 1870 comme dans les années 1920 et 1930 (Lemesle, 2007). Elles ont a priori une fonction de régulation de l’économie car elles sont chargés de faire le tri entre bons et mauvais acteurs de l’économie, entre profits légitimes et profits illicites, entre entreprises patriotes et « profiteurs de guerre ». Mais il ne s’agit pas uniquement d’un travail de régulation a posteriori de l’économie et de répression fiscale. Il s’agit aussi d’une entreprise politique, tendant à une critique des partis et des forces au pouvoir pendant la guerre, dans le cadre d’un régime parlementaire qui s’affirme (années 1870) ou qui s’efforce (années 1920 et 1930) de redéfinir un pouvoir de contrôle. Ce pouvoir soulève d’ailleurs des difficultés récurrentes dans la vie politique française depuis la monarchie de Juillet jusqu’à la Ve République (Bock, 2010). Il s’agit enfin d’une entreprise d’élaboration de normes d’action, pour les fonctionnaires et l’ensemble des autres acteurs : normes légitimées par la supériorité de l’intérêt national sur toute autre considération. On se propose ici de revenir sur les « profiteurs de guerre » dans la durée, en allant au-delà des seules années 1914-1918, explorées dans une étude récente via des sources fiscales (Bouloc, 2008). On tirera parti des recherches récentes (Grenard, 2012) sur les scandales de corruption des années 1939-1948, en intégrant Fabrice Grenard à ce réseau de recherche. Le terrain d’investigation principal concerne la commission Marin, nommée en 1919, et toujours active en 1936: c’est la plus longue commission d’enquête de tout l’entre-deux-guerres en France. Les sources documentaires, tant publiques (série C des archives nationales) que privées (les abondants papiers de Louis Marin, en AP aux Archives nationales), permettent de combler des lacunes factuelles sur un débat alors lancinant. Mais il s’agit surtout d’explorer la façon dont la République parlementaire a créé des formes de régulation des activités économiques au nom d’une morale publique habitée par un patriotisme omniprésent, surplombé par un parlementaire de la droite catholique, lorrain, dont des études antérieures ont montré l’enracinement local grâce à des réseaux clientélistes (Eck, 1981).

Direction de recherches (sous projet) 2: Les faveurs au village et dans le quartier. La corruption au niveau local (1900 – 1970) 

La deuxième direction de recherches concerne l’analyse des pratiques, saisies dans les entités politiques locales, au niveau municipal en particulier. L’étude vise les pratiques personnalisées de faveurs, ainsi dans les passations de marchés publics, et les réseaux d’influence sous-jacents. Cela est comparé dans une perspective franco-allemande, et de manière diachronique. Nous supposons que les élites locales élaborent leurs propres règles de conduite pour séparer l’anormal et le routinier, l’autorisé et le non autorisé, sans que ces « normes pratiques » (Olivier de Sardan, 2010) constituent pourtant un isolat séparé des règles légales régissant la société englobante. Les formes des clientèles politiques et les pratiques ordinaires de faveurs diffèrent profondément entre la France et l’Allemagne lorsqu’on les examine à l’échelle nationale. Cela s’explique entre autres par le degré d’organisation et la fonction différente des partis politiques, le rôle particulier des « patronages libéraux » en France (Monier, 2011b), l’effet du pantouflage dans la haute fonction publique, et d’autres traits spécifiques (voir le travail de Julie Bour sur les plaintes et pétitions individuelles dans le projet en cours).

Cela dit, nous pensons que les similitudes entre les deux pays sont plus grandes au niveau local, en raison des traits particuliers de la vie politique observables à cette échelle. Apparaissent des logiques de proximité imbriquées dans des rapports directs, mais aussi une plus grande porosité entre le politique et d’autres activités sociales (associations), et enfin des liens de voisinage voire de parenté, notamment dans les villages et les quartiers. Les recherches en cours de Volker Köhler sur Konrad Adenauer maire de Cologne font émerger ce type de phénomènes. Nous estimons en outre que les appartenances à des réseaux personnalisés sont plus stables, voire plus pérennes, au plan local qu’au niveau national.

La période chronologique envisagée pour l’étude – le XXe siècle- est caractérisée par l’urbanisation, la professionnalisation de la gestion municipale et la politisation de la vie communale, avec l’abrogation du système des notabilités (Honoratiorenpolitik) dans la politique locale en Allemagne après la période wilhelminienne, et les réformes républicaines des municipalités entre 1884 et 1888. En dépit des processus de professionnalisation et de l’importance croissante de l’expertise dans la gestion municipale – jusqu’à l’apparition d’une administration technocratique dans la seconde moitié du XXe siècle, les réseaux personnels d’influence n’ont pas disparu et se sont adaptés, grâce à (ou à cause de) l’augmentation générale des ressources gérées par les municipalités et les autres collectivités territoriales. Cela est connu en France depuis les années 1980 pour les élus cumulant des mandats de parlementaires et (avant 1958) ou (après) des postes de ministres avec des charges locales (Nevers, 1983), et en Allemagne de l’Ouest pour les réseaux locaux dits de consensus bipartisan. Les études récentes insistent sur la fonction sociale remplie par les patronages et les réseaux d’amitiés intéressées, qui permettent un accès personnalisé à des états-providences à la complexité croissante, y compris au niveau local : ce sont des formes politiques « officieuses » dont le renouvellement épouse la modernisation, comme le montrent, avec des perspectives différentes, J.L. Briquet pour la France (Briquet, 1997) et P. Jones pour la Grande-Bretagne (Jones, 2012).

Enquête de terrain 2. A. France ; Entre clientèles et scandales: les pratiques du gouvernement local dans les Bouches-du-Rhône au XXe siècle 

Il existe en France depuis les années 1970 une tradition de recherche sur les réseaux d’influence politiques. Les « analyses localisées » sont une pratique courante en ethnologie, anthropologie, sciences politiques, et histoire. Elles donnent un cadre de référence pour des comparaisons. En revanche, deux questions clés sont restées jusqu’alors irrésolues. On a rarement analysé de façon systématique les liens concrets entre dénonciation de réseaux de clientèles et scandales de corruption, à cette échelle. On n’a jamais observé dans la durée séculaire les métamorphoses des patronages politiques en les mettant en relation avec les « affaires » et les débats publics.

Nous proposons donc de mener la première enquête interdisciplinaire localisée sur ces questions. Coordonnée par un historien et un sociologue du politique, cette enquête doit tirer parti de recherches personnelles antérieures sur des terrains proches (Mattina 2004 et 2007, Monier, 2006 et 2007). Le choix des Bouches-du- Rhône au XXe siècle se justifie par deux raisons. La domination locale est extrêmement disputée. Les sources documentaires, très riches, peuvent éclairer les articulations entre les pratiques de faveurs des élites, et les procès successifs intentés aux acteurs étiquetés comme corrompus. Le travail de dénonciations est constitutif des arènes politiques locales, depuis les oppositions des années 1930 au système créé par Simon Sabiani (Jankowski 1989) jusqu’aux remises en cause, pour corruption, des systèmes clientélistes d’allocation des ressources publiques dans les dernières années du XXe siècle. Une deuxième raison explique ce choix. Les premières interprétations scientifiques du clientélisme ont été élaborées au milieu des années 1970 par une anthropologie sociale parfois culturaliste et marquée par un tropisme méditerranéen (Davis, 1977 ; Gellner/Waterbury, 1977). On en trouve des échos dans plusieurs études historiques, ainsi sur Marseille (p.ex. Levy, 1989). Ces conceptions, critiquées depuis (Briquet, 1997), définissaient le clientélisme, taxé d’archaïsme, comme un système distinct et connexe de la corruption. L’enjeu de cette enquête de terrain est donc de se confronter à l’ensemble des questions, y compris la représentation de clientélismes liés à la corruption et au crime organisé dans le « Chicago français » (Montel, 2012). On privilégiera, en ce sens, les apports de l’historiographie américaine sur le boss system pour proposer d’autres modèles interprétatifs.

Enquête de terrain 2.B. Allemagne : Réseaux municipaux et scandales de l’Empire à la fin de la République de Weimar 

Pour l’enquête allemande nous posons des limites chronologiques resserrées, de façon à nous concentrer sur la période allant de la fondation de l’Empire en 1871 jusqu’à la fin de la République de Weimar. Cela est lié au fait que nous voulons analyser un certain nombre de réseaux en comparant différentes communes entre elles. Il ne s’agit donc pas d’une analyse d’un terreau sociopolitique particulier, mais d’une étude comparatiste permettant de pointer similitudes et différences entre plusieurs cas. Ce point est à souligner, car il s’agit d’évaluer la représentativité des pratiques d’influence et de faveurs individuelles, ainsi que les réactions (critiques) qu’elles suscitent en retour.

Compte tenu de ces objectifs scientifiques, il est indispensable de poser des limites chronologiques serrées à l’enquête, pour des raisons pratiques évidentes. La voie d’accès à ces questions locales sera fournie par des sources documentaires judiciaires, en particulier des jugements. Par ce biais, on souhaite opérer une analyse non seulement des pratiques, mais aussi des débats politiques locaux. Un des points centraux concerne les marchés publics locaux (concessions, contrats immobiliers) et des contrats de ce type avec des entreprises. Exemplaire à cet égard, le « procès des dessous de table » en 1914 contre l’entreprise de vernis Thurm et Beschcke à Magdebourg. Cette société aurait versé des pots-de-vin pendant des années pour obtenir des commandes publiques. Un autre cas est le procès pour corruption contre Wagner et ses associés en 1928 à Ludwigshafen, dans lequel l’accusé a été reconnu coupable de corruption caractérisée d’employés et de fonctionnaires. Les affaires de fraude fiscale et les procès « Schienenflicker » à Magdebourg en 1891-1892 sont également connus (Rudzinski 2012). L’analyse de ce cas serait particulièrement intéressante à l’échelle locale, dans la mesure où il a été discuté comme un événement national, au titre de la corruption, par les protagonistes.

Direction de recherches (sous projet) 3. Les réseaux des « chevaliers blancs ». L‘histoire des critiques de la corruption (1900 – 1980) 

Dénoncer la corruption et les faveurs fait aujourd’hui l’objet de nombreux essais, de « dossiers spéciaux » d’hebdomadaires ou de documentaires télévisés. Dans les débats et les mesures actuels qui visent à prévenir la corruption, le lanceur d’alarme ou dénonciateur, en anglais whistleblower, est une figure centrale. Il s’agit, au début du XXIe siècle, de renforcer le rôle de ces individus ou de ces institutions qui attirent l’attention sur des transgressions et mettent en lumière des pratiques occultées. Dans une perspective historique, on constate qu’il y a bien, sur ces personnages en lutte contre la corruption, quelques travaux, mais pas d’études systématiques et approfondies. Or, la question du sens à donner aux formes de médiatisation de la corruption se trouve parmi les interrogations essentielles posées, dès le début, dans notre projet de recherche. Corollaire de cette question, une autre porte sur l’évolution des pratiques de faveur, et leur rôle dans l’apparition, sur le devant de la scène, de nouveaux acteurs critiques. Aussi, après deux ans de travail, nous pouvons affirmer que de nouveaux groupements politiques, de droite comme de gauche, ont, selon les moments historiques et les pays, su utiliser à leur profit la publicisation de la corruption : ainsi pour la social-démocratie sous l’Empire (Kaiserreich), comme le montre l’étude d’A. Rothfuss, ainsi la ligue d’Action française dans la France des années 1930, pour suivre l’enquête d’Anne-Catherine Schmitt. Nous nous sommes aussi aperçus que les révélations, amorçant les scandales, provenaient plus souvent d’acteurs individuels que de partis ou d’organisations. Il semble ainsi que le « marché » de la médiatisation de la corruption donne peut-être plus de place aux dénonciateurs individuels – moral entrepreneurs ou whistleblowers – qu’aux partis et aux mouvements sociaux organisés. Cela vaut a priori pour la France, où dès le début, des acteurs individuels sont apparus, alimentant régulièrement les révélations, lançant les polémiques, livrant d’âpres pamphlets politiques. On pourrait donner quelques exemples bien connus, comme Édouard Drumont et Léon Daudet pour la France, le publiciste antisémite Hermann Ahlwardt ou encore Otto von Diest Daber ou Rudolph Hermann Meyer dans l’Empire allemand, enfin Hilaire Belloc et Cecil Chesterton en Grande-Bretagne. On souhaite interroger les motifs de ces acteurs, leurs prises de position ou leurs productions et enfin leur rayonnement, du moins la façon dont ils ont influencé les débats publics. En un mot, il s’agit de l’histoire des « chevaliers blancs » en lutte contre la corruption.

Il existe en France au XIXe siècle une tradition culturelle et politique, qui fait des pamphlétaires de 1900 les héritiers du monde interlope des libellistes de la fin de l’Ancien Régime, créateurs d’une littérature diffamatoire et aguicheuse, où la délation et la calomnie sont récurrentes (Darnton, 2010). Cette tradition, en profond renouvellement dès les années 1880, explique largement l’une des spécificités de la « sphère publique » française à l’orée du XXe siècle : la présence de pamphlétaires, plus ou moins indépendants des partis politiques, ne se retrouve pas ainsi en Allemagne. En revanche, on trouve très tôt outre-Rhin des organisations spécialisées, comme la « ligue de lutte contre les méfaits de la corruption » („Verein gegen das Bestechungsunwesen“) créée en 1911. Ces différences, notables vers 1900, semblent s’être estompées à la fin du XXe siècle : les mécanismes de la dénonciation et de la critique sont devenus similaires des deux côtés du Rhin. On suppose que cette évolution intervient durant la période, ouverte dans les années 1970, de débats récurrents sur la corruption que l’on retrouve, sur fond de scandales politico-financiers, dans les deux pays. Malgré les différences entre les deux cultures politiques nationales, on note, tant en France qu’en Allemagne, une sorte de divorce entre le monde des professionnels de la politique et celui des citoyens ordinaires, pour tout ce qui touche à la corruption politique (Monier, 2011a). Cette évolution peut enfin s’expliquer par la diffusion du « journalisme d’investigation » dans les deux pays : absent vers 1900, il se fait de plus en plus présent à partir des années 1970.

Dans la troisième direction de recherches, on entend se pencher sur ces acteurs de la lutte contre la corruption. En effet, ils poursuivaient des objectifs politiques propres, disposaient de leurs réseaux personnels d’influence (correspondants et informateurs, p.ex.) et cherchaient des rétributions comme publicistes. Cette dimension, centrale dans les débats français sur « l’abominable vénalité de la presse » et sur les « feuilles de chantage » ne saurait être éludée (Éveno 2003, Martin 2006, Pinsolle 2012). Une autre question est, bien entendu, celle de leurs propres systèmes de normes et de valeurs, ainsi pour les limites qu’ils posaient entre intérêts privés légitimes et trahison du bien commun. De ce point de vue, nous mettrons l’accent sur la genèse de la norme de « transparence » : posée de manière explicite à la fin du XXe siècle (Monier, 2011a), il est possible qu’elle s’inscrive dans une histoire de plus longue durée. Dans notre hypothèse, ces acteurs ne dénonçaient pas spécifiquement la corruption, mais visaient de façon générale un ensemble de comportements jugés immoraux : il reste à découvrir si, dans leurs écrits, la figure de la corruption avait une importance particulière, au regard d’autres déviances ou d’autres représentations du pouvoir et de l’argent hantées par des figures imaginaires (Dard, 2012).

Enquête de terrain 3.A., Allemagne : Deux générations de whistleblowers allemands : vers 1900, vers 1970. 

En raison du nombre relativement faible de cas, nous effectuerons pour l’Allemagne une recherche diachronique et comparatiste : nous comparerons les activités de lutte contre la corruption et les whistleblowers aux alentours de 1900 et dans les années 1970. L’accent sera mis sur la ligue, déjà citée, de lutte contre les méfaits de la corruption, ainsi que sur deux publicistes : Ahlwardt et Diest-Daber. Pour les années 1970-1980, il s’agira d’un autre groupe : à côté de journalistes (comme Hans Leyendecker) et de la rédaction du magazine Der Spiegel, on pense à plusieurs magistrats (des procureurs), qui se sont occupés de dossiers de corruption, le plus souvent municipale. Enfin, il conviendra d’analyser les cercles d’économistes qui, dans ces deux décennies, jettent, par leurs discussions et leurs débats, la base de ce qui devient par la suite Transparency International (en 1993).

Enquête de terrain 3.B., France : Dénoncer la corruption, un nouveau genre éditorial et journalistique des années 1900 aux années 1970 

L’étude devra s’attacher à mettre en valeur les profils de ces publicistes (de Francis Delaisi à Henry Coston) qui font, par ce biais, de véritables carrières, consacrées exclusivement ou partiellement à de telles productions. Il s’agira aussi de travailler sur les supports de tels écrits, non seulement le livre, l’article ou la campagne de presse, mais des publications spécialisées ou autres « lettres » et « documents confidentiels » (ceux produits en particulier par Roger Mennevée) qui sont diffusés et repris dans les milieux journalistiques et politiques à une époque où l’audiovisuel n’est pas encore hégémonique et où internet n’existe pas. La réception, la circulation et la diffusion des écrits dénonçant la corruption sont une troisième entrée majeure de cette recherche qui entend insérer cet objet dans un environnement politique, social et culturel large. Notre hypothèse de travail est de postuler que la dénonciation de la corruption, loin d’être un phénomène marginal, doit être considérée comme un objet à part entière qui combine analyse des discours et des pratiques puisque les premiers peuvent générer les secondes (lorsque les décideurs politiques se positionnent et agissent en fonction de ces discours).

Thématiques transversales et questionnements croisés entre les trois directions de recherches (sous- projets).

Nous avons fixé les objets d’enquêtes (6 enquêtes de terrain : 3 en France, 3 en Allemagne) de manière à croiser les thèmes et les questions qui seront traités dans chacune des trois directions de recherche, ou sous-projets (work packages).

Ainsi, côté allemand, le thème des profiteurs de guerre et du « vertige des fondateurs » de l’empire (Gründerschwindel) après 1870 a constitué une référence centrale, non seulement dans les discours critiques sur les décisions municipales, en matière d’immobilier et de développement urbain en particulier, mais aussi pour les acteurs critiques individuels : les whistleblowers. Les injustices et les dysfonctionnements imputés aux municipalités ont été, avec le financement des partis politiques, le cheval de bataille favori des whistleblowers des années 1970 et 1980.

Côté français, comme on l’a dit, ces trois directions de recherche sont des biais permettant de répondre à une interrogation sur les formes de l’enquête sur la corruption, et sur le rôle de la lutte contre la corruption dans le processus de politisation, et plus spécifiquement dans le processus de républicanisation qui marque la société française depuis la fin du XIXe siècle. Ainsi, l’étude sur les « profiteurs de guerre » (1.B) concerne, concrètement, le travail d’une commission d’enquête parlementaire (dite « commission Marin ») qui sera comparé à celui d’autres commissions du même type. Comme on l’a noté, l’étude localisée sur la corruption envisagée pour les Bouches-du-Rhône (2.A) au long du XXe siècle s’attachera en particulier à la constitution des arènes politiques locales à la faveur des dénonciations, des enquêtes et des débats autour de formes de clientélisme jugées déviantes et corrompues. Enfin, l’étude envisagée sur les pamphlétaires et les publicistes contre la corruption (3.B) est, bien entendu, presque entièrement dominée par cette interrogation sur cette forme spécifique d’enquête, afin d’éclairer ses attendus, idéologiques et financiers notamment.

Bibliographie 

Aglan Alya, Feiertag Olivier et Marec Yannick (dir), Les Français et l’argent. XIXe-XXe siècles. Entre fantasmes et réalités, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.

Asch, Ronald G., Emich, Birgit, Engels, Jens Ivo (Hrsg.): Integration, Legitimation, Korruption. Politische Patronage in Früher Neuzeit und Moderne, Frankfurt am Main, Peter Lang 2011.

Audoin-Rouzeau, Stéphane et Becker Annette, 14-18, Retrouver la guerre, Gallimard, Paris, 2000

Bajohr, Frank: Parvenüs und Profiteure. Korruption in der NS-Zeit, Frankfurt am Main: S. Fischer 2001. Barjot,Dominique et alii (dir), Industrie et politique en Europe occidentale et aux Etats-Unis (XIXe-XXe siècles),

Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2006
Becker, Howard S., Outsiders: Studies in the Sociology of Deviance, New York, The Free Press, 1963.

Bergère Marc (dir), L’épuration économique en France à la Libération, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

Bock, Fabienne, « Les commissions d’enquête dans la tradition parlementaire française », in Eric Anceau et alii (dir.), Actes du 57e congrès de la CIHAE : Assemblées et parlements dans le monde, du Moyen-Age à nos jours, Paris, Assemblée nationale, 2010

Bösch, Frank: „Umbrüche in die Gegenwart. Globale Ereignisse und Krisenreaktionen um 1979“, in: Zeithistorische Forschungen 9 (2012), p. 8-32.

Bouloc François, Les Profiteurs de guerre 1914-1918, Bruxelles, Complexe, 2008
Bouvier, Jean, Les deux scandales de Panama, Gallimard, Paris, 1973
Briquet Jean-Louis, La tradition en mouvement. Clientélisme et politique en Corse, Belin, Paris, 1997

Dard Olivier, La synarchie. Le mythe du complot permanent, Paris, Perrin, rééd. 2012.

Darnton, Robert, Le Diable dans un bénitier : l’art de la calomnie en France (1650-1800), Paris, Gallimard, 2010.

Davis J., People of the Mediterranean : an essay in comparative social anthropology, Londres, Routledge, 1977.

Doering-Manteuffel, Anselm et Raphael, Lutz: Nach dem Boom. Perspektiven auf die Zeitgeschichte seit 1970, Göttingen: Vandenhoeck & Ruprecht 2008.

Eck Jean-François, Louis Marin et la Lorraine 1905-1914 : le pouvoir local d’un parlementaire sous la IIIe République, thèse, IEP Paris, 1981.

Engels Jens Ivo, Fahrmeier Andreas et Nützenadel, Alexander (Hrsg.): Geld, Geschenke, Politik. Korruption im neuzeitlichen Europa, München: Oldenbourg 2009.

Engels, Jens Ivo: „Politische Korruption in der Moderne. Debatten und Praktiken in Großbritannien und Deutschland im 19. Jahrhundert », in: Historische Zeitschrift 282 (2006), p. 313-350.

Engels, Jens Ivo, Monier, Frédéric et Petiteau Natalie (dir.), La politique vue d’en bas. Pratiques privées et débats publics à l’époque contemporaine, Paris, A. Colin, « Les coulisses du politique à l’époque contemporaine -1 », 2012.

Éveno Patrick, L’argent de la presse française, des années 1820 à nos jours, Editions du CTHS, 2003

Fontaine, Marion/ Monier, Frédéric/ Prochasson, Christophe (dir.), Une contre-histoire de la IIIe République, La Découverte, 2013.

Garrigues Jean, Les Scandales de la République – De Panama à l’affaire Elf, Robert Laffont, 2004

Gellner Ernest et Waterbury John (eds.), Patrons and clients in Mediterranean societies, Londres, Duckworth, 1977.

Grenard Fabrice, Les scandales du ravitaillement. Détournements, corruptions, affaires étouffées en France, de l’Occupation à la guerre froide, Paris, Payot, 2012.

Groebner, Valentin: Gefährliche Geschenke: Ritual, Politik und die Sprache der Korruption in der Eidgenossenschaft im späten Mittelalter und am Beginn der Neuzeit, Konstanz: Universitätsverlag Konstanz 2000.

Grüne, Niels: „ »Und sie wissen nicht, was es ist ». Ansätze und Blickpunkte historischer Korruptionsforschung », in: Slanička, Simona et Grüne, Niels (Hsg.), Korruption. Historische Annäherungen an eine Grundfigur politischer Kommunikation, Göttingen: Vandenhoeck & Ruprecht 2010, p. 11-34.

Herbert, Ulrich, „Europe in High Modernity. Reflections on a Theory of the 20th Century”, in: Journal for Modern European History 5 (2007), p. 5-22.

Jankowski Paul, Communism and Collaboration. Simon Sabiani and Politics in Marseille (1919-1944), New Haven-Londres, Yale University Press, 1989.

Jeanneney Jean-Noël, L’Argent caché : milieux d’affaires et pouvoirs politiques dans la France du XXe siècle, Fayard, Paris, 1981.

Johnston, Michael: „The search for definitions. The vitality of politics and the issue of corruption”, in: International Social Science Journal 48 (1996), p. 321–335.

Jones, Peter: „Re-thinking corruption in post- 1950 urban Britain: the Poulson affair, 1972–1976″, in: Urban History 39 (2012), p. 510-528.

Karsten, Arne et Thiessen, Hillard von (Hrsg.): Nützliche Netzwerke und korrupte Seilschaften, Göttingen: Vandenhoeck & Ruprecht 2006.

Kleveren, Jacob van: „Die historische Erscheinung der Korruption, in ihrem Zusammenhang mit der Staats- und Gesellschaftsstruktur betrachtet“, in Vierteljahrschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte 44 (1957), p. 289–324.

Kreike, Emmanuel et Jordan, William Chester (eds.): Corrupt Histories, Rochester: University of Rochester Press 2004.

Kroeze, Ronald/ Klein, Annika: Governing the First World War inGermany and the Netherlands: Bureaucratism, Parliamentarism and Corruption Scandals; in: Journal of Modern European History 11 (2013), S. 109–129.

Lascoumes Pierre (dir.), Favoritisme et corruption à la française : petits arrangements avec la probité, Presses de Sciences-Po, 2010.

Lascoumes Pierre, Une démocratie corruptible : arrangements, favoritisme et conflits d’intérêts, Paris, Seuil, 2011.

Lemesle Hélène, « Apprendre le travail parlementaire et construire la séparation des pouvoirs dans les années 1870 », Revue d’histoire du XIXe siècle, 2007, n°35, p.125-139

Levy David A. L., « From clientelism to communism: the Marseille working class and the Popular Front », dans Martin S. Alexander et Helen Graham (eds.), The french and spanish popular fronts : comparative perspectives, Cambridge, Cambridge university press, 1989, p. 201-212.

Martin Marc, « Retour sur “l’abominable vénalité de la presse française” », Le Temps des Médias 2006, n°6, p. 22-33

Mattina Cesare, « Mutations des ressources clientélaires et construction des notabilités politiques à Marseille (1970-1990) », in Politix, numéro spécial « Trajectoires de la notabilité. Production et reproduction », n° 67, octobre 2004, p. 129-155

Mattina Cesare, « Changes in clientelism and urban government : a comparative case study of Naples and Marseilles”, in International Journal of Urban and Regional Research, vol. 31, n° 1, 2007

Mazower, Mark, The dark Continent. Europe’s twentieth Century, New York, Vintage books, 1998

Monier, Frédéric, « Monsieur Daladier, je suis las d’écrire », dans Le pain, la paix, la liberté. Expériences et territoires du Front populaire, Xavier Vigna, Jean Vigreux et Serge Wolikow [dir.], Paris, éditions sociales, « Histoire/Essais », 2006, p.53-68.

Monier, Frédéric, La politique des plaintes. Clientélisme et demandes sociales dans le Vaucluse d’Edouard Daladier (1890-1940), Paris, La Boutique de l’Histoire éditions, 2007,

Monier, Frédéric: Corruption et politique: rien de nouveau?, Paris : Armand Colin, 2011a.

Monier, Frédéric: „A ‘democratic patronage’: social integration and Republican legitimacy in France (circa 1880 – circa 1940) », in: Ronald G. Asch/ B. Emich, Jens Ivo Engels (Hrsg.), Integration, Legitimation, Korruption. Politische Patronage in früher Neuzeit und Moderne, Bern: Peter Lang 2011b, p.97-112.

Monier, Frédéric: „Une République corrompue?“, in: Le Nouvel Observateur, „Le pouvoir et l’argent“, 2012 (octobre-novembre), p.50-53.

Montel Laurence, « Le Chicago français ? Marseille dans Détective (1928-1939) ». In : Le Midi, les Midis dans la IIIe République (1870-1940). Nérac : Editions d’Albret, 2012, p. 173-188.

Nevers Jean-Yves. « Du clientélisme à la technocratie : cent ans de démocratie communale dans une grande ville, Toulouse ». In: Revue française de science politique, 33e année, n°3, 1983. p. 428-454.

Nord, Philip, The Republican Moment: Struggles for Democracy in Nineteenth-Century France, Harvard UP, 1995.

Nord, Philip, France’s New Deal. From the Thirties to the Postwar Era, Princeton and Oxford, Princeton University Press, 2010.

Olivier de Sardan, Jean-Pierre, « Développement, modes de gouvernance et normes pratiques (une approche socio-anthropologique) », Canadian journal of development studies. Vol. 31.2010, 1/2, p. 5-20

Pinsolle Dominique, Le Matin (1884-1944). Une presse d’argent et de chantage, Rennes, PUR, 2012

Raphael, Lutz: „Ordnungsmuster der « Hochmoderne »? Die Theorie der Moderne und die Geschichte der europäischen Gesellschaften im 20. Jahrhundert“, in: Schneider, Ute et Raphael, Lutz (Hrsg.): Dimensionen der Moderne. Festschrift für Christof Dipper, Frankfurt a.M.: Peter Lang 2008, p. 73-91.

Reinhard, Wolfgang, « Qu’est-ce que la culture politique européenne ? Fondement d’une anthropologie historique politique», Trivium, 2–2008, [En ligne], mis en ligne le 23 octobre 2008. URL: http://trivium.revues.org/902. Consulté le 15 février 2013

Reinhard, Wolfgang: „Die Nase der Kleopatra. Geschichte im Lichte mikropolitischer Forschung. Ein Versuch », in: Historische Zeitschrift 293 (2011), p. 631- 666.

Schuller, Wolfgang (Hsg.): Korruption im Altertum. Konstanzer Symposium, Oktober 1979. München: Oldenbourg 1982.

Rudzinski, Marco: Ein Unternehmen und « seine » Stadt: Der Bochumer Verein und Bochum vor dem Ersten Weltkrieg, Essen: Klartext Verlag 2012.

Slanička, Simona et Grüne, Niels (Hrsg.): Korruption. Historische Annäherungen an eine Grundfigur politischer Kommunikation, Göttingen: Vandenhoeck & Ruprecht 2010.

Weber, Eugen, Peasants Into Frenchmen: The Modernization of Rural France, 1880–1914, Stanford, Stanford univ. press, 1976