Programme scientifique du projet franco-allemand POCK 1 (2011-2014)

Corruption politique: Pratiques de la faveur et débats publics en Allemagne et en France aux XIXe et XXe siècles 

Résumé

Au cours des vingt dernières années, les débats collectifs sur la corruption politique ont pris une importance considérable. Dans chaque pays, comme au sein du Conseil de l’Europe, ces débats ont abouti à la création de nouvelles normes, visant à éradiquer la corruption (Conseil de l’Europe 2008). Par contraste, l’étude historique du phénomène est encore à ses débuts, particulièrement en France et en Allemagne. Ce projet comparatiste veut montrer comment les phénomènes de corruption, dans leurs formes actuelles, sont apparus, en France et en Allemagne, entre le début du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle.

Rompant avec les systèmes d’Ancien régime marqués par les patronages aristocratiques, la politisation des sociétés et l’institutionnalisation de l’État créent une critique absolue de la corruption, à partir du tournant des XVIIIe et XIXe siècles. Loin d’être atemporelle, la corruption politique a d’abord une histoire. Aujourd’hui, la conception courante y voit l’abus d’une position publique à des fins privées. L’un des objectifs de ce projet est de montrer comment, dans les deux pays, la notion de corruption renvoie à des perceptions publiques variables de pratiques de la faveur.

Le projet appréhende les phénomènes de corruption dans leurs deux dimensions constitutives: des pratiques politiques dominées par des faveurs; des modes de publicisation qui, avec l’essor des médias de masse, constituent les scandales et les affaires en moments récurrents des débats publics. La tendance générale, dans les deux pays, à une critique absolue de la corruption politique ne peut être éludée. Elle fait surgir des interrogations sur la morale publique et sur la construction culturelle de modèles idéaux, concernant la probité des gouvernants. Le projet suppose que les affaires de corruption sont non seulement des révélateurs de cultures civiques préexistantes, mais aussi des moments clés d’institution de ces modèles éthiques. Dans le contexte des modèles étatiques et des traditions politiques différentes dans les deux pays, qui se sont manifestées avant tout au 19e et au début du 20e siècles, on attend, via la recherche comparative, certains éclairages: sur les particularités nationales et les tendances généralisables – ce sur quoi la recherche sur a corruption s’est peu étendue jusqu’ici -.

2. État de la recherche, travaux antérieurs

La recherche sur la corruption politique est marquée par de fortes disparités entre pays, mais aussi entre disciplines, au sein des sciences humaines et sociales. Ces disparités expliquent un déficit d’études historiques sur ces questions, particulièrement en France et, dans une moindre mesure, en Allemagne (2.1: état de la recherche). L’expertise acquise par l’équipe animée par Jens Ivo Engels sur les phénomènes de corruption constitue un levier pour ce projet franco-allemand. Les recherches menées côté français par Frédéric Monier, sur des questions connexes: les clientélismes politiques, et les usages du secret politique, permettent d’élargir l’objet d’enquête et de reformuler les approches (2.2: travaux antérieurs).

  1. État de la recherche

La recherche sur la corruption des pratiques politiques est très différenciée selon les zones géographiques considérées et selon les pays, notamment au sein de l’Union Européenne.

Les recherches sur la corruption et sur ses perceptions, nées au début du XXe siècle autour de travaux d’essayistes politiques et de publicistes, se sont plus tôt, et plus fortement, enracinées au États-Unis. Tournées aux États-Unis vers la dénonciation de formes de patronage et de clientélisme souvent associées à la criminalité – le «boss system» -, ces débats sont marqués par les premières publications consacrées explicitement à la corruption (Ford 1904). En Europe, ces débats ont leur équivalent, du côté français avec des essais comme celui de Robert de Jouvenel, et des travaux fondateurs, comme ceux d’André Siegfried (Jouvenel, 1914; Siegfried, 1913). En Espagne, les critiques se focalisent, après 1898, sur le caciquisme, tandis qu’en Italie, le clientélisme est dans le point de mire des réformateurs du monde politique à l’époque giolittienne (Musella, 1994) . On trouve en Allemagne depuis les années 1870 un débat très polémique sur les liens entre capitalisme et corruption (Meyer 1877).

Cependant, la plupart des pays européens – Grande-Bretagne mise à part – restent à l’écart du deuxième moment, qui marque les réflexions scientifiques sur les questions liées à la corruption politique. Après 1960, ce moment des recherches concerne, pour l’essentiel, la sociologie et les sciences politiques. Il se traduit par les premières formulations théoriques (McMullan 1961). Celles-ci font souvent de la corruption, ainsi que du clientélisme et des relations de patronage politique, un indice culturel de faible intégration, ou un archaïsme, dans le cadre des théories du développement politique (Nye 1967). L’association entre crime organisé et corruption politique imprègne la plupart des travaux, y compris les plus novateurs, qui ouvrent la voie à une analyse des perceptions et des représentations politiques dans l’opinion (Gardiner 1970).

La prédominance des travaux réalisés en sciences politiques, sociologie et anthropologie à partir des années 1970 explique que les débats se soient focalisés sur des questions de définitions, l’approche en termes de normes juridiques étant doublée par l’analyse des critères politiques et moraux mis en œuvre par les citoyens. On doit comprendre dans cette optique l’importance de la typologie entre corruption « noire », « blanche » ou « grise » élaborée par Arnold Heidenheimer, dont les positions théoriques surplombent longtemps les recherches (Heidenheimer 1970; Heidenheimer/Johnston/LeVine 1989; Heidenheimer/Johnston 2002).

En quête d’une définition et d’une « théorie » explicative, les recherches sur la corruption politique ont effectivement permis, dès la fin des années 1970, de distinguer l’existence de normes concurrentes (juridiques, morales, politiques) dans l’appréhension de ces phénomènes par le public.

Pourtant, aux dires mêmes de certains spécialistes, « ces travaux frappent par le décalage entre le raffinement des élaborations théoriques et la minceur des démonstrations empiriques. (…) Les liens entre l’existence de pratiques de corruption, leur publicisation, leur perception et leur réprobation sont singulièrement comprimés et peu vérifiés empiriquement dans leurs enchaînements » (Bezes/Lascoumes 2005). Au regard de cette production surabondante, les recherches historiques sont relativement peu nombreuses, sur les phénomènes de corruption dans la sphère politique.

Du côté français, en mettant de côté des travaux antérieurs à la seconde guerre mondiale (Dansette 1936), on constate l’absence d’une historiographie réellement constituée sur ces questions. A l’exception de travaux ponctuels réalisés par des historiens américains, seules deux périodes ont été étudiées : les années révolutionnaires, et la Troisième République, essentiellement entre 1877 et 1900.

Pour les années révolutionnaires, ce sont les travaux pionniers de Michel Bruguière, qui ont ouvert les débats, poursuivis avec les études d’Olivier Blanc et de V. Goutal-Arnal (Bruguière 1986; Blanc 1992; Goutal-Arnal 2000). Paradoxalement, le lien entre révolution politique et genèse, contemporaine, des débats autour de la corruption n’a pas été mis à l’épreuve au-delà des années 1800 par les historiens français. De fait, les rares études consacrées à ces questionnements, autour de la chute de la monarchie de Juillet et de la révolution de février 1848, sont dues à l’initiative d’historiens américains (Fortescue 2002; Margadant 1999). Par contraste, presque absolu, avec l’historiographie de pays voisins, comme la Grande Bretagne, on ne disposait, jusqu’aux articles récents de J.I. Engels, d’aucune synthèse sur la corruption politique pour la France des années 1800 à 1880 (Engels 2009).

Le panorama est différent pour la France de la fin du XIXe siècle. Dans les années 1960, des recherches sont menées, à l’initiative de Jeanine Verdès-Leroux et surtout de Jean Bouvier sur des scandales politiques et financiers des années 1880 et 1890 : le krach de l’Union générale et l’affaire de Panama (Verdès-Leroux 1969; Bouvier 1960; Bouvier 1964). Paradoxalement, ces travaux n’ont pas débouché sur une modification réelle des questionnaires collectifs, chez les historiens français. Il y a à cela deux raisons probables. La première est le décalage entre ces travaux et les articles, plus programmatiques, publiés dans les années 1950 (de Dampierre 1954) comme au début des années 1970 (Rémond 1972). L’analyse fouillée n’a pas débouché sur des programmes de recherches collectives. La deuxième raison tient à la posture, scientifique, adoptée en particulier par Jean Bouvier. Les scandales, ou affaires de corruption, ne sont des objets légitimes que comme des révélateurs de pratiques et de mentalités préexistantes. Considérés comme « Accident[s] bénin[s] », ils n’ont en eux-mêmes pas d’importance, comme l’a récemment relevé, de manière critique, Damien De Blic (De Blic 2005).

Les travaux postérieurs consacrés à la IIIe République n’ont, souvent, pas remis en cause ce postulat. Il est vrai que, dans la lignée des recherches ouvertes par Jean-Noël Jeanneney (Jeanneney 1981), il s’agit surtout de sonder, à travers une relecture de certains scandales comme Panama (Mollier 1991), l’affaire de l’Aéropostale (Neiertz 1989) ou encore l’affaire Stavisky (Jankowski 2000) les liens entre monde politique et « milieux d’affaires » (Garrigues 1997) dans leurs franges les plus déviantes. Les synthèses existantes sur cette somme de scandales politiques (Garrigues 2003; Dufresne 2008; Jankowski 2008) offrent une vision des phénomènes de corruption très documentée, mais où les approches sont, finalement, peu renouvelées.

Le renouveau des approches ces dernières années est très net en sociologie politique (Garrigou, 1993; De Blic/Lemieux 2005), en ce qui concerne les scandales de corruption. Ce renouveau est également sensible dans des recherches historiques tournées vers des affaires de corruption qui n’ont pas fait scandale, pour des raisons politiques (Guex 2007). Pour le long XIXe siècle, les perspectives et les approches ont été récemment redéfinies (Engels 2009).

Les études historiques menées sur la France ont donc fortement privilégié les approches axées sur les scandales politico financiers, au détriment d’autres formes de corruption, notamment en matière électorale. Cette question n’a le plus souvent été abordée que par le biais des contestations et incidents électoraux (Charnay 1964; Garrigou 1992; Bernard/Bourdin/Caron 2002).

De façon étonnante, l’histoire du long XIXe siècle, pour la recherche sur la corruption en Allemagne, n’arrive pas à ces résultats. On exclut ici quelques contributions récentes, qui -fréquemment -livrent des premiers inventaires, à partir d’informations présentées jusqu’alors de façon éparse (Engels, 2006, Bösch, 2005, Bösch, 2009). La problématique de la corruption se retrouve fréquemment dans des travaux dont l’intérêt scientifique apparent concerne d’autres thèmes (Hall, 1977, Stern, 1978, Borchart 1991, Finkbeiner 2000, Albrecht 2000). Dans les anciennes études sur l’histoire de l’administration, la question de la corruption n’est mentionnée, lorsqu’elle l’est, qu’à la marge. La plupart des auteurs considèrent que les pratiques corrompues disparaissent largement à la suite des réformes de l’administration au début du XIXe siècle (Eibach 1994, Wunder 1986 et 1998, Brakensiek 1999). On doit reconnaître que, pour l’histoire allemande du XIXe siècle, la signification de la corruption n’apparaît que dans ses grandes lignes. L’un des souhaits les plus importants est donc d’étudier au fond l’origine, à une époque décisive, de la conception actuelle de la corruption. Cela est d’autant plus vrai que le discours public sur la corruption, dans le dernier tiers du XIXe siècle, évolue [?] fortement.

Les grandes affaires de corruption durant la République de Weimar ont déjà été relativement bien étudiées, sur le plan factuel. Elles ont été utilisées par la presse de la droite nationaliste comme des exemples attestant la dépravation du système parlementaire, et elles ont été instrumentalisées par le NSDAP pour ses campagnes de calomnies antisémites (Reese 1989, Malinowski 1996, Ludwig 1998). Cependant, il manque jusqu’à présent une analyse systématique, qui montrerait, de façon précise, comment et pourquoi ces scandales ont contribué à la déstabilisation du système de Weimar. L’étude réalisée par Annika Klein dans le cadre de ce projet cherche exactement à répondre à cette question. Des études complètes sont en revanche disponibles sur le système de corruption, de subornation et de patronage du national-socialisme; les travaux de Frank Bajohr en particulier sont à mentionner. Dans ce cas, la question de fond est, le plus souvent, de savoir dans quelle mesure la corruption a fait partie des caractéristiques structurelles de la dictature. Le pouvoir d’Hitler ne s’est, sans aucun doute, pas uniquement fondé sur le lien charismatique entre le Führer et communauté du peuple « Volksgemeinschaft », mais a aussi reposé sur la captation de biens matériels. L’État hitlérien – Führerstaat – a donc été fortement marqué par les systèmes de faveurs, de nature très diverse, systèmes que la recherche désigne fréquemment comme corruption, même si elle le fait avec une certaine prudence (Angermund 1995, Ludwig 1998, Ueberschar/Vogel 1999, Bajohr 2009, Rohrer 2006).

C’est seulement depuis 2006 qu’une discussion scientifique notable s’est développée en Allemagne sur l’histoire de la corruption. Jusqu’alors, l’attention se focalisait sur les différences existant entre sociétés médiévales, modernes et contemporaines, sur des questions de terminologie, sur les liens entre patronage, dépendance et discours critiques sur la corruption, et enfin sur le traitement medialen? De quelques affaires de corruption. Les premiers résultats de ces travaux spécialisés ont pu être présentés dans des colloques; les publications suivantes donnent des informations à ce sujet: Karsten/Thiessen 2006; Engels/Fahrmeir/Nützenadel 2009; Grüne/Slanicka/Suter 2010; Asch/ Emich/ Engels 2010.

Tout bien considéré, il faut admettre que les travaux comparatistes, à l’échelle internationale, portant sur l’histoire de la corruption peinent à exister. La seule exception est l’étude présentée par Frank Bösch sur les scandales à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, étude qui s’inscrit toutefois dans une comparaison entre Allemagne et Grande-Bretagne (Bösch 2009). Quelques approches prospectives en forme d’essais ne comblent pas ce déficit. La comparaison germano-française se présente ainsi comme une proposition innovante, qui doit donner une nouvelle impulsion aux recherches entreprises des deux côtés du Rhin.

2.2. Travaux antérieurs

Ce projet de recherche est bâti sur un travail en commun entre une équipe française (université d’Avignon) et une équipe allemande (université de Darmstadt), en partenariat avec des collègues des universités de Francfort et de Metz. On s’appuie sur les domaines d’expertises propres à chaque partie. Ces domaines sont complémentaires, comme l’a montré le colloque tenu à Darmstadt en mars 2009, qui a permis une première réflexion commune sur ce projet. La conjonction d’approches et de méthodes différentes enrichira les perspectives de travail, sur le plan méthodologique, et permettra, en croisant les points forts des recherches antérieures, de renouveler les connaissances scientifiques et les questionnaires collectifs. Un colloque commun, à Avignon les 17 et 18 mai, servira de point de départ pour le groupe de travail, avec toutes les personnes impliquées dans ce projet.

Du côté allemand, Jens Ivo Engels s’est employé depuis 2006, dans plusieurs articles, contributions à des colloques, conférences, et dans le cadre d’un projet de recherche encouragé par la DFG, à l’analyse du lien entre corruption et début de l’ère contemporaine en Europe, durant un long XIXe siècle (Engels 2008). A partir des sources publiées et des travaux scientifiques existants, il a particulièrement étudié, jusqu’à présent, les processus de communication sur la corruption, et a ainsi émis la thèse, selon laquelle les sociétés contemporaines ont développé une critique « absolue » de la corruption. De ce point de vue, le discours contre la corruption peut apparaître comme une caractéristique de l’ère contemporaine (Engels 2006, puis Engels 2010). A cet égard, et en gardant la France en vue, le développement de cette thèse a montré que les critiques de la corruption avaient potentiellement, depuis 1789, un effet de déstabilisation des systèmes politiques (Engels 2009) – de manière parfaitement contraire aux cas des États-Unis et de la Grande-Bretagne. Dans le cadre de ce projet, l’objet des recherches sera de savoir s’il y a un rapport entre les débats sur la corruption et d’une part les pratiques administratives, en Allemagne et en Grande-Bretagne vers 1800, d’autre part le lobbyisme industriel en Grande-Bretagne et en France vers 1850. La question joue un rôle important conformément à la définition du bien public – par contraste avec l’intérêt particulier. -Seront ainsi disponibles, pour le projet ici exposé, un cadre conceptuel comme les premiers résultats d’enquêtes de terrain, à partir d’une comparaison internationale. A cela s’ajoute, à paraître, les actes d’un colloque sur les liens entre patronage et corruption (Asch/Emich/Engels 2010)

A côté de cela, Jens Ivo Engels s’est occupé de l’histoire politique de la France entre le 18e et le 20e siècle, dans une perspective d’histoire culturelle (Engels 2000; Engels 2007), ainsi que des réseaux dans le mouvement écologiste (Engels 2006 a).

Du côté français, les travaux de Frédéric Monier, relevant de l’histoire politique de la France, particulièrement entre les deux guerres (Monier 1999a; Monier 2002), se sont focalisés sur une histoire du secret, attachée à l’étude de ses formes et de ses usages politiques et sociaux, dans la France républicaine (Monier 2000). Ce domaine d’expertise servira de point de levier dans ce projet, pour deux raisons.

La première est que les travaux réalisés sur les complots politiques et les formes de subversion associées, en démocratie, ont permis de montrer l’importance de phénomènes paradoxaux (Monier 1998; Monier 1999b; Monier 2003). La répression des complots contre le régime républicain implique, dès la fin du XIXe siècle, des formes de révélations de « menées » secrètes. Or, ces formes de publicisation du secret sont à l’œuvre dans les scandales politico financiers, selon des scénarios analogues. La recherche récente, en Allemagne, en a pointé l’importance : les affaires de corruption produisent des « secrets publics » tant en Allemagne qu’en Grande-Bretagne, à la charnière des XIXe et XXe siècles (Bösch 2009).

La deuxième raison tient aux dernières orientations des recherches, tournées vers l’étude des clientélismes politiques et de l’adaptation des patronages, hérités, au système démocratique républicain (Monier 2006; Monier 2007). Alors que les recherches récentes en sciences sociales établissent, clairement, la connexité des phénomènes de corruption politique et de clientélisme (Della Porta 1995; Médard 2000) à l’époque contemporaine, aucune recherche historique n’a été menée sur cette question pour la France et l’Allemagne aux XIXe et XXe siècles. Cette lacune historiographique renvoie, dans le cas de la France, à un relatif déficit d’analyses sur les phénomènes de corruption électorale, qui font partie intégrante de ce projet.

Pour Frédéric Monier, il s’agit, à la lumière de la comparaison franco-allemande, d’interroger les liens entre pratiques politiques de faveurs et corruption.

  1. Objectifs et programme de travail
  1. . Objectifs

Sur l’histoire de la corruption, il y a, dans les représentations ordinaires, deux hypothèses répandues. La première hypothèse suppose que la corruption est une constante anthropologique, présente dans toutes les sociétés, en raison de dispositions similaires à la cupidité et à la prise d’intérêt chez les hommes. Une autre hypothèse part du principe que certaines sociétés ou systèmes politiques ont tendance à favoriser, sinon provoquer, la corruption. Eu égard à la France et à l’Allemagne du 19e siècle, cette hypothèse semble se confirmer. Alors que l’on peut – presque – dérouler la chronologie de la IIIe République autour d’une succession de scandales financiers et d’affaires de corruption, pour l’Allemagne – au moins avant 1918 -, on trouve peu d’affaires similaires. Ces différences doivent être clarifiées. La société française était-elle plus « corrompue » que l’allemande, comme beaucoup de contemporains l’ont cru? La tradition allemande, plus fortement marquée par l’État autoritaire, a t-elle influencé un éloignement de la corruption? Le changement des élites politiques à partir des années 1870 a t-il favorisé les pratiques de faveurs? Ou doit-on rechercher les différences du côté des discours publics: le parlementarisme français ayant permis une plus grande transparence, ou une emprise plus forte des médias?

Il n’est pas exclu, bien sûr, que ces différences renvoient, jusqu’à un certain point, à une illusion d’optique, puisque dans l’historiographie allemande, la connaissance des débats autour de la corruption n’est pas encore très affirmée. Toutefois, les différences, entre sociétés française et allemande, dans leurs perceptions d’elles-mêmes (Bösch 2005) laissent penser que la corruption n’y a pas eu la même importance. Phénomène perçu de façon individualisée en Allemagne, avant la République de Weimar (Bösch 2009); sujet controversé en France, depuis 1789, cette question y a fréquemment accompagné les changements de régime successifs (Engels 2009). Ces différences se reflètent aujourd’hui dans des traditions historiographiques dissemblables dans les deux pays.

Nous croyons que la corruption n’a pas à être décrite, dans le sens d’un pur sujet de réflexion, comme relevant d’une question de comportements déviants (Engels 2006). Au contraire, la valeur heuristique de la recherche sur la corruption est liée à l’interaction entre deux dimensions. C’est pourquoi le projet commun repose sur le postulat que les pratiques aussi bien que les normes discutées en public doivent être examinées ensemble (cf. 3.1.1).

Le projet poursuit plusieurs objectifs complémentaires, qui vont de l’analyse des pratiques et perceptions de la corruption politique tout au long d’un XIXe siècle (voir 2.1), jusqu’à l’élaboration de nouvelles approches, autour de la question des seuils de tolérance, entre ce qui fait, et ce qui ne fait pas scandale (voir 3.1.3).

Le point de départ est l’idée que les deux sociétés ont été confrontées aux mêmes problèmes de modernisation aux 19e et 20e siècles: remise en cause fondamentale de l’Ancien Régime aux alentours de 1800, efficacité des nouvelles structures politiques en vigueur, et surtout une nouvelle représentation de l’Etat dans la première moitié du 19e siècle. Cela continue avec le début de la politisation, et l’émergence de nouveaux acteurs dans la société civile, ainsi les entreprises industrielles, les partis et les associations – autour de 1900 -, puis le défi, dans les années 1920 et 1930, lancé aux deux systèmes démocratiques par des contre-projets autoritaires; enfin, tout au long de la période, il faut compter avec la transformation continue des réseaux politiques et des systèmes de clientèles.

Là dessus, les sociétés ont réagi, pour partie différemment, pour partie de façon semblable. Objectif de ce projet, l’analyse des différences: pour savoir lesquelles ont reposé sur des spécificités nationales, et dans quels secteurs sociaux sont apparus des types d’actions et des représentations similaires. Ainsi, il faut partir des différences évidentes quant aux modèles étatiques dominants. Pendant que la France se situait dans le sillage des réformes de l’époque radicale de la Révolution puis de l’ère napoléonienne, le développement de l’Allemagne a été caractérisé par des changements plus prudents, si bien que dans les conceptions propres aux fonctionnaires, des représentations mentales traditionnelles ont prévalu pendant longtemps encore (Rosanvallon 1990; Raphaël 2000) – vont dans ce sens les premiers résultats du travail mené par Robert Bernsee dans le cadre du projet en cours de l’université de Darmstadt.

En revanche, l’un des points communs concerne la politisation ou l’intégration politique de ce que les contemporains nomment, à partir de la Grande Guerre, les « masses ». Cela ne vaut pas uniquement dans la France républicaine. Les recherches récentes sur l’Empire allemand parlent également d’un commencement de « politisation fondamentale » de la population (Ullmann 2005). Aussi importantes que la création d’ordres formellement démocratiques ou d’une participation institutionnalisée, d’autres pratiques politiques sont partie prenante du processus. L’intégration croissante de la population dans les débats politiques répond, (en mettant de côté la naissance des associations politiques et des organisations de masse), à l’essor de la presse. De là naissent de nouvelles demandes, quant à la légitimité de l’ordre politique établi. Les deux sociétés ont offert des formes de réactions, variables, à ces processus généraux. Cela explique l’importance des moments de crise (scandales, affaires) comme du travail, répété, de régulation et d’adaptation politique aux pratiques, notamment clientélistes.

Dans l’arrière-plan de notre approche, la question générale est de savoir si on en est venu, entre 1800 et 1930, à une convergence entre les deux pays sur le plan des pratiques et des systèmes de norme politiques. Si cette hypothèse venait à être confirmée, resterait à voir dans quels secteurs la convergence a opéré. Le thème de la corruption se prête bien à cela, parce que des débats sur la corruption peuvent être observés dans toutes les sociétés occidentales, et parce qu’ils reflètent notre opinion sur des traits caractéristiques de l’époque contemporaine. La conception du projet est dessinée de telle sorte que l’on puisse chercher des similitudes.

3.1.1 La notion de corruption et la valeur heuristique de la recherche historique sur la corruption

Le projet s’attache à l’étude de la corruption politique. De même, le projet affirme que la réception par un public de plus en plus large d’affaires de corruption suscite chez les citoyens un jugement moral sur des pratiques de pouvoir. Ce sont ces jugements et ces débats publics qui produisent des normes juridiques et culturelles renouvelées.

La question de la définition des phénomènes dits de corruption ne peut donc être abordée que de façon historique: les définitions successives de la corruption répondent aux évolutions de certains échanges sociaux intéressés, aux perceptions, variables, de certains usages ainsi qu’à leur tolérance, ou leur rejet. Ceux-ci ont, sommairement, en commun de correspondre à un abus d’une position publique à des fins privées.

Les recherches sur la corruption ne sont pas un but en soi. Il s’agit plutôt d’un instrument permettant d’étendre, de façon méthodique et empirique, les champs d’analyse d’une histoire politique attentive aux processus culturels. Les débats sur des comportements corrompus dans le monde politique donnent des renseignements sur les systèmes de normes. Ils permettent plus que cela. Les débats autour de la corruption se distinguent par le fait que les systèmes de valeur ne sont pas seulement négociés, ou discutés. Ils sont aussi un moyen des luttes de pouvoir. C’est pourquoi les recherches sur la corruption permettent d’analyser les façons dont se constituent de nouveaux acteurs politiques, leur position et leur influence sur la chose publique.

Rentre aussi en compte, le fait que le systèmes de normes n’est pas seulement articulé et modifié, mais aussi – probablement – mis en scène, puisque les acteurs politiques doivent s’attendre à ce que leur comportement soit placé sous observation.

Les normes n’apparaissent pas seulement dans les débats publics, comme elles se manifestent dans le pourtour des scandales de corruption. Il faut, bien davantage, comprendre les normes dans le sens de maximes dirigeant des actions. Il en découle que les recherches entreprises sur les débats autour de la corruption doivent aller de pair avec l’analyse des techniques de pouvoir propres aux contemporains: techniques de pouvoir et systèmes d’influence qui étaient l’objet de critiques publiques. On doit s’interroger sur les normes de conduite (politique) qui étaient au fondement de ces techniques de pouvoir, savoir si les acteurs pouvaient exprimer officiellement la nature de ces normes (conduites, modes d’influence), et comprendre pourquoi il en allait ainsi. Les techniques de pouvoir examinées ici relèvent surtout des systèmes de faveur, des structures clientélistes et du patronage politique.

La question fondamentale est traitée dans trois questions partielles :

3.1.2: Objectifs de recherche

Objectifs de recherche 1: Débats sur la corruption et émergence d’acteurs critiques

Les débats sur la corruption sont un moyen d’accès qui permet d’analyser les modifications progressives des paysages politiques. Les deux sociétés, – tant allemande que française -, sont marquées par un processus cumulatif, quoique non linéaire, d’acquisition d’un pluralisme progressif au cours de la période contemporaine. Cette exigence de pluralisme a été portée, entre autres, par des acteurs nouveaux sur la scène publique, qui se sont fait les porte-drapeaux d’une morale politique face à la corruption attribuée au pouvoir en place. Les conflits politiques cristallisés dans les débats sur la corruption ont pu, schématiquement, opposer des acteurs collectifs, institutionnels ou pas, qui sont soit rangés du côté des pouvoirs établis, et corrompus, soit du côté des forces porteuses d’un jugement critique, soit – enfin – du côté des nouveaux médias – qui jouent davantage que le simple rôle de courroies de transmission des débats.

Cette distribution des rôles a cependant constitué l’un des enjeux des débats publics sur la corruption, dans la mesure où ces débats se sont souvent noués à l’occasion de révélations sur des affaires de corruption et dans le cadre de scandales. Dans ces moments d’agitation et de fièvre relative des opinions, les conjonctures fluides propres aux temps brefs des crises politiques ont provoqué des reclassements successifs.

Enjeux de conflits politiques limités, modes – souvent paradoxaux – de production de normes disputées, les débats critiques sur la corruption méritent donc d’être revisités et relus comme des scènes où ont été reconnus de nouveaux acteurs, collectifs, critiques du pouvoir en place.

Objectifs de recherche 2: l’évolution des pratiques de faveurs

La question doit être soulevée, dans une deuxième étape, des processus qui ont fait évoluer les pratiques de faveur entre gouvernants, fonctionnaires et milieux d’affaires mais aussi entre gouvernants, fonctionnaires et simples sujets, et/ou citoyens. L’émergence de nouveaux acteurs politiques, porteurs d’une morale civique, ou de conceptions critiques à l’égard du pouvoir en place, se traduit, à un moment ou à un autre, par une réorganisation des structures de clientèle et de patronage, par l’évolution des normes de conduite qui règlent l’économie politique des faveurs et le maintien des loyautés, ou des fidélités. Cela est particulièrement vrai en matière d’organisation électorale et d’influence des gouvernants en place sur les électeurs.

Mais au-delà, ces exigences critiques croissantes induisent la modification d’habitudes acquises par les élites. Ainsi en va-t-il pour les avocats qui, en France, embrassent une carrière d’élu, et notamment de député. Le projet ici présenté suppose que, avec l’apparition d’acteurs nouveaux (syndicats, ligues, partis politiques) les normes de conduite – ont concrètement évolué, sous le coup des débats critiquant la corruption, comme sous le coup des réformes touchant l’organisation des élections et les règles de compétition politique.

Objectifs de recherche 3: mobilisations et seuils de tolérance

A l’intersection entre la recherche sur les débats, saisis ici comme des prismes permettant à de nouveaux acteurs de critiquer des pratiques de faveur et de domination préexistants, et la recherche sur les pratiques, permettant, elle, de comprendre comment les systèmes d’influence et l’économie politique des faveurs s’adaptent à des exigences renouvelées, le scandale est un lieu d’observation des réactions du plus grand nombre. Objet de recherches en cours venues, côté français, de sociologues du politique et des médias (De Blic/Lemieux 2007), les scandales de corruption, figures récurrentes de la vie politique ces dernières années, n’ont fait l’objet d’aucune approche comparatiste franco-allemande en histoire. Toutefois, des études comparatives concernant l’histoire des médias sont disponibles, dans lesquelles des scandales sont également traités (Requate 2009).

Si l’on adopte la perspective selon laquelle un scandale existe d’abord et avant tout par son public, l’analyse de ces publics successifs, dans une optique comparatiste, fera émerger les mécanismes de mobilisation, d’indignation (Jankowski 2008) qui dessinent, en creux, les seuils de tolérance à la corruption propres à chacune des deux sociétés à différents moments clés: au début du XIXe siècle, au tournant de 1900, enfin aux alentours de 1930.

Le projet postule, de ce point de vue, que ces publics attentifs aux scandales et aux débats sur la corruption politique révèlent les audiences des nouveaux acteurs critiques, en fonction des pratiques de faveurs dévoilées à tel ou tel moment. L’analyse de ces publics donne aussi une voie d’accès à la compréhension des représentations culturelles, morales, civiques qui sont au fondement de la relation que les Allemands et les Français ont au pouvoir et aux hommes qui l’exercent.

3.2. Programme des travaux, méthodologie, enquêtes

Compte tenu des travaux antérieurs déjà réalisés par les porteurs de ce projet ainsi que par les chercheurs associés, en Allemagne comme en France, certaines questions ont été privilégiées dans les perspectives de travail à moyen terme. En effet, il s’agit non seulement d’aboutir à une synthèse sur la corruption politique, envisagée dans une dimension comparatiste, mais aussi de proposer des questionnaires rénovés à la recherche historique.

3.2.1 Méthodologie

Les études proposées ici s’orientent autour de deux séries de questions, à savoir, premièrement les pratiques de faveurs en elles-mêmes et deuxièmement les débats, les poursuites et les mécanismes de création des scandales face à des pratiques stigmatisées comme corrompues. On place donc en premier lieu la recherche de sources ouvertes, en particulier la documentation publiée. Mémoires de défense, pamphlets, articles de presse sont indissociables des débats – judiciaires, politiques et culturels – sur la corruption.

Si un bon nombre de scandales de corruption sont déjà connus du côté français, ainsi, côté allemand, que pour la période de la république de Weimar, il manque encore, au moins pour l’Allemagne wilhelminienne, une vue précise des scandales, débats et affaires les plus pertinents. En outre, les analyses approfondies des sources documentaires publiées, d’après les perspectives de recherche ici définies, restent à faire. Une partie du travail consistera en un inventaire des sources documentaires sur les scandales, ainsi qu’en une analyse des systèmes de normes ainsi fournis.

Le deuxième point concerne la place des questions de faveurs et de corruption dans les archives privées produites par les acteurs. Les écrits privés des acteurs, notamment leur correspondance et leurs mémoires, permettent d’appréhender, sur le vif, deux réalités liées. La première est la pratique des faveurs, qui relève du travail quotidien des élites pendant l’ensemble de la période, et en particulier des élites détenant un pouvoir politique. La deuxième, plus rare, est celle de la perception, par les intéressés, de la corruption, ou des pratiques définies comme telles. Dans ce cas, ces sources documentaires révèlent la concurrence des normes en matière de corruption. Elles permettent enfin de retracer l’itinéraire et le destin de certains acteurs, fonctionnaires, hommes d’affaires, industriels et hommes politiques, aux prises avec des affaires ou des scandales.

Dans cette perspective, la césure des années 1870 à 1880 semble pertinente, ou fondée, pour la France comme pour l’Allemagne. Les archives produites sur des questions de corruption sont plus abondantes dans les deux pays à partir de la fin du XIXe siècle. Ces sources, archivistiques ou imprimées, sont plus diverses aussi: on peut, dans le cas de la France de la IIIe République, penser aux volumineux rapports des commissions d’enquête parlementaires chargées d’une affaire de corruption particulièrement scandaleuse.

Ces remarques méthodologiques, qu’il est nécessaire de faire au préalable, justifient les choix des enquêtes de terrain: sans oublier le premier XIXe siècle, essentiel à plus d’un titre, ces enquêtes sont centrées sur les années 1870-1930. Les thèmes retenus pour ces enquêtes de terrain traduisent aussi l’importance politique croissante des affaires de corruption. Cela reflète, on l’a dit, des évolutions culturelles lourdes, dont les sources documentaires disponibles, imprimés comme archives, témoignent, dans leur ampleur et leur diversité croissantes.

3.2.2 Enquêtes

Si la fin du XIXe siècle et le premier XXe siècle sont au centre du projet proposé, des développements essentiels doivent être consacrés à la transition entre époque moderne et contemporaine, qui constitue un fondement pour une meilleure compréhension de la corruption à cette époque. Dans les débats allemands, une phase importe: celle qui va du milieu du XVIIIe au milieu du XIXe siècle, nommée « Sattelzeit », ou époque charnière (vgl. Engels/Fahrmeir/Nützenadel 2009). Ainsi, cette enquête partielle doit placer le point de mire sur les changements dans l’action de l’Etat (Allemagne), ou pour les acteurs politiques essentiels (France). Durant cette phase, les marqueurs centraux des sociétés contemporaines se révèlent pour la première fois. Ce moment s’avère d’une importance cruciale puisque s’y établit une nouvelle compréhension, par les contemporains, de la corruption.

C’est pourquoi sont proposés deux enquêtes partielles, l’une sur la France, l’autre sur l’Allemagne, focalisées sur les modifications intervenues dans l’action de l’Etat. Par ce biais, peut s’éclairer le lien entre les formes changeantes de la faveur (pratiques) et leur appréciation (débats). L’hypothèse initiale pour ce sous-projet partiel est que dans la première moitié du XIXe siècle les normes qui ont tracé les frontières entre la fabrication légitime du bien-être public et l’obtention illégitime d’un avantage privé, se sont renforcées. Pourtant, l’action de domination et d’administration n’est jamais parvenue à s’y conformer: plus précisément elle a continuellement outrepassé ces frontières, dans le souci d’être couronnée de succès et efficace. Les acteurs essayaient d’ajuster, autant que faire se pouvait, leur action aux normes, échouaient cependant au final dans cette tâche et créaient un champ d’actions et de significations caractérisé par des apories insolubles. Ces apories allaient former la base des vagues de scandales de la fin du 19e siècle.

Enquête de terrain A: Pratiques de la faveur et corruption (France, Allemagne, début du XIXe siècle)

A.1. Allemagne:

Pour l’étude partielle en Allemagne, s’impose une approche plus fortement focalisée sur les actes administratifs et sur la compréhension de la corruption par le corps des fonctionnaires. D’autant plus qu’il n’existait pas d’État central national à cette époque. Voilà pourquoi seront examinés deux phénomènes. D’une part les pratiques de faveur, à étudier dans l’administration du début du 19e siècle, en prêtant davantage d’attention aux États allemands les plus importants (Prusse, Bavière). D’autre part, la critique de ces pratiques, qui se trouve au cœur de l’enquête. L’intérêt principal de ce travail, en termes heuristiques, tient à la question de savoir comment cette critique a influencé non seulement les réformes de l’administration, du point de vue juridique et de l’organisation, mais aussi les actes des fonctionnaires. On a affaire, dans le fond, à un conflit spécifique autour des normes – entre normes administratives différentes -, conflit qui a des conséquences sur la structure institutionnelle, personnelle et sociale de l’administration princière. Ces pratiques, ainsi que la critique de ces pratiques, sont étudiées et interprétées en fonction des travaux personnels antérieurs, afin de caractériser les deux phénomènes dans les États allemands. Par ce biais comparatif, on peut produire une interprétation différenciée, sur les accommodements, face aux pratiques de faveur dans les États allemands. À côté des conflits de norme, des argumentations verbales indiquent aussi certaines présentations d’un « bien public » en fonction des pratiques, et montrent quelle action « corrompue » est entravée. En fin de compte, ce n’est pas seulement de l’historicisation du « bien public » qu’il s’agit, mais des éléments qui en dérivent : puisque le « bien public » est toujours lié à une « conception de la communauté », on peut découvrir, via les argumentaires employés par les acteurs, ce que ceux-ci plaçaient derrière le terme « État ».

A.2. France:

La rupture révolutionnaire a été en partie pensée pour mettre un terme aux pratiques de faveurs, c’est-à-dire de tentatives d’obtenir les bonnes grâces d’un personnage puissant (Dictionnaire de l’Académie française, édition de 1832), pratiques qui ont marqué l’Ancien Régime. L’affaire du collier de la reine n’a pas compté pour rien dans les tensions menant à la Révolution et pourtant celle-ci est bientôt également marquée par des affaires, autour de Mirabeau et de Danton par exemple, mais aucune synthèse prenant en compte la révolution sous cet angle n’a été livrée. Les difficultés de gestion des armées révèlent par ailleurs combien la pratique de la corruption est restée courante (Bruguière 1986).

Cela conduit Bonaparte à organiser peu à peu un système de distinctions en étant habité d’une méfiance de principe à l’égard des élites issues du monde économique, de peur de récompenser un homme qui aurait bénéficié de la corruption.

L’histoire même de l’ascension de Napoléon Bonaparte tient en premier chef au réseau de protecteurs que Charles Bonaparte a su constituer autour de lui : sans les faveurs dont il a joui, ses fils, Joseph, Napoléon, Lucien n’auraient pas bénéficié de l’éducation et de l’instruction qui leur ont permis de franchir de premiers pas essentiels dans la voie de l’ascension sociale. Les travaux de Dorothy Carrington (1995) ont été de décisives avancées en la matière. Ils invitent à une exploration plus systématique des faveurs qui ont été déterminantes pour tous les enfants de Charles Bonaparte. Il s’agira aussi de repérer les réseaux constitués non seulement autour de Napoléon, mais aussi de ses frères.

Une fois le Consulat établi, ce sont les Bonaparte qui se trouvent en mesure de dispenser des faveurs. Mais Napoléon est à la tête de ce processus. Un bilan doit être fait de ce dont ses frères et sœurs ont bénéficié sous l’Empire. Après quoi, il faut aussi analyser le réseau de faveurs dispensées autour de chacun d’eux. Après 1815, l’influence des Bonaparte ne cesse pas pour autant partout et à l’égard de tous. Des cercles existent tant autour de Joseph que de Letizia ou d’Eugène et d’Hortense de Beauharnais. L’histoire des faveurs dans les réseaux Bonaparte doit bénéficier d’une utilisation systématique des archives privées : celle des Bonaparte tout d’abord (Archives nationales, 400 AP), mais aussi celles des grands noms de l’Empire, également nombreuses dans la série AP des archives nationales. L’Association française pour la protection des Archives privées sera également d’une aide essentielle. Enfin, les travaux sur les mémorialistes apporteront des éclairages complémentaires tout aussi précieux.

Enquêtes de terrain B: Débats sur la corruption et émergence de nouveaux acteurs (critiques) en France et en Allemagne, vers 1900

La phase s’ouvrant en Allemagne et en France avec la fondation des nouveaux États après la guerre franco-allemande jusqu’au commencement de la première guerre mondiale (1870/71-1914) a été marquée par des modifications massives des cultures politiques, de la composition du champ des acteurs politiques, du paysage médiatique et des systèmes de normes, reconnues publiquement, dans les deux pays. Les scandales de corruption permettent de rechercher les évolutions pertinentes, s’agissant d’une comparaison entre deux systèmes politiques très différents. Des scandales de ce type comprennent généralement une critique vis-à-vis du comportement des autorités politiques respectives; critique, en particulier, des pratiques de faveurs.

Si, comme on l’a noté (2.1), les différents scandales politico financiers en Allemagne et en France dans les années 1880 à 1930 sont aujourd’hui bien connus, le renouveau des interrogations et des approches doit permettre une relecture de ces phénomènes récurrents. De ce point de vue, la perspective comparatiste a permis de montrer l’existence de phénomènes communs, comme de fortes différences.

Cela dit, la même trame de questionnements existe pour les deux pays face à tous les scandales considérés: de nouveaux acteurs politiques apparaissent-ils sur le devant de la scène, et lesquels? Comment interagissent-ils avec les nouveaux médias de masse? Parviennent-ils à mobiliser le public, au-delà des débats au parlement et dans la presse (par exemple ‘dans la rue’)? Les scandales sont-ils, vraisemblablement, une condition nécessaire au succès de ces groupes? Quelles normes véhiculent-ils, pour une action politique morale, et à quelle représentation du bien public ces normes sont-elles articulées? Peut-on aussi, en résumé, affirmer qu’en faisant concourir nouveaux acteurs, scandales publics et mobilisations émergent de nouvelles normes structurelles/structurantes?

En effet, dans les deux pays, l’apparition, dans les dernières années du XIXe siècle, des scandales politico financiers – conflits limités et moments d’effervescence des débats publics – a pour corollaire un essor des propagandes (notamment antisémite). Dans le fond, l’apparition de la forme « scandale » suppose des changements d’attitudes et de comportements non seulement face à l’argent en général, et à la finance en particulier, mais aussi face au pouvoir politique.

Dans la comparaison, on doit avant tout répondre à la question de savoir si les traditions nationales différentes, dans la représentation et la définition par l’État du bien public et de l’intérêt général, se sont adaptées. Il importe, en particulier, d’analyser dans quelle mesure les conditions de communication du scandale médiatique moderne ont provoqué des processus de rapprochement ou ont renforcé au contraire des spécificités nationales. Au-delà, reste la question de savoir si en Europe, aux alentours de 1900, se sont développés, malgré des systèmes politiques différents offrant des possibilités de participation très inégales, des normes et des styles d’action politiques communs. La procédure de recherche ne peut reposer que sur des cas pratiques.

B.1. Allemagne:

Débats sur la corruption dans le 1er Reich 

L’objectif de cette enquête sera, entre autres, de fournir une base solide pour la connaissance des débats et des informations sur les scandales dans l’Allemagne du premier Reich Pour cela, le point de départ sera fourni par les débats sur la corruption, débats déclenchés ou du moins influencés par deux nouveaux acteurs: la social-démocratie et la droite conservatrice, ou les groupes antisémites, (ceux-ci montrant un plus faible degré d’organisation). De cette manière un large spectre politique peut être couvert. En outre, ces deux ensembles se sont fortement intéressés à ces affaires de corruption. Au cours du travail, les affaires les plus pertinentes devront être identifiées grâce à un traitement idoine des sources imprimées, notamment la presse. Cela inclut également les scandales déjà bien connus dans l’historiographie: scandale Gründer (ou affaire Strousberg), scandale Welfenfonds, scandale Kornwalzer.

B.2. France:

Réseaux, argent et scandales: Alfred Naquet et ses amis radicaux (1871-1901)

Ce projet de recherche part d’un constat: il existe un vide historiographique sur certaines figures du radicalisme, au début de la IIIe République. Ce sont des radicaux intransigeants devenus boulangistes. Pour éclairer ces parcours, les thématiques de la corruption et du scandale sont essentielles. En effet, le personnel politique républicain hérite du Second Empire de relations importantes avec les milieux de l’argent et de la Bourse. Mais les élus de la Troisième République sont soumis à un discours critique sur l’argent qui se développe notamment grâce à la presse.

La critique des pratiques de ces élus, pratiques jugées corrompues, porte aussi sur la façon dont ils exerçaient un patronage politique. Cette activité était importante, en témoignent les fonds d’archives privées de ces mêmes hommes politiques. Ce projet de recherche s’inscrit donc dans les thématiques du clientélisme, de la corruption et du scandale, qui ont servi à discréditer et à marginaliser ce courant politique dans les années 1890.

Enquêtes de terrain C: Scandales et déstabilisation des régimes parlementaires en France et en Allemagne, vers 1930.

Contrairement à la période antérieure à la première guerre mondiale, nous avons affaire à deux systèmes parlementaires dans l’Allemagne et la France de l’entre-deux-guerres. Les deux systèmes se sont vus exposés à une forte critique, qui au tournant des années 1920 et 1930 est allée en augmentant. Ce n’est pas un hasard si les scandales de corruption ont eu, à cette période, un effet de déstabilisation et de délégitimation. Dans le contexte de ces scandales, la corruption a été fréquemment comme un effet secondaire typique du parlementarisme et des systèmes démocratiques. La perspective de travail doit se déplacer, ici, en direction des liens entre débats et pratiques effectivement exercées. Si les systèmes politiques se sont avérés, alors, beaucoup plus sensibles à une pression plus fortement exercée, par rapport à ce qui se produisait environ trois à quatre décennies auparavant, cela peut aussi s’expliquer par un changement dans les mécanismes des faveurs (vraisemblablement pour la France) ou (dans le cas allemand) par l’élaboration de nouvelles pratiques. Celles-ci ont heurté les réseaux traditionnels d’élites impériales déjà fixées, d’où une poussée de mécontentement.

Le projet vise à vérifier, avec précision, le lien, établi par l’historiographie (Rémond, 1972, Landfried, 1989) entre publicisation ou médiatisation de la corruption, débats critiques et antiparlementarisme. L’existence souvent affirmée de mécanismes en chaîne faisant que l’antiparlementarisme est alimenté par la corruption (dévoilée) doit être interrogée à nouveaux frais.

Quelques questions applicables pour les deux pays guident la recherche : Comment les débats sur la corruption ont-ils contribué à l’érosion des deux systèmes parlementaires ? Quels sont les acteurs à avoir joué un rôle prépondérant et dans quelle mesure s’est-il alors produit un changement dans les systèmes de norme? Le bien public et l’intérêt général étaient-ils davantage liés à des solutions autoritaires pour la communauté – et comment les contemporains ont-ils justifié cela?

C.1. Scandales de corruption et délégitimation de la République de Weimar

La compromission des institutions démocratiques et de leurs représentants est l’une des causes les plus fréquemment citées de l’échec de la première République allemande, les nombreuses affaires de corruption qui font trembler la République de Weimar dès ses débuts, apportent une contribution trop longtemps, peut-être, sous-estimée. Les membres des nouveaux partis gouvernementaux sont particulièrement touchés par ces scandales. En tant que représentants du nouveau système, ils doivent tenter de légitimer leur pouvoir et sont donc aussi vulnérables à d’éventuelles allégations en rapport avec l’abus du pouvoir qui leur est confié. Des cas de corruption, ou même de simples allégations de corruption, pouvait facilement dans ce contexte provoquer des scandales de corruption.

Puisque l’indignation est généralement suscitée par les représentants des groupes politiques hostiles à la République, il s’ensuit que les affaires de corruption deviennent un moyen de déstabilisation du système. Alimentée par de nombreux articles dans la presse quotidienne de la période, de tels scandales débouchent fréquemment sur un débat général entre les adversaires et les partisans du « système de Weimar », dans lequel les affaires réelles de corruption sont de plus en plus au second plan. Puisque les différents cas sont toutefois reliés les uns aux autres dans les articles et les pamphlets, il en ressort l’idée d’une propension apparente du système à la corruption, qui est à la source d’une indignation globale.

C.2. Scandales de corruption et délégitimation de la IIIe République

Construite en miroir au projet sur la république de Weimar, l’enquête sur les scandales sous la IIIe République, vers 1930, est un moyen de questionner leur effets déstabilisants sur le système. La manifestation du 6 février 1934, lorsque manifestants de droite et de gauche partent à l’assaut du Parlement, est considérée comme un apogée, dans cette aggravation de la crise. L’enquête portera sur le rôle prééminent joué alors par l’Action française. Cette enquête sera entreprise dans le cadre d’une thèse, qui vise à étudier l’implantation militante de l’Action française en travaillant section par section et année par année. En d’autres termes, il s’agit de répondre à plusieurs questions: quelle est la sociologie des militants? Comment fonctionne et évolue le maillage territorial de la ligue? Dans cette même logique, il convient d’aborder le sujet des directeurs de section en tentant notamment une approche prosopographique. Le projet s’inscrit également dans une optique comparative notamment par rapport à d’autres ligues françaises ou européennes. Les Almanachs et le quotidien de l’Action française représentent les bases de travail.

L’étude de l’implantation militante invite à s’interroger sur les pratiques militantes. Les pratiques « du quotidien » mais aussi celles spécifiquement liées à un contexte événementiel particulier. Ainsi, il est intéressant de se questionner sur la réception des « scandales » de l’entre deux guerres dans les sections et notamment les sections provinciales peu étudiées jusqu’à aujourd’hui. Une telle approche conduit à un raisonnement à plusieurs niveaux: la publicité faite aux événements tout d’abord (quelle masse d’informations?); la description faite des événements ensuite (quels types d’informations?); les conséquences, enfin, sur l’action à proprement parler des sections (manifestation, réunion…).

C.3. Les faveurs politiques dans la République de Weimar

Sur les formes des faveurs politiques dans la république de Weimar, en lien avec les réseaux politiques et le patronage, il n’y a pas eu d’enquête systématique. Selon les débats contemporains, très critiques vis-à-vis de la République, sur la corruption, les possibilités offertes par le parlementarisme ont rendu possible, voire favorisé de nouveaux intérêts. L’enquête est axée sur la fonction remplie par des réseaux politiques dominants, pour répondre à la question de savoir pourquoi certains ont été plus forts, ou plus faibles. A cette fin, seront étudiés deux réseaux, l’un conservateur, et l’autre social-démocrate.

Au début des années 1920, les marchands juifs George Sklarz et Alexander Helphand ont été maintes fois mis en contact avec un certain nombre de personnalités politiques influentes du SPD. Il existe des preuves solides que les deux ont usé de leur influence, par des dons et des livraisons de biens, sur le cours de la révolution de 1918. Ils doivent avoir profité en même temps de leurs relations avec la social-démocratie sous forme de contrats de fourniture et relations commerciales avec l’étranger. Ces relations constituent la base des reproches exprimés, y compris dans les années postérieures, par les adversaires de la République, reproches selon lesquels le SPD serait devenu, dès le début, un « parti de trafiquants ». D’autres réseaux ont été publiquement dénoncés avec un bien moindre succès, tels ceux construits par Alfred Hugenberg et Hugo Stinnes, en qualité d’industriels, d’hommes politiques et de patrons de presse, réseaux animés afin d’influencer les mesures gouvernementales.

En plus de la reconstruction des réseaux choisis, l’objet de l’enquête serait de savoir en quoi ces structures informelles diffèrent de celles du premier Reich. L’exposition variable aux scandales, plus faible dans le cas du deuxième réseau, laisse entendre que de nouveaux acteurs collectifs (immigrants juifs, « politiciens professionnels » issus du monde ouvrier), ont été exposés, de la part des élites déjà établies, à une pression plus forte, pour les contraindre à se justifier.

C.4. Pratiques de faveur politique en France à partir de 1930

Ce projet de recherche prend appui sur le travail réalisé dans le cadre d’une thèse sur Louis Jacquinot (1898-1993), homme politique français. Cette thèse permet d’aborder le thème de la corruption en politique au travers des 20.000 courriers de recommandation établis par le Ministre et conservés aux Archives Départementales de la Meuse, représentant 18 cartons et couvrant les années 1965 à 1973. Ces courriers permettent d’aborder la dimension collective du travail d’intercession d’un élu et les relations entre représentés et représentants. Le travail de dépouillement a rendu nécessaire la mise au point d’une méthodologie adaptée à ce type d’enquêtes (grilles d’interprétation).

Grâce à l’expertise en cours d’acquisition dans cette thèse, le projet de recherche pourra proposer une analyse plus générale de l’évolution des pratiques de faveurs. L’hypothèse retenue est qu’un tournant s’amorce vers 1930, en liaison avec les débats autour de la corruption du régime parlementaire. Plusieurs types de sources seront employées: nationales mais aussi locales (aux archives départementales de la Meuse, notamment deux registres pour la période de la IIIe République regroupant l’ensemble des interventions effectuées par les parlementaires meusiens, notamment Raymond Poincaré ou André Maginot).

Références bibliographiques

Albrecht, Dieter (2000): König Ludwig II. von Bayern und Bismarck; in: Historische Zeitschrift 270, 39-64.

Angermund, Ralph (1995): Korruption im Nationalsozialismus. Eine Skizze, in: Jansen, Christian (Hrsg): Von der Aufgabe der Freiheit. Politische Verantwortung und bürgerliche Gesellschaft im 19. und 20. Jahrhundert, Berlin, 371-383.

Asch, Ronald/ Emich, Birgit/ Engels, Jens Ivo (Hrsg) (2010): Integration, Legitimation, Korruption. Politische Patronage in Früher Neuzeit und Moderne, Frankfurt a.M. À paraître/im Druck

Bajohr, Frank (2001): Parvenüs und Profiteure. Korruption in der NS-Zeit, Frankfurt a.M.

Bajohr, Frank (2009): Korruption in der NS-Zeit als Spiegel des nationalsozialistischen Herrschaftssystems; in: Engels, Jens Ivo/ Fahrmeir, Andreas/ Nützenadel, Alexander (Hrsg): Geld – Geschenke – Politik. Korruption im neuzeitlichen Europa, München, 231-248.

BERNARD, Mathias, BOURDIN Philippe, CARON Jean-Claude [dir.], (2002), L’incident électoral, de la Révolution française à la Ve République. Histoires croisées, Clermont-Ferrand, Presses de l’université Balaise-Pascal.

Bezes, Philippe/ Lascoumes, Pierre (2005): Percevoir et juger la ‘corruption politique’. Enjeux et usages des enquêtes sur les représentations des atteintes à la probité publique, in: Revue française de science politique 55, Nr. 5-6, 757-786.

Blanc, Olivier (1992): La Corruption sous la Terreur (1782-1794), Paris.

Bösch, Frank (2005): Krupps „Kornwalzer“. Formen und Wahrnehmungen von Korruption im Kaiserreich, in: Historische Zeitschrift 281, 337-379.

Bösch, Frank (2009): Öffentliche Geheimnisse: Skandale, Politik und Medien in Deutschland und Großbritannien, 1880-1914, München.

Bouvier, Jean (1960), Le krach de l’Union générale: 1878-1885, Paris.

Bouvier, Jean (1964): Les deux scandales de Panama, Paris.

Brakensiek, Stefan (1999): Fürstendiener – Staatsbeamte – Bürger. Amtsführung und Lebenswelt der Ortsbeamten in niederhessischen Kleinstädten (1750-1830), Göttingen.

Bruguière, Michel (1986): Gestionnaires et profiteurs de la Révolution. L’administration des finances françaises de Louis XVIII à Bonaparte, Paris.

Carrington, Dorothy (1995), Napoléon et ses parents au seuil de l’histoire, traduit de l’anglais par Anghjulamaria Carbuccia, Ajaccio, éditions Alain Piazzola et La Marge, 1ère édition en anglais en 1989.

Charnay, Jean-Paul (1964): Les scrutins politiques en France de 1815 à 1962. Contestations et invalidations, Paris.

Conseil de l’Europe (2008): (programme de coopération et d’assistance techniques), Corruption and democracy, Strasbourg.

Dansette, Adrien (1936): L’Affaire Wilson et la chute du Président Grévy, Paris.

Dard, Olivier (2003): Banques centrales et mythologie politique dans l’entre-deux-guerres, in: Feiertag, Olivier/ Margairaz, Michel (Hgg.): Politiques et pratiques des banques d’emission en Europe (XVIIe-XXe siècle). Le bicentenaire de la Banque de France dans la perspective de l’identité monetaire europeenne, Paris, 549-568.

De Blic, Damien/ Lemieux, Cyril (2005): Le scandale comme épreuve. Éléments de sociologie pragmatique, in: Politix 3, Nr. 71 , 9-38.

De Blic, Damien (2005), Moraliser l’argent. Ce que Panama a changé dans la société française (1889-1897), in: Politix 3, Nr. 71, 61-82.

De Dampierre, Éric (1954): Thèmes pour l’étude du scandale, in: Annales, Economie, sociétés, civilisations 9, Nr. 3, 328-336.

Dufresne, Claude (2008): Les affaires de la IIIe République, Monaco.

Eibach, Joachim (1994): Der Staat vor Ort. Amtmänner und Bürger im 19. Jahrhundert am Beispiel Badens, Frankfurt a.M.

Engels, Jens Ivo (2000): Königsbilder. Sprechen, Singen und Schreiben über den französischen König in der ersten Hälfte des achtzehnten Jahrhunderts, Bonn.

Engels, Jens Ivo (2006): Politische Korruption in der Moderne. Debatten und Praktiken in Großbritannien und Deutschland im 19. Jahrhundert, in: Historische Zeitschrift 282, S. 313-350.

Engels, Jens Ivo (2006 a): Von der Heimat-Connection zur Fraktion der Ökopolemiker. Personale Netzwerke und politischer Verhaltensstil im westdeutschen Naturschutz zwischen Nachkriegszeit und ökologischer Wende, in: Karsten, Arne/ Thiessen, Hillard v. (Hrsg): Nützliche Netzwerke und korrupte Seilschaften, Göttingen, 18-45.

Engels, Jens Ivo (2007): Kleine Geschichte der Dritten französischen Republik (1870-1940), Köln.

Engels, Jens Ivo (2008): Corruption as a Political Issue in Modern Societies: France, Great Britain and the United States in the Long 19th Century, in: Public Voices X, Nr. 2, 68-86.

Engels, Jens Ivo/ Fahrmeir, Andreas/ Nützenadel, Alexander (Hrsg) (2009): Geld – Geschenke – Politik. Korruption im neuzeitlichen Europa (Beihefte der Historischen Zeitschrift 48), München.

Engels, Jens Ivo (2009): Revolution und Panama. Korruptionsdebatten als Systemkritik in Frankreich vom 18. Jahrhundert bis zur Dritten Republik, in: Engels, Jens Ivo/ Fahrmeir, Andreas/ Nützenadel, Alexander (Hrsg.) (2009), Geld – Geschenke – Politik. Korruption im neuzeitlichen Europa (Beihefte der Historischen Zeitschrift 48), München, 143-174.

Engels, Jens Ivo (2010): Politische Kommunikation und Modernisierungsprozesse. Thesen zur Signifikanz der Korruptionskommunikation in der westlichen Moderne, in: Grüne, Niels/ Slanicka, Simona/ Suter, Andreas (Hrsg): Korruption in historischer Perspektive. Interdisziplinäre Zugänge zu einer Grundfigur politischer Kommunikation, Göttingen. À paraître / im Druck.

Finkbeiner, Gerhard (2000): Der Seelbacher Wahlskandal von 1842. Bestechung von Urwählern bei der Seelbacher Wahlmänner-Wahl im März 1842 durch die Lahrer Parteien die „Blauen“ und die „Gelben“, in: Die Ortenau 80, 411-432.

Ford, Henry J.(1904): Municipal Corruption, in: Political science quarterly 19, Nr. 4, 673-686.

Fortescue, William (2002): Morality and Monarchy. Corruption and the Fall of the Regime of Louis-Philippe in 1848, in: French History 16, 83-100.

GARDINER, J.A., (1970), The political economy of corruption. Organized crime in an American city, New York, Russel Sage foundation.

Garrigou, Alain (1992): Le vote et la vertu. Comment les Français sont devenus électeurs, Paris.

Garrigues, Jean (1997): La république des hommes d’affaires, 1870-1900, Paris.

Garrigues, Jean (2003): Les scandales de la République. De Panama à l’affaire ELF, Paris.

Goutal-Arnal, Valérie (2000): Réalité et imaginaire de la corruption à l’époque de la Révolution française, in: Revue française de finances publiques 69, 95-114.

Grüne, Niels/ Slanicka, Simona/ Suter, Andreas (Hrsg) (2010): Korruption in historischer Perspektive. Interdisziplinäre Zugänge zu einer Grundfigur politischer Kommunikation, Göttingen. À paraître / im Druck.

Guex Sébastien (2007): 1932: l’affaire des fraudes fiscales et le gouvernement Herriot, in: L’Économie Politique 1, Nr. 33, 89-104.

Hall, Alex (1977): Scandal, Sensation and Social Democracy. The SPD Press and Wilhelmine Germany 1890-1914, Cambridge.

Heidenheimer, Arnold J. (Hrsg.) (1970): Political corruption: readings in comparative analysis, New Brunswick.

Heidenheimer, Arnold J./ Johnston, Michael/ LeVine, Victor T. (Hgg.) (1990): Political Corruption. A Handbook, New Brunswick.

Heidenheimer, Arnold J./ Johnston, Michael (Hgg.) (2002): Political Corruption. Concepts and Contexts, New Brunswick, 3. Aufl.

Jankowski, Paul F. (2000): Cette vilaine affaire Stavisky. Histoire d’un scandale politique, Paris.

Jankowski, Paul F. (2008): Shades of indignation : political scandals in France, past and present, New York /Oxford.

Jeanneney, Jean-Noël (1981): L’argent caché. Milieux d’affaires et pouvoirs politiques dans la France du XXe siècle, Paris.

JOUVENEL, Robert de, (1914), La République des camarades, Paris, Grasset.

Karsten, Arne/ Thiessen, Hillard von (Hrsg) (2006): Nützliche Netzwerke und korrupte Seilschaften, Göttingen.

Landfried, Christine (1989): Korruption und politischer Skandal in der Geschichte des Parlamentarismus; in: Ebbinghausen, Rolf (Hrsg.): Anatomie des politischen Skandals, Frankfurt a.M., 130-148.

Ludwig, Cordula (1998): Korruption und Nationalsozialismus in Berlin 1924-1934, Frankfurt a.M.

Malinowski, Stephan (1996): Politische Skandale als Zerrspiegel der Demokratie. Die Fälle Barmat und Sklarek im Kalkül der Weimarer Rechten; in: Jahrbuch für Antisemitismusforschung 5, 46-65.

Margadant, Jo B. (1999): Gender, Vice, and the Political Imaginary in Postrevolutionary France: Reinterpreting the Failure of the July Monarchy. 1830-1848, in: American Historical Review 104, 1461-1496.

MacMullan, M. (1961): A theory of corruption, in: Sociological review 9, Nr. 2, 181-201.

Mollier, Jean-Yves (1991): Le scandale de Panama, Paris.

MONIER, Frédéric, (1998), Le complot dans la République. Stratégies du secret de Boulanger à la Cagoule, Paris, La Découverte, « L’espace de l’histoire ».

Monier, (Frédéric), (1999) a, Les années vingt, Paris, Livre de poche, « nouvelle histoire de la France contemporaine ».

Monier, Frédéric, (1999) b, « Le régime intangible. République et conspirations », Politix, « Changer de régime », p.105-118.

Monier, Frédéric, (2002), Le Front populaire, Paris, La Découverte, « Repères ».

Monier, Frédéric [dir.], (2003), « Complots et conspirations en France du XVIIIe au XXe siècle », Lez Valenciennes, n°32, Presses universitaires de Valenciennes.

Monier, Frédéric, (2006), « Monsieur Daladier, je suis las d’écrire », dans Le pain, la paix, la liberté. Expériences et territoires du Front populaire, Xavier Vigna, Jean Vigreux et Serge Wolikow [dir.], Paris, éditions sociales, « Histoire/Essais », p.53-68.

Monier, Frédéric, (2007), La politique des plaintes. Clientélisme et demandes sociales dans le Vaucluse d’Edouard Daladier (1890-1940), Paris, La Boutique de l’Histoire éditions

MUSELLA Luigi, Individui, amici, clienti. Relazioni personali e circuiti politici in Italia meridionale tra Otto et Novencento, Bologne, Mulino, 1994.

Neiertz, Nicolas (1989), Argent, politique et aviation. L’affaire de l’Aéropostale, 1931-1932, in: Vingtième Siècle 24, 29-40.

Nye, John S. (1967): Corruption and political development: a cost-benefit analysis, in: American Political science review 61, Nr. 2, 417-427.

Petiteau, Natalie (1997): Élites et mobilités. La noblesse d’Empire au XIXe siècle, Paris.

Petiteau, Natalie (2003): Lendemains d’Empire. Les soldats de Napoléon dans la France du XIXe siècle, Paris.

Ploquin-Claret, Nathalie (2006): Élites nobiliaires et mobilité descendante, thèse pour le doctorat sous la direction de Claude-Isabelle Brelot, Université Lyon II.

Raphael, Lutz (2000): Recht und Ordnung. Herrschaft durch Verwaltung im 19. Jahrhundert, Frankfurt.

Reese, Dagmar (1989): Skandal und Ressentiment. Das Beispiel des Berliner Sklarek-Skandals; in: Ebbinghausen, Rolf/Neckel, Sighard (Hrsg): Anatomie des politischen Skandals, Frankfurt a.M., 374-395.

Rémond, René, (1972): Scandales politiques et démocratie, in: Etudes 336, Nr. 6, 849-864.

Requate, Jörg (Hrsg) (2009): Das 19. Jahrhundert als Mediengesellschaft – Les médias au XIXe siècle, München.

Rohrer, Christian (2006): War Gauleiter Koch korrupt?, in: Karsten, Arne/ Thiessen, Hillard von (Hrsg): Nützliche Netzwerke und korrupte Seilschaften, Göttingen, 46-69.

Rosanvallon, Pierre (1990): L’État en France de 1789 à nos jours, Paris.

SIEGFRIED, André, (1913) Tableau politique de la France de l’Ouest sous la troisième République, Paris, réédition Imprimerie nationale, 1995.

Stern, Fritz (1978): Gold und Eisen. Bismarck und sein Bankier Bleichröder, Frankfurt a.M.

Ueberschär, Gerd R./ Vogel, Winfried (1999): Dienen und verdienen. Hitlers Geschenke an seine Eliten, Frankfurt a.M.

Ullmann, Hans-Peter (2005): Politik im deutschen Kaiserreich 1871-1918, München.

Verdès-Leroux, Janine (1969), Scandale financier et antisémitisme catholique. Le krach de l’Union générale, Paris.

Wunder, Bernd (1986): Geschichte der Bürokratie in Deutschland, Frankfurt a.M.

Wunder, Bernd (1998): Die badische Beamtenschaft zwischen Rheinbund und Reichsgründung (1806-1871): Dienstrecht, Pension, Ausbildung, Karriere, soziales Profil und politische Haltung, Stuttgart.

Wunder, Bernd (2003): La corruption dans l’administration allemande; in: Tiihonen, Seppo (Hrsg): The History of Corruption in Central Government, Amsterdam, 119-144.