Programme scientifique du projet franco-roumain CorPo (2015-2016)

 

Le programme franco-roumain sur corruption et politique en France et en Roumanie à l’époque contemporaine (CorPo, 2015-2016), soutenu par l’agence roumaine de la recherche et le ministère de l’Enseignement supérieur, dans le cadre des partenariats H. Curien (Brâncusi), associe le centre N. Elias, plus particulièrement l’équipe HEMOC de l’université d’Avignon, et le SIRICE avec le groupe de recherche roumain.

Objectif scientifique

La question de la corruption, loin d’être une constante anthropologique, est à historiciser : elle ne renvoie pas à des pratiques de pouvoir spécifiques et pérennes, mais à des formes d’évaluation critique des gouvernants ainsi que des élites économiques et financières, au nom de morales publiques en débats. Redéfinie à partir des Lumières, la corruption s’enracine dans des représentations culturelles de la concussion (les pratiques de pouvoir intéressées), de la dépravation (l’absence de vertu) et de l’altération (la dégradation du bon gouvernement). Les discontinuités qui marquent l’entrée dans l’ère contemporaine tiennent à l’institution de la corruption en question politique (public issue). Elles apparaissent avec beaucoup de netteté en France au prisme de la Révolution : « ce qui est immoral est impolitique, ce qui est corrupteur est contre-révolutionnaire » (Robespierre, 1794). Les recherches récentes montrent que ces ruptures jouent dans toute l’Europe du Nord-Ouest, selon des matrices idéologiques très variables, des Illuminati allemands aux contempteurs britanniques de la old corruption. Or ces cheminements historiques conduisent vers une situation actuelle tout à fait particulière : les institutions européennes ont produit, depuis la fin du XXe siècle, des représentations communes d’une corruption définie, de façon normative, comme abus d’une charge ou position publique à des fins privées (p. ex. Conseil de l’Europe, 2008). La corruption est devenue un topos fondateur de nos cultures politiques contemporaines : catégorie inachevée investie de sens toujours nouveaux.

Ce projet repose sur la proposition scientifique innovante, selon laquelle ces discontinuités historiques doivent être pensées pour l’ensemble des sociétés européennes, y compris dans l’Europe orientale, et en interaction. La comparaison franco-roumaine a une double valeur : intrinsèque, mais aussi extrinsèque, comme test pour une histoire européenne de nos sensibilités civiques, de la production de normes du bien commun, mais aussi des pratiques de pouvoir micro politiques.

De ce point de vue, la situation actuelle, caractérisée par l’existence de normes européennes unifiées en matière de lutte contre la corruption, ne constitue pas un terme téléologique. La dimension comparative du projet sur les métamorphoses de la corruption dans le cas français et dans le cas roumain permet en effet de repérer des décalages et des variations entre l’Est et l’Ouest européen dans l’institution de la corruption en question politique, d’explorer les caractères spécifiques des formes de lutte pour la « bonne cause » notamment en Europe centrale et orientale et d’examiner la circulation des contenus sémantiques qui illustrent la perception négative et les changements des pratiques de corruption. De nombreuses réformes administratives et constitutionnelles de la modernité roumaine ont eu à la base des transferts institutionnels des démocraties occidentales, surtout de la France (par exemple, Radu 2006, Gutan 2013), Tout en permettant de saisir le rôle des mimétismes politiques dans l’émergence des discours producteurs de réalité politique dans la lutte contre la corruption, le projet CorPo rejette l’idée d’un caractère exclusif de la relation franco-roumaine (la France comme seul « modèle » d’une Roumanie en quête de modernité) ou celle de sa stricte unilatéralité (influence s’exerçant de la France à la Roumanie en excluant tout effet de retour). Mais le « modèle » français a été reconstruit (sinon construit) pour servir aux processus de modernisation locale et ses éléments ont été sélectionnés selon les besoins et les grilles de lecture des élites roumaines.

Enfin, l’analyse, à plusieurs versants, doit porter sur les pratiques dénoncées comme sur les formes des débats publics. Car les pratiques – elles aussi – sont en mutation et subissent des processus de transformation. Il s’agit de se déprendre du paradigme évolutionniste et linéaire de la modernité, qui a fait de la corruption l’indice ou le symptôme d’un retard, et de la remplacer par une déconstruction des régimes de la publicité des grandes affaires de corruption. On souhaite, à cette fin, insister sur la complexité des processus de modernisation, pour mieux retrouver l’historicité de ces phénomènes.

Considérer la corruption comme un poste d’observation de la fabrique des normes politiques du bien commun est une idée très récente en Europe. Ce type de recherche comparatiste et interdisciplinaire envisagée entre les sociétés française et roumaine constitue une proposition de recherche innovante, au plan bilatéral et européen.

Programme de travail proposé

 

1. Orientations méthodologiques.

Ce programme repose sur un cadre méthodologique commun, proche des analyses « constructivistes » en sciences sociales. En d’autres termes, le cadre méthodologique repose sur le primat des enquêtes contextualisées et historicisées, condition de la montée en généralité permise par l’opération comparatiste. Celle-ci est certes orientée vers la découverte de dynamiques de singularisation, mais sans exclure, bien entendu, la mise en évidence de processus généraux, grâce en particulier à des phénomènes de transfert.Cet objectif général est posé pour une période large, allant, en priorité des années 1800 aux années 1970, voire jusqu’à la période la plus récente, soit l’orée du XXIe siècle.
Compte tenu de cet objectif et de ce cadre méthodologique commun, nous avons délibérément choisi de présenter, pour ce projet CorPo, un programme de travail englobant, afin de mieux saisir les singularités nationales. Il s’agit d’étudier en interaction deux types de phénomènes, jugés connexes par l’historiographie et la plupart des travaux en sciences sociales. On trouve d’une part les processus de transformation des patronages politiques, depuis l’entrée en crise des patronages aristocratiques à la charnière des XVIIIe et XIXe siècles, jusqu’à la genèse récente des clientélismes politiques actuels, sur fond de remise en cause des États- Providence. On trouve d’autre part une évolution générale des débats publics, depuis l’apparition des premières causes et affaires à la fin du XVIIIe siècle, jusqu’à la démultiplication récente des scandales politico-financiers, sur fond d’affirmation des cultures de la modernité avancée, marquées par « l’impératif de transparence ».

2. Directions d’enquêtes (work packages)

Il s’agit de créer, grâce à ce programme, une dynamique fédératrice, autour de ces deux grandes directions d’enquête. Chacune de ces deux directions d’enquête donnera lieu à deux travaux de thèse, l’une en France, l’autre en Roumanie : le projet implique la participation de quatre étudiants doctorants. Les sujets de thèse envisagés (cf. infra) sont conçus en miroir, de manière à constituer deux binômes de doctorants français et roumains : le projet est conçu de manière à favoriser recherche de jeunes collègues.

Direction d’enquêtes A : Patronages d’organisme et mutations de l’État.
La première direction d’enquêtes concerne les mutations des patronages, -leur politisation notamment-, en lien avec la croissance tendancielle de l’administration, en particulier dans ces espaces européens marqué par les références libérales parlementaires à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. En d’autres termes, on souhaite observer la manière dont les pratiques de la « micro- politique » s’insèrent dans le processus plus large de construction institutionnelle et étatique. Ce processus va de pair avec l’émergence des patronages d’organisme, dont le type le plus connu est le patronage de parti (Shefter, 1993).

Direction d’enquêtes B : Débats publics et scandales modernes médiatisés
Il s’agit ainsi de mieux situer un phénomène transnational mis en évidence par la sociologie récente : la création des scandales modernes médiatisés (Thompson, 2000). La recherche ne permet pas encore de savoir comment ils apparaissent en Roumanie. Surtout on souhaite mesurer les singularités nationales dans ces processus de scandales, depuis leur genèse pendant la seconde moitié du XIXe siècle jusqu’à leur transformation récente, dont on observe en France les prodromes durant les années 1970.À cette fin, on souhaite en particulier mettre l’accent sur l’émergence de nouveaux acteurs critiques sur la scène politique, sur les idéologies qu’ils véhiculent, et sur les processus de création d’arènes publiques, tout en restituant l’historicité des phénomènes liés aux scandales. Montrer la complexité des rapports de complémentarité entre les pratiques et les représentations ‘traditionnelles’ et les pratiques et les représentations ‘modernes’ dans l’espace politique est également un élément-clef de cette direction de recherche afin d’éclairer les dynamiques des réformes institutionnelles ou juridiques.