Programme scientifique du GDRI « politique et corruption » (2017-2020)

« Politique et corruption : histoire et sociologie comparées à l’époque contemporaine »

On trouvera ci-dessous le programme scientifique de ce groupement de recherche international (GDRI CNRS 840), pour les années 2017-2020.

Présentation générale

Le projet scientifique pluridisciplinaire porté par les chercheurs associés dans ce réseau concerne l’histoire de la transformation de sociétés européennes et nord-américaines, à partir de 1800. Ces processus historiques sont saisis au prisme des débats sur la corruption. Il s’agit de considérer cette question comme une porte d’entrée, pour une meilleure compréhension des pratiques d’influence et des techniques « micro politiques », mais aussi des systèmes de normes et des débats publics, dans toutes leurs formes [W. Reinhardt, 2011]. L’hypothèse sous-jacente est que, à partir de la charnière des XVIIIe et XIXe siècles, la corruption a été constituée en question politique. Elle devient un marqueur des sensibilités et des seuils de tolérance, face aux évolutions des rapports sociaux de pouvoir – au premier chef les systèmes de patronages et clientèles -. Elle éclaire ainsi la constitution et le devenir de formes culturelles – comme la morale civique et les normes du bien public- qui accompagnent et conditionnent la politisation des sociétés, en lien avec la plus forte emprise de l’État, et les processus d’industrialisation et d’urbanisation.

État de l’art

La situation de la recherche sur la corruption politique, en histoire et en sciences sociales, est très différenciée, selon les pays et les disciplines concernées. Quitte à quelques schématismes, l’intérêt scientifique s’est manifesté plus tôt, de façon collective, en science politique, en anthropologie ainsi qu’en économie. Après 1960, la constitution de la corruption en question scientifique s’est traduite par les premières formulations conceptuelles. Celles-ci ont souvent fait de la corruption, ainsi que du clientélisme et des relations de patronage politique, un indice culturel de faible intégration, ou une manifestation d’archaïsme, dans le cadre de théories du développement [par exemple S. Nye, 1967]. Si les débats se sont longtemps focalisés sur des questions de définition, ils ont aussi permis l’émergence de travaux novateurs portant en particulier sur les modalités de jugement de la corruption par les contemporains. Alors que la production scientifique devenait de plus en plus abondante sur ces questions, les débats ont longtemps été surplombés par les approches théoriques proposées par des collègues américains -A. Heidenheimer, M. Johnston et V. Le Vine [2009] en tête- des années 1970 à 2000.

Le paradoxe est qu’il a fallu attendre relativement longtemps pour que ces approches soient intégrées en histoire ou historicisées. On se borne ici à des remarques nécessairement trop rapides sur des évolutions scientifiques que l’on a pu présenter par ailleurs [par ex. Engels et Monier, 2012]. À partir des années 1960 en effet, certaines historiographies nationales sur la corruption, en Europe, se sont focalisées sur les scandales, particulièrement en France, mais aussi en Grande-Bretagne voire en Belgique. Le renouveau des questionnaires collectifs et des approches, sensible dans certains pays comme la Grande-Bretagne des années 1980, a été très inégal dans les dernières années du XXe siècle à l’échelle européenne et nord-américaine. En règle générale, seules quelques périodes saillaient dans les historiographies nationales d’Europe occidentale, avec une attention focalisée sur certaines questions -comme l’utilisation politique des scandales de corruption sous la République de Weimar, la corruption structurelle du régime nazi [Bajohr, 2001], le duché de Toscane à l’époque moderne [Waquet, 1984], les affaires politico-financières sous la IIIe République [Jeanneney 1981, Garrigues 2004], ou, pour la Grande-Bretagne, la corruption à la cour britannique au temps des Stuart [Peck, 1990] et les critiques de la « Old corruption » au XIXe siècle [Harling, 1996]. Des remarques analogues valent aussi pour l’Europe méditerranéenne. Ainsi, en Espagne, la question de la corruption électorale a été traditionnellement posée pour le régime de la Restauration bourbonienne (1876-1923). Dans cette historiographie, la critique de « l’oligarchie et du caciquisme » par Joaquin Costa et le courant régénérationniste après 1898 constituait une référence récurrente, sinon obsédante.  Dans ces différents pays, il y avait, en un mot, des ouvrages importants liés à des questions précises portées à l’agenda de la recherche collective, dans une perspective avant tout nationale. La notion de corruption elle-même ne constituait pas le centre de la recherche. Elle était d’ailleurs employée comme un instrument d’analyse, sans toujours tenir compte du fait qu’elle a sa propre histoire.

Ces tendances s’observent également pour les historiographies d’Europe centrale et orientale. Ainsi, dans le cas de la Roumanie, la corruption, longtemps considérée comme un héritage du régime phanariote et ottoman, a inspiré un nombre très réduit de travaux, en dépit des scandales éclatant dans la presse à partir de la fin du XIXe siècle. Le contraste scientifique est fort avec la science politique, qui s’est occupée de la corruption de l’après-1989 dans son analyse de la consolidation du régime politique roumain et de l’Etat, des défaillances de la démocratie et des faiblesses de la structuration des institutions publiques supposées gangrénées par la corruption systémique [Ionașcu , 2006, Preda et Soare, 2008, Mungiu-Pippidi  et Van Meurs, 2010].

Depuis le début des années 2000, cette situation générale a changé, avec la constitution en Europe d’un champ de recherches très cohérent, en histoire mais aussi en sociologie politique dont les travaux ont modifié en profondeur les études historiques. Ainsi, en France, la sociologie pragmatique a favorisé des enquêtes pluridisciplinaires autour des scandales [de Blic et Lemieux, 2005 ; Boltanski et alii, 2007]. Cette évolution majeure a été présentée dans plusieurs esquisses et synthèses récentes [par exemple, Monier, 2013, Engels, 2014]. Ce champ de recherches nouveau doit beaucoup à la présence active de collègues allemands, néerlandais, suisses puis français. Plusieurs travaux collectifs, à partir de 2003, ont permis de dresser un état des lieux dans un esprit comparatiste, et de renouveler les approches [Kreike et Jordan, 2004 ; Karsten et von Thiessen, 2006 ; Kennedy et Waagenar, 2008 ; Engels, Fahmeir et Nützenadel, 2009 ; Grüne et Slanicka, 2010 ; Asch, Emich et Engels, 2011; Kerkhoff, Kroeze et Waagenar, 2013]. Pour les historiographies de l’Europe méditerranéenne, on repère également des renouveaux, mais il n’y pas, ou peu de connexions directes avec les travaux cités ci-dessus. On constate, dans les années 1990, qu’un nouveau type de recherches s’attache à remettre en perspective la question des liens politiques et des clientèles dans les sociétés espagnole et italienne aux alentours de 1900 [Musella, 1994 ; Robles Egea, 1996 ; Varela Ortega, 2001]. Mais ce renouveau s’avère limité : ressortent quelques ouvrages sur des scandales ponctuels et plus encore sur les différents types de clientélisme/caciquisme selon les pays concernés. Il s’agit souvent de comprendre le rôle de ces liens de pouvoir dans le fonctionnement de ces régimes politiques libéraux aux alentours de 1900 : rotativismo portugais, turno pacifico espagnol, trasformismo italien. Ces avancées ont ouvert la voie, dans les dernières années, à de nouveaux questionnements sur ces sociétés politiques, où les phénomènes désignés par les acteurs sous le terme de corruption sont au coeur de l’analyse [Rubi et Armengol, 2012]. Mutatis mutandis, on observe une évolution relativement similaire dans le cas du Canada, où, depuis quelques années, s’amorce un retour réflexif sur ces questions, à partir d’enquêtes contextualisées [Lapointe, 2014]. Cette évolution se fait également sentir dans des travaux récents consacrés à des sociétés d’Europe centrale et orientale, comme la Hongrie [Cieger, 2011 et 2013] et la Roumanie. Des recherches fructueuses y ont été menées ces dernières années sur la mobilité sociale et les rapports de pouvoir entre les couches sociales, en y incluant le patronage aristocratique [Vintilă-Ghițulescu, 2013 ; Ploscaru, 2013], mais aussi sur la formation du corps préfectoral et de son rôle au milieu d’un réseau clientélaire et partisan [Sora, 2011 et 2013], et enfin sur les fraudes électorales et les rapports de patronage dans la constitution des partis politiques modernes [Marton, 2014 a et b].

Au-delà des différentes configurations scientifiques et des points en discussion, ces historiographies récentes et ces recherches inspirées par un renouveau de la sociologie politique reposent sur plusieurs consensus. La notion de corruption, loin d’être une constante anthropologique, est à historiciser : elle ne renvoie pas à des pratiques de pouvoir, voire des infractions morales spécifiques et pérennes, mais à des formes d’évaluation critique des gouvernants ainsi que des élites économiques et financières, au nom de morales publiques en débats et en évolution. De ce point de vue, les périodes moderne et contemporaine forment un tout, dont l’examen permet de repérer les discontinuités historiques du phénomène. Enfin, l’analyse, à plusieurs versants, doit porter sur les pratiques dénoncées comme sur les formes des débats publics. Car les pratiques – elles aussi – sont en mutation et subissent des processus de transformation. Il s’agit, en somme, de se déprendre du paradigme évolutionniste et linéaire de la modernité politique et sociale, qui a fait de la corruption l’indice ou le symptôme d’un retard. On souhaite, à cette fin, insister sur la complexité et la variété des processus de modernisation, pour mieux retrouver l’historicité de ces phénomènes.

Considérer la corruption comme un poste d’observation de la fabrique des normes politiques du bien commun, mais aussi des pratiques de pouvoir est une idée très récente. À quelques exceptions près, les premières études misant, systématiquement, sur de telles approches, l’ont été par les équipes de chercheurs aujourd’hui associées dans ce projet de création d’un GDRI.

Travaux antérieurs

Des études en ce sens ont été menées à partir de 2006 par Jens Ivo Engels (Technische Universität Darmstadt) avec l’appui de l’agence allemande de la recherche (la DFG). À partir de 2010, des recherches ont été réalisées dans le cadre de deux programmes de recherches franco-allemands, soutenus par les agences des deux pays (ANR et DFG), et coordonnés par J.I. Engels et Frédéric Monier (Centre N. Elias, UMR 8562, université d’Avignon). Le premier de ces programmes (2011-2014), a porté sur « la corruption politique : pratiques de pouvoir et débats publics en France et en Allemagne », des années 1800 aux années 1930 (POC/K1). Il groupe également Olivier Dard (IRICE, UMR 8138, université Paris-Sorbonne) et Andreas Fahrmeir (Goethe Universität Francfort). Prenant la suite de ce premier programme, un deuxième projet scientifique a été élaboré, afin d’élargir les perspectives de travail. Intitulé « Politique et corruption : argent immoral et influence politique en France et en Allemagne» (POC/K2), ce deuxième projet porte sur les années 1870 à 1970. Soutenu par l’ANR et la DFG (années 2014-2017), il groupe un cinquième partenaire : Cesare Mattina, sociologue (LAMES UMR 7305, Aix-Marseille Université).

Depuis 2011, ces programmes se sont enrichis, lors de plusieurs rencontres, de contributions de chercheurs venus d’autres pays. Trois équipes, l’une roumaine, l’autre canadienne et la troisième espagnole, proposent d’élargir le cadre de ces enquêtes mais aussi d’en discuter les hypothèses et enfin d’en modifier les perspectives, en créant un réseau de recherche comparatiste à plus large spectre, réseau marqué aussi par une dimension plus fortement interdisciplinaire.

Depuis 2009, le « Groupe de réflexion sur l’histoire politique et sociale des XVIIIe-XIXe siècles »  (GRiPs) est animé par Silvia Marton, politiste,  et par Constanţa Vintilă-Ghiţulescu, historienne, dans le cadre du New Europe College de Bucarest, Institute for Advanced Studies (NEC). Plus récemment, le GRiPS a également associé Alexandra Iancu (Ionascu), politiste. En partenariat avec la FMSH (Paris) depuis 2008, ce groupe de recherches a déjà organisé des colloques, ainsi sur « l’État en France et en Roumanie aux XIXe-XXe siècles » (2010). Dans le fil de ces travaux, cette équipe roumaine propose d’ouvrir des enquêtes sur la corruption dans une aire culturelle, l’Europe centrale et orientale, pour laquelle la question est peu documentée par l’historiographie. Les recherches des membres de cette équipe incluent déjà une réflexion sur la création de l’État libéral roumain et de son appareil administratif et judiciaire, des partis politiques modernes et des réseaux de clientélisme. De même des études ont été lancées sur les frontières poreuses entre les élites politiques, culturelles et économiques et les difficultés de la professionnalisation de l’élite parlementaire et gouvernementale, du début du XIXe au début du XXe siècle.

Sur ces bases, les équipes française et roumaine ont élaboré un projet scientifique portant sur corruption et politique en France et en Roumanie à l’époque contemporaine (CorPo). Ce projet binational franco-roumain a été sélectionné en 2014. Il est soutenu en France par le ministère des Affaires Étrangères et par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, en partenariat avec l’ANCS (National authority for scientific research of Romania), au titre des programmes Brâncusi (partenariats H. Curien), pour la période allant de janvier 2015 à décembre 2016.

Quant à l’équipe canadienne, constituée autour de Martin Meunier, sociologue, professeur à l’université d’Ottawa et directeur d’un groupe de recherche sur la citoyenneté et les minorités (CIRCEM : centre interdisciplinaire de recherche sur la citoyenneté et les minorités), elle souhaite renouveler l’étude de ces phénomènes, en les soumettant à une grille de lecture où l’opération comparatiste fonctionne à plusieurs échelles, canadienne, nord-américaine, et, au-delà en comparaison avec les sociétés européennes. Il s’agit ainsi de décentrer la connaissance du phénomène, en rompant avec des perspectives souvent essentialistes. Ces approches ont été présentées et discutées, lors d’une journée d’études à l’université d’Ottawa le 16 avril 2014, sur « la corruption au Québec et dans les démocraties occidentales : histoire, sociologie et comparaisons internationales », dont on souhaite publier les actes.

Du côté espagnol, les chercheurs du groupe d’histoire du parlementarisme de l’université autonome de Barcelone travaillent, depuis plusieurs années, autour des élites politiques, en particulier les parlementaires, auxquelles ils ont consacré des études prosopographiques. Leurs recherches portent également sur des questions liées, notamment la création d’un État libéral, ses remises en cause et les conflits qu’il suscite, comme les phénomènes de fraudes et de corruption électorale dans l’Espagne des années 1860-1930. L’un des enjeux de ces travaux est d’interroger, à nouveaux frais, la modification des patronages politiques dans la péninsule ibérique, spécialement dans des régions plus précocement affectées par l’industrialisation et l’urbanisation, qui, comme la Catalogne, remettent en cause l’organisation libérale et non démocratique du pouvoir. Il s’agit donc pour eux de réfléchir à une histoire des élites, via la question de la spécialisation fonctionnelle entre élites des affaires et élites politiques, mais aussi à une histoire culturelle de l’État aux XIXe et XXe siècles.

Dans l’ensemble des pays où opèrent ces équipes, les débats publics actuels sur les phénomènes de corruption soulignent, par contrecoup, le nécessaire renouvellement des approches en histoire et en sciences sociales. Il s’agit, bien entendu, de répondre à des demandes de connaissance, mais aussi et surtout de renouveler les questionnaires collectifs qui les informent. L’une des voies les plus prometteuses, de ce point de vue, nous semble être le travail collaboratif entre historiens, sociologues et politistes. Les différences méthodologiques, dans la conduite des enquêtes ethnologiques et historiques, sont, – pensons-nous -, un atout pour élaborer d’autres catégories analytiques et pour formuler d’autres propositions interprétatives. On souhaite aujourd’hui consolider ce réseau de recherche multilatéral, dont la raison d’être scientifique va largement au-delà des objectifs binationaux définis dans les programmes franco-allemands initiés depuis 2011, comme dans le programme franco-roumain ouvert en janvier 2015.

Programme de travail : présentation générale

Le programme de travail de ce réseau de recherche multilatéral (ou multinational) et pluridisciplinaire repose sur deux piliers. Les travaux antérieurs et les échanges qui ont déjà eu lieu ont révélé l’existence d’un constat partagé par les chercheurs, de différentes nationalités et de différentes disciplines, sur l’état de l’art et en particulier sur les inégales avancées historiographiques. Ce constat partagé nous a convaincu de la nécessité de mieux connecter les différentes approches scientifiques et les diverses historiographies entre elles. Ce constat partagé nous a aussi aidé à trouver les termes d’un accord sur les perspectives analytiques : cela peut être considéré comme le socle du programme de travail (cf. infra : 1-E). Au-delà, ce programme de travail vise à valider, ou à infirmer, des hypothèses scientifiques générales sur les processus de modernisation qui sont le propre de l’ère contemporaine, depuis le temps de transition, soit à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Ces hypothèses scientifiques portent sur l’existence d’une pluralité de projets historiques de modernisation, et sur les tensions entre modernisation politique et démocratisation (cf. infra : 1-F). La recherche comparatiste binationale a permis de faire émerger un cadre de réflexion et d’analyse commun, qui peut être discuté par des chercheurs de plusieurs disciplines et de plusieurs pays. En revanche, seul le travail comparatiste à large spectre peut permettre de formuler ces hypothèses générales et de répondre à ces interrogations, grâce à des enquêtes de terrain comparables.

Ce sont ces hypothèses générales qui fournissent le cadre de ce programme de travail et qui fixent les orientations principales : les directions d’enquête. Conçues comme des axes thématiques, elles sont destinées à faciliter le travail collaboratif (cf. infra, 1-G). Le choix de ces directions d’enquêtes exprime une certaine conception du travail scientifique : le comparatisme et le débat pluridisciplinaire peuvent, pense-t-on, créer une réelle plus-value pour la recherche (cf. infra : 1-H).

C’est dans cette perspective que nous sollicitons l’aide du CNRS, et déposons cette demande de création d’un GDRI, afin de faciliter le travail collaboratif entre ces 8 équipes, dont 3 françaises, 2 allemandes, 1 roumaine, 1 canadienne et 1 espagnole. À moyen terme, la question se pose de l’instrument permettant d’associer d’autres chercheurs, notamment Ronald Kroeze (université d’Amsterdam).

Programme de travail : perspectives analytiques

Le programme de travail de ce réseau pluridisciplinaire repose sur un cadre analytique et méthodologique commun, proche des travaux « constructivistes » en sciences sociales, et fort différent d’autres orientations, comme celles adoptées dans le projet Anticorrp, financé par l’Union européenne depuis l’été 2012 (www.anticorrp.eu). Ce dernier programme, destiné à développer des stratégies pour combattre la corruption actuelle, prend comme base de travail une définition des phénomènes à partir de concepts universels posés a priori. Ce programme admet notamment que les types explicatifs hérités des travaux de Max Weber (État patrimonial/État bureaucratique) ont une valeur heuristique per se, et que la succession chronologique de ces types a valeur de loi historique : depuis les États patrimoniaux jusqu’aux sociétés intègres. Ces présupposés ne sont pas partagés par les chercheurs réunis dans ce réseau. De même, l’orientation du projet présenté ici n’est pas surplombée par de telles interrogations sur l’augmentation ou la diminution de la corruption à l’échelle historique.

Il nous semble en effet que, à l’ère contemporaine, la corruption et les phénomènes proches (le « favoritisme » en France) sont injustifiables. Les très rares tentatives de justification par des acteurs incriminés, au nom d’argumentaires alternatifs axés sur une vision réaliste ou cynique de la politique, ont été condamnées dans les débats publics. Dans cette perspective, on doit particulièrement s’interroger sur la capacité récente de certains acteurs politiques poursuivis pour corruption à revendiquer ou justifier leurs pratiques. Plusieurs études de sociologie politique ont signalé ce phénomène récent, en Italie comme en France [Briquet, 2014, Mattina, 2007], qui intervient alors que la répression judiciaire de la corruption se durcit et s’élargit. Cela participe, peut-être, des ruptures des années 1980-1990.

À l’échelle historique, la corruption peut être considérée comme un curseur culturel et politique, qui marque les limites des tolérances sociales à l’égard des pratiques d’influence et d’intérêt. En ce sens, on peut soutenir que la corruption, souvent pensée, depuis le XVIIIe siècle jusqu’à aujourd’hui, sur le mode de l’archaïsme, est au contraire un produit politique de la modernité [Engels, 2014]. Socle du programme de travail, cette proposition analytique a deux corollaires.

On pose que la corruption renvoie, à l’ère contemporaine, aux perceptions critiques de techniques d’influence et d’intérêts, imbriquées dans certains types de rapports sociaux. Dénoncées par les contemporains comme immorales, intéressées, vénales, en somme contraires au bien public, ces pratiques micro-politiques ne sont pas à étudier pour elles-mêmes, mais comme des caractéristiques propres à certaines médiations sociales. En début de période tout au moins, celles-ci sont des médiations fortement inégalitaires. On admet donc qu’un versant de l’histoire de la corruption va du côté de la transformation de certains rapports de pouvoir : les patronages et les faveurs. Il s’agit de saisir leurs évolutions, depuis la mise à l’épreuve des patronages aristocratiques et des systèmes de favoris princiers des sociétés d’Ancien régime, à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, jusqu’aux transformations actuelles des relations de clientèle politique, et à la pénalisation croissante du favoritisme dans plusieurs pays.

Cette position analytique permet – pense-t-on- de résoudre une tension intellectuelle manifeste dans la plupart des travaux qui, en histoire et surtout dans les sciences sociales, ont montré l’existence de connexions fortes entre clientélisme et corruption, tout en affirmant qu’il s’agit de deux phénomènes distincts. Ces distinctions reposent souvent sur des critères morphologiques, comme la vénalité et la dissimulation, qui seraient propres, tantôt au clientélisme, tantôt à la corruption. En réalité, cette position scientifique, fragile, a alimenté pendant plusieurs décennies des débats récurrents sur des questions de définition, qui ont souvent fait passer au second plan les enquêtes empiriques [Farrales, 2005]. Il nous semble que cette tension intellectuelle peut être résolue, si l’on admet, par hypothèse, que le curseur social de la corruption, fruit des processus de modernisation politique, sert justement, dans toutes les sociétés considérées, à faire le tri entre pratiques intéressées. Certaines sont jugées bénignes, quoique peu justifiables, comme la « politique de clientèle », (pour reprendre une expression utilisée en France depuis les années 1880-1900), tandis que d’autres sont perçues comme nocives, déviantes et immorales : la corruption.

Le deuxième corollaire est que l’histoire de la corruption s’inscrit dans l’étude de la genèse et de la transformation d’une sphère publique, depuis l’invention des causes célèbres et des affaires dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, jusqu’à la période actuelle, caractérisée par la démultiplication des affaires politico-judiciaires médiatisées et les débats autour de la « transparence ». La corruption renvoie, d’un bout à l’autre de cette séquence historique, à des processus de publicisation. L’enjeu de ces débats, pour les acteurs, est la définition de normes qui, censées régir le bien commun, permettent aussi de tracer la frontière, toujours mouvante selon les lieux, les moments et les groupes, entre intérêts privés et règles publiques.

En d’autres termes, nous supposons que ces débats publics ont revêtu plusieurs formes, selon les sociétés et les périodes.

Ce programme de travail pose l’hypothèse qu’il n’y a pas de liens mécaniques et univoques entre débats sur la corruption et scandales au sens contemporain du terme. On les définit ici comme des arènes publiques, se déroulant simultanément sur plusieurs scènes (la presse puis les média, la scène parlementaire, les prétoires, la rue). L’objet scandale a d’ailleurs été privilégié par différentes historiographies, et en particulier par l’école historique française, des années 1960 aux années 1990-2000. L’enjeu du programme de recherche est d’inventorier les différents types de débats et processus de publicisation de la corruption. Cette cartographie préalable doit permettre d’interroger la genèse, et la diffusion internationale des scandales modernes médiatisés autour d’affaires de corruption, mais aussi de réfléchir à leur absence apparente dans certains cas.

Certes, on ne peut éluder la tendance, à long terme, à une homogénéisation des formes de publicisation de la corruption dans l’ensemble des sociétés considérées. Cette homogénéisation nous paraît très récente : on remarque que, depuis les années 1980-200, elle s’exprime, dans l’ensemble des sociétés considérées, sous la forme d’une multiplication d’affaires politico-financières médiatisées, qui créent autant d’arènes publiques avec des degrés variables de conflictualité.

Mais cette tendance récente à l’essaimage, international, d’une certaine forme de débats publics autour de la corruption politique, ne saurait occulter deux phénomènes massifs. Le premier – on l’a dit – est que les scandales ne sont qu’une forme, parmi d’autres, de publicisation des débats sur le bon gouvernement et les normes de probité. Le second est que, à suivre des travaux récents de sociologues [de Blic et Lemieux, 2005], il n’est pas du tout certain que le sens et la forme même de ces scandales n’aient pas profondément changé. Ainsi, certains types de mobilisations ont disparu, en France, depuis les années 1970 (comme les manifestations de rue) et des historiens ont pu diagnostiquer la fin d’une ère de « l’indignation civique » [Jankowski, 2008].

Ces diverses perspectives analytiques sont combinées dans ce programme de travail. Il existe, pensons-nous, une complémentarité entre la sociologie des pratiques de pouvoir et d’intérêt, l’histoire de la production des morales civiques, et l’analyse politique des stratégies des acteurs en présence, en particulier des nouveaux acteurs critiques qui remettent en cause la légitimité de gouvernements dits corrompus.

Sur le plan méthodologique, le programme de travail repose sur le primat des analyses précisément situées et historicisées. La variété des enquêtes, – analyse historique en archives et enquête ethnologique principalement -, mais aussi la variété des sources documentaires et des terrains d’un pays à un autre expliquent très largement cette primauté accordée aux études contextualisées. Il s’agit, pense-t-on, d’une condition sine qua non de la montée en généralité permise par l’opération comparatiste. Celle-ci est certes orientée vers la découverte de dynamiques de singularisation, mais sans exclure, bien entendu, la mise en évidence de processus généraux, grâce, par exemple, à des phénomènes de transfert.

Ce programme de travail général est posé pour l’ensemble de la période, depuis les années 1800 jusqu’aux années 2000. La détermination de césures chronologiques constitue l’un des enjeux des travaux prévus : le programme de travail fait à cet égard des hypothèses, qui guident les directions d’enquêtes (cf. infra 1-F). Mais ce programme ne prévoit pas de partage de principe, a priori, des enquêtes entre des historiens uniquement préoccupés de périodes anciennes et des politistes et sociologues attachés exclusivement aux questions plus récentes. Un certain nombre d’études déjà publiées par des chercheurs rassemblés dans ce groupe montre une affinité de certains politistes avec l’analyse de périodes historiques (la Roumanie des années 1866-1914, par exemple) et, vice versa, la propension de certains historiens à analyser des phénomènes très récents. Le pari de ce programme de travail et de ce réseau, en termes de disciplines et de spécialités scientifiques, est plutôt de combiner les approches pour faire émerger les discontinuités historiques, quitte à pointer le rôle croissant des sciences sociales dans la redécouverte de la corruption par certaines sociétés, ainsi à partir des années 1970-1980 en Europe occidentale.

Programme de travail : hypothèses scientifiques

L’objectif général à moyen terme de ce programme de travail concerne donc la mesure des singularités, locales ou nationales, et l’appréhension des processus généralisables dans l’analyse historique de la corruption à l’ère contemporaine.

Les résultats des études récentes, consacrées avant tout à des pays de l’Europe de l’Ouest, ont permis de bâtir des hypothèses interprétatives sur des processus généraux [Engels, 2014]. De ce point de vue, certains moments historiques semblent avoir eu une importance particulière, car ils ont cristallisé les débats et révélé des mutations des patronages et de la micro-politique. Songeons, par exemple, aux années 1870-1900, qui semblent se caractériser, dans plusieurs pays, par l’apparition de scandales modernes médiatisés autour d’affaires de corruption, mais aussi par la genèse de formes nouvelles de clientélisme politique,  qui, encastrées dans des partis, peuvent être qualifiées de relations horizontales [Rubi et Armengol, 2012].

De ce point de vue, l’analyse politique comparatiste à plus large spectre – d’Amérique du Nord à l’Europe orientale, en incluant l’Europe méditerranéenne- se présente comme une proposition scientifique pluridisciplinaire et innovante. En effet, le programme de travail élaboré par les chercheurs de ce réseau scientifique conduit à formuler d’autres hypothèses sur la pluralité des projets modernisateurs à l’époque contemporaine, et sur les phénomènes de conjonction, ou de disjonction, entre modernisation politique jugée légitime, et processus de démocratisation.

La première de ces hypothèses suppose que, au début du processus, soit pendant le temps de transition (fin XVIIIe-début XIXe siècle), la corruption, en Grande-Bretagne et en France, est associée à un ancien régime ou un ancien état de choses (« Old corruption »), dont l’invention discursive vise à légitimer réformes ou révolution. Ces discours de rupture, héritiers des Lumières, lient la souveraineté politique à la vertu publique [Matthews, 1994 ; Linton, 2001] : ils donnent à voir de nouvelles morales civiques, tout en véhiculant des idéologies diverses et des projets politiques divergents voire antagonistes.

En d’autres termes, l’hypothèse est que ces discours binaires font de la corruption le symptôme d’un retard dans une course au progrès, retard explicable par un climat : entendons une somme de déterminismes que, après Montesquieu, les critiques contemporains ont tendance à naturaliser. Ces discours de naturalisation de la corruption dessinent une géographie mentale du progrès moral. Ces questions ont été finalement peu explorées en histoire et en sciences sociales. Ce désintérêt scientifique concerne aussi les acteurs qui, tel V. Hugo en 1819, ont critiqué cette théorie du climat, « espèce de fausse clef qui lui [Montesquieu] sert à crocheter la serrure de tous les problèmes de l’histoire. C’est en se rapprochant du midi, dirait-il, que les exemples du favoritisme deviennent plus fréquents ». Quoi qu’il en soit, ce sont ces discours qui prédominent : comme l’explique l’un des auteurs du Grand dictionnaire universel de P. Larousse dans les années 1860, la « véritable corruption » ne se rencontrerait plus que dans les pays où la civilisation n’a pas encore fait son œuvre, telle la Russie [Engels, 2010 ; Monier, 2014].

Le programme de travail implique donc, si cette hypothèse est confirmée, de pouvoir retracer la généalogie de ces discours et leurs diffusions. Les légendes noires entourant le Sud européen, réputé plus corrompu et clientéliste que le Nord, s’expliquent, sans doute, de cette façon. Il en va de même pour la Roumanie, où la corruption serait imputable à un héritage ottoman, donc au despotisme oriental. Il s’agit ainsi de tenter une histoire culturelle de conflits politiques, qui jouent à de multiples échelles, y compris hors d’Europe, en Amérique du Nord. Songeons par exemple au jeu de stigmatisations, par le Canada anglais, qui s’auto-désigne comme une terre, britannique, de démocratie libérale, d’un Canada français, jugé catholique, rural, retardataire et voué au patronage. Ce programme s’engage ainsi dans une direction neuve : opérer un retour réflexif, de façon pluridisciplinaire et comparatiste, sur ce qui est, aujourd’hui, au cœur des lieux de mémoire de la corruption. Ce retour réflexif peut et doit être réalisé grâce à l’analyse, historicisée, de phénomènes liés : domination politique mais aussi réappropriation, adaptation et création de normes issues de ces confrontations et de ces débats.

Corollaire, la deuxième hypothèse scientifique posée dans ce programme de travail concerne la pluralité des projets modernisateurs issus du grand ébranlement des sociétés d’Ancien régime et des débuts de la politisation. Selon cette hypothèse, l’émergence de nouvelles valeurs publiques rendant la corruption a priori injustifiable est favorisée par des acteurs critiques poursuivant des objectifs dissemblables. En d’autres termes, la modernisation politique est plurielle : elle s’alimente à différentes sources idéologiques, qui ne se résument pas au républicanisme français ou à l’Aufklärung allemande, à la fin du XVIIIe siècle.

On peut admettre, au moins à titre d’hypothèse, que, une fois consolidées les révolutions libérales, soit au milieu du XIXe siècle, des courants politiques hostiles aux Lumières ont pu se retrouver dans une critique de l’immoralité et de la vénalité des gouvernants, reprenant à leur compte des argumentaires sur la vertu, tout en diffusant des idéologies politiques antagonistes. Cette pluralité d’inspirations et de références culturelles ne s’éteint pas avec le XIXe siècle, bien au contraire. Ainsi, des travaux récents ont montré la vigueur des courants progressistes catholiques dans le Canada français des années 1950, et le rôle décisif qu’ils ont joué dans la stigmatisation d’un système de gouvernement jugé corrompu et corrupteur [Meunier, 2014]. Ce programme de travail souhaite engager une réflexion sur les différentes matrices culturelles et idéologiques qui donnent forme au combat pour la « bonne cause ».

Il ne s’agit bien sûr pas de nier la tendance, sur le long terme, à l’homogénéisation des cultures publiques. En fin de période, cela se manifeste très clairement par l’adoption de normes légales de lutte contre la corruption, par des instances internationales comme l’OCDE, l’ONU ou le Conseil de l’Europe dans les années 1990-2000. Ce processus d’homogénéisation semble lié, en partie, à des institutions internationales comme la banque mondiale et à l’apparition de nouveaux acteurs spécialisés, dont certains sont transnationaux comme Transparency international, créée à Berlin en 1993, tandis que d’autres agissent dans un cadre national.

Cependant, cette tendance globale ne saurait occulter, selon nous, l’importance des diversités culturelles et politiques dans les appréciations critiques de la corruption : entre le péché, l’arriération et le délit, les cadres mentaux mobilisés par les acteurs et les contemporains sont pluriels. C’est dans leur étude que ce programme souhaite également s’engager.

Il s’agit, en ce sens, du premier programme comparatiste en histoire et en sciences sociales qui situe au premier rang de ses priorités la question de la corruption dans les pays de l’Europe méditerranéenne – ici l’Espagne-, de l’Europe orientale – ici la Roumanie-, et de l’Amérique du Nord, – ici le Canada-.

Dans cette optique, – voici la troisième et dernière hypothèse scientifique-, on ne peut donc supposer que les processus de modernisation correspondent a priori à des progrès, dans le sens d’une démocratisation. L’étude des pratiques de pouvoir et d’intérêts, comme celle des débats publics sur la corruption montrent l’existence de jeux de tensions entre ces deux ordres de grandeur.

Songeons, par exemple, que les discours sur la corruption ont souvent permis de légitimer la rationalité supposée du pouvoir central, national ou fédéral, contre des pouvoirs locaux taxés, avec récurrence, d’arbitraire, de féodalisme et d’arriération. Cela occultait, du même coup, la complexité des relations sociales dans les lieux mêmes désignés comme des foyers de corruption. Quitte à paraphraser le titre d’un essai célèbre de P. Grémion, le notable est en situation périphérique. Cette hypothèse a une importance réelle, si l’on cherche à rendre compte des mécanismes de stigmatisation de régions ou de villes dénoncées comme immorales ou simplement archaïques. Ce qui frappe, dans ce contexte, c’est la disposition de certains acteurs politiques originaires des périphéries en question à revendiquer un discours « méridional » sur leurs villes, régions ou pays d’origine, tout en poursuivant leurs pratiques dites corrompues. Ainsi font certains députés de l’Italie du Sud à l’époque libérale, après la fondation de l’État national [Engels, 2014]. À l’exception de quelques études récentes sur la corruption dans les sociétés urbaines en Grande-Bretagne, aucune recherche n’a encore été entreprise sur cette thématique [Moore et Smith, 2007]. Les travaux prévus dans ce programme constituent la première proposition de recherche comparatiste sur ces questions.

Si ce terrain semble prometteur, c’est parce que les discours sur la corruption recouvrent, en partie au moins, des conflits dont l’enjeu est la répartition des pouvoirs entre centre et périphérie, mais aussi la légitimité de certaines élites, leur spécialisation fonctionnelle, et plus largement les formes d’organisation (et de financement) de la vie politique loin de la capitale ou en-dehors du centre du pouvoir. En d’autres termes, la corruption nous semble constituer aussi une forme de mise à l’épreuve des élites locales, via la dénonciation de certaines techniques ou pratiques micro-politiques.

On peut penser, dans le même esprit, que certains processus de modernisation de la vie politique, comme la création de partis politiques et la professionnalisation de la carrière d’élu à la fin du XIXe siècle, n’ont pas été nécessairement synonymes de démocratisation. Le programme de travail ambitionne, ici, de forger de nouvelles interprétations, à partir des catégories analytiques, comme le « patronage de parti », proposées par certains travaux de sciences sociales dans les années 1970 [Shefter, 1977]. Le patronage d’organisme (Organisationspatronage), pour reprendre une catégorie analytique proposée par W. Sofsky, est, de ce point de vue, une notion dont la valeur heuristique est à éprouver.

Programme scientifique – directions d’enquête.

Il s’agit de créer, grâce à ce GDRI, une dynamique fédératrice, autour de trois grandes directions d’enquête, qui déclinent les hypothèses scientifiques générales que l’on vient d’esquisser brièvement. Celles-ci doivent être considérées comme des moyens de renforcer les recherches actuelles, en donnant une impulsion significative à des travaux pluridisciplinaires et comparatistes, élargis à des aires culturelles différentes.

1°) Corruption, arriération : genèse et diffusion de légendes noires

Il s’agit de situer l’origine, politique et culturelle, des discours qui dénoncent dans la corruption un mal attaché à un état de choses ancien à réformer (ou à abolir radicalement), et inventent une théorie des climats politiques : une géographie morale de la probité. Cette direction d’enquêtes concerne aussi la production, culturelle et idéologique, de légendes noires, ou d’identités assignées. Il convient donc d’analyser cette géographie historique de la corruption. Certains lieux (villes, provinces, pays, régions) seraient affectés d’une corruption dite structurelle ou endémique, interprétée comme le symptôme d’un mal social et politique plus profond : une incapacité au progrès.

2°) La « bonne cause » et ses matrices idéologiques

Il s’agit de prendre appui sur les travaux réalisés, depuis les années 1990, sur les familles d’idées, issues des Lumières, qui ont lié exercice de la souveraineté et vertu, pour poser, plus largement, la question d’une pluralité de projets modernisateurs. En d’autres termes, on compte explorer comment différents courants idéologiques, y compris des adversaires déclarés des Lumières à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, se sont appropriés ces nouveaux systèmes de valeurs publiques, et ont tenté de les redéfinir. On espère ainsi mieux comprendre la situation spécifique de la lutte contre la corruption, qui est à la fois objet de consensus publics et, simultanément, de conflits politiques parfois très virulents, et ce jusqu’à aujourd’hui.

3°) La micro-politique à l’épreuve : élites et modernisation

Cette troisième direction d’enquêtes vise à explorer la façon dont les processus de modernisation politique – généralisation de l’élection, professionnalisation de l’activité, associations politiques et création d’organismes, développement de l’administration et des bureaucraties, essor des industriels, émergence de l’État social- transforment les techniques d’influence et d’intérêts employées par les élites, dont la légitimité est soumise à de nouvelles valeurs publiques. Deux perspectives ont été choisies comme postes d’observation privilégiée de ces changements : les formes de l’organisation politique, et les tensions entre pouvoir local et pouvoir central.

Ces trois directions d’enquête thématiques sont explicitement destinées à permettre le travail collaboratif entre chercheurs de disciplines et de pays différents. L’un des enjeux de ces enquêtes est bien entendu de faire apparaître des discontinuités historiques et donc de pouvoir caractériser la situation actuelle au regard de ces évolutions de long terme. Comme on l’a noté, les travaux, réalisés essentiellement autour des pays de l’Europe du Nord-Ouest, ont permis de pointer l’importance de certains moments historiques : les ruptures des années 1780-1840, la diffusion de scandales médiatisés entre les années 1870 et le début des années 1930, la redécouverte de la corruption, avec un rôle croissant joué par une expertise fournie par les sciences sociales (et l’économie), à partir des années 1980, entre autres. Cette hypothèse de périodisation est soumise à questionnement, compte tenu de la diversité des aires culturelles (Amérique du Nord, Europe orientale, Europe du Nord-Ouest, Europe méditerranéenne).

L’autre enjeu de ces enquêtes tient à l’opération comparatiste : il importe de montrer l’existence d’une pluralité de processus de modernisation, sans se borner à ceux qui, élaborés dans l’Europe du Nord-Ouest, dominants, sont aujourd’hui les mieux connus en histoire et en sciences sociales. Ce volant de la recherche est peut-être plus exploratoire. Eu égard aux zones d’ombre dans la littérature scientifique, il est encore hasardeux de présenter des hypothèses générales.

Programme scientifique : plus-value attendue du travail collaboratif 

Comme on l’a noté, on escompte une double plus-value de ce travail collaboratif. La première plus-value est géographique et pluridisciplinaire. Le choix commun de mieux connecter des champs de recherche disjoints, ou peu reliés les uns aux autres, témoigne d’une volonté de combiner, sans a priori, des approches et des méthodologies différentes. On pourrait dire, sans forcer le trait, que ce projet est déposé en histoire contemporaine, avec l’appui indispensable de chercheurs d’autres sections scientifiques : sociologie et science politique. De même, ce projet scientifique exprime la conviction que l’histoire des valeurs publiques ne résulte pas d’un processus simple, qui tiendrait, pour caricaturer, à la genèse de valeurs publiques dans l’Europe du Nord-Ouest et dans l’Est des Etats-Unis à partir des années 1760-1790, puis à la mise en conformité, par ondes concentriques, d’un ensemble croissant de pays avec ces normes. Ce projet de recherche résulte d’un pari scientifique très différent. Il consiste à placer sur le même plan ces processus ouest-européens (saisis via les cas allemands et français) et les projets modernisateurs qui s’expriment dans des sociétés dont la légende noire de corruption endémique se construit au fil des XIXe et XXe siècles, que ce soit en Europe du Sud (ici l’Espagne), en Europe orientale (ici la Roumanie), ou en Amérique du Nord (ici le Canada français).

On compte ainsi, à moyen terme, pouvoir proposer une autre histoire, à la fois locale et transnationale, de la formation et du devenir de nos systèmes de valeurs publiques. Constructiviste, cette histoire ambitionne de montrer la généalogie de nos catégories de pensée, mais aussi d’écarter les tableaux trop ordonnés et policés de la vie politique. On souhaite ainsi éclairer les manières dont nos sociétés politiques ont peu à peu opéré la séparation entre une sphère privée, assimilée à l’espace des intérêts mais aussi des émotions et des relations interpersonnelles (la fidélité, l’amitié, la haine), et une sphère publique, assimilée à l’espace des normes légales, mais aussi de la raison et des valeurs universelles (l’égalité en droit, le mérite, la compétence).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *