Les jeunes chercheurs du programme POCK2 (depuis 2014) : Allemagne

Ralk König nous a malheureusement quittés au début de 2017, emporté par la maladie contre laquelle il a lutté pendant plusieurs mois. Nous gardons de lui le souvenir d’un jeune collègue plein de gaieté et de ressources, grâce à qui le colloque sur « Ville, pouvoir, corruption » au printemps 2016 à Annweiler, n’aurait pu être la réussite qu’il a été. Ralf König était aussi un jeune chercheur prometteur, et la communauté des historiens a perdu elle aussi un talent qui ne demandait qu’à s’affirmer.

Lesrecherches d’Andrea Perthen portent sur les personnes qui ont rendu publique des pratiques « corrompues » dans la République fédérale d’Allemagne entre 1949 et 1980. Souvent journalistes ou publicistes en lien avec des fonctionnaires ministériels ou des politiciens, elles se sont voulues  « chevaliers blancs ». Cependant, elles ont poursuivi leurs propres  agendas personnels. Andrea Perthen pose la question des motifs de leurs engagements et de la manière dont ces acteurs ont mené ces combats. Elle analyse enfin l’affirmation d’un  journalisme d’investigation, l’histoire des scandales de corruption en Allemagne et les débats autour ces scandales.

Doctorant à l’université technique de Darmstadt, Daniel Kück mène des recherches sur la corruption et la réciprocité sous l’Empire allemand et la République de Weimar :

Chocolat, robes de petite filles, œufs, brosses à cheveux, schnaps, tabac à priser ou moules à pâtisserie – sous l’Empire allemand et la République de Weimar de pareils objets n’étaient pas seulement un bien de consommation ou un ustensile de cuisine. Ils s’inscrivaient aussi dans un espace d’échanges au sein de laquelle la distinction entre biens personnels et communautaires restait fragile. Un acteur pouvait offrir un objet à un agent public (par exemple, un gardien de prison, un policier ou un garde forestier) qui se mettait  en échange à son service. Cet échange contournait le règlement qui devait être détaché des relations personnelles et produisait une obligation réciproque et une diversité de relations sociales. Ainsi, le projet de recherche considère la corruption comme une forme spécifique de réciprocité. Il examine dans différents espaces des interactions sociales :  dans la prison, le port, la maison close et l’administration judicaire. Le projet explore comment les acteurs établissaient l’échange, de quelle manière ils le convertissait en pratique sociale, et dans quelle mesure ce contexte s’en trouvait modifié. Pour répondre à ces questions la recherche s’appuie sur des approches empruntées à la microsociologie et à l’anthropologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *