Les jeunes chercheurs du programme POCK1 (2011-2014) : Allemagne

Robert Bernsee a soutenu sa thèse de doctorat, Korruption und Bürokratisierung. Debatten, Praktiken und Reformen in Deutschland während der Sattelzeit (1780-1820), à l’université technique de Darmstadt en 2014. Il est aujourd’hui chercheur associé (Wissenschaftlicher Mitarbeiter) au centre d’histoire européenne de l’université Ruprecht-Karls de Heidelberg.

Annika Klein a soutenu sa thèse de doctorat à l’université Goethe en 2014, sur : Korruption und Korruptionsskandale in der Weimarer Republik. Elle est publiée à Göttingen, chez Vandenhoeck & Ruprecht.

Volker Kohler a soutenu sa thèse de doctorat, Die Mikropolitik der Genossen, Freunde und Junker. Zur Bedeutung personaler Beziehungen im politischen Handeln während der Weimarer Republik, [ La micro politique des camarades, des amis et des nobles. De l’importance des relations personnelles dans l’action politique durant la République de Weimar] à l’université technique de Darmstadt en 2015. Il est aujourd’hui chercheur associé (Wissenschaftlicher Mitarbeiter) à l’ Institut für Geschichte de l’université technique de Darmstadt. Sa thèse s’occupe des phénomènes micropolitiques sous la République de Weimar, et montre l’importance des relations personnelles dans le champ de la politique. Par souci d’exactidute, la thèse analyse  trois exemples: le cas du gouvernement social-démocrate en Saxe (1918-1923), celui de Konrad Adenauer maire de Cologne (1917-1933) et l’aide à l’agriculture de l’Est (Osthilfe) (cca. 1928-1933). La thèse est située  dans le contexte de la recherche sur les patronages contemporains. Elle met l’accent sur la communication dans la micro politique contemporaine.

Anna Rotfuss est doctorante à l’université technique de Darmstadt, doit soutenir prochainement sa thèse, sous la direction de J. I. Engels, sur Die politischen Korruptionsdebatten des Deutschen Kaiserreichs und der Dritten französischen Republik (1870-1914). La thèse analyse les débats relatifs à la corruption dans l’Empire Germanique entre 1871 et 1914. L’enquête vise à montrer que les discussions publiques à l’égard de la corruption faisaient partie intégrante de la communication politique et servait différents buts. Les acteurs politiques utilisaient les accusations de corruption pour débattre des normes sociales et politiques, pour critiquer le statut-quoi, ou pour attaquer leurs adversaires et élargir leur périmètre d’action. L’analyse s’emploie à comparer cette situation avec les débats qui ont alors lieu en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *