[publicación] « Dádivas, dones y dineros »

« Dádivas, dones y dineros » 

Aportes a una nueva historia de la corrupción en América Latina desde el imperio español a la modernidad 

Christoph Rosenmüller, Stephan Ruderer (eds.).

http://www.iberoamericana-vervuert.es/FichaLibro.aspx?P1=115303

La corrupción tiene en América Latina una relevancia notoria. Sin embargo, apenas existen estudios que analicen históricamente el tema. Este libro llena este vacío. Proponemos aquí una “nueva forma de abordar la historia de la corrupción”. Desde este punto de vista, la corrupción no es un hecho inmutable y rígido, sino un concepto que cambia en relación con las diferentes mentalidades de cada período histórico. Como el fenómeno varía según la época, el análisis cultural de su desarrollo permite “ver” transiciones en las sociedades del pasado y entender valores políticos poco estudiados.

A través de este nuevo enfoque, se analiza la corrupción desde la época colonial hasta la actualidad para contribuir a una visión comparativa. De esta manera, se entienden mejor los distintos significados del concepto y la legitimidad de los sistemas políticos. Se estudian los vínculos entre la corrupción, las acusaciones en la opinión pública y las decisiones políticas. De este modo, los distintos artículos del libro van más allá de una historia de escándalos: permiten entender la constitución y el funcionamiento de las sociedades en general. La corrupción, entonces, emerge como una figura fundamental de la comunicación política

 

Editor/es

Christoph Rosenmüller es profesor de la Middle Tennessee State University y actualmente becario del Instituto Max-Planck de Historia del Derecho en Europa (Max-Planck-Institut für Europäische Rechtsgeschichte) en Frankfurt, Alemania.

Stephan Ruderer es miembro del grupo de investigación “Culturas de las decisiones”. Trabaja en el Departamento de Historia de la Westfälische Wilhelms-Universität Münster, Alemania.

Le programme scientifique du projet franco-bulgaro-roumain « comparer la corruption politique dans les pays de nouvelle démocratie » CCPND (2016-2017)

Page à ajouter

L’équipe roumaine, autour d’Alexandra Iancu (université de Bucarest, GRiPS) et l’équipe française du centre N. Elias se sont associés à une équipe de politistes de la Nouvelle université bulgare de Sofia, coordonnée par Petia Georgieva, et qui compte Anna Krasteva, Antony Todorov et Krista Hristova-Kaltcheva. Ensemble, ils conduisent le programme CCPND (« comparer la corruption politique dans les pays de nouvelle démocratie »), coordonné par Alexandra Iancu en 2016-2017.

Description

Dans les démocraties occidentales, la recherche sur l’intégrité en politique et l’histoire de la dénonciation des dérives du pouvoir a déjà donné lieu à d’amples études (Thompson 2000, Garraud 2001, Garrard & Newell 2006, Monier 2013). Par contraste, il existe très peu de comparaisons sur les significations changeantes des bonnes pratiques en politique dans les pays ECO (Mungiu-Pippidi 2010, Cieger 2013, Marton 2014). Comment les acteurs politiques et l’opinion publique internalisent les définitions changeantes de ce qui est dévoilé ou condamné sous l’étiquette de « corruption » à travers la région ? Y a-t-il des convergences ou encore des dissemblances quant aux réformes visant l’intégrité politique dans les nouvelles démocraties européennes ?

Le projet part de la prémisse qu’il n’y a rien d’incontournable ou de régional dans les mauvaises pratiques du pouvoir. On considère que bien au-delà des similitudes des formules standard employées dans les discours publics, il existe une grande diversité des significations rattachées à la corruption politique à travers les postcommunismes. CCPND comprend donc « la corruption » comme un phénomène politique construit du point de vue social (Johnston 1996) et comme une catégorie à problématiser, à contextualiser et à historiciser. Ce choix épistémologique s’inscrit dans le constructivisme « modéré » selon lequel les pratiques du pouvoir et les discours qui les accompagnent sont en processus de définition et de redéfinition permanent par les différents acteurs sociaux et politiques (Monier et al. 2014). Nous considérons que la corruption renvoie à un ensemble de jugements critiques portés, par les contemporains, sur des techniques d’influence et d’intérêt que l’on estime contraires à l’intérêt général (Dard et al. 2014).

CCPND invite les sciences sociales du politique (notamment science politique, histoire, sociologie, anthropologie) à étudier les sources et les formes de la convergence dans la dénonciation des pathologies politiques sous l’angle de la corruption. Les trois axes du projet suivent :

(a) les origines et héritages du passé (l’impacte de l’histoire de la période pré-communiste et communiste et  l’étape des réformes et l’européanisation en trompe-l’œil)

(b) les modalités d’expression (les constructions idéologiques et le discours des élites politiques sur « la corruption »)

(c) les conséquences politiques (les nouvelles notions du « commun » et du « public » produites par le discours anti-corruption ; la typologie institutionnelle qui résulte des politiques anti-corruption).

Activités organisées dans le cadre du projet:

L’organisation d’un colloque international « Dénonciations et pratiques de corruption politique dans les nouvelles démocraties » (10-11 novembre 2016, Bucarest)

Mobilités de recherche et missions d’enseignement de l’équipe bulgare et roumaine à l’Université d’Avignon et à la Nouvelle Université Bulgare.

Organisation d’un colloque à la nouvelle université bulgare à Sofia (novembre 2017)

On trouvera plus d’informations sur le site de la Villa Noël CEREFREA,

http://www.villanoel.ro/ccpnd