PRÉSENTATION du GDRI et des programmes de recherche

Ce carnet donne toutes les actualités d’un groupement de recherche international « politique et corruption : histoire et sociologie comparées à l’époque contemporaine ». Soutenu par le CNRS (GDRI CNRS 840) depuis 2016, effectif depuis janvier 2017, ce programme groupe des historiens, politistes et sociologues allemands, canadiens, espagnols, français, néerlandais et roumains. Interdisciplinaire, ce réseau de chercheurs travaille sur l’histoire de la transformation de sociétés européennes et nord-américaines, à partir de 1800. Ces processus historiques sont saisis au prisme des débats sur la corruption.

Ces recherches ont commencé en mars 2011, avec un premier programme, franco-allemand, sur « politique et corruption : pratiques de la faveur et débats publics aux XIXe et XXe siècles/Politische Korruption: Praktiken der Begünstigung und öffentliche Debatten in Deutschland und Frankreich (19. – 20. Jahrhundert) ». Ce programme (POCK) soutenu par l’agence nationale de la recherche (ANR) et son homologue allemande la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG), s’est achevé en août 2014. On en trouvera une présentation dans ce carnet.

Depuis septembre 2014, un deuxième programme franco-allemand a débuté sur ces thématiques : « Politique et corruption, argent immoral et influence politique en Allemagne et en France aux XIXe et XXe siècles ». Ce carnet donne une présentation des objectifs mais aussi les actualités de ce deuxième projet, soutenu par l’ANR et la DFG : POCK 2, qui doit s’achever en mai 2018. Du côté allemand, on lira la présentation sur le site Korruptionsforschung à l’université technique de Darmstadt.

On trouvera de plus sur ce carnet une présentation d’un autre programme de recherche, franco-roumain, sur l’histoire de la corruption politique (CorPo). Réalisé avec une équipe de chercheuses du New Europe College de Bucarest, de la faculté de sciences politiques de l’université de Bucarest, et de l’institut N. Iorga de l’Académie roumaine des sciences, ce programme de deux ans (janvier 2015-décembre 2016), a bénéficié du soutien de l’agence roumaine de la recherche et du ministère de l’Enseignement supérieur (programme Brâncusi : partenariat H. Curien).

Cette coopération a débouché sur un partenariat entre chercheurs français, roumains et bulgares, dans le programme « comparer la corruption politique dans les pays de nouvelle démocratie », d’octobre 2016 à novembre 2017.

Ce carnet se veut enfin un lieu d’échange et d’information, ouvert à l’ensemble de la communauté scientifique, sur les publications et les recherches touchant ces questions.

[PROLONGATION du projet POC/K] Politique et corruption : argent immoral et influence politique en Allemagne et en France aux XIXe et XXe siècles –

Réunion de démarrage/ Kick off Tagung du programme POCK2 : Kurhaus Trifels, 9-10 octobre 2014

Il s’agit de la prolongation d’un projet de recherche, déjà financé par l’ANR et la DFG, sur l’histoire de la corruption politique en France et en Allemagne aux XIXe et XXe siècles (POC/K). L’accent y est mis sur les relations entre débats publics et pratiques de favoritisme soumises à critique. Les débats donnent des informations sur la négociation des normes politiques par les acteurs. Autant que les spécificités nationales, les configurations des débats sont une clé pour comprendre pratiques et normes. Ce nouveau projet est construit avec des enquêtes comparatives franco-allemandes orientées dans trois directions de recherches :

  1. Intérêts privés, intérêt général, intérêt national (1870-1939). L’argent immoral et les profiteurs de la guerre . Cette direction d’enquêtes se concentre sur les accusations de corruption lancées contre les entreprises qui ont réalisé des profits élevés en temps de guerre ou immédiatement après.
  2. Les faveurs au village et dans le quartier. La corruption au niveau local (1900 – 1980) . Il s’agit d’analyser dans une perspective localisée les affaires de corruption en lien avec les réseaux d’influence qui sont dénoncés.
  3. Les réseaux des „chevaliers blancs“. L‘histoire des critiques de la corruption (1900 – 1980). Cette enquête met l’accent sur les acteurs qui ont assuré le rôle de critiques spécialisés de la corruption, et sur leur influence.

    Ces trois directions d’enquêtes conjuguent deux approches différentes. Elles permettent une analyse avec des jeux d’échelle entre un niveau national (macro), des études localisées (méso), et une perspective micro à hauteur d’hommes. Elles offrent aussi une voie d’accès à des situations sociales et politiques très spécifiques : les situations de guerre, exceptionnelles et denses en événements historiques, les activités politiques à l’échelle locale, dans des sociétés marquées par des logiques de proximité, enfin le rôle des médias modernes et de leurs protagonistes dans l’organisation des débats publics. En conséquence, nous nous attendons à ce que la tolérance sociale à l’égard des déviances, ou des transgressions de normes, soit particulièrement faible dans le cas de l’économie de guerre, mais beaucoup plus élevée dans le cas des politiques locales. Cela signifierait que les pratiques s’inscrivent, du côté des élites locales, dans une continuité relative, que l’on ne retrouve pas pour l’industrie de l’armement, soumise à une pression plus pesante. En ce qui concerne les dénonciateurs de la corruption, ou « chevaliers blancs », nous supposons que leurs propres réseaux d’information et d’influence étaient particulièrement dissimulés au public. L’existence de ces réseaux, maintenus dans l’ombre, influençait, vraisemblablement, la manière dont ces acteurs dénonçaient des transgressions au nom de la lutte contre la corruption. Si ces hypothèses viennent à se confirmer, il faudrait sans parler de seuils de tolérance variables, liés à une casuistique pratique, plus qu’à des conflits normatifs.

POC/K

Ce carnet donne toutes les actualités d’un groupe de recherche international sur l’histoire de la corruption politique.

Ces recherches ont commencé en mars 2011, avec un premier programme, franco-allemand, sur « politique et corruption : pratiques de la faveur et débats publics aux XIXe et XXe siècles/Politische Korruption: Praktiken der Begünstigung und öffentliche Debatten in Deutschland und Frankreich (19. – 20. Jahrhundert)“. Ce programme (POC/K 1) soutenu par l’agence nationale de la recherche (ANR) et son homologue allemande la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG), s’est achevé en août 2014. On trouvera dans ces pages les objectifs, les appels à projets et une présentation des publications issues de ce premier programme.

Depuis septembre 2014, un deuxième programme franco-allemand a débuté sur ces thématiques : « Politique et corruption, argent immoral et influence politique en Allemagne et en France aux XIXe et XXe siècles ». Ce carnet donne une présentation des objectifs mais aussi des actualités de ce deuxième projet, soutenu par l’ANR et la DFG : POC/K 2, qui doit s’achever en septembre 2017. Du côté allemand, on lira la présentation sur le site Korruptionsforschung à l’université technique de Darmstadt.

On trouvera de plus sur ce carnet une présentation et les actualités d’un autre programme de recherche bilatéral sur l’histoire de la corruption politique. Franco-roumain, ce programme (CorPo) est coordonné au précédent. Il a commencé en janvier 2015 avec le soutien de l’agence roumaine de la recherche et du ministère de l’Enseignement supérieur (programme Brâncusi : partenariat H. Curien), et doit s’achever en décembre 2016.

 Cet espace se veut aussi un lieu d’échange et d’information, ouvert à la communauté scientifique, sur les publications et les recherches touchant ces questions.