[RÉUNION] Comité de recherche n° 20 de l’association internationale de science politique, Aix-en-Provence, 22-24 juin 2015

Plusieurs membres de notre groupe international de chercheurs ont organisé et animé pendant cette réunion une séance consacrée à la corruption comme problème historique

Corruption as an Historical Problem : Comparative Perspectives

Jens Ivo Engels [A. Perthen and R. König], Political Corruption as a Phenomenon of Modernity

Silvia Marton, Electoral “corruption” and “modernization” of Politics in Rumania : Democracy’s Reluctant Beginnings (1881-1914)

Frederic Monier, The “Shame of the Cities” in Europe : Changing Perceptions of Urban Corruption

Ronald Kroeze, The Rediscovery of Corruption in Western Europe in the 1970’s and 1980’s

            Chair : F. Monier

Les présentations des contributions présentées pendant la réunion de travail sont disponibles sur le site du comité de recherche 20 de l’AISP : http://rc20.ipsa.org/pages/Abstract-of-papers-presented-at-the-IPSA-RC-20-meeting-in-Aix-en-Provence,-June-2015

[SÉMINAIRE] Corruption et politique
 en France et en Roumanie

1er séminaire franco-roumain sur l’histoire comparée de la corruption politique.

Séminaire du programme «Corruption politique» (CorPo), soutenu par l’agence nationale roumaine de la recherche (UEFISCDI PN-II-CT-RO-FR-2014-2-0027) et par Campus France (PHC Brancusi, 2015), avec la participation du Centre Norbert Elias (UMR 8562), équipe Hemoc, du Grips, New Europe College, Bucarest, de l’IRICE (UMR 8138), et du LAMES (UMR 7305).

Jeudi 4 et vendredi 5 juin 2015

Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse

Campus Hannah Arendt – Site Sainte Marthe – Salle 0W12

Jeudi 4 juin 10h30 Présentation

Accueil des participants : Stéphane Durand, directeur-adjoint du Centre Norbert Elias, responsable du groupe Hemoc (Histoire de l’Europe moderne et contemporaine)

Présentation des participants : tour de table
Présentation du programme CorPo/corruption politique, par Frédéric Monier

12h30 Déjeuner
14h00 L’histoire comparée de la corruption : résultats et bilan

Présentation du programme franco-allemand POC/K, Politique et corruption/Politische Korruption, et de ses résultats, par Olivier Dard

Retour sur expérience : une recherche doctorale dans un programme franco-allemand, par Christophe Portalez

La question de la corruption politique en Roumanie : bilan historiographique et perspectives, par Silvia Marton

La question du clientélisme politique en France, par Cesare Mattina Discussion

Vendredi 5 juin

09h00 Des enquêtes en cours

Les enquêtes dans le projet CorPo : présentation

Sémantiques de la corruption et notions : La corruption roumaine à travers les mots (XVIIIe-XIXe siècles), par Constanta Vintila-Ghitulescu

Mouvement ouvrier et corruption, par Marion Fontaine

11h00 Abus de pouvoir, intégrité et transparence dans l’entre-deux-guerres roumain. Considérations méthodologiques sur une étude de cas, par Alexandra Iancu

L’affaire Skoda, par Matthieu Boisdron


L’affaire Galmot, le scandale des rhums après la Grande Guerre, par Marco Bar

Discussion

[PARUTION] Les affaires louches dans l’économie. Krumme Touren in der Wirtschaft.

Ce volume, bâti à partir des contributions présentées lors du colloque à l’université de Francfort en octobre 2013 (voir l’appel à contributions et le programme du colloque ci-dessous : 20-09-2013).

La présentation du livre sur le site de l’éditeur.

La table des matières sur le site de l’éditeur.

 

[PARUTION] Les coulisses du politique dans l’Europe contemporaine

Les coulisses du politique dans l’Europe contemporaine. Scandales et corruption à l’époque contemporaine. Tome 3.

 

Présentation

Troisième et dernier volume d’une série consacrée à l’étude des coulisses du politique à l’époque contemporaine, ce livre collectif s’attache à traiter sur un mode universitaire des scandales et de la corruption, objets politiques aujourd’hui particulièrement sensibles et polémiques dans nos sociétés. Si les contributeurs français et étrangers réunis viennent de spécialités différentes, l’approche choisie se veut résolument constructiviste, historique et comparatiste.

Il s’agit en effet, après en avoir questionné les fondements, de poser les jalons d’une histoire de la corruption et de ses pratiques à l’échelle internationale, et singulièrement européenne, du début du XIXe siècle à nos jours. Si les cas français et allemands sont privilégiés, d’autres aires géographiques, de l’Europe latine aux Amériques, font également l’objet d’une attention soutenue. En mettant l’accent sur des moments et des territoires variés, l’ouvrage ambitionne de saisir la constitution de la corruption en question politique et en objet de débats publics. Il s’agit de comprendre ces processus de médiatisation en prêtant attention à la pluralité des acteurs, à la diversité des lieux et des moments, pour mieux saisir la genèse et les évolutions des scandales contemporains, échos de nos interrogations sur les formes du bon gouvernement et sur la morale publique.Olivier Dard, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris-Sorbonne, Jens Ivo Engels, professeur d’histoire moderne et contemporaine à l’université de Darmstadt, Andreas Fahrmeir, professeur d’histoire moderne et contemporaine à l’université Goethe de Francfort, et Frédéric Monier, professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Avignon sont les coordonnateurs d’un programme de recherche franco-allemand sur l’histoire de la corruption. Ce programme est soutenu par les agences allemande et française de la recherche, ANR et DFG.

Sommaire

Formes de la dénonciation. Fighting against Corruption Newspapers and Public Morality in Modern Spain (Pol Dalmau Palet). Une corruption à la française. Le scandale des décorations vu de l’Empire allemand -1887 (Gérald Sawicki). Crisis and Corruption.The Anglo- Argentine Scandal Surrounding the Privatisation of the Buenos- Aires Sanitary Works 1888-1891 (Stephan Ruderer). Presse, mensonges et chemins de fer. L’affaire Homs- Bagdad à l’ombre de la question d’Orient (Nicolas Pitsos).L’affaire Hanau. Entre indignation, pratiques politiques déviantes et tentatives de normalisation de la vie publique au tournant des années 1930 (François Dubasque).Proxénétisme et corruption à Marseille dans les années 1920 et 1930. Pratiques et représentations (Laurence Montel). Corrupt Practices within the Funding of Politics and Government in the 20th century. Conservation of arcane structures by gauging the population and directed debates about the medial corruption of the public ? (Norbert Grube). Conflits de légitimité. Bureaucratic Corruption and Regime Change. The case of Denmark and Norway after 1814 (Ola Teige). La représentation de la corruption. L’Espagne dans la construction du libéralisme politique – 1840-1868 (Maria Gemma Rubi i Casals). Panama and the opposition. The perception of French and German socialists of the Panama scandal (Christophe Portalez et Anna Rothfuss). The Anti- democratic reflex. The pivotal years of scandalising political corruption in Germany – 1906-1920 (Norman Domeier). L’affaire Stavisky et l’Action française.Instrumentalisation intellectuelle et conséquences militantes – 24 décembre 1933-6 février 1934 (Anne- Catherine Schmidt- Trimborn). Le Parti communiste français et la corruption. De 1920 à nos jours (Jean Vigreux). De la critique du régime cléricalo- duplessiste, dit « vicié et corrompu », à la constitution de la « Grande Noirceur » au Québec des années 1950 (Martin Meunier). Échapper au scandale par le charisme.André Labarrère à Pau, ou la fidélité comme mécanisme de conservation du pouvoir (Johanna Edelbloude). Conclusion (Olivier Dard et Andreas Fahrmeir).Ouvrage publié avec le soutien de l’Agence nationale de la recherche.

[PROLONGATION du projet POC/K] Politique et corruption : argent immoral et influence politique en Allemagne et en France aux XIXe et XXe siècles –

Réunion de démarrage/ Kick off Tagung du programme POCK2 : Kurhaus Trifels, 9-10 octobre 2014

Il s’agit de la prolongation d’un projet de recherche, déjà financé par l’ANR et la DFG, sur l’histoire de la corruption politique en France et en Allemagne aux XIXe et XXe siècles (POC/K). L’accent y est mis sur les relations entre débats publics et pratiques de favoritisme soumises à critique. Les débats donnent des informations sur la négociation des normes politiques par les acteurs. Autant que les spécificités nationales, les configurations des débats sont une clé pour comprendre pratiques et normes. Ce nouveau projet est construit avec des enquêtes comparatives franco-allemandes orientées dans trois directions de recherches :

  1. Intérêts privés, intérêt général, intérêt national (1870-1939). L’argent immoral et les profiteurs de la guerre . Cette direction d’enquêtes se concentre sur les accusations de corruption lancées contre les entreprises qui ont réalisé des profits élevés en temps de guerre ou immédiatement après.
  2. Les faveurs au village et dans le quartier. La corruption au niveau local (1900 – 1980) . Il s’agit d’analyser dans une perspective localisée les affaires de corruption en lien avec les réseaux d’influence qui sont dénoncés.
  3. Les réseaux des „chevaliers blancs“. L‘histoire des critiques de la corruption (1900 – 1980). Cette enquête met l’accent sur les acteurs qui ont assuré le rôle de critiques spécialisés de la corruption, et sur leur influence.

    Ces trois directions d’enquêtes conjuguent deux approches différentes. Elles permettent une analyse avec des jeux d’échelle entre un niveau national (macro), des études localisées (méso), et une perspective micro à hauteur d’hommes. Elles offrent aussi une voie d’accès à des situations sociales et politiques très spécifiques : les situations de guerre, exceptionnelles et denses en événements historiques, les activités politiques à l’échelle locale, dans des sociétés marquées par des logiques de proximité, enfin le rôle des médias modernes et de leurs protagonistes dans l’organisation des débats publics. En conséquence, nous nous attendons à ce que la tolérance sociale à l’égard des déviances, ou des transgressions de normes, soit particulièrement faible dans le cas de l’économie de guerre, mais beaucoup plus élevée dans le cas des politiques locales. Cela signifierait que les pratiques s’inscrivent, du côté des élites locales, dans une continuité relative, que l’on ne retrouve pas pour l’industrie de l’armement, soumise à une pression plus pesante. En ce qui concerne les dénonciateurs de la corruption, ou « chevaliers blancs », nous supposons que leurs propres réseaux d’information et d’influence étaient particulièrement dissimulés au public. L’existence de ces réseaux, maintenus dans l’ombre, influençait, vraisemblablement, la manière dont ces acteurs dénonçaient des transgressions au nom de la lutte contre la corruption. Si ces hypothèses viennent à se confirmer, il faudrait sans parler de seuils de tolérance variables, liés à une casuistique pratique, plus qu’à des conflits normatifs.

[JOURNÉE D’ÉTUDE] La corruption au Québec et dans les démocraties occidentales

Journée de réflexion sur la corruption au Québec et dans les démocraties occidentales 

Histoire, sociologie et comparaisons internationales

Le but de cette activité est de multiplier les regards et les analyses sur le phénomène de la corruption au Québec et, plus largement en Occident, en adoptant notamment une approche historique et sociologique ainsi qu’une approche comparative qui tend à mieux cerner la portée et la nature des malversations et à remettre en question les propos du sens commun.

Nous le savons tous, le Québec est plongé depuis plusieurs mois au cœur d’une commission d’enquête sans précédent dans son histoire portant sur les pratiques de corruption et de collusion. Cette commission devrait déposer ses principales recommandations en 2014.

Si elle est essentielle pour la vie démocratique du Québec, cette commission ne va pas sans quelque effets non-désirés. Elle peut malheureusement conforter pour certains l’image d’un Québec traditionnel, grugé par un atavisme de malversations, de corruptions et de paternalisme qui serait le propre, disent les plus polémiques, de l’ADN du Canada français et du Québec (voir le numéro spécial sur le Québec dans le Maclean’s, par exemple).  Relayé par les médias, les trouvailles de la commission font rapidement le tour du Canada, rassérénant ainsi parfois les préjugés les plus tenaces que certains entretiennent à l’égard du Québec.

Il urge d’ouvrir le débat et de discuter plus largement de la corruption et de ses dérivées pour mieux saisir ce qui serait le propre du Québec contemporain, en regard à ce qui se passe dans toutes les démocraties contemporaines des pays développés et en émergence. Afin de mieux comprendre le cas québécois, il importe de recourir à une approche à la fois historique et comparative, visant à montrer combien le phénomène de la corruption n’appartient pas ni au Québec, ni à la France, ni aux États-Unis, de voir combien ses formes sont multiples et variables dans le temps, et combien les accusations de corruption participent aussi d’un processus idéologique plus large.

La journée de réflexion réunira des sociologues, anthropologues, économistes et historiens de renom du Québec, du Canada et de la France.

Cette journée de réflexion est organisée conjointement par la Chaire Québec, francophonie canadienne et mutations culturelles de l’Université d’Ottawa, le CIRCEM, la Chaire Histoire et Francophonie de l’Université d’Ottawa,  le groupe de recherche européen POC/K (Politique et corruption/Politische Korruption) et le Centre de recherche en gouvernance de l’Université d’Ottawa. 

Programmation et horaire

1- 9h00 Mot de bienvenue et introduction; E.-Martin Meunier, Directeur du CIRCEM et Titulaire de la Chaire Québec, francophonie canadienne et mutations culturelles, Université d’Ottawa et François Charbonneau, Directeur de recherche au CIRCEM (Axe Francophonie et citoyenneté), École d’études politiques, Université d’Ottawa

              1er volet : La corruption au Québec : une question de gouvernance?

2- 9h20 Maryse Tremblay, doctorante en gouvernance, Université de Lepzig, Allemagne – par vidéoconférence

Titre : «Les solutions à la corruption du Québec. Analyse des solutions envisagés dans divers pays occidentaux»

Résumé : Il sera d’abord question du langage international utilisé pour définir la corruption et s’y attaquer, notamment dans les grandes conventions internationales contre la corruption. Nous nous poserons donc la question à savoir si nous luttons conjointement ou non contre le même fléau. Les exemples de quelques stratégies anti-corruption réputées comme ayant connu un certain succès seront abordées et comparées afin d’évaluer quels sont leurs points en commun et ce que l’on peut en retenir pour les efforts du Québec. Finalement, les questions d’éthique organisationnelle et de lutte à la corruption dans l’administration publique québécoises seront discutées. Nous évaluerons l’infrastructure éthique du Québec et les mesures qui sont actuellement prises pour lutter contre la corruption.

3- 9h50 Gilles Paquet, Professeur émérite, École de gestion, Économie, Université d’Ottawa

Titre : «Le pied invisible»

Résumé : La corruption,  le pouvoir et la confiance se sont dépersonnalisés et sont devenus davantage des effets de système.  Voilà qui fait qu’on les cherche désormais souvent là où ils ne sont pas, et surtout qu’on ne les cherche pas toujours où ils sont.  Voilà que jette la confusion dans le design de réponses effectives aux impairs auxquels on est confronté.

10h20 Discussion sur les deux conférences

-Pause

             2e volet : Le traitement de la corruption au Québec

4- 11h00 Mathieu Lapointe, historien et chercheur invité à l’Institut d’études canadiennes de McGill

Titre : «Les commissions d’enquête et la lutte contre la corruption au Québec au XXe siècle: aperçu historique et problématisation de la spécificité québécoise»

Résumé : Dans le contexte des scandales qui ont secoué récemment la politique québécoise, certains commentateurs ont ranimé la vieille idée selon laquelle le Québec serait depuis longtemps « la province la plus corrompue du Canada » (Maclean’s, 4 octobre 2010). Cette communication esquissera la trajectoire de la lutte contre la corruption au Québec au XXe siècle au fil des principales commissions d’enquête ayant précédé la Commission Charbonneau. Cela permettra de poser autrement la question de la spécificité québécoise en ces matières et de mettre en lumière certains obstacles à l’étude méthodique et comparative de la corruption au Canada.

5- 11h30 E.-Martin Meunier, Directeur du CIRCEM et Titulaire de la Chaire Québec, francophonie canadienne et mutations culturelles, Université d’Ottawa

Titre : «Pierre Elliot Trudeau, le Québec, la corruption et les obstacles à une démocratie»

Résumé : À partir d’une part de l’œuvre de jeunesse de Pierre Elliot Trudeau, cette communication esquissera les pourtours des cadres sociaux nationaux qui structurent la critique de la corruption au Québec et qui, du coup, en dévoilent un sens politique plaçant les Québécois en mauvaise posture.

12h00 Discussions sur les deux conférences

– Dîner

                  3e volets : Le traitement de la corruption dans le monde : trois cas singuliers (États-Unis              d’Amérique, Russie, Japon)

6- 13h30 François Charbonneau, professeur adjoint à l’École d’études politiques, Directeur de recherche au CIRCEM, Université d’Ottawa

Titre : De la corruption en Amérique : l’idéal démocratique et son repoussoir

Résumé : Cette communication vise à enrichir la réflexion sur le problème de la corruption politique dans le contexte nord-américain. De manière plus précise, elle portera sur le problème de la corruption tel qu’il a contribué à convaincre les colons britanniques d’Amérique de se déclarer indépendants de la Grande-Bretagne en 1776. Alors qu’ils admiraient le régime politique britannique, les colons anglais d’Amérique se sont en effet progressivement convaincus que la Grande-Bretagne tout entière est corrompue et qu’ils devaient donc déclarer leur indépendance, sous peine d’être à leur tour affligés par ce fléau. Qu’entendaient les colons anglais d’Amérique par cette affirmation ? Quelle est la particularité de cette corruption et comment les Américains tenteront-ils, en fondant un nouveau régime politique, d’y pallier? Les réponses qui seront offertes à ces multiples questions permettront de réfléchir, par voie de contraste, aux enjeux spécifiques de la corruption dans le contexte québécois.

7- 14h00  Stéphane Vibert, Professeur agrégé au Département de sociologie et d’anthropologie, Directeur de recherche au CIRCEM, Université d’Ottawa.

Titre : «Contrat, don et corruption. Formes sociales d’interdépendance dans la Russie d’hier et d’aujourd’hui»

Résumé : Réfléchir à l’ancrage socio-anthropologique des formes de corruption en prenant l’exemple de la Russie, en proposant l’hypothèse selon laquelle en tant que pratique sociale, la « corruption » s’inscrit dans des formes historiques et culturelles qui soutiennent ses conditions de possibilité et expliquent sa rémanence.

8- 14h30 Vincent Mirza, Professeur adjoint Département de sociologie et d’anthropologie, Éditeur et co-directeur du laboratoire de recherche virtuel Critical World, Université d’Ottawa.

Titre : «Corruption et crises économiques au Japon»

Résumé : L’objectif de cette présentation est de discuter les effets de la crise économiques des années 1990 sur la notion de corruption au Japon en discutant le cas de l’Amakudari. Ce terme désigne l’embauche de fonctionnaires au moment de leur retraite dans les entreprises qu’ils sont en charge de surveiller. Ce cas nous permettra de réfléchir sur l’idée que la corruption, sa définition et sa perception qui sont tributaires non seulement du contexte culturel mais aussi du contexte économique.

15h00 Discussions sur les trois conférences

-Pause

4e volet : Comparaisons internationales

9- 15h45 Olivier Dard, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris-Sorbonne, France

Titre : «Étudier les scandales politiques médiatisés : bilans et perspectives»

Résumé : Cette communication est construite en parallèle et en complément de celle de Frédéric Monier centrée sur les critiques de la micro-politique et la production des normes publiques. Comme la sienne, elle s’inscrit dans le sillage du programme de recherche international POC/k sur « Politique et corruption ». L’étude des scandales politiques a fait l’objet de travaux en France depuis les années 1960 et différents travaux se sont attachés à analyser les principaux d’entre eux. Les « faits » sont pour l’essentiel connus mais les questionnements et interprétations peuvent être aujourd’hui repris. En effet, on ne saurait se contenter de les considérer comme des évènements révélateurs d’une « époque » mais s’employer, en prenant les en compte sur près d’un siècle et demi (du Panama à l’actualité récente), à mesurer leur « force instituante » et la « visibilité médiatisée du pouvoir ». On ajoutera par ailleurs que le cadre français, très longtemps privilégié sur le sujet, doit être élargi car, en cette matière comme dans d’autres, des approches comparatistes ou appuyées sur les transferts sont fécondes. Après avoir présenté un bilan de l’historiographie française sur les scandales et les grands axes de renouvellement en la matière du projet POC/k sur « Politique et corruption », il s’agira de proposer quelques pistes de réflexion pour nourrir une comparaison avec le Québec.

10- 16h15 Frédéric Monier, Professeur en histoire contemporaine et spécialiste internationalement reconnu sur l’étude comparée de la corruption, Université d’Avignon, France

Titre : «Propositions pour une histoire comparée: critiques de la micro politique et production des normes publiques

Résumé : Cette présentation, jumelée avec celle d’Olivier Dard, expose plusieurs résultats d’un programme de recherche franco-allemand sur une histoire comparée de la corruption politique aux XIXe et XXe siècles.

Grâce au renouveau de l’historiographie sur ce thème depuis le début des années 2000, trois hypothèses générales ont été formulées, afin d’englober les différentes dimensions d’un phénomène complexe. La corruption renvoie en effet à la fois à la concussion (les pratiques de pouvoir intéressées), à la dépravation (l’absence de vertu) et à l’altération (la dégradation du bon gouvernement).

Primo, le propre de l’ère contemporaine, depuis la charnière des XVIIIe et XIXe siècles, est d’avoir institué la corruption en problème politique: ce processus se traduit par des débats publics. Ceux-ci contribuent à expliquer la genèse et la diffusion des scandales modernes médiatisés. Cette première hypothèse générale, exposée par O. Dard pendant cette journée, est corrélée à deux autres, qui seront présentées dans cette communication.

Secundo, la corruption correspond aux perceptions critiques des patronages et clientèles politiques. Ceux-ci entrent, à l’époque contemporaine, dans une ère du soupçon. Une histoire comparée de la corruption révèle les évolutions de la micro politique. Elles interagissent avec des variations des seuils de tolérances sociaux.

Tertio, les normes du bien commun à l’époque contemporaine semblent le fruit de conflits politiques. L’étendard de la « bonne cause » est arboré par des acteurs critiques porteurs d’idéologies en concurrence et en renouvellement.  En un mot, l’exigence de moralité publique est dissonante : elle produit à la fois des consensus et des oppositions.

16h45 Discussions sur les deux conférences

17h15 Conclusion de la Journée de réflexion

[PARUTION] Patronage et corruption politiques dans l’Europe contemporaines

Patronage et corruption politiques dans l’Europe contemporaines 

Acheter le livre

Introduction : Patronage et corruption, des hypothèses de travail

1. « Mais la véritable corruption n’existe plus »

Les patronages à l’ère de la critique (Frédéric Monier)

2. La modernisation du clientélisme politique dans l’Europe du XIXe et du XXe siècle. L’impact du capitalisme et des nouvelles formes d’organisation politique (Jens Ivo Engels)

Partie 1 : Les mutations du premier XIXe siècle

3. Enjeux du clientélisme sous le Premier Empire : ambiguïtés des faveurs dans le cursus honorum d’un notable.

Le cas de François Tonduti de l’Escarène (Adeline Beaurepaire-Hernandez)

4. Les tribulations d’un solliciteur et la recommandation sous le Premier Empire (Stéphane Soupiron)

5. Continuity of patronage ? Favours and the Reform Movement in France and Germany from 1800 to 1848 (Jonathan Barbier, Robert Bernsee)

Partie 2 : De nouveaux seuils de tolérance

Entre fraudes électorales et faveurs parlementaires (années 1860-années 1930)

6. Electoral Corruption in Austro-Hungarian Transylvania at the Beginning of the Dualist Period (1867-1872) (Judit Pál)

7. Corruption ou système d’échange local ? Des normes en concurrence pour la définition de la légitimité électorale en France sous la IIIe République (Nathalie Dompnier)

8. Patronage, représentation et élections en Roumanie de 1875 à 1914 (Silvia Marton)

9. Lieux de politisation, lieux de corruption ? Les permanences parlementaires à Paris, 1890-1920 (Marnix Beyen)

10. Recommandations et clientélismes en miroir : la France de la IIIe République et l’Allemagne de la république de Weimar (Julie Bour et Volker Koehler)

Partie 3 : La reconfiguration de la corruption ?

11. Entre intérêts privés et intérêt public, l’architecte municipal, vecteur d’une corruption immobilière ordinaire dans l’Espagne franquiste (Céline Vaz)

12. Le système des pots-de-vin. Normes et pratiques des échanges corrompus dans l’Italie de Tangentopoli (Jean-Louis Briquet)

13. Une approche territoriale de la corruption urbaine en Espagne à l’orée du XXIe siècle (Nacima Baron-Yelles)

Conclusions (Olivier Dard)

[PARUTION] Cahiers Jaurès n°209. La corruption et ses critiques

N° 209, juillet-septembre 2013 – La corruption et ses critiques

https://www.cairn.info/numero.php?REVUE=cahiers-jaures&ANNEE=2013&NUMERO=3

Frédéric Monier

La corruption politique : une histoire européenne
pp. 3-13

Christophe Portalez

La Revue socialiste face à la corruption politique : du scandale de Panama à l’affaire Rochette (1892-1914)
pp. 15-32

Jens Ivo Engels Et Anna Rothfuss

Les usages de la politique du scandale. Le SPD et les débats sur la corruption politique pendant le Kaiserreich (1873-1913)
pp. 33-51

András Cieger

Les politiciens incompatibles : une campagne contre la corruption en Hongrie au début du XXe siècle
pp. 53-70

Frédéric Monier

Enquêter sur la corruption : Jaurès et la commission Rochette
pp. 71-91

Olivier Dard

Le moment Barrès : nationalisme et critique de la corruption
pp. 93-111

Société D’études Jaurésiennes

Assemblée générale du 23 mars 2013. Rapports
pp. 113-122

[COLLOQUE] Les «Affaires louches» dans le monde de l’économie, Université de Francfort

„Krumme Touren“ in der Wirtschaft.

Zur Geschichte ethischen Fehlverhaltens und seiner Bekämpfung in Privatwirtschaft und Unternehmen

28.–30.November 2013

Les «Affaires louches» dans le monde de l’économie.

Histoire des distorsions et des comportements pervers et de leurs proscriptions dans l’économie et les entreprises privées

28 – 30 novembre 2013

Donnerstag

15:30 Begrüßung

Bienvenue
Pierre Monnet (Institut Français d’Histoire) Andreas Fahrmeir

16:00 Panel I – Konzeptionelles zu Wirtschaftsethik und Geschichte

Éthique économique dans l‘histoire: Réflexions conceptuelles

Moderation: Werner Plumpe

Geschichte von Unternehmensethik schreiben. Konzeptionelle Überlegungen Jens Ivo Engels/Julian Ostendorf

Ordnungsgemäß-redlich-vertragstreu? Kaufmannsethik und Handelsrecht in Kaiserreich und Republik Louis Pahlow

Unternehmen als Governance-Entrepreneure: Ein wirt- schaftsethischer Beitrag zur gesellschaftlichen Rolle von Un- ternehmen im historischen Kontext Stefan Hielscher

17:00 Diskussion

17:30 Kaffeepause • Pause Café

18:00 Panel II – Verflechtung von Staat und Wirtschaft

Pratiques de l‘imbrication de l‘État et de l‘économie

Moderation: Pierre Monnet

Le pantouflage des hauts fonctionnaires dans les entreprises privées (XIXe-XXIe) Hervé Joly

18:20 Diskussion

18:30 Ende • Fin de la journée

Freitag

09:30 Panel II – Fortsetzung/Continuation: Verflechtung von Staat und Wirtschaft
Pratiques de l‘imbrication de l‘État et de l‘économie

Moderation: Pierre Monnet

Der Zitrus- und Südfrüchtehandel der späten Sowjetunion

Beate Giehler

Klientelismus als Determinante unternehmerischer Ethik in Südeuropa im 20. Jahrhundert Rainer Liedtke

10:10 Diskussion

10:30 Kaffeepause • Pause Café

11:00 Panel III – Ethik und Unternehmensent­ scheidungen nach 1945

L‘éthique et les décisions des entreprises après 1945

Moderation: Alfred Reckendrees

Korruption als Entscheidungskriterium. Die Auswirkung von Korruptionsdebatten auf das Auslandsengagement deutscher Unternehmer 1945 – 1985 Steffen Dörre

‚Krumme Tour‘ auf hoher See. Die Dünnsäureverklappung der Bayer AG und ihre Entwicklung von einer umjubelten Technologie zum Teufelswerk Thilo Jungkind

David gegen Goliath. Die Kritik britischer Entwicklungsakti- visten am ‚unethischen‘ Verhalten internationaler Großkonzer- ne in den 1970er und 1980er Jahren Matthias Kuhnert

12:00 Diskussion

12:30 Mittagessen • Déjeuner

14:00 Panel IV – Ethische Standards als Fassade

Les normes éthiques comme façade

Moderation: Janine Oelkers

Der Verein gegen das Bestechungsunwesen (1911-1933)

Anna Rothfuss/Volker Köhler

Le régime de Vichy et l’échec d’une « économie morale » dans un contexte de pénurie et d’occupation Fabrice Grenard

A l‘ombre du droit. Transactions informelles et politiques d‘équipement en Sicile. La mise en marché de l‘incinération des déchets domestiques Fabrizio Maccaglia

15:00 Diskussion

15:30 Kaffeepause • Pause Café

16:00 Panel V – Presseunternehmen und das Problem journalistischer Unabhängigkeit Entreprises de presse et le problème de l‘indépendance du journalisme

Moderation: Andreas Fahrmeir

‚Es gilt jetzt als unehrenhaft, von Banken […] Vergütun- gen anzunehmen‘. Normenwandel im Interaktionsfeld von Journalismus und Hochfinanz vor 1914 Robert Radu

Une entreprise de presse face à la ‚loi du mur‘: contenu rédac- tionnel et publicité dans Le Matin, du scandale des emprunts russes à l‘affaire Stavisky Dominique Pinsolle

Jean Luchaire, réussir dans le journalisme et œuvrer pour la paix en Europe. Une illustration du pacifisme dévoyé par la corrupti- on dans l‘entre-deux-guerres Jean-Pierre Maillot

17:00 Diskussion

17:30 Ende • Fin de la journée
19:00 Gemeinsames Abendessen • Dîner

Samstag

09:30 Panel VI – Öffentliche Aushandlung von Normen durch Skandale

La négociation des normes par les scandales

Moderation: Jens Ivo Engels

Der Banca Romana-Skandal Alexander Nützenadel

Privatisierung und Korruption. Der Skandal zwischen Ar- gentinien und England um die Privatisierung der sanitären Anlagen in Buenos Aires 1888-1891 Stephan Ruderer

Stresemann und die Deutsche Evaporator AG

Annika Klein 11:00 Kaffeepause • Pause Café

11:30 Schlusskommentar und Diskussion

Commentaires et discussion finaux
Jens Ivo Engels

Andreas Fahrmeir

Frédéric Monier

12:30 Konferenzende • Fin de la conférence

10:30 Diskussion

Informationen zur Konferenz Informations générales

Sprachen/langues: Deutsch, Francais, English

Dauer der Präsentation/durée de chaque intervention: 20 min

Jedes Panel wird moderiert und durch eine 30minütige Diskussion abgeschlossen.
Chaque section aura un président et sera terminée par un débat public de 30mins.

Bitte beachten Sie, dass es sich um ein vorläufiges Programm handelt.
Veuillez noter le caractère provisoire du programme.

Kontakt

DFG Projekt Korruption in der Moderne

Institut für Geschichte TU Darmstadt Residenzschloss
D – 64283 Darmstadt

korruptionsforschung@pg.tu-darmstadt.de http://www.korruptionsforschung.tu-darmstadt.de/konferenz http://pock.hypotheses.org/

Anfahrt Arrivé

Konferenz Conférence

Haupteingang Entrée principale

PKW-Zufahrt Accès voiture

Die Haltestellen „Uni Campus Westend/Bremer Straße/Lübecker Straße“ erreichen Sie mit den Buslinien 36 und 75

Pour arriver aux arrêts „Uni Campus Westend/ Bremer Straße/Lübecker Straße“ il faut prendre l‘autobus no. 36 ou 75

[APPEL À CONTRIBUTION] Les « Affaires louches » dans le monde de l’économie

Histoire des distorsions et des comportements pervers et de leurs proscriptions dans l’économie et les entreprises privées

Colloque international à l‘Institut Français d’Histoire (Francfort sur le Main)

28.-30.11.2013

Organisation: Olivier Dard (Metz), Jens Ivo Engels (Darmstadt), Andreas Fahrmeir (Frankfurt/Main), Frédéric Monier (Avignon)

La conception de ce colloque est fondée sur les deux analyses suivantes :

  1. Le colloque est organisé par un groupe d’historiens qui, depuis plusieurs années, mène des recherches dans le domaine de l’histoire de la corruption politique depuis le 19ème siècle. Des études actuelles résultent les observations suivantes : lors des débats sur la corruption en politique, les comportements des entrepreneurs et des entreprises sont régulièrement critiqués, au même titre que le capitalisme industriel moderne est soumis à une critique fondamentale. Le concept de corruption ne recouvre pas seulement la notion de prévarication au sens étroit du terme mais suggère l’éventail plus large de méconduites supposées dans les relations qu’entretiennent le secteur privé d’ une part et les institutions étatiques ou publiques et les hommes politiques de l’autre. Leurs actions conjuguées et leurs interrelations ainsi que le système économique moderne, ont pu être qualifiés selon le verdict moral de « corruption », c’est-à-dire de comportements contraires à l’éthique. Cela vaut particulièrement pour la phase de l’industrialisation intensive entre le milieu du 19e siècle et le milieu du 20e siècle, quoi que l’on puisse en noter la présence dans les périodes antérieures et postérieures. Dans l’état actuel de la recherche, on ne rencontre cependant que des observations isolées qui, lors de ce colloque, devront être mises de manière méthodique et systématique en relation.
  2. L’éthique de l’économie et l’éthique de l’entreprise ont été largement débattues ces dernières années- tant au cœur des débats entre les scientifiques de l’économie qu’entre les acteurs du management. La question soulevée consiste à savoir comment réussir à lier commerce et éthique dans des conditions de marché, vers quelles normes commerce et éthique doivent s’orienter, de quelle manière et sous quelles conditions des codes of conduct  (codes de conduite) peuvent agir. Dans la perception de nombreuses entreprises, principalement  dans les entreprises internationales, cette nouvelle dimension gagne de manière très rapide en importance. Dans la recherche historique, on peut remarquer une grande lacune face à ce problème. Il est indiscutable que, par le passé déjà, la question des règles éthiques que les entreprises se doivent de respecter, était abordée. Bien sûr tous les partenaires concernés savent qu’un système de normes se construit sur la durée et est déterminé en fonction des époques. Une histoire de l’éthique managériale et économique avant la lettre fait encore défaut à ce jour.

C’est donc sur la base de cette double analyse que le colloque souhaite orienter les conférences sur l’histoire des normes dans l´économie, suivant plusieurs axes :

-l’exploration d’un nouveau champ de recherches encore à constituer et consacré à une «  Histoire de l’éthique de l’économie et de l’entreprise » / «Geschichte der Wirtschafts- und Unternehmensethik ».

– l’évaluation des connaissances acquises jusqu’à ce jour sur la thématique des distorsions entrepreneuriales, tout comme, à l’inverse, sur la thématique des modèles, des comportements et des objectifs des entreprises qui, du point de vue des acteurs, reposent sur un fondement éthique.

 Le point de départ est d’abord la relation Entreprise-Etat, c’est à dire le comportement dans les relations proches des institutions d’Etat (en particulier les accusations de corruption). Au-delà, d’autres domaines d’engagement managérial éthique seront pris en compte.

L’éthique de l’économie n’est pas à prendre de ce point de vue comme un concept universellement  normatif. Ce qui nous intéresse ici est la réflexion guidée par des normes dans des sociétés historiques, touchant les agissements des entrepreneurs et des entreprises, et plus exactement encore la perception qu’ont ces acteurs de l’économie pour accorder leurs transactions à leur engagement éthique (« éthique descriptive de l’économie »).

 Seront traitées les discussions engagées sur les pratiques éthiques ou non des entrepreneurs et des acteurs du secteur privé, ainsi que sur les mesures adoptées pour favoriser l’application des pratiques éthiques. Il est question dans ce contexte de débats (politiques, moraux, scientifiques), de profils des acteurs  mais également de mesures directives concrètes d’application ou de stratégies dans les entreprises.

La conférence traitera de l’époque de l’industrialisation jusqu’à nos jours. Au cœur de la discussion se situeront l’Allemagne et la France – mais des exposés sur d’autres pays sont également souhaités.

Trois sections sont ainsi envisagées :

1)    Éthique de l’économie et de l’entreprise : défi conceptuel et méthodologique  pour la recherche en histoire

-> par exemple les méthodes et les outils d’une éthique de l’économie et de l’entreprise, une histoire des idées au service de l’éthique de l’économie (comme « moral economy »), des autoportraits d’entrepreneurs, les stratégies pour l’implantation légitime de mesures éthiques d’entrepreneurs dans la structure des entreprises

2)    Distorsions éthiques d’entreprise au voisinage de l’Etat et de la politique

-> par exemple la corruption, le lobbyisme, les délits d’initiés, les distorsions en période de crise, les régulations étatiques, l’économie de guerre et la politique d’occupation, la fraude, les divergences d’évaluation de la corruption au centre et dans la sphère d’entreprises internationales

3)    Histoire des objectifs éthiques de l’entreprise

-> par exemple dans le droit du travail, les droits de l’homme, la protection de l’environnement et la santé publique.

Cet appel à contributions s’adresse aux historiens, mais également à des chercheurs s’intéressant à l’éthique des entreprises.

Les frais de voyage et d’hébergement des participants seront couverts par les organisateurs.

Les propositions de contribution en langue allemande, anglaise ou française seront à adresser jusqu’au 30 novembre 2012 à

Nous vous prions de joindre également un résumé d’une demi-page à une page et un bref cv.

[PARUTION] La politique vue d’en bas: Pratiques privées et débats publics – 19e-20e siècles

Premier volume d’une série consacrée à l’étude des coulisses du politique à l’époque contemporaine, ce livre collectif est consacré à une histoire comparatiste du politique dans l’espace européen. Deux grandes questions sont examinées ici : les formes d’apprentissage de la politique en Europe au temps du Premier Empire d’un côté, les débats publics sur la corruption politique et l’évolution des pratiques de faveur, en France et en Allemagne, de l’autre.
Il s’agit, dans les deux cas, de chercher à savoir comment s’est formé l’homo politicus à l’époque contemporaine, et comment il en est venu à définir le bien commun, en actes et en discours. Au-delà d’une grande diversité dans les terrains d’enquête, ces études dessinent une histoire où les acteurs ordinaires entretiennent des relations complexes avec les gouvernants, où les sphères publiques, si souvent conflictuelles, abritent pamphlets et rumeurs, et où les pratiques de pouvoir révèlent l’existence de normes ambivalentes, voire contradictoires. Autant de jalons pour une nouvelle anthropologie historique du politique à l’échelle européenne.

Jens Ivo Engels, professeur à l’université de Darmstadt, est spécialiste d’histoire politique et culturelle à l’époque contemporaine (XIXe siècle), notamment des questions de corruption en Allemagne, France et Grande-Bretagne. Frédéric Monier, professeur à l’université d’Avignon, travaille sur la France de la IIIe République. Natalie Petiteau est professeur à l’université d’Avignon, où elle dirige des recherches sur l’histoire sociale et politique du premier XIXe siècle.

Sur le site de l’éditeur.

Sur le site du libraire Decitre.

Sommaire

 Première partie. La politisation des anonymes dans l’Europe napoléonienne
1. La France dans la presse britannique :  la concurrence des modèles politiques
2. Les pamphlets dans la guerre d’Espagne : discours des humbles ou discours vers les humbles?
3. Les Russes en correspondances dans la campagne de 1812
4. Villageois et citoyens : la politique dans les écrits paysans en France (vers 1780-1850)
5. Presse napoléonienne et processus de politisation au moment de la campagne d’Espagne

Deuxième partie. Bien public et corruption

6. Pour une histoire comparée des faveurs et de la corruption : France et Allemage (XIXe-XXe siècles)
7. Interplay of  corruption and bureaucratisation : the administrative reforms in Bavaria under Minister Montgelas (1799-1808)
8. Le scandale de Panama vu par un ancien député du Vaucluse : réseaux, amitiés et corruption sous la Troisième République
9. Crisis and corruption in the discourse of the Weimar Republic
10. La corruption dans la France des années 1930 : historiographie et perspectives de recherche
11. Le clientélisme sous la Ve République : l’exemple du député Louis JacquinotAnnexe : Panama, par Jean Saint-Martin (texte établi et annoté par Christophe Portalez)

[COLLOQUE] Corruption et scandales dans l’Europe contemporaine (19e-20e siècles) – Programme détaillé

Corruption et scandales dans l’Europe contemporaine (19e-20e siècles)

Le programme synthétique est également disponible

Colloque d’Avignon, 30 et 31 mai 2013

La corruption en débats: les scandales et leurs acteurs- Korruptionsdebatten: Skandale und ihre Akteure- The corruption debates:  scandals and their actors

« Clientelism, corruption and the emergence of mass press under Restoration Spain (1874-1923) », par Pol Dalmau Palet, Institut universitaire européen (Florence),

This communication seeks to explore how the study of clientelism can be challenged and enriched from the perspective of media studies. More specifically, my aim is to investigate how clientelistic practices were affected, during the period of Restoration Spain (1874-1923), by the emergence of a new mass press system. I shall argue that the rise of a new public sphere acted as an alternative conduit to formal politics ―directly challenging, in this process, preponderant clientelistic practices.

The number and sort of social and political relations that scholars have traditionally gathered under the expression clientelism is immense. Still, it has recently been defined as a political phenomenon consisting in « the trade of votes and other types of partisan support in exchange for public divisible benefits” (S. Piattoni, 2001). Consequently, clientelism cannot be circumscribed neither to a specific historical period nor to a single country, but it is rather a phenomenon virtually spanning across time and space: it can be found in Ancient Rome and European medieval monarchies; in Western modern metropolis or rural African societies; as well as in capitalist societies or communist regimes.

Despite such complexity to define clientelism, scholars have regarded it as a keystone in the way parliamentary systems of the Mediterranean area operated between 1870 and 1914. Despite the particularities of each country, the exercise of « politics without democracy » became a common practice in the majority of these parliamentary systems. Especially in Italy and Spain, the fear of the leading groups at the opening of the democratic process led to a strong restriction of suffrage (which initially will be around 2%) and the establishment of mechanisms (sistema del turno in Spain and trasformismo in Italy) that altered democratic game.

However, little attention has still been paid on how public opinion affected such practices. Thus, to what extend can we consider that clientelistic practices made these parliamentary regimes particularly vulnerable to open criticism? To what extend did public morality pushed these political systems towards democratic reforms, in case it did so? Or, on the contrary, did these practices set these parliamentary regimes aside from the role that public opinion is considered to play in “democratic” systems?

By focusing on the role of mass press under Restoration Spain, my aim is to address such questions. Furthermore, a secondary goal is to provide a national case that shall allow further comparisons with other countries during the Congress.

« Korruption in der Republik. Korruptionsdebatten in Argentinien und Uruguay 1875 – 1890 », par Stephan Ruderer, université de Münster,

Lateinamerika gilt gemeinhin als korrupter Kontinent, in dem Korruption seit der Kolonialzeit schon immer verbreitet sei und auch heute noch für wirtschaftliche Unterentwicklung und Probleme im Prozess des demokratischen Regierens verantwortlich gemacht wird. Dieser allgemeine Befund verhinderte aber erstaunlicherweise lange Zeit eine wissenschaftliche Beschäftigung mit dem Phänomen Korruption in Lateinamerika. So gibt es auch in den einschlägigen deutschsprachigen Sammelbänden zum Thema Korruption  keine Arbeiten zu Lateinamerika, und auch in dem us-amerikanischen Standardwerk von Heidenheimer/Johnson gibt es nur eine einzige (politikwissenschaftliche) Studie zu dem Kontinent.

Aus diesem Grund beschäftigt sich mein Forschungsprojekt mit einer historischen Untersuchung der Korruptionskommunikation in Argentinien und Uruguay im Zeitraum von 1860-1920. Mit der zweiten Hälfte des 19. und dem beginnenden 20. Jahrhundert steht dabei eine Epoche im Mittelpunkt, in der der Staatsbildungsprozess in beiden Ländern in vollem Gange war. Die Untersuchung der Korruption kann dazu dienen, diese modernisierenden Institutionalisierungsprozesse zu analysieren, den Aufbau von Regeln und Normen im Staatsbildungsprozess zu erklären und über die Untersuchung der Korruptionskommunikation die normative Beurteilung von politischen Systemen, insbesondere der sich entwickelnden Demokratie, in ihren gesellschaftlich und historisch gewachsenen Tiefenstrukturen zu ermitteln.

Für den geplanten Beitrag sollen die Korruptionsdebatten in den beiden Ländern im Zeitraum zwischen 1875 und 1890 in den Blick genommen werden. In Argentinien setzt sich in dieser Zeit mit der Regierung von Julio Roca eine „konservative Ordnung“ durch, während der der freiere Zugang zur Macht allmählich abgeschafft wurde und die politische Elite ihre Interessen gegen Forderungen nach Inklusion von breiteren Bevölkerungsschichten durchsetzen konnte.  1890 führte die Baring-Krise Argentinien an den Rand des Staatsbankrotts, im Zuge der sich häufenden Korruptionsdebatten traten auch neue politische Akteure an die Öffentlichkeit (so die Radikale Partei). In Uruguay bedeutete die reformerische Militärregierung von Lorenzo Latorre (1876-1880) einen ersten Höhepunkt im Staatsbildungsprozess, der jedoch in eine zehnjährige Militärherrschaft mündete, die erst mit der demokratisch gewählten Regierung von Herrera y Obes 1890 zu Ende ging.

« Une corruption à la française : le scandale des décorations vu de l’Empire allemand (1887) », par Gérald Sawicki,

L’affaire Wilson et le trafic de Légions d’honneur qui aboutirent à la démission du président de la République Jules Grévy en 1887 sont bien connus comme l’un des premiers grands scandales de la IIIe République. Il s’agira plutôt ici d’en percevoir les impressions produites à l’étranger, en l’occurrence ici dans l’Empire allemand, en s’intéressant surtout à l’exploitation politique que ce pays a pu en faire tant à usage interne qu’externe, à ce moment de tension des relations franco-allemandes et germano-russes (menaces de guerre, boulangisme, etc).

La relation allemande de ce scandale politique français est ainsi l’occasion de développer tout un ensemble de considérations sur la nature intrinsèque du régime républicain en France, de ses turpitudes, de sa faiblesse voire même sur l’état de décomposition de la société française. C’est aussi a contrario réaffirmer les vertus du système politique et institutionnel allemand en comparaison avec le modèle repoussoir français.

La perception du scandale put être également particulièrement sensible en Alsace-Lorraine annexée, comme en témoignent certains rapports d’agents secrets français, à l’exemple de ce journaliste alsacien proche d’hommes politiques « amis de la France », qui estimait que « toutes ces accusations de corruption » étaient susceptibles « d’ébranler la confiance des Alsaciens envers la France » :

« Les Allemands jubilent et ne serait la maladie du Kronprinz, ils profiteraient encore bien mieux de la situation. La Straßburger Post nous dit tous les jours que c’est pour le coup que nous devons nous estimer heureux d’être Allemands, cela, en traçant un tableau des plus sombres de la situation en France qui, il faut le dire, elle n’a besoin que d’emprunter à vos feuilles réactionnaires…Finissez-en avec l’affaire Wilson…Parce qu’un homme qui n’est même pas ministre a failli, ce n’est pas une raison pour jeter le discrédit sur tout le gouvernement, inquiéter les Alsaciens-Lorrains, et faire hausser les épaules à l’Europe, dans un moment où elle devrait vous craindre ».

Ce scandale de corruption possède donc des répercussions internationales non négligeables et le choc des révélations dévoile tout un ensemble de représentations et de valeurs illustrant encore l’antagonisme franco-allemand de l’époque.

“The perceptions and political use of the scandal of Panama by the socialists in Germany and France”, par Anna Rothfuss (université de Darmstadt) et Christophe Portalez (université d’Avignon)

The aim of our combined research is to analyze and compare the perception of and the reaction to the scandal of Panama by German and French socialist parties, who, at the beginning of the 20th century, intensified their quest for political power. The Panama scandal took place in France during the period of 1892 to 1898, during which a significant number of French MPs from all over the political spectrum, as well as members of the press, were accused of having received bribes from the Company of Panama in order to help secure financial funding. With the help of newspapers and parliamentary debates, we will examine what roles German and French socialists played in the political and public debates surrounding the Panama scandal in both countries and determine whether they utilized the events to promote their political programs. Our research will also provide the opportunity to compare different strategies used to instrumentalize the Panama scandal as well as allow us to draw conclusions about the diverse norm-systems operating and the transgression of social norms observable within the scandal.

As for French socialists, we will first study Jean Jaurès, who was elected socialist MP in 1892. There are many works about Jean Jaurès, but there are few studies about his reaction concerning the Panama scandal, or about how he faced the corruption of his former colleagues. For our work, we will use some interventions by Jean Jaurès at the Chamber of deputies, and articles in newspapers (like La Dépêche de Toulouse). Furthermore, it will be interesting to focus on how some socialist candidates attempted to benefit from the scandal during the election of 1893. We will analyse their strategies by examining electoral propaganda. Moreover, this election was the first big electoral rise of the French socialists, and we can examine what role the instrumentalization of the scandal of Panama played in this success.

Regarding the German Empire, we will examine how the members of the Social Democratic Party viewed and reacted to the Scandal of Panama and how the events influenced their understanding of corruption (scandals) and strategies to strengthen the party’s political power. For this purpose we will analyze the official party newspaper ‘Vorwärts’ and the parliamentary debates during the Panama scandal, as well as the heyday of Germany’s most prominent corruption scandal, the ‘Kornwalzer Affäre’. Finally, we will be able to examine how the Scandal of Panama developed as a metaphor for social decay and epidemic proliferation of corruption in the German Empire.

« ‘One scandal comes after the other in our politics’. The Role of Corruption Cases in Hungarian Political Life at the Beginning of the 20th Century », par Andras Cieger, Académie hongroise des sciences, centre franco-hongrois en sciences sociales,

The domestic affairs of Hungary in the first decades of the twentieth century can be described as a series of intertwining corruption scandals. The study gives a joint analysis of four major cases during the years between 1903 and 1913. It examines the reason for the increase in the number of scandals and the way public sins became the central themes of the political agenda at the turn of the century. By looking at the anatomy of scandals the study offers a general overview of how the world of politics has altered in the twentieth century and how the politicising techniques characteristic of the modern age worked.

I intend to examine these aspects:

– Timing of scandals

– Actors (initiators, targets)

– Typical reasons of the scandals (e.g. secret party funds, conflict of interest, trafficking of influence)

– Strategies of the actors (e.g. personalisation, discrediting, publication of the cases, vs. elimination, neutralization)

– Staging of the scandal (Where is the main place of the political drama?)

– Consequences (e. g. new and stricter press law, journalist as a scapegoat; crisis of the political system)

My related works:

Governmental Corruption in East-Central European History. In: Jahrtausendwende 2000. (Begegnungen. Schriftenreihe des Europa Institutes Budapest) Budapest, 2001, pp. 335-349.

Politikai korrupció a Monarchia Magyarországán, 1867-1918. Budapest, 2011. 208 p. [Political Corruption in Hungary, 1867-1918.]

«Presse, mensonges et chemins de fer : l’affaire Homs-Bagdad à l’ombre de la Question d’Orient » (circa 1912) par Nicolas Pitsos, INALCO université Paris I,

Le 8 mars 1912, Jean Jaurès, commente le rôle joué par un journaliste du Temps, dans des affaires en Afrique centrale et en Turquie d’Asie, sous le ministère Pichon. Il s’enflamme contre ce qu’il considère comme des combinaisons douteuses et dangereuses : « Ah ! messieurs, c’est chose grave qu’un homme disposant tous les jours, dans l’ordre international, de la tribune du journal qui a eu le plus longtemps, auprès des chancelleries, le plus grand crédit, c’est chose grave que cet homme dont les ministres trop souvent redoutent l’hostilité, c’est chose triste qu’il ait pu, sous des raisons, sous des prétextes d’intérêt national, tenter d’imposer des affaires où ses amis et lui, étaient personnellement engagés. » Ce journaliste c’est André Tardieu, alors rédacteur du Bulletin de politique étrangère au Temps et au Petit Parisien et aussi fonctionnaire au Ministère de l’Intérieur. Tardieu est dénoncé pour son intervention scandaleuse selon Jaurès, dans au moins deux affaires de concessions de voies ferrées : la première s’inscrivant dans un contexte colonial, est connue sous le nom de N’goko Sangha, la deuxième, étant directement liée au déroulement de la question d’Orient, porte le nom d’Homs-Bagdad. Il s’agit de la construction par un consortium anglo-français, d’un chemin de fer visant à concurrencer la ligne allemande de Koniah-Bagdad. Ce projet ne faisant pas l’unanimité auprès des différents partis intéressés, il va aussitôt se compliquer d’accusations d’espionnage diplomatique et donner lieu à une confrontation médiatique. Cette confrontation, impliquant des fonctionnaires, hommes d’affaires et journalistes Jeunes-Turcs, Français et Anglais, se déroule entre les coulisses diplomatiques et les bureaux de presse. Des rapports confidentiels se mêlent à des révélations sensationnelles et se font l’écho d’auditions parlementaires et judiciaires sur fond de combats idéologiques au sein de l’arène politique française et d’antagonismes diplomatiques entre les grandes puissances de l’époque pour la suprématie économique dans l’Empire Ottoman.

En quoi cette affaire nous initie-t-elle aux dédales de la Question d’Orient, nous permettant de mieux appréhender les interactions permanentes entre son aspect politique et ses expressions économiques ? Dans quelle mesure les débats suscités dans la presse suite à la médiatisation de cette affaire constituent-ils un observatoire privilégié pour étudier les crispations et tensions qui travaillent et divisent une société tout en nous révélant la mise en place des réseaux d’imbrication entre journalisme, diplomatie et affairisme ?  Dans une époque où pléthore de scandales et d’affaires de corruption s’affichent régulièrement dans la presse, depuis l’affaire de Panama jusqu’aux révélations d’Arthur Raffalovitch publiées au lendemain de la Grande Guerre, comment les débats médiatiques autour de ces scandales et affaires sont-ils instrumentalisés afin de remettre en question un certain ordre politique dominant et de renégocier les relations entre l’univers politique et la sphère économique ?

« L’affaire Marthe Hanau, scandale et pratiques politiques déviantes », par François Dubasque, université de Poitiers,

Marthe Hanau est une des rares femmes de son époque à pénétrer le monde masculin de la finance et de la bourse. elle se lance rapidement dans les affaires et profite de la reprise économique dans les années 1920 pour réaliser de grandes opérations spéculatives. En décembre 1928, elle est inculpée de manœuvres frauduleuses, abus de confiance et détournement de fonds. Cette escroquerie, qui porte sur des sommes bien inférieures à celles engagées dans les affaires Oustric et Stavisky, réunit pourtant tous les ingrédients d’un énorme scandale. Elle implique en effet le pouvoir politique jusqu’au plus haut niveau, la presse et les milieux financiers.

Il s’agira donc de s’interroger sur la nature des relations de Marthe Hanau avec les élites politiques, économiques et judiciaires. De nombreuses pratiques déviantes, qu’il conviendra d’inventorier, apparaissent à la lumière des archives judiciaires, policières et de la presse. Dans cette affaire complexe, la coupable désignée, tout comme ses juges, sont instrumentalisés à des fins politiques.

Mon ambition est ici de revisiter l’affaire Marthe Hanau sous l’angle de sa réception dans l’opinion publique d’une part, dans les milieux parlementaires d’autre part. Deux problématiques guideront cette étude : en quoi cette affaire alimente-t-elle la perception d’une connivence entre argent et pouvoir ? A-t-elle contribué à faire évoluer les pratiques politiques ?

« Comment échapper au scandale ? La domination charismatique et les pratiques clientélaires au service d’un pouvoir local », par Johanna Edelbloude, IRMAPE, Pau,

«Pourquoi Labarrère était aimé ? Parce que c’est un maire qui rendait service, qui était U- TILE. [silence] J’ai un PV, je m’adresse au maire, je veux un logement, je m’adresse au maire qui, comme par hasard est président de la Société Béarnaise d’habitat ou des HLM de Pau, je veux un boulot ben j’appelle le maire… Tout ça, ça lui permet de fonctionner. Labarrère était aimé parce qu’il était utile. » Entretien avec Hubert Bruyère, journaliste

Contexte– C’est précisément le lien entre pratiques clientélaires et domination charismatique qui a permis à A. Labarrère, député-maire (1971-2006) de la ville de Pau durant plus de 30 ans, d’échapper au scandale. Par son charisme, Labarrère s’est imposé comme l’acteur sécant par excellence, qui monopolise les richesses et contrôle les flux de communication. Il est protégé par le caractère charismatique de sa domination, au sens wébérien d’« autorité fondée sur la grâce personnelle et extraordinaire d’un individu », qui légitime un pouvoir quasi-sacré voire héroïque1. En tant que leader unique, il contrôle la distribution des ressources, ce qui lui permet également d’éliminer la concurrence2. Or les ressources en question, sont non seulement celles d’un parti mais également d’une municipalité. La clientélisation3 permet en effet à la fois de satisfaire et de fidéliser les demandeurs. L’évergétisme mystifié constitue bien le socle du pouvoir d’A. Labarrère et le fondement de son charisme4 : en usant notamment de la rhétorique du sacrifice et du don de soi5, il dépasse la simple proximité pour devenir une légende.

La fermeture du marché politique et la neutralisation des adversaires sont caractéristiques du système Labarrère, peu analysé au regard des travaux consacrés à son voisin et adversaire J. Chaban-Delmas à Bordeaux6. Labarrère, mort dans l’exercice de ses fonctions en 2006, disputait pourtant à J-M. Rausch à Metz7 et à G. Frêche à Montpellier le record de longévité au poste de maire en France, une fonction qu’il cumule avec celle de député (1973-2002) puis de sénateur. Comme G. Frêche, avec lequel il est souvent comparé depuis sa mort, cette longévité s’explique certes par l’imbrication, au travers du clientélisme, du social dans le politique et de sa capacité à répondre à une demande sociale, mais également par ses provocations.

Problématique et apports- Si sa notoriété locale permet à Labarrère d’échapper au registre du scandale, alors même qu’il en cumule les stigmates (précurseur dans le fait d’assumer publiquement son homosexualité, inculpations et mises en examen, affronts faits à la ligne politique nationale du Parti Socialiste), c’est bien parce qu’il rend service à ses administrés jusque dans la transgression. Par ses qualités personnelles et rhétoriques, A. Labarrère satisfait à ce que P. Garraud a défini comme la « fonction ludique de l’élection »8 : la campagne électorale est un spectacle, «une transgression ritualisée», A. Labarrère l’institutionnalise en la rendant perpétuelle. Face à lui, aucun entrepreneur de morale n’a intérêt à dénoncer le scandale ou à partir en croisade contre lui, pour reprendre la terminologie de H.S. Becker9. Quand l’octroi et l’échange de faveurs relèvent de la norme, les mises en examen et les évocations publiques de ses ébats ne se transforment pas en scandale, mais relèvent du spectacle et de la distraction. Nous sommes bien là face à une situation où le charisme impose une norme marginale si ce n’est déviante, et ne permet pas, localement, la construction sociale du scandale10.

Ce cas emblématique actualise l’analyse faite par J-P. Worms du notable comme d’un relais vertical, entre une bureaucratie étatique et la population11. Dans le cas d’une lecture de type clientéliste des pratiques politiques, il convient de tenir compte de la demande sociale, que constituent les attentes des électeurs envers les élus et les institutions, à travers ce que C. Mattina appelle la « régulation clientélaire »12. Plus largement, au sein du débat démocratique, la question soulevée par ces pratiques est celle de la non utilisation de la dénonciation du clientélisme dans le combat politique : Pourquoi ces pratiques clientélaires n’ont-elles été dénoncées ni par les opposants ni par les concurrents de Labarrère ? Ceci invite à formuler l’hypothèse que l’opposition bénéficie elle aussi de faveurs, qui la neutralisent et de l’existence d’un marché fermé, caractéristiques d’un système local personnalisé13.

Au-delà de simples pratiques, il s’agit bien en premier lieu d’illustrer la loi d’airain de R. Michels, selon lequel toute organisation politique secrète une oligarchie, remettant ainsi en cause le principe de fonctionnement démocratique: la démocratie concentre le pouvoir entre les mêmes mains14. Cette contribution mêle les disciplines sociologiques et politologiques en s’appuyant sur un cas emblématique très récent, pour compléter les analyses localisées du pouvoir en interrogeant en premier lieu l’impunité de l’élu. Nous sommes face au cas, rare, d’un professionnel de la politique à la stature nationale qui se réfugie exclusivement dans le local. Pourquoi si ce n’est pour échapper au scandale ? En cela, la proposition entend également restreindre les « limites de l’action publique »15 en alimentant l’analyse du secret en politique.

Cadre méthodologique- La contribution proposée analyse des sources orales (témoignages recueillis sous la forme d’entretiens, 15 réalisés à ce jour) et écrites (délibérations du conseil municipal de 1971 à 2008, archives : privées, municipales et nationales)16. La préservation du secret jusque dans l’accès aux sources soulève une difficulté méthodologique évidente, liée à la thématique clientélaire privilégiée et à la période traitée.

1 M. WEBER: Wirtschaft und Gesellschaft, 1922 (Economie et société, 1971) 2 F.G. BAILEY: Stratagems and Spoils. A Social Anthropology of Politics. Oxford: B. Blackwell, 1969. 3 Définie comme la « mise en œuvre de la part d’un élu d’un ensemble de comportements et de stratégies destinés à afficher une grande disponibilité vis-à-vis des électeurs et à répondre à leurs demandes d’aide concernant des questions privées et personnelles » par C. MATTINA: « Mutations des ressources clientélaires et construction des notabilités politiques à Marseille (1970-1990) », Politix, 67/2005, pp. 129-155, p. 136. 4 P. VEYNE: Le pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique. Paris, Le Seuil, 1976. 5 R. LEFEBVRE : « Être maire à Roubaix. La prise de rôle d’un héritier », Politix, n°38, 1997, pp. 63-87. 6 Etude co-dirigée par J-F. MEDARD : « Le système politique bordelais (le « système Chaban ») », Revue Internationale de Politique Comparée, n°4, 2006, pp. 657-679 et J. LAGROYE : Société et politique. Chaban- Delmas à Bordeaux. Pedone, 1973. 7 J-M. Rausch est maire de Metz entre 1971 et 2008, sénateur de 1974 à 2001, à l’exception de 1988-1992 où il est ministre. G. Frêche est maire de Montpellier de 1977à 2004, fonctions qu’il cumule avec celle de député entre 1978 et 2002.

8 P. GARRAUD : Le suffrage universel contre la démocratie, PUF, 1980, p. 16 et 27. 9 H. S. BECKER : Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance. Métailié, 1985. 10 Sur ce thème, voir Max GLUCKMAN: Gossip and scandal. University of Chicago Press, 1963 et DE BLIC Damien, LEMIEUX Cyril : « Le scandale comme épreuve. Éléments de sociologie pragmatique », Politix, 2005/3, n°71, pp. 9-38. 11 J.-P WORMS : « Le préfet et ses notables », Sociologie du travail, 1966. 12 C. MATTINA : op. cit. 13 Dans la lignée des analyses du système Chaban-Delmas à Bordeaux. 14 R. MICHELS : Les partis politiques. Essai sur les tendances oligarchiques des démocraties. Flammarion, 1914.

« Rien ne saurait être reproché aux accusés aux chapitres de la déontologie, de l’honnêteté et de l’honneur ». Les scandales politico-financiers de la France des années 1990 et la crise des modèles d’imputation de responsabilité et de dénonciation de corruption, par Damien de Blic, université Paris 8,

Les accusations de corruption sont constitutives du scandale politico-financier comme forme politique mobilisable, depuis sa mise en place en France entre 1880 et 1900[1]. Nous proposons dans la présente contribution de rendre compte de l’entrée en crise de cette forme politique dans l’histoire française contemporaine en l’associant à une difficulté croissante à imputer des responsabilités et à dénoncer des pratiques de corruption, dès lors que ces scandales font intervenir des acteurs intégrés à des institutions elles-mêmes insérées dans des circuits financiers mondialisés.

Pour décrire cette dynamique, nous mettrons d’abord en comparaison deux événements distants de vingt ans tous deux qualifiés de « scandales politico-financiers » et au cours desquelles sont publiquement prononcées des dénonciations corruption, de favoritisme et/ou de clientélisme. Il s’agit su scandale de la Garantie foncière d’une part (1971) et de celui du Crédit lyonnais de l’autre (1991-2005).

Le scandale de la Garantie foncière mérite en effet de retenir l’attention dans la mesure où l’identification à un scandale politico-financier n’y pose guère de difficultés (empiètements sectoriels multiples et caractéristiques : une escroquerie immobilière dans laquelle sont impliqués des parlementaires, des banques profitant de la fraude pour s’enrichir, des journaux soupçonnés de vénalité…). Les mobilisations construites sur la base des ces ressorts normatifs et narratif débouchent rapidement sur une crise politique. Mais il s’agit précisément de l’un des derniers cas de l’histoire politique contemporaine française conduit à une telle crise.

Le scandale du Crédit lyonnais, bien que souvent qualifié de « scandale financier du siècle », révèle a contrario une grande difficulté à stabiliser des accusations et à imputer des responsabilités, malgré l’importance des sommes en jeu et la grandeur des figures impliquées dans l’événement. Si certains acteurs s’emploient à démontrer l’existence de pratiques de corruption entendues au sens commun du terme (usage d’une position publique en vue de favoriser des intérêts privés), l’interprétation du scandale hésite entre deux figures limites, la première consistant à faire porter l’ensemble des responsabilités sur un seul homme (l’ancien PDG de la banque), cette accusation courant le risque d’être taxée d’un « réductionnisme » excessif, la seconde figure reposant sur un étirement tel de la chaîne des responsabilités que c’est finalement le « système » qui supporte alors toute la charge de la crise.

Dans une perspective de sociologie pragmatique de la critique sociale, nous ferons l’hypothèse que la faiblesse des mobilisations dans le scandale du Crédit lyonnais ne s’explique pas seulement par les traits idiosyncrasiques de l’événement mais qu’elle correspond également à une difficulté croissante à mobiliser les catégories juridiques, politiques et morales (celle de corruption en particulier) habituellement mises en œuvre dans les scandales politico-financiers, dans des situations où les jeux d’échelle sont particulièrement étendus, ce qui est le cas lorsque le volant financier des scandales politico-financiers renvoie à des acteurs (bancaires notamment) de plus en plus intégrés à un niveau mondial.

4-

Les usages de l’indignation: morales civiques, mythes collectifs et stratégies politiques- Die Logik der Empörung: Bürgertugenden, kollektive Mythen, politische Strategien- Uses of “indignation”: civic morals, collective myths and political strategies

“Political Corruption and Regime Change. The case of Denmark and Norway 1814-1830”, par Ola Teige, université d’Oslo,

In 1814 the conglomerate state of Denmark-Norway was dissolved, when Norway was ceded to Sweden. While the old state, as well as post 1814 Denmark, was a centralized, absolutist monarchy – in fact the most consistent so in Europe, Norway developed differently. It gained a limited democratic constitution, freedom of speech, a Parliament and internal self rule.

Corruption in the Oldenburg monarchy had in the 17th and 18th Centuries been widespread. To counter this, the Crown had slowly but methodical worked to bureaucratize its Civil Service. In the latter part of the 18th Century this had led to a professional civil service and updated corruption legislation. But bribes, fraud and patronage were still major problems.

Were there any differences in this field between Norway and Denmark after 1814? Both states shared a common background, and retained the same legislation, but had different political systems, i.e. an absolute monarchy and a limited democracy. How did the new states treat and view corruption?  Did any differences develop, other than those already existing due to geography; e.g. the number and type of corruption cases?

One of the main explanations of the decline in corruption in Europe in the late 18th century and 19th centuries found in historical and political literature is what may be termed socio-political change, notably the change in political thinking that led to the shift towards democratic governance in an increasing number of states. A result was the modern idea of the State as a moral entity and the exercising of public authority as a duty. A freer public sphere, with newspapers and elected political assemblies made it possible to expose and criticize patronage, corruption and misrule, phenomena which the old regime had kept strictly secret and partly, but diminishingly, accepted.

Another relevant question is that of the role of patronage and social networks. In Norway 1814 led to a new central Government and a new capital. The rulers of Denmark-Norway had after 1740 conducted a strict policy of centralization and had resisted Norwegian separatism and self rule. Thus 1814 also constituted a major shift of the elites’ political and social networks. Denmark on the other hand kept its absolutistic constitution until 1848.

« La représentation de la corruption avant la corruption comme système. Le cas espagnol dans les origines du libéralisme politique (1808-1876) », par Gemma Rubí, Grup d’Història del Parlamentarisme, université autonome de Barcelone,

La corruption politique et de fraude électorale dans le béton comme un de ses plus visibles ont été l’objet de la plainte sévère à la fin du XIXe siècle, suite à la crise politique et morale qui a entraîné la fin de l’empire colonial espagnol, après la défaite de la guerre de Cuba en 1898. En fait, depuis le début du régime politique de la Restauration (1875-1923) que cette pratique était répandue, si bien que l’un des principaux représentants du régénerationisme espagnol, Joaquín Costa, est venu à considérer que le système politique est non seulement corrompus, mais la corruption a été le même système 1.

Étonnamment, dans l’historiographie espagnole de cette période, si abondant et d’une qualité aussi importante, la corruption politique n’a pas été analysée en profondeur, et la plupart du temps, il a été classé comme un élément expliquant le fonctionnement du système politique, êtant considérée une conséquence directe de la nature oligarchique et excluant du système. Au mieux, le libéralisme déférenciel a été lié à l’existence de relations sociales régies essentiellement par le patronage, ce qui explique l’existence de favoritisme politique dans la vie politique 2.

Au fond, les historiens n’ont guère demandé pourquoi jusqu’en 1898 les pratiques de corruption ont été tolérés par l’opinion publique influencée par les élites dominantes, ne représentent pas un traumatisme, même si cette acceptation ne signifie pas un arrangement total ou un motif de puissant bataille de l’opposition républicaine. Cette insatisfaction nous amène à poser quel type

1de valeurs pourrait justifier une tolérance pour la corruption politique, au-delà de la réciprocité attendue entre chacun des autres groupes d’élite luttant pour le contrôle du      pouvoir.

Dans la mesure où il est augmenté l’intérêt historiographique pour le régime d’Isabel II, a également accrue une attention à rechercher les origines de la permissivité des pratiques électorales fondamentalement corrompues. Autre chose serait les scandales découlant d’actes de corruption administrative qui transcende le public par la simple volonté des victimes qui ont fait de leur mieux pour révéler l’identité des auteurs. En fait, on sait peu sur l’influence de ces scandales sur la moralité publique.

Dans cet article on vise analyser comment la théorie politique du constitutionalisme espagnol s’est fait écho de la corruption politique, quelles significations ce sont attribuées à la moralité politique et ce qui pourrait justifier les limites sinueuse qui sépare le public du privé. Bien que dans la vérité nous gardons à l’esprit que l’analyse historique de la catégorie d ‘«espace public» reste un vide historiographique majeur. Dans cette ligne, nous allons utiliser la méthodologie des concepts pour étudier l’évolution de la sémantique de cette catégorie depuis les origines du constitutionnalisme dans les débats des Cortes de Cadix à la consolidation de l’État libéral dans le régime d’Isabel II 3.

Directement liée à cet objectif nous allons aussi observer les représentations parlementaires qui a effectué sa fonction d’intermédiation des intérêts à travers leurs discours au Congrès des députés. Un cas précis serait l’attention accordée à la performance des députés catalans, qui étaient généralement très conscients de représenter un territoire, mais surtout des intérêts économiques textiles en quête de protection par l’État 4. Il est important de préciser comment ils ont vécu leur rôle d’intermédiaires entre les organisations de la société civile, qui a consacré son action publique en matière de défense de certains intérêts particuliers, et sa conception du bien public menant à satisfaire tous les intérêts et les intérêts de tous les citoyens, indépendamment de leur origine géographique.

1 Joaquín Costa, Oligarquía y caciquismo como la forma actual de gobierno en España : memoria y resumen de la información, Madrid, Revista de Trabajo, 1975.

2 Un bon livre qui contient les principaux résultats de l’enquête sur la vie politique de l’Espagne durant la Restauration: Jose Varela (dir), Le pouvoir d’influence. Géographie de la chefferie de Espanya (1875-1923), Madrid, Marcial Pons, 2001, dont je suis également co-auteur.

3 Nous allons utiliser l’abondante littérature écrite par des historiens spécialisés dans l’histoire des concepts du XIXe siècle, Javier Fernández Sebastián et Juan Francisco Fuentes.

4 Je suis un membre chercheur du « Grupo de Historia del Parlamentarismo » de l’Université autonome de Barcelone dans lequel nous menons les biographies des députés catalans entre 1810 et 1854 et analysons leur activité parlementaire.

« Der antidemokratische Reflex – Die Prägephase von Skandalisierung und Moralisierung politischer Korruption in Deutschland 1906-1920 », par Norman Domeier, université de Cambridge,

Theoretisch weitgehend unbestritten ist, dass Korruption kein »zeitloses« Phänomen darstellt, sondern auf variablen Normen aufruht. Umso erstaunliches ist es, wie wenig nach wie vor in der historischen Langzeitperspektive über politische Korruption bekannt ist. Beim Blick auf die deutsche Geschichte des 19. und 20. Jahrhunderts wird schnell klar, dass kein eindeutig fassbarer parteipolitisch beziehungsweise weltanschaulich konnotierter Korruptionsdiskurs wie in Großbritannien vorliegt (Bösch 2009). Interessant ist jedoch, dass bei den wenigen sensationellen Fällen in Deutschland, in denen der Missbrauch eines staatlichen Amtes zum privaten Nutzen enthüllt und öffentlich skandalisiert wurde, rasch fundamentale Moralisierungen einsetzten und politische Korruption auf spezifische Weise in die Nähe politischer Dekadenz gerückt wurde.

An diese Beobachtung möchte das Paper anknüpfen, indem es davon ausgeht, dass es eine durch öffentliche Aushandlungsprozesse gekennzeichnete Prägephase des Verständnisses von politischer Korruption in Deutschland zwischen 1906 und 1920 gab. Markiert wird dieser Zeitraum durch drei Skandale: den Eulenburg-Skandal (1906-1909), den Kornwalzer-Skandal (1913) sowie den Erzberger-Helfferich-Skandal (1919/20).

An diesen das öffentliche Bewusstsein über den Systemwechsel von 1918/19 hinweg prägenden Korruptionsskandalen lässt sich eine für das Demokratieverständnis in Deutschland fatale Transformation nachzeichnen: War die Monarchie durch den Eulenburg-Skandal als dekadent und durch den Kornwalzer-Skandal auch als käuflich gebrandmarkt worden, so gelang es nach der Revolution der Neuen Rechten, verkörpert durch Karl Helfferich, die durch den Weltkrieg weiter schwärenden Korruptionsvorstellungen gegen »die da oben« und die Kriegsgewinnler einem der wichtigsten Repräsentanten der demokratischen Idee in Deutschland, Matthias Erzberger, anzulasten.

Die Republik, so die These, übernahm nicht nur die militärpolitischen Lasten des alten Regimes in Form der Dolchstoßlegende, sondern sie erhielt auch sofort nach ihrer Gründung die Korruptionsvergehen der untergegangenen Monarchie aufgebürdet. In der Folge noch einmal gesteigert durch die antidemokratische Propaganda des »Dritten Reiches«, konnte sich in der deutschen Öffentlichkeit langfristig eine Standardreaktion auf Enthüllungen politischer Korruption ausbilden, die bis heute nachwirkt, so die Vermutung, indem bei Enthüllungen politischer Korruption die Systemfrage geradezu reflexhaft gegen die Demokratie als Staats- und Gesellschaftsform gerichtet wird.

« ‘Puisqu’on veut assainir la ville, y a-t-il des puissants encore qui protègent ces gens-là ?’ : proxénétisme et corruption à Marseille dans les années trente entre pratiques et représentations », par Laurence Montel, université catholique de Louvain,

Marseille occupa une bonne place dans les scandales politico-judiciaires qui émaillèrent les années trente et depuis lors, on associe la péjoration de l’image de Marseille au XXe siècle au rappel des liens que les principaux leaders politiques entretenaient avec les grandes figures du milieu (Sabiani avec Carbone et Spirito, Tasso et les Guerini), relations justifiant l’accusation de corruption municipale. Nous souhaiterions ici contribuer à historiciser la question de la corruption en dépassant ce cliché anecdotique, par la confrontation des pratiques et des représentations politiques et sociales qui se nouent autour de la question du trafic de prostitution et de l’échec de sa répression, dans le contexte du réglementarisme préfectoral en vigueur depuis l’étatisation de la police (1908).

A partir d’un cadre légal, dont les règles sont régulièrement transgressées, un vaste marché parallèle du sexe tarifé s’épanouit, sans que la population puisse néanmoins distinguer clairement les établissements en règle des autres. Le développement de l’activité va à l’encontre d’une certaine représentation de la tranquillité et de la morale publiques, engendrant des plaintes et des pétitions qui motivent ponctuellement l’intervention de la police des mœurs et des sanctions préfectorales. Mais la fermeture des établissements, qui ne peut intervenir qu’après intervention de la municipalité, est fort rare. La police et la municipalité sont dès lors soupçonnées de protéger le trafic ou du moins certains tenanciers.

Les dossiers de surveillance de la police des mœurs, comme les sources préfectorales relatives à la prostitution, laissent entrevoir des pratiques de protection et d’échanges de faveurs, entre proxénètes, politiques et agents. De toute évidence, les municipalités des années trente s’impliquent peu dans la lutte contre ce trafic. Mais la représentation que les citoyens se font de l’action, de la politique et des mœurs municipales, a sans doute plus changé que l’attitude des pouvoirs publics envers ce trafic, d’autant qu’aucune aménité politique particulière ne suffit à en expliquer l’ancrage et le dynamisme. Revenir sur les autres facteurs susceptibles d’en rendre compte (notamment les ambiguïtés du système réglementariste et la vigueur du droit de propriété) permet de comprendre avec plus de nuances l’attitude des pouvoirs publics, sans nier cependant les points d’entente qui peuvent rapprocher politiques et trafiquants. Les dénonciations, plaintes, et pétitions des Marseillais, étudiées en contrepoint, témoignent des enjeux sociaux et moraux de ces « mauvaises pratiques », comme de l’usage accusatoire ou stigmatisant qu’il peut en être fait, que ce soit dans les joutes politiques locales (par exemple dans la campagne de presse menée par l’organe Rouge Midi, « Marseille propre ») ou à l’échelle nationale, contre les méridionaux.

« ‘Aux militants dévoués et pauvres’ : le parti communiste français et la corruption, des années 1930 à nos jours », par Jean Vigreux, université de Franche-Comté,

Il s’agirait de partir du postulat de la « pureté révolutionnaire », qui est encore à l’ordre du jour en 1936 (« Nous sommes le grand Parti communiste, aux militants dévoués et pauvres, dont les noms n’ont jamais été mêlés à aucun scandale et que la corruption ne peut atteindre. Nous sommes des partisans du plus pur et du plus noble idéal que puissent se proposer les hommes » Maurice Thorez), mais qui est remise en question avec l’exercice du pouvoir, en particulier au sein des municipalités. Cette quête de pureté conduisant à établir des purges, des listes noires … Des pratiques infra-judiciaires internes à l’organisation qui refuse de se soumettre à la justice bourgeoise, mais qui au fil du temps doit composer avec ce rapport à l’Etat…

« De la critique du régime cléricalo-duplessiste, dit corrompu et vicié, à la construction de la «Grande noirceur» au Québec des années 1950 », par E.-Martin Meunier, université d’Ottawa

Dans les années 1950, le régime de l’Union nationale de Maurice Duplessis, premier Ministre de la Province de Québec de 1936 à 1939 et de 1944 à 1959, subit les foudres de la nouvelle génération d’intellectuels militants catholiques du Canada français. Outre son autoritarisme et son paternalisme, on lui reproche notamment la corruption des mœurs électorales et civiques. Le gouvernement de Duplessis, allié à un certain clergé conservateur, n’hésite pas à faire voter les morts; à soudoyer certains électeurs et à en corrompre d’autres par des promesses de contrats, des faveurs ou redevances futures. Ces pratiques mobilisent une critique sans précédent de ce régime qui, de proche en proche, devient peu à peu la critique d’une période historique tout entière, baptisée par ses détracteurs la «Grande noirceur».

L’une des particularités de la critique du régime cléricalo-duplessiste est d’avoir été constituée à partir des préceptes religieux issus d’un catholicisme progressiste intéressé par l’engagement politique du chrétien, par les idéaux de justice et de démocratie. Point de ralliement de plusieurs groupes de chrétiens militants (JEC, JOC, JAC), la critique du caractère vicié et corrompu du gouvernement de Duplessis est rapidement devenue le thème de prédilection des revues Cité Libre, Maintenant, mais aussi de journaux comme Le Devoir et le Journal Vrai. À partir de ce corpus, cette communication tentera : 1- d’illustrer la nature de la critique en jeu et de montrer en quoi cette critique a été axiologique dans l’édification d’un nouveau régime lors de la Révolution tranquille au Québec; 2- de mieux saisir comment la critique de la corruption d’un gouvernement à un moment précis a pu se transformer en une critique du passé canadien français en son ensemble; 3- de réfléchir au rôle de la critique de la corruption d’un régime politique dans la circulation des élites d’une société donnée et, plus largement, dans la transformation du mode de régulation sociale.

« Die Partei, das Geld und die Macht. Die Beziehungen der CDU zur westdeutschen Wirtschaft zwischen dem ersten Parteiengesetz von 1967 und den Parteispendenskandalen der 1980er Jahre », (« Le parti, l’argent et le pouvoir. Les relations de la CDU avec l’économie ouest-allemande entre la 1ère loi sur les partis de 1967 et les scandales des financements des années 1980 »), par Daniel Schmidt, université de Münster,

Im Mittelpunkt meiner aktuellen Forschungen steht die CDU zwischen 1966 und 1989, die in diesem Zeitraum als taumelnde Regierungspartei, als traumatisierte Oppositionspartei, als selbstbewusste Reformpartei und als disziplinierte Kanzlerpartei in verschiedenen Aggregatzuständen zu beobachten ist. Ich nehme dabei eine akteurszentrierte Perspektive ein, die Strukturen und Praktiken innerhalb der CDU in ihrer Dynamik erfassen will. Mein besonderes Interesse gilt Netzwerk- und Interessenspolitik, deren Analyse meines Erachtens wesentlich zum Verständnis von Funktionsweisen und Wandlungen einer Partei beitragen kann. Um diese spezifische Organisationsform analytisch zu durchdringen, bedarf es nicht nur der Erfassung des Binnengeschehens, besondere Aufmerksamkeit muss vielmehr auch auf die Verflechtungen von parteiinternen Netzwerken mit dem Vor- und Umfeld der Partei gerichtet werden. In diesem Zusammenhang ist für die CDU der Bereich der Wirtschaft von zentraler Bedeutung.

Im Mittelpunkt meines geplanten Beitrags stehen die Beziehungen und Verflechtungen zwischen der CDU und der Wirtschaft mit ihren Interessenverbänden in den 1970er und 1980er Jahren, deren Grundlage ein klandestines Spendensystem war, das zwar – wie von Frank Bösch nachgewiesen – bereits zu Zeiten der „Adenauer-CDU“ aufgebaut worden war, das sich seit dem Ende der 1960er allerdings mit neuen Herausforderungen konfrontiert sah. Hatten die in der „Staatsbürgerlichen Vereinigung von 1954“ institutionalisierten finanziellen Zuwendungen nicht unwesentlich dazu beigetragen, die CDU zum einen als „Staatspartei“ der jungen Bundesrepublik zu etablieren und zum anderen ihre wirtschaftsfreundliche Haltung zu garantieren, bedeuteten einerseits das Parteiengesetz von 1967 und andererseits der Regierungswechsel von 1969 eine nachhaltige Erschütterung der Geschäftsgrundlage. Das Postulat, ein möglichst rasches Endes des sozialliberalen Experiments herbeizuführen, erforderte ein noch umfangreicheres finanzielles Engagement der Wirtschaft, das zu verschleiern angesichts einer neuen gesetzlichen Verpflichtung zur Transparenz sowie einer der „Unternehmerpartei“ CDU – so der Vorwurf der SPD im Bundestagswahlkampf 1972 – zunehmend kritisch gegenüberstehenden Öffentlichkeit besonderer Kunstfertigkeit bedurfte. Zudem bargen die vertieften Beziehungen mit der Wirtschaft ein durchaus beträchtliches Konfliktpotential innerhalb der keineswegs als monolithisch zu begreifenden CDU.Welche Akteure auf welchen Ebenen mit welchen Methoden und Zielen in der Folgezeit die Kontakte zwischen Union und Wirtschaft pflegten, stellt die Leitfrage des geplanten Beitrags dar, der die weitere Entwicklung bis zur Revision des Parteiengesetzes zu Beginn der Regierung Kohl und zur Implosion der „politischen Landschaftspflege“ nach dem System Flick verfolgen würde. Dieser Beitrag hätte also den besonderen Reiz, dass neben den konkreten politischen Praktiken von Korruption und Begünstigung auch deren Skandalisierung in den mittleren 1980er Jahren thematisiert würde, an der nicht nur die westdeutsche Presse mit ihren investigativen Recherchen, sondern vor allem auch die 1983 erstmalig in den Bundestag eingezogenen GRÜNEN beteiligt waren, die den Flick-Untersuchungsausschuss des Bundestags nutzten, um sich als alternative politische Kraft zu profilieren.

Quellengrundlage meiner Ausführungen sind unter anderem Akten der CDU- Schatzmeisterei, greifbar im Rahmen der Überlieferung der rheinischen CDU, Unterlagen des CDU-Wirtschaftsrats sowie die vielfältigen publizistischen Erzeugnisse, die im Rahmen der öffentlichen Debatte im Untersuchungszeitraum entstanden sind.

« Romania Curata (Clean Romania): When civil society actors lead discourse on political corruption, a discourse analysis perspective », par Fanny Sbaraglia, université libre de Bruxelles,

This paper provides an overview of Romanian civil society and their talks on political corruption analyzing their discourse. In the transition period, consecrated as watchdog actors between the State and the Market (Molnar M., 1990), non-governmental organizations (NGOs) had become experts on fight against corruption, and more particularly in Romania, considered as one of the most corrupted country in Europe (Transparency International, 1997-2010). In the past 20 years, going from the liberal paradigm to the new-liberal one (Heermeryck A., 2006), they have adapted their discourse on corruption according to different values and democratic ideal to achieve. Leading actors in the EU adhesion process and still today, NGOs built discourses on corruption which are spread in the mass media, in the EU institutions and in the Romanian institutions. If the literature focused on role of NGOs as civil society actors at the local, national and European level (Pirotte G., 2003), scholars less studied the content of their discourse: How do they talk about political corruption? Which concepts do they use? How is “corruption” defined by the NGOs? This paper argues that NGOs built a peculiar discourse which underlines models of political corruption influenced by emphasizing their own representations of national and European political discourses. Also, in a constructivist perspective, the paper proposes to deconstruct their discourse and to analyze it through theories based on political corruption (Blundo G., 2000, Johnston M., 2005, Stefes C., 2006, Lascoumes P., 2009), on civil society (Arato A., 2000) with the lighting of theories of democracies (Hermet G., 2007). Integrated in the third wave of literature about modernization of Central and Eastern Europe (Coman R., 2009), this paper aims to draw a definition of political corruption through the discourse of civil societyactors, and in a broader perspective, to understand the role of civil society as actor building discourse on political corruption in Romania, link with mass media and their interaction with State and European institutions.

This paper is based on a Romanian study case: the daily work of NGOs involved in the project Romania Curata, from 2004 until today (Clean Romania). The project is born couple of months before and in reaction to the legislative elections of 2004. Considering as an emergency, different Romanian NGOs organize themselves to create a coalition to fight against the “corrupted deputies” in the parliament. Their goal is to define ways to fight against corruption in those institutions and to work on concrete aspects: for example, they have published a black list of deputies considered on their own criteria as corrupted. Their criteria are, for example, people considered as former member of the Securitate (former secret police), or deputy also owner of private company. The coalition has started to work on the legislative elections, and then, on the government, the Justice and more recently on universities. Through their criteria, their many publications and reports, they have built a set of concepts, ideas and discourse on corruption. Also, the empirical material of this paper is based on those publications and on semi-structured interviews of employees and leaders of NGOs. This set of data based on a field work provides a broad material for analyzing their discourse on political corruption (Van Dijk T., 1985) and how they define it.

Bibliography

ARATO Andrew, Civil society, constitution and legitimacy, Lanham, Boulder, New-York, Oxford, 2000.

BLUNDO Giorgio (dir.), Monnayer les pouvoirs : espaces, mécanismes et représentations de la corruption, Presses Universitaires de France, Paris, 2000.

COMAN Ramona, Réformer la justice dans un pays post-communiste : le cas de la Roumanie, Editions de l’Université libre de Bruxelles, Bruxelles, 2009.

T. VAN DIJK (ed.), Handbook of Discourse Analysis. Volume 4 : Discourse Analysis in Society, Academic Press, Londres, 1985.

HEERMERYCK Antoine, “Gouvernance démocratique, Etat et ONG en Roumanie. Quelques éléments de clarification autour de l’introduction d’une loi de transparence”, L’Harmattan, L’Homme et la Société, n°159, 2006/1, pp. 175-190.

HERMET Guy, L’hiver de la démocratie ou le nouveau régime, Collin, Paris, 2007.

JOHNSTON Michael, Syndromes of corruption : wealth, power, and democracy, Cambridge University Press, New-York, 2005.

LASCOUMES Pierre, Corruptions, Presses de la fondation nationale de science politique, Paris, 2009.

MOLNAR Miklos, La démocratie se lève à l’Est. Société civile et communisme en Europe de l’Est : Pologne et Hongrie, Presses Universitaires de France, Paris, février 1990.

PIROTTE Gautier, Une société civile post-révolutionnaire, Etude du nouveau secteur ONG en Roumanie. Le cas de Iasi, Editions Bruylant, Carrefour n°1, Louvain-La-Neuve, 2003.

STEFES Christoph, Understanding post-Soviet transitions: corruption, collusion and clientelism, Palgrave Macmillian, New-York, 2006.

« Korruptionspraktiken in der Politikfinanzierung im 20. Jahrhundert: Bewahrung des Arkanums durch die Demoskopierung der Bevölkerung und gelenkte Debatten über die mediale Korrumpierung der Öffentlichkeit? », (« Les pratiques de corruption dans le financement de la politique au XXe siècle : préserver les arcanes via les sondages d’opinion et guider les débats vers la corruption médiatique de la sphère publique »), par Norbert Grube, Pädagogische Hochschule Zürich,

Mit dem Aufstieg der Massenpresse und des Hörfunks bis zum ersten Drittel des 20. Jahrhun­derts ging vielfach die Klage von Publizisten und Intellektuellen einher, das Volk sei durch mediale Skandal- und Sensationsberichterstattung zur Unterhaltung und Zerstreuung verführt. Es sei gleichsam medial zu korrumpiert, um als rational räsonnierende Öffentlichkeit seriös und nachhaltig politisch zu partizipieren. Insbesondere im Umfeld der beiden Weltkriege wurde diese in den USA von John Dewey und Walter Lippmann geprägte Debatte ergänzt um kriti­sche Reflexionen zur Manipulation und Korrumpierung der Gesellschaft durch politische Propaganda (Grube 2010). Die hier ausgebreiteten Aspekte sollte vielfach Jürgen Habermas in seinem Buch „Strukturwandel der Öffentlichkeit“ aufgreifen (Habermas 1962/1990, p. 257-259, 282-284).

Die in Teilen aus den USA ins Nachkriegsdeutschland importierten repräsentativen Bevölkerungs­befragungen im Kontext der Reeducation nahm genau diese vielfach als ideologi­sche Korrumpierung der Bevölkerung betrachtete politische Willensbildung unter sozialwissenschaftliche Beobachtung, um einen diagnostischen Beitrag als Ausgangspunkt für poli­tische Bildung und Demokratieakzeptanz zu leisten. Als Messgrad für Demokratieakzep­tanz galten Fragen zum Vertrauen in demokratische Institutionen und Akteure (Frevert 2003, p. 36, 66).

In Anschluss an Habermas (1962/1991, p. 299-303) wird dagegen als These des hier skizzierten Bei­trags entfaltet, dass demoskopische Vertrauensfragen gerade der in der Regierungsbera­tung tätigen Umfrageinstitute weniger demokratische Partizipation oder kritische Reflexion als vielmehr bloß akklamierende Zustimmung der Bevölkerung zur Politik befördern sollen – wie gerade die Plagiatsaffäre Guttenbergs offenbart. Denn demoskopische Vertrauensfragen wurden vorwiegend in Zeiten politischer Korruptionsaffären gestellt, um die so beobachtete Bevölkerung in ihrer politischen Willensbildung zu kontrollieren, im Fall des Aufbegehrens zu dämpfen und zugleich etablierte arkane, informelle Korruptionspraktiken fortzusetzen oder zu verstärken.

Dieser kreishafte Zusammenhang wird am Beispiel illegaler Finanzierungspraktiken der westdeut­schen Regierungspolitik und der Debatten um die Schmiergeldzahlungen für den Schützenpanzer HS 30 bei der Wiederbewaffnung der Bundeswehr in den 1950er und 60er Jahre aufgezeigt. Durch den Rückgriff auf Quellen des Archivs des Allensbacher Instituts für Demoskopie und diverser Politikernachlässe werden Praktiken und langjährige Akteursnetz­werke der Politikfinanzierung seit den 1950er Jahren konkret analysiert. Gezeigt wird, wie die Öf­fentlichmachung eines ersten großen Parteispendenskandals 1965/68 noch verhindert wurde, während zugleich Skandale wie die „Spiegel“-Affäre und die Schmiergeldzahlungen des Schützenpanzers HS 30 zur Ausweitung breiter politischer Kritik in der Bevölkerung im begonnenen Fernsehzeitalter führten. In diesem Kontext wird der Zusammenhang von Korruptions­praktiken und entsprechender Demoskopierung der Bevölkerung erweitert um die Wie­derbelebung des eingangs kurz skizzierten Argumentationsmusters von der politischen Korrumpierung der Bevölkerung durch vermeintlich ideologisierte Medien (Noelle-Neumann 1970), das später in Teilen von der Kommunikationswissenschaft unter dem Rubrum der Skandalisierungsforschung fortgeführt wurde (Kepplinger 1995, 2001).

Gerade dieser Kreislauf von verborgener Korruption, Versuche der Dämpfung politischer Kritik daran durch Demoskopie und forcierte Debatten um mediale Korrumpierung des Volkes stehen im Zentrum dieses Beitrags, der damit insbesondere Korruptionspraktiken wie auch die ihnen zugrunde liegende politische Kultur, Eliten- und Mediendebatten analysieren wird.

Literatur:

FREVERT, Ute (2003), Vertrauen – eine historische Spurensuche, in: DIES. (Hrsg.) (2003), Vertrauen. Historische Annäherungen, Göttingen, p. 7-66.

GRUBE, Norbert (2010), Mass democracy and political governance: the Walter Lippmann-John Dewey-Debate, in: TRÖHLER, Daniel/SCHLAG, Thomas/OSTERWALDER, Fritz (Hrsg.) (2010), Pragmatism and Modernities. Rot­terdam, 2010, p. 145-161.

HABERMAS, Jürgen (1962/1991), Strukturwandel der Öffentlichkeit. Untersuchungen zu einer Kategorie der bürgerlichen Gesellschaft, Frankfurt/Main.

KEPPLINER, Hans Mathias (1995): Die Demontage der Politik in der Informationsgesell­schaft, Freiburg/Breisgau.

KEPPLINGER, Hans Mathias (2001): Die Kunst der Skandalisierung und die Illusion der Wahrheit, München.

NOELLE-NEUMANN, Elisabeth (1970), Kann das Fernsehen als Stachel der Gesellschaft wirken. Ergebnisse der Kommunikationsforschung, in: STOLTE, Dieter (Hrsg.), Fernseh-Kritik. Die gesellschaftlichs-kritische Funktion des Fernsehens, Mainz 1970, p. 70-90.

 


[1] D. de Blic, “Corruption, scandals, mass media in France around 1900”, Colloque international Integration, Legitimation, Korruption: Politische Patronage in Früher Neuzeit und Moderne (16.-20. Jhdt),  Technische Universität Darmstadt, Darmstadt, 12-14 mars 2009.

 


[COLLOQUE] Faveurs et politique dans l’Europe contemporaine (19e-20e siècles) – Programme détaillé

Faveurs et politique dans l’Europe contemporaine (19e-20e siècles)

Colloque de Metz, octobre 2012 

Programme détaillé

Le programme synthétique est également disponible

 1-

L’économie politique des faveurs: normes publiques et pratiques privées – Politische Begünstigung: Normen und Praktiken- The political economy of favors: public standards and private practices

« Enjeux du clientélisme sous le Premier Empire : ambiguïtés des faveurs dans le cursus honorum d’un notable. Le cas de François Tonduti de l’Escarène », par Adeline Beaurepaire-Hernandez, université Paris IV Sorbonne,

Ancien noble piémontais, émigré puis amnistié en février 1803, François Tonduti de l’Escarène devient une de ces « Masses de Granit » du Premier Empire. Membre du collège électoral de département, il est depuis Messidor an XI (juin 1803) chef de bureau à la préfecture de Nice.

Si l’on considère l’ensemble de sa carrière, on y relève les éléments classiques de l’avancement d’un notable dans le cursus honorum impérial : chef de bureau, secrétaire général de préfecture puis chef de division du Ministère de l’Intérieur.

Mais à y regarder de plus près on peut aussi déceler le rôle de la faveur politique : Tonduti de l’Escarène est nommé, sur recommandation de Capelle, Secrétaire général de préfecture à Livourne, au moment où celui-ci,  qui appartient à son cercle d’amis en devient le Préfet. De même il devient chef de division au Ministère de l’Intérieur sous le ministère de Montalivet, or ils se trouvent être d’anciens camarades de collège.

Dans un second temps lorsqu’on se penche sur ses écrits personnels et notamment sur sa correspondance on saisit bien les obligations que le clientélisme crée et entretient. A leur lecture nous nous interrogerons sur les ambiguïtés des pratiques publiques et privées, les interactions entre les trajectoires publiques apparemment linéaires et les ressorts clientélaires plus opaques qui ont été mobilisés pour y parvenir. Ces interrogations sont par exemple mises en lumière lors de son avancement comme Secrétaire Général de la préfecture de Livourne, par décret impérial du 24 avril 1808 :

[…] J’ai hier écrit au Préfet de Livourne que j’avais besoin de 10 jours pour me décider. Il est mon ami et il ne peut me les refuser. […] D’un coté six mille francs, […] enfin un lavabo complet des taches d’exnoble, d’Emigré, d’officier Piemontais […] Si j’accepte, un coup d’Eponge sur tous mes pechés politiques, si je refuse une nouvelle tache un démerite et ma carriere formée à tout jamais, la crainte d’etre denoncé et s’il arrivait quelque accident embarrassant la possibilité d’etre persecuté et d’etre regardé comme suspect par cela tout que j’ai refusé de servir l’Empereur. […] on assure aujourd’hui qu’il est tout a fait inusité de refuser une grace de l’Empereur. Tout cela m’embarasse beaucoup et tu croiras sans peine que mon anxieté est extreme.[…][1]

C’est à partir de cette trajectoire biographique que nous nous proposons de mener une étude sur l’impact et l’influence du clientélisme et de la faveur sur une carrière dans le cadre du Premier Empire.

« Traditions clientélistes, pratiques des faveurs et corruption en Rhénanie française sous le régime napoléonien », par Pierre Horn, université Paris 4 et université de la Sarre,

I. Le double héritage des traditions clientélistes française et rhénane

L’héritage français. Qui se penche sur la Rhénanie à l’époque napoléonienne ne peut qu’être amené à constater que faveurs, influence et clientélisme font partie de la vie politique, pour ne pas dire des mœurs culturelles. L’image communément dépeinte d’une administration française éclairée et efficace, à la fois héritière des Lumières et de la Révolution française, n’est ainsi que l’avers de la médaille. Si le baron de Ladoucette est nommé préfet de la Roër, c’est en grande partie en raison de ces affinités avec Joséphine de Beauharnais. Et si l’auditeur au conseil d’Etat Paulze d’Ivoy est nommé commissaire spécial de police à Cologne, c’est en raison de la protection de Savary, ministre de la Police Générale. Un Stendhal bénéficiera dans sa jeunesse de soutiens similaires pour devenir auditeur.

L’héritage rhénan. En Rhénanie, les administrateurs napoléoniens font également face à un espace annexé de culture allemande qui a sa propre tradition de clientélisme et de corruption. L’ancienne classe patricienne verrouille ainsi le paysage colonais, le fermant aux non-Colonais et tout particulièrement aux Français originaires de l’ « ancienne France ». Entre autres formes de malversations, les fonds municipaux pour l’éclairage et la voirie sont détournés par quelques individus, une clique d’anciens sénateurs regroupés autour du maire, gardant jalousement la main sur les offices de la municipalité (qu’ils monnayent) et sur les gains du port-franc.

Les laissés-pour-compte. Cette tradition clientéliste (aussi bien française que rhénane) entrave sous l’Empire bien des espoirs de promotion sociale, tout particulièrement chez toute une catégorie d’individus talentueux et probes mais dépourvus de fortune et d’influence, qui espéraient tant des acquis de la Révolution française : « Ceux qui s’étoient assez respectés pour ne pas s’enrichir aux dépens des malheurs publics trouvèrent, dans leur honorable pauvreté, des obstacles pour être admis dans les cadres monarchiques, et furent absorbés par tous les intrigans entrepreneurs de révolutions » (ANF, F1c III Ourthe). Clientélisme et pratique des faveurs semblent ainsi avoir sous l’Empire encore de beaux jours devant lui.

II. La faveur comme instrument de gouvernement

Le « partage des faveurs » en vue du ralliement. Sous l’Empire, il n’est pas dans l’air du temps de condamner les attitudes clientélistes ou de remettre en question la pratique des faveurs. Bien au contraire : n’est-il pas politique de favoriser pour mieux rallier ? Si en août 1813, un préfet fait mention de « classes privilégiées admises au partage des faveurs » (F1c III Ourthe 3), c’est bien la preuve que ces faveurs peuvent servir les intérêts du gouvernement. Et comme Napoléon entend s’attacher coûte que coûte les notables rhénans, la faveur prend souvent une forme « aristocratique », comme on la concevait sous l’Ancien Régime.

La faveur comme récompense. Le préfet de la Roër favorise ainsi les activités économiques du maire de Neuss en lui octroyant un monopole sur certaines fabrications dans sa petite ville et en diminuant la capacité de nuisance de ses concurrents. Le message aux notables du département est clair : qui rallie sincèrement et sert fidèlement sera récompensé. Et si certaines plaintes arrivent au pouvoir central, le ministère se contente d’insinuer au préfet : « continuez, mais soyez plus discret ». Ainsi, clientélisme et pratique des faveurs, phénomènes largement répandus, apparaissent sous l’Empire comme un véritable instrument de gouvernement.

Fermer les yeux pour mieux rallier. Bénéficier de la faveur du gouvernement napoléonien, c’est aussi avoir l’avantage de ne pas être dérangé dans des affaires à la limite de la légalité. A Cologne, les spéculations sur les grains, sur les produits coloniaux et les monnaies restent ainsi impunies, les escroqueries en matière de conscription et les fraudes massives sont passées sous silence. Ces manœuvres frauduleuses étant ourdies par d’anciennes familles patriciennes qu’il convient de rallier, l’administrateur ferme délibérément les yeux. Ces actes ne deviennent véritablement condamnables que si l’opinion publique commence à s’en émouvoir.

III. Une corruption endémique dans un régime à deux vitesses

L’opinion scandalisée . L’opinion publique rhénane sous l’Empire apparait peut-être généralement silencieuse et soumise au régime, mais les pratiques frauduleuses l’émeuvent au plus haut point. En Rhénanie napoléonienne, la corruption est endémique, tant dans les cercles colonais que dans les administrations françaises. Si, en apprenant les malversations impunies, « les honnêtes gens gémissent », c’est qu’ils ont tendance à croire (à raison ?) que c’est l’influence des puissants qui leur a évité une condamnation en justice.

Les déconvenues du système judiciaire. Le régime a pourtant encore une certaine « aura justicière », comme l’illustre le nombre considérable de lettres de dénonciations sur les bureaux des préfets ou des ministres. Parce que l’opinion s’émeut d’une corruption généralisée, le gouvernement s’attache à y mettre un frein. Mais cela n’est pas si simple. L’action judiciaire connait ainsi de nombreuses déconvenues : les liens étroits entre des individus qui se couvrent mutuellement rendent difficile la poursuite des procédures. Sans parler du fait que les témoins et les jurés, intimidés, craignent les conséquences de leur prise de position.

Des puissants qui ne rendent pas de comptes ? Des exemples emblématiques amènent enfin  à se questionner sur l’ « immunité des puissants », telle que pouvait la ressentir le Rhénan de l’époque. Certes, les tribunaux se veulent sévères, mais « le défaut de preuves positives […] porte l’administration supérieure à faire comme si elle les ignorait » (ANF, F7 3637). Sur le point d’être enfin révoqué, un commissaire de police colonais détesté de l’opinion publique pour ces malversations de plusieurs années est finalement maintenu à son poste grâce à intervention d’une tante coiffant une princesse à la cour de l’Empereur. L’opinion aurait-elle donc lieu d’être scandalisée ?

« Patronage, représentation, élection : la Roumanie pendant la seconde moitié du XIXe siècle », par Silvia Marton, Faculté de Sciences Politiques, Université de Bucarest,

Cette contribution poursuit mes recherches sur le parlementarisme et la représentation au XIXe siècle et sur les mécanismes de construction de l’État-nation roumain. Le cadre plus large de ma réflexion est l’étude de l’émergence des partis politiques modernes roumains et des raisons qui mènent à la reconnaissance de leur légitimité[2].

Les trois décennies qui suivent l’introduction de la monarchie constitutionnelle en Roumanie en 1866 (précédé par un régime autoritaire[3]) constituent la période de ma recherche. 1866 ouvre la période qui mène à la reconnaissance de jure de l’indépendance[4] tant souhaitée par la classe politique, et inaugure les grands gestes et les grandes mesures politiques et institutionnelles pour l’affirmation du nouvel État. En 1866 une constitution est adoptée qui restera en vigueur, avec quelques remaniements, jusqu’à la Seconde guerre mondiale ; les droits et les libertés fondamentales sont garanties ; les principes du constitutionnalisme libéral sont à la base des institutions ; une nouvelle dynastie et l’hérédité du trône sont introduites ; les bases politiques, administratives, idéologiques et culturelles de l’État-nation sont consolidées.

Dans le processus de légitimation et de consolidation du système politique libéral démarré en 1866 et de l’institutionnalisation de l’État roumain, il n’y a pas encore de critique explicite et systématique du personnel parlementaire. En revanche, la critique des pratiques électorales est présente dès l’introduction des premières procédures électorales modernes, pour devenir une constante du régime lors de chaque élection parlementaire. Les pratiques électorales frauduleuses sous la forme des pressions de l’administration et des préfets sur les électeurs des collèges présentent un intérêt particulier car elles éclairent la dimension sociale du vote et l’emprise des dépendances sociales sur le processus électoral. Le parlementarisme que j’analyse se nourrit de pratiques de patronage orchestrées par le gouvernement qui organise les élections.

Juger des déviances électorales n’est pas une chose facile. Mais cette réflexion permet de mieux cerner les degrés de politisation des votants[5] et l’émergence des partis modernes et des thèmes « nationaux ». L’enjeu est d’autant plus de taille qu’il ouvre le grand questionnement sur l’élection comme apprentissage de la politique moderne.

On ne dispose pas pour le cas roumain d’études détaillées ou de monographies sur les significations du vote, sur le déroulement des campagnes électorales ou sur les raisons de l’engagement dans la bataille électorale des hommes politiques, même si les sources sont potentiellement abondantes. Ma contribution entend apporter quelques éléments de réponse. Il s’agit donc de comprendre les représentations dominantes de la profession parlementaire et les changements dans le mode de patronage fait de dépendance et de déférence[6]. Rendre compte d’un processus spécifique (les partis politiques roumains) au regard de sa différence avec des processus du même ordre dans d’autres conjonctures historiques signifie expliquer les spécificités du phénomène clientélaire et ses transformations dans des configurations sociales et politiques précises[7].

L’acceptation positive des partis politiques roumains (libéral et conservateur) comme institutions d’encadrement électoral et comme instruments de gouvernement a lieu pendant la décennie 1880 : pour que cette notion de parti au sens moderne s’affirme, il fallait que les « factions » cèdent la place aux partis comme instruments légitimes pour gouverner. Et il fallait aussi que s’impose à la plus grande partie des acteurs politiques l’idée que les divisions d’opinion n’ont pas automatiquement une connotation négative.

Ma contribution part de l’hypothèse suivante :

Ce n’est pas des conceptions élaborées de la représentation qui l’emportent dans la vision des hommes politiques roumains sur les partis politiques, mais leur rôle de monopole dans la distribution des fonctions dans l’État. Ils ne comprennent pas toujours l’État au sens wébérien (avec des fonctions régaliennes) ; ils comprennent l’État plutôt comme une somme de fonctions (de postes) qu’il faut distribuer. Leur réflexion sur les partis politiques et sur la représentation est la conséquence de leur vision sur l’État.

Les partis roumains modernes libéral et conservateur se forment comme des partis de patronage. Leur acceptation comme institutions de gouvernement et d’encadrement électoral est intimement liée à leur comportement comme patronage. Ils sont acceptés parce qu’ils existent à travers le patronage, c’est leur but et leur condition d’existence. Le patronage comme rapport à l’État pour légitimer l’organisation partisane est la nouveauté dans les pratiques clientélaires plus anciennes.

Les deux mouvements – les libéraux et les conservateurs – n’ont pas cherché la mobilisation électorale populaire et ils n’ont pas empiété sur le basin électoral du rival. L’alternance au pouvoir et l’obtention des faveurs du monarque pour former le gouvernement (et pour organiser et contrôler ensuite les élections) les arrangent, ils n’ont pas besoin de conquérir l’électorat du camp adverse ou de mobiliser des catégories nouvelles en politique. Ils ont les préfets à leur service pour « faire » les élections[8]. La représentation elle-même est ainsi mise en doute car elle est perçue comme pervertie dès ses premières années de fonctionnement (d’où également la marginalité de l’idée de suffrage universel).

D’autres questions seront également examinées :

Y a-t-il une dénonciation du clientélisme ? Quelles en sont les formes ? Le dénonce-t-on comme « perversion » ? Dénonce-t-on le fait que le député est plus attaché à sa circonscription et/ou à ses intérêts particuliers qu’aux intérêts généraux ? Les circulaires aux préfets dénoncent-elles les pratiques de patronage ? Quelles sont les autres pratiques d’influence électorale et politique ? Quelle est leur perception par les hommes politiques de l’époque ?

J’entends également examiner les rapports de la police et des préfets sur les élections parlementaires.

Il s’agit donc de questionner la vision des contemporains de la seconde moitié du XIXe siècle sur les phénomènes de patronage à partir d’un terrain documentaire qui consiste dans les archives parlementaires, les circulaires ministérielles et les rapports administratifs, la correspondances des hommes politiques et la presse de l’époque.

“Electoral Corruption in Transylvania in the Second Half of the Nineteenth Century”, par Judit Pál, Université Babes Bolyai, Cluj (Napoca)

Transylvania – with the exception of a short period between 1848 and 1849 – was part of the Habsburg Empire until 1867. However, after the Austrian-Hungarian Compromise from 1867, it was incorporated into Hungary.

The present paper will discuss a specific form of electoral corruption: the manner in which the Hungarian government attempted to influence elections by various means in this multiethnic region. Under the liberal laws adopted in 1848, the electoral system was based on popular representation, but unlike in other parts of Hungary, in Transylvania a higher electoral qualification remained in force, and the huge discrepancies between electoral districts remained unchanged in the beginning. Both aspects were more favorable to the  « more bourgeois » and richer Saxon and Magyar population than to the Romanian majority. In Transylvania, the franchise of small towns and local “rotten boroughs”, which earned their privileges in the early modern period, remained in force as well, albeit by then part of them had a significantly lower population and significance.

Ever since the beginning of the Dualist era, governments tried to take advantage of this situation, and to certain prime ministers the division of rotten boroughs became an important part of their patronage-policy. Thus, as early as the very first elections after the Compromise, candidates from the capital were sent to Transylvanian electoral districts. They were especially government members who had been dropped elsewhere as well as politicians who were important to the government party. Their numbers increased significantly as elections became more and more costly, and the enlargement of the repository of electoral corruption brought about a refinement of its methods. Corruption became an integral part of the electoral process, since thus the government wanted not only to uphold the Magyar supremacy, but also to prevent the opposition party that rejected the Compromise from coming to power.

« Political fraud and national minorities in Hungary. The case of the Romanians : 1869-1910 », par Alexandru Onojescu et Ovidiu Iudean, Université Babeş-Bolyiai, Cluj-Napoca,

The making of the Austro-Hungarian Dual Monarchy in 1867 deeply marked the political life of the Romanians in Hungary. Several years after, the Romanian political elite organized themselves into two distinct political formations: one in the former region of Transylvania, the other in the Banat and Crişana region, each having an electoral approach of its own. This was due to the existence of two different electoral systems within the same state. The unification of the two parties in 1881 did not lead to a joint electoral strategy. As a result, the newly-formed political party was unable to control its constituencies. Only in 1887 did the Romanian political leaders reach a compromise in terms of electoral strategy, choosing a passivist formula. In short, this meant the refusal to participate in the general elections and to appoint their own candidates in order to obtain mandates. Regardless of their leaders, the Romanians who had the right to vote eluded these recommendations and participated in a large proportion to all of the thirteen general elections that took place in Hungary between 1869 and 1900.

This paper aims to analyze the electoral behaviour of the Romanian electorate in Dualist Hungary and the mechanisms through which they were convinced to abandon the official political line established by their leaders and to give their vote to governmental candidates. In the majority of cases this was achieved by electoral fraud.

The study of electoral fraud from a historical perspective is a relatively new area of research. Even if there is a large number of historical works that discuss electoral corruption in 19th century England, America or Imperial Germany, there are very few which concern the Eastern part of Europe. Therefore we will try to use some of the already stated conclusions and apply them to the Hungarian general elections. We will also seek to identify the particularities of the Hungarian electoral system (the electoral code and the configuration of the constituencies) and the main mechanisms of electoral fraud: falsification of census records, ballot rigging, intimidation and using violence against undecided or opposition voters, bribery, falsification of results etc. The sources of such an approach are manifold: electoral legislation, memoirs, official and unofficial correspondence, first-hand accounts in the press, mostly Romanian. In the end we will attempt to assess the magnitude and consequences of electoral fraud in the Transylvanian region of Hungary.

« Les permanences parlementaires en Belgique et en France, 1880-1940 : sites de corruption ou sites de politisation ? » par Marnix Beyen, université d’Anvers,

Dans l’historiographie existante sur les régimes parlementaires du 19e et 20e siècle, la distance entre les députés et les citoyens est souvent soulignée. Néanmoins, au cours de cette période, des espaces se développaient où des contacts plus ou moins réguliers entre députés et citoyens trouvaient lieu. Des députés organisaient, dans des lieux et à des heures fixes, ce qu’ils appelaient leur ‘réception’ ou leur ‘permanence’. Lieux de proximité, la réputation de ces permanences parlementaires est néanmoins mauvais : elles sont vues comme les lieux où les faveurs étaient demandées et distribuées – où, donc, les intérêts particuliers primaient sur l’intérêt général.

Or, précisément parce qu’elles étaient jugées se situer hors du champ politique, les permanences ont largement été négligées par l’historiographie. Cette situation a été aggravée par la carence des sources qui est propre à des pratiques informelles. Néanmoins, dans les archives personnelles des députés, plusieurs traces subsistent. Même si très peu d’entre eux ont gardé des carnets entiers de leur permanences, on peut trouver des références indirectes à ces pratiques dans la correspondance que beaucoup de députés entretenaient avec les citoyens de leurs circonscription et dans des documents électoraux.

Me basant sur ces sources dispersées, je veux tout d’abord tracer la carte du phénomène en Belgique et en France depuis la fin du 19ème siècle jusqu’au début de la Deuxième Guerre Mondiale. Cette exploration me permettra de formuler un début de réponse à la question si les permanences n’étaient que des sites de clientélisme ou si s’y articulaient aussi des dynamiques politiques. Dans mon approche, je combinerai des questionnements sociologiques, anthropologiques et politiques. Je tracerai des continuités et discontinuités dans l’évolution du phénomène au niveau des députés, aussi bien que des citoyens impliqués. Plus précisément, j’examinerai si les formes et les dynamiques que prenaient les permanences étaient liées à certains types de politiques (y avait-il une différence entre les permanences organisées par des politiques de droite et de gauche, par des politiques urbains et ruraux ?) et/ou au profil social des ‘clientèles’ (existait-il des types de demandes propres aux clientèles urbains/ruraux, masculins/féminins, pauvres/riches … ?). En outre, je prendrai le contexte politique et institutionnel en compte (le phénomène des permanences s’articulait-il différemment pendant les périodes électorales ? Était-il influencé par l’introduction et/ou par l’abolition de la représentation proportionnelle?). Sur ce dernier niveau, la comparaison entre la Belgique et la France sera particulièrement instructive.

« Corruption ou système d’échange local ? Des normes en concurrence pour la définition de la légitimité électorale », par Nathalie Dompnier, université Lyon 2,

Dès les débuts du suffrage universel en France, la corruption électorale figure parmi les pratiques prohibées par la loi électorale (lois de 1848-1849, décrets de 1852). La norme juridique en la matière s’avère d’une remarquable stabilité, la formulation des premiers textes n’ayant subi que d’infimes modifications jusqu’à aujourd’hui. Est-ce à dire que la corruption électorale constitue une catégorie juridique et politique stabilisée ou figée, une sorte d’évidence s’imposant à l’ensemble des acteurs de la scène électorale ? Serait-il donc possible d’identifier un principe supérieur et intangible guidant la codification des élections comme le comportement des candidats et des électeurs ?

Cette communication propose au contraire de souligner, à travers l’étude des manières de faire et de penser les élections, que la norme juridique n’est ni évidente, ni univoque. De même que les frontières entre pression et influence s’avèrent poreuses et évolutives (Dompnier, 2008), la définition des contours de la corruption ne va pas de soi. Une même pratique, désignée comme déviante par les uns, relève de la générosité ou du don régulier pour les autres. Ce qui revient à une atteinte à la sincérité du scrutin pour certains peut autrement être vu et vécu comme une forme de réjouissance de la fête électorale. Ces conceptions se transforment aussi progressivement, en particulier sous l’effet du travail de politisation des élections et de la compétition pour l’imposition de la définition de la norme électorale (Weber,1983 ; Garrigou, 2002). Des entrepreneurs politiques contribuent ainsi à la disqualification de pratiques de distribution et de don en les donnant à voir comme pratiques corrompues et corruptrices.

On rejoindra donc très largement « l’hypothèse générale [selon laquelle] les phénomènes relevant des faveurs et de la corruption politiques ne correspondent ni à des constantes anthropologiques, ni à des formes de déviance définies a priori ». Il s’agira de l’examiner par une analyse approfondie de dépositions d’enquête électorale des IIIe et IVe Républiques. Il s’agira aussi de mettre en évidence que les conceptions de la norme et de la déviance électorales sont ancrées dans des rapports sociaux qui contribuent à définir une économie locale, des obligations mutuelles et des codes régissant les échanges interpersonnels. L’échange politique est avant tout un échange social. Pour autant, la faible autonomisation de la politique et l’aspect festif que donnent les dons, distributions et libations aux campagnes électorales ne sont pas synonymes d’une absence d’intérêt pour le scrutin. Ils en révèlent une appropriation sociale locale et donnent à voir des formes singulières de légitimation des élus et du pouvoir politique. Norme juridique et normes sociales se trouvent ainsi en concurrence pour la définition de la « bonne élection » (Dompnier, 2011).

Dompnier Nathalie, « Le suffrage universel à l’épreuve de la domination en milieu rural », in Annie Antoine, Julian Mischi (dir.), Sociabilité et politique en milieu rural, Rennes, PUR, 2008

Dompnier Nathalie, « Pour une sociologie historique de la « bonne élection ». Les rapports tumultueux entre sincérité et légitimité », in Sophie de Cacqueray, Marthe Fatin-Rouge Stéfanini et alii, Sincérité et démocratie, Aix-en-Provence, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2011, p.93-128

Garrigou Alain, Histoire sociale du suffrage universel en France, Paris, Seuil 2002

Weber Eugen, La fin des terroirs, Paris, Fayard, 1983 (1976)

« La recommandation comme pratique de l’élu, l’exemple du département de la Meuse sous trois Républiques », par Julie Bour, université de Metz,

En partant de l’exemple de Louis Jacquinot (1898-1993) et en s’appuyant sur les cas de ses prédécesseurs en politique dans le département, cette intervention montrera que le clientélisme et la pratique de la recommandation sont une forme de tradition dans la Meuse. Cette proposition vise à s’inscrire dans le développement historiographique de l’histoire des faveurs, et elle vise en partant d’un territoire expérimental à s’interroger plus largement sur ces pratiques, en comparant le département de la Meuse avec d’autres territoires comme le Vaucluse et plus largement sur un état des lieux de la France des recommandations.

Cette pratique peut être étudiée dans le détail grâce à de nombreuses sources qui permettent de démontrer les permanences et les différences sous la IIIe et la Ve Républiques, dans l’accomplissement du clientélisme. L’exemple de Louis Jacquinot permet de chiffrer ce procédé avec près de 25 000 courriers conservés pour la période 1965 à 1974. L’exemple de Jules Develle, député et sénateur de la Meuse, ainsi que ministre à douze reprises sous la IIIe République est intéressant car il contient des recommandations selon chaque fonction exercée, et il peut être pertinent de voir selon ces deux élus et ces deux périodes si les demandes varient, si les interlocuteurs changent également. Cette vue d’ensemble sur le clientélisme couvrant une large période chronologique aborde la dimension collective du travail d’intercession de l’élu. Les deux registres pour le période de la IIIe République permettent de démontrer que cette pratique est une tradition que Louis Jacquinot hérite d’André Maginot ou de Raymond Poincaré, ses modèles en politique. Enfin, le dossier du député communiste André Savard permet de démontrer que ces pratiques sont le fait de l’ensemble des partis politiques présents en Meuse et son exemple fait le lien entre la IIIe et la Ve Républiques.

Ces exemples abordent la question du clientélisme, de la corruption, du fief électoral, de l’hérédité en politique, des réseaux ou encore du poids de l’administration préfectorale.

2-

Les réseaux d’influence: patronages, clientélismes et intérêts- Netzwerke der Macht: Patronage, Klientelismus, Interessenpolitik- The networks of influence: patronage, clientelism and interests

 

« Political blackmail, personal influence and corruption in the international arms trade. War business in the ottoman market (1876-1909) », par Naci Yorulmaz, université de Washington (Seattle),

The main question of the paper originated from the following observation: during the reign of Sultan Abdülhamid II (r.1876-1909) – especially after the 1880s – the German armament firms (GAFs) obtained a monopoly position in the Ottoman military market and maintained their position for decades. Based upon this observation the question of the paper is: How did the Germans manage to get this status and protect it for decades, in particular, in such a quite competitive market, where the French, British, and the American firms had been dominant for years?

The paper, which was mostly based on a wide range of archival researches in five countries (Germany, Turkey, Austria, England, and USA)1 does not seek the answer with reference to the ordinary market theory of supply and demand but in the realm of the inter-personal relations and the personal influence/friendship of some influential personalities/statesmen who somehow intervened themselves into the war business from both sides (i.e. the Ottoman Empire and Germany). In addition to that approach, however, based upon the a number of archival evidences, the paper will also indicate that the other manipulative instruments such as bribery, corruption, industrial espionage, favours and ‘close personal relations’ played a very central role in the success of the German armament firms’ war business in the Ottoman military market. In the line with this argument, the principal aim of the paper is to examine the impact of the non-commercial factors and their personal influence on the GAFs’ successful war business in the Ottoman military market. For that purpose the paper will address the acts and doings of the following important figures: Chancellor Bismarck: Bismarck did not initially support the German interests in the Ottoman rail road construction, did, however, give full patronage to the arms makers’ efforts in the Ottoman military market. Kaiser Wilhelm II: A Personal Friend of the Krupp Family: Kaiser Wilhelm II was the

Krupp family’s personal friend and at the same time had established a close personal friendship with Sultan Abdülhamid II. He directly intervened into the Krupp’s marketing operations in the Ottoman Empire and did not hesitate to use the instruments of the Empire’s Foreign Policy as a tool to secure the Krupp’s war business in the Ottoman Market.

« Unternehmerische Einflussnahme und Erfolgsstrategien in der österreichisch-ungarischen Kriegswirtschaft und ihre Diskussion in der Öffentlichkeit (1914-1918) », («l’influence des entrepreneurs et leurs stratégies dans l’économie de guerre austro-hongroise : les discussions publiques (1914-1918 )», par Tamara Scheer, Andrássy Universität Budapest,

Thema und Fragestellungen

Den Ausbruch des Ersten Weltkriegs hatten zwei Faktoren für die österreichisch-ungarische Wirtschaft charakterisiert: eine wirtschaftliche Flaute, Absatzschwierigkeiten und Überproduktion, seit der Annexionskrise im Jahr 1909 ; sowie ein Desinteresse der staatlichen Verwaltung an direkten Eingriffen in Wirtschaftsprozesse.

Von Militärs, ebenso wie von der Regierung, war bei der Ausarbeitung von Ausnahmeverfügungen für den Kriegsfall (bsp. Handelsbeschränkungen) wie des Kriegsleistungsgesetzes (1912) von einer Kriegswirtschaft im engeren Sinne, also den Bedürfnissen der Armeen, ausgegangen worden; zusätzlich noch von einer kurzen Kriegsdauer. Ausnahmeverfügungen und Kriegsleistungsgesetz sollten ausreichen, dass die Wirtschaftstreibenden der Monarchie, in privatwirtschaftlichen Zentralen organisiert, ohne staatliche Eingriffe, nur unter staatlicher Beobachtung, die nötigen Rohstoffe aufbringen, zur Verteilung bringen und zu den günstigsten Konditionen der Armee überlassen würden, stellte sich alsbald als Irrtum heraus.

Der Kriegsausbruch hatte sämtliche Wirtschaftszweige erschüttert. Doch gab es jene, die ab dem Jahreswechsel 1914/15 wieder erfolgreich produzieren konnten. Es waren dies weder, wie in der Literatur oft behauptet, allein die großen Betriebe, noch jene die strategisch günstig an Eisenbahnlinien lagen, noch jene, die am Günstigsten und Professionellsten produziert hätten. Als Angelpunkt für eine Einflussnahme auf die Kriegswirtschaft und die eigene Positionierung soll von der Stellung der Firmen innerhalb der privatwirtschaftlich organisierten Zentralen ausgegangen werden. Doch war dies die einzige Erfolgsstrategie der Unternehmen?

Sowohl Verfügbarkeit von Rohstoffen, wie deren Verteilung, Verfügbarkeit von Eisenbahnkontingenten, wie von Arbeitern, waren nur zum Teil von der Einbindung in die Zentralen abhängig. Letztlich bestimmten und verteilten (Auftragsvergabe) staatliche (zivile wie militärische) Stellen. Dies wiederum macht direkte Einflussnahme nötig. Erst nach langer Kriegsdauer versuchte die Kriegsverwaltung durch das Überleiten der Zentralen in staatlich gelenkte Verbände, ähnlich den anderen kriegführenden Staaten, mehr direkten Einfluss, als nur als Konsument, zu erlangen. Die Frage stellt sich, welche Wirtschaftstreibenden in das nun staatlich gelenkte System eingebunden wurden, und warum?

Der zweite Teil des Papers fragt nach der Diskussion um die Einflussnahme der Wirtschaftstreibenden auf das staatliche System. Bei der öffentlichen Diskussion muss der Rechtsrahmen, in dem sich die Herausgeber bewegten, mitberücksichtigt werden. Möglicherweise war durch die herrschende Zensur ein allzu deutliches Eingehen auf Missstände unmöglich gemacht.

Methoden, Quellen und Literatur

Für den Sammelband „Die Habsburgermonarchie und der Erste Weltkrieg“ habe ich mich mit dem Thema „Kriegswirtschaft und Arbeitskraft“ auseinandergesetzt. Dabei habe ich sowohl in Firmenarchiven (bsp. Creditanstalt, Manner), wie in den Verwaltungsakten der relevanten Ministerien (Kriegsministerium, k.k. und k.u. Ministerium für Landesverteidigung) gearbeitet. Die zeitgenössische Diskussion um die Organisation der Kriegwirtschaft, v.a. welche Firmen Aufträge erhalten sollten und welche nicht, brachte mich zur oben erwähnten Fragestellung (diese passte allerdings nicht in das Profil des Sammelband-Artikels und soll in diesem Rahmen neu untersucht werden). Neben den durch die Unternehmen formulierten Strategien und den Befürchtungen und Interessen der staatlichen Verwaltung soll als drittes meinungsbildendes Element die Presse, als Sprachrohr der Öffentlichkeit, einbezogen werden. In diesem Fall wären jene Presseerzeugnisse von Interesse, die in den Hauptstädten der Monarchie, Wien und Budapest, sowohl von der gebildeten Bevölkerung, wie von den Wirtschaftstreibenden gelesen wurden (Neue Freie Presse, Pester Lloyd).

Wissenschaftliche (Standard-)Werke zu dieser Thematik, u.a. Robert J. Wegs, Die österreichische Kriegswirtschaft 1914-18 (Wien 1979); Heinrich Mejzlik, Die Eisenbahnbewirtschaftung im Ersten Weltkrieg, Die Planwirtschaft des k.u.k. Kriegsministeriums (Wien 1977), oder Eduard März, Österreichische Industrie- und Bankpolitik in der Zeit Franz Josephs I. Am Beispiel der k.k. priv. österreichischen Credit-Anstalt für Handel und Gewerbe (Wien 1968), sollen auf die obige Fragestellung ausgewertet werden.

“Corruption as a political instrument in the discourse and the practices of right-wing groups: France and Germany after 1919”, par Anne-Catherine Schmitt, université de Metz et Annika Klein université de Francfort/M,

Both in Germany and in France, the interwar period marks the rise/revival of right-wing political groups opposed to the parliamentary system.  Accusations and scandals of corruption play an important role in their fight against the parliamentary system and its representatives.  Mirroring the analysis of French and German socialists by Anna Rothfuss and Christophe Portalez, we will focus on newspaper articles and publications by the Action Francaise and the DNVP/NSDAP in Germany. We want to examine how corruption and corruption debates are instrumentalized by these groups. What arguments are used and where can parallels be found between the two countries with regards to strategies and agendas of the instrumentalization of corruption.

In the newly founded Weimar Republic, the system of parliamentary democracy is still very much a topic of debate. Right-wing groups like the German Nationalists (DNVP) and the emerging National Socialists (NSDAP) are opposed to the Republic and strive to establish their own ideas of government.  For them, corruption scandals are the ideal tool in order to discredit the parliamentary system. In scandalizing accusations of corruption, they are able to demonstrate that the new system possesses fundamental/inherent flaws that cannot be overcome by reform but only through a complete system change.  Furthermore, corruption debates can be linked to other popular topics and arguments of the period (economic crises, revisionism, anti-Semitism).

Le nationalisme intégral de l’Action française est bien connu et se construit à travers un large argumentaire contre le système républicain. Les scandales des années 1930, en particulier l’affaire Stavisky, symbolisent, pour l’Action française, l’instabilité et la corruption d’un régime qu’il faut détruire.

Depuis 1905, l’Action française dispose d’une ligue relativement bien structurée sur l’ensemble du territoire français. Les différentes sections de la ligue mettent en place un ensemble de pratiques militantes: vente du journal, affichage, distributions de tracts et de brochures, conférences (privée ou publique, contradictoire ou non), réunions diverses…

Ainsi, il apparaît intéressant de se questionner sur la réception des scandales de l’entre deux guerres dans les sections et notamment les sections provinciales peu étudiées jusqu’à aujourd’hui. Une telle approche conduit à un raisonnement à plusieurs niveaux: la publicité faite aux événements tout d’abord (quelle masse d’informations?); la description faite des événements ensuite (quels types d’informations?); les conséquences, enfin, sur l’action à proprement parler des sections (manifestation, réunion…).

L’affaire Stavisky du début de l’année 1934 nous semble être un point de cristallisation incontournable.

Au final, s’il apparaît difficile dans ce projet commun de parler de comparatisme, tant les contextes étudiés sont différents, il nous semble très intéressant de mettre en parallèle nos travaux pour voir comment, en Allemagne et en France, à une même période, les scandales de corruption ont été instrumentalisés dans les discours et dans les actes par certains groupements politiques.

“Aryanization, corruption and Elites in Nazi Germany”, par Cornelia Rauh, université Leibniz de Hanovre

When the Regional Chamber of Commerce for Württemberg had its celebratory opening in 1943 the new chamber president, the industrial and NS regional head of department, Rudolf Rohrbach, gave a speech in which he praised the maxim “common interests come before self-interests“, which was anchored in the party programme of the NSDAP. The speech made by the NS official who belonged to the political leading team of the country since 1933 was meant to send a clear message, however Rohrbach’s predecessor in office, the cigarette paper manufacturer Fritz Kiehn, was replaced because of dubious office administration. This must have made Rohrbach’s speech seem even stranger to the audience. Because in the industrial circles of Württemberg it was no secret that the technical visionary and party official, that built a technically innovative cement factory with almost no personal capital in 1939 in Dotternhausen by exploiting oil shale deposits, belonged to the main beneficiaries of the politics of Aryanization in Württemberg. 97.5% of the capital that made a successful business man and “company operator“ out of the drop-out and regional official came from illicit accounts, which the regional administration had invested within the framework of the Aryanization of Jewish property since 1937. The misuse of power went unnoticed neither by the inner party critics right up to the top of the Reich Security Central Office nor by the Württemberg industry, where it was surmised, that “Aryanization also has its good side. The faster these people become capitalists, the faster industry will come to peace.“

Complaints about corrupt practices and “parvenus“ amongst the political leaders were widespread, as was reported repeatedly since the beginning of the Third Reich in the reports of the SPD’s exile organisation and the journal entries of Joseph Goebbels. However although corrupt practices questioned the legitimacy of political leadership there were no effective counter-measures until the collapse of the NS regime.

Based on the examples of Aryanization practices in Württemberg my contribution will discuss in how far contemporary speculations of ambitious profiteers in pursuit of career and profit offer a sufficient explanation for the spread of corruption in the ’Third Reich’, or whether structural reasons in particular were responsible for the especially intense occurrence of corruption as a part of Aryanization.

Furthermore, the problems will be exposed as to what compliance after 1945 was attributed to the trial courts of political corruption within the framework of the Aryanization debate.

There is virtually no research up to now about this in particular.

« Entre intérêts privés et intérêt public, la figure de l’architecte municipal dans l’Espagne franquiste », par Céline Vaz, université Paris Ouest Nanterre La Défense, IDHE,

La perméabilité des autorités franquistes aux intérêts économiques a été l’objet d’un mécontentement populaire croissant dans les dernières années de la dictature de Francisco Franco (1939-1975), qui a participé, au côté d’un faisceau d’autres causes, du désir de changement vers un régime démocratique.

Cette contribution se propose d’étudier les conditions qui ont favorisé à l’échelle locale le libre jeu des intérêts fonciers et immobiliers sous le régime franquiste. L’identité existante entre ces intérêts et les édiles locaux, compte tenu de liens interpersonnels pouvant les unir, apparaît comme une des raisons évidentes de celui-ci mais elle reste difficile à saisir faute de sources. Cette étude se propose de décaler le regard et de s’intéresser à une figure peu sinon pas étudiée jusque-là, celle de l’architecte municipal, qui s’avère dans bien des cas au cœur de réseaux d’influence unissant les intérêts immobiliers et l’administration locale.

Pour comprendre cette confusion des genres, il faut souligner que le titre d’« architecte municipal » recouvre, au cours de la période considérée, et dans le prolongement du xixe siècle, des réalités très différentes. Les professionnels qui exercent ces fonctions à plein temps et qui ont le statut de fonctionnaire sont rares. On les trouve dans les grandes villes où les services techniques municipaux ont un certain développement. Dans les petites villes, sans parler des villages où le poste d’architecte municipal n’existe tout simplement pas, un architecte est habituellement nommé pour occuper cette fonction, mais il l’exerce de façon ponctuelle et, compte tenu de sa faible rétribution, il est autorisé à exercer par ailleurs son activité à titre libéral.

Dans un contexte immobilier atone, cette dernière configuration, porteuse potentiellement d’un conflit d’intérêt, pose des difficultés à la marge. Ceci explique qu’elle reste mal réglementée d’autant que la création des collèges professionnels, chargés de l’autogouvernement du groupe professionnel, s’avère récente puisqu’elle remonte au début des années 1930. Avec le boom de la construction immobilière, à partir du milieu des années 1950, le caractère problématique de cette confusion entre mandat public et activités privées émerge ouvertement. Des architectes municipaux se retrouvent être les principaux protagonistes d’un trafic d’influence de fait qui, en l’absence de règles définissant clairement les incompatibilités d’exercice, s’avère néanmoins « licite ». L’étude de villes de la périphérie de Madrid connaissant une forte croissance urbaine démontre comment ces architectes deviennent le relais des intérêts des promoteurs immobiliers qui comptent parmi leurs clients et comment leur fonction publique favorise leurs propres activités privées au point qu’ils règnent sans partage sur la commande d’architecture locale. Cette concentration de la commande de plus en plus problématique avec l’arrivée sur le marché du travail de promotions fournies de jeunes architectes et ses effets architecturaux – uniformité, densification, voire médiocrité du bâti –  jettent le discrédit sur le groupe professionnel et conduisent celui-ci à se saisir du problème et à édicter des règles plus claires réglementant la fonction d’architecte municipal à partir des années 1970.

En s’intéressant aux architectes municipaux et non aux élites politiques locales, cette contribution vise à dépasser l’imputation des cas de corruption à la seule nature non démocratique du régime franquiste et à étudier les pratiques d’influence et de faveur, et l’évolution de leur perception, à la lumière des changements profonds qui s’opèrent en Espagne au cours de la dictature tels l’essor économique et l’urbanisation accélérée qui bouleversent le fonctionnement de l’administration locale et les conditions de l’exercice professionnel des architectes.

“The Democratization of Corruption: how the phenomenon adapts from authoritarian to democratic contexts”, par Luis de Sousa,(ICS-UL, Lisbonne) et Marcelo Moriconi Bezerra, (CIES-ISCTE, Lisbonne),

The main objective of this study is to understand the phenomenon of corruption in different political regimes and determine how the opportunity structures have changed and adapted from authoritarian to democratic contexts. Some forms of corruption are of a structural nature and invariable with regard to the type of regime, whereas others have emerged and expanded as a consequence of democratization and the inevitable growth and complexity of state intervention. The study focus on the Chilean and Portuguese cases and tries to develop a general framework of analysis on how corruption actors, resources and exchanges evolve in response to changes in the nature of the regime. In order to understand the role of corruption in the daily life of people across regimes, the study looks at the major contextual social, economic, institutional and normative changes and how these affect the interaction between citizens and their political and administrative institutions. The research will define four periods for each authoritarian regime: Ascendancy, Consolidation, Softening (spring period) and Decay. Each of these periods will offer different opportunity structures for corruption and different cultural/moral constraints to its occurrence. In the case of Portugal, the historical analyses of Braga da Cruz (1988) and António Costa Pinto (1996) indicate different phases of the Estado Novo. The degree of ideological cohesiveness, organizational stability, social order and governability, the type of leadership and the nature and scope of changes in the political economy account for variations of opportunity structures and cultural/moral constraints across the different periods. The same can be said with regard to Chile, the different phases of Pinochet’s dictatorship until the establishment of democracy in 1990 will offer different opportunity structures for corruption and different cultural/moral constraints to its occurrence. The actors, mechanisms and processes of corruption identified during the authoritarian regimes will be contrasted with the new dynamics raised by democratization and electoral competition. The analysis of corruption during the democratic periods (transition, consolidation and post-consolidation) will also display different factors explaining its occurrence. Our hypothesis is that certain types of occurrence have prevailed throughout the different authoritarian and democratic periods whereas other types of corruption are intrinsically linked with the electoral game, the increased complexity of the democratic state of law (which is fundamentally a welfare and regulatory state) and the complex relationship between the public and the market spheres.

« Anatomie du pot-de-vin. Normes et pratiques des échanges corrompus dans l’Italie de Tangentopoli », par Jean-Louis Briquet, CNRS, CERI

Les scandales politico-financiers qui ont secoué l’Italie dans les années 1990 (Tangentopoli) ont permis de disposer d’une abondante documentation (procédures judiciaires, témoignages de protagonistes, déclarations publiques, enquêtes journalistiques ou parlementaires, etc.) concernant les formes et les acteurs des échanges corrompus (pots-de-vin, collusions politico-mafieuses, fonctionnement de « comités d’affaires »). En s’appuyant sur une partie de cette documentation (enquêtes pénales du parquet de Milan et de celui de Palerme ; témoignages, « confessions » ou justifications de personnes impliquées dans des affaires de corruption ; écrits de magistrats), on se propose de décrire les mécanismes de tels échanges et les normes officieuses qui les régissent. Deux aspects seront privilégiés : l’insertion des échanges corrompus dans un système élargi de distribution de faveurs (constitution et entretiens de réseaux d’influence et de clientèle) au sein des partis et en direction de certains électeurs ; l’encadrement de ces échanges par des règles pratiques (obligations contractuelles implicites, tactiques officieuses de la compétition politique) et normatives (impératifs de loyauté et de solidarité, morale domestique des liens politiques personnalisés) à l’intérieur des cercles de connivences où se déroulent les transactions illicites. En s’attachant plus particulièrement à ces deux aspects, il s’agira de montrer comment se construit, au sein d’espaces officieux (groupes d’interconnaissance, cliques partisanes, réseaux locaux de la mobilisation électorale) la « normalité », voire la légitimité, des échanges corrompus chez ceux qui en sont partie prenante, en référence à des systèmes de normes et de justification alternatifs à ceux de la morale civique (sans pour autant en être exclusifs). On s’attachera également à la manière dont est gérée la dualité entre ces deux systèmes normatifs, officiels et officieux, dans des situations routinières (sous la forme d’un « secret public ») et dans des situations de dénonciation et de scandales (qui amènent les acteurs incriminés à produire des discours inédits de justification de leurs conduites, en revendiquant notamment le caractère généralisé des transgressions qui leur sont reprochées)

« La territorialisation de la corruption urbaine en Espagne » par Nacima Baron Yelles, Université Paris Est,

Préambule / avertissement :

Cette proposition de communication émane d’un enseignant-chercheur en Géographie spécialisé dans l’étude de l’Espagne contemporaine et plus précisément dans l’analyse de l’évolution des dynamiques politiques et territoriales de ce pays.

1. Trois caractéristiques importantes pour la proposition de  communication :

la communication possède une profondeur historique limitée, mais s’inscrit dans la perspective de l’évolution institutionnelle et politique de l’Espagne démocratique (depuis 1975). Ce relatif manque de recul historique sera compensé par une analyse minutieuse de l’évolution présente des relations entre corruption et politique dans les quinze dernières années  (depuis 1996, à savoir les mandats de José Maria Aznar, parti populaire, et de José Rodriguez Zapatero, Parti socialiste, jusqu’à nos jours).

La communication s’inscrit dans un champ de recherche positionné au croisement de la science politique espagnole (Romero J, 2006) et de l’urbanisme (Borja J., 2009). Elle s’inscrit dans un courant de réflexion à la fois ancien et en même temps profondément renouvelé, dont les échos dans l’opinion publique et dans les médias sont très importants, notamment depuis l’explosion de la bulle immobilière en 2008.

La communication est marquée par une focalisation sur la « territorialisation » du phénomène étudié : il s’agit non seulement d’observer la répartition des cas de corruption dans l’espace géographique, en expliquant les inégalités dans la distribution de ce fait géographique, mais de problématiser, dans le cas espagnol, la relation entre la situation sociale, économique et politique de certains territoires et l’émergence de cas de corruption importants. Nous faisons l’hypothèse qu’en Espagne, la relation au territoire des agents (des acteurs et des publics dénonciateurs de la corruption) joue un rôle majeur dans la définition de celle-ci. Ceci est lié de notre point de vue à certaines caractéristiques de la production immobilière dans ce pays et à la nature des liens entre pratiques de l’urbanisme et pratiques de corruption (Nieto A., 2008).

2. Proposition de traitement problématique de la communication

L’un des questionnements de l’appel à communication insiste sur le fait qu’il n’existerait pas de constante anthropologique ni politique dans la notion de corruption, mais qu’il faut étudier cette notion en lien avec la dimension située, culturelle, et historique de chaque trajectoire historique nationale.

Notre réflexion consiste à interroger cette perspective « situationniste » du point de vue territorial. Chacun sait combien la construction politique de l’Espagne démocratique s’appuie sur un savant équilibre entre unité et pluralité : on parle d’« une nation de nations » en reconnaissant l’ampleur des droits accordés aux communautés autonomes. Il découle de ce principe que la lecture et la réception de la norme n’est pas comprise de manière univoque dans ce pays, et donc que ce qui constitue – ou ne constitue pas – déviance à l’égard de la norme admet aussi des variations. Cette « variabilité » spatiale de la définition de la corruption en Espagne est au cœur de la communication. Nous voulons expliquer comment la corruption urbaine des quinze dernières années, celle qui s’est développée dans le sillage de l’essor immobilier des années 2000, se nourrit d’une diversité effective dans les pratiques politiques, mais aussi de niveaux d’acceptation politique variables de la part des opinions publiques régionales ou locales et de stratégies de mise en avant des scandales également inégales (par les médias ou par des groupes sociaux spécifiques).

3. Esquisse de thématiques abordées dans le traitement de la question

L’auteur ne cherche pas produire une typologie exhaustive ni à décrire la totalité des styles territoriaux qui affectent les pratiques de corruption en lien avec l’urbanisme (on peut renvoyer à des travaux sur les représentations du clientélisme ou des systèmes de réseaux dans telle et telle communauté autonome). L’enjeu n’est pas régionaliste, mais il renvoie à des types de représentations du territoire et de la construction du cadre politique. Loin des clichés sur Marbella, ce sont surtout les plus petites communes, celles dont les édiles se perçoivent comme « loin du centre », qui invoquant un système centre périphérie, développent des systèmes de fonctionnement que l’on peut qualifier de déviants.

L’enjeu est donc de souligner :

que la co-construction effective de la notion de corruption (à travers le développement de certaines pratiques et de certaines conditions de réception sociale) se lit en interaction constante avec la manière dont les territoires envisagent leur position et leur relation au « centre » (en tant que centre géographique, pouvoir central, et centre producteur de normes).

que cette « territorialisation » de la corruption urbanistique est l’une des explications du paradoxe (développé par S. Kurer) qui veut que la dénonciation du phénomène n’ait pas de réel impact sur la vie politique et sur l’évolution des pratiques de production urbanistiques.

Une illustration spécifique de cette logique d’impuissance politique (effets limités ou négatifs de l’indignation et de la contestation; incapacité de légitimation réelle d’un mouvement anti-corruption) sera proposée autour de l’analyse de la situation prévalant dans la communauté valencienne. On y soulignera les deux volets de ce système de territorialisation. Du côté des pratiques  (pratiques des acteurs professionnels de l’urbanisme à l’égard du monde politique) et du côté des acteurs, des vecteurs et des lieux de la dénonciation (mécanismes de mobilisation et d’indignation, rôle des communautés étrangères résidentes).

NB : La communication peut s’insérer dans une lecture historique plus longue, qui remet en perspective l’articulation entre l’émergence démocratique et la mise en œuvre des programmes de développement (construction et offre touristique).

Pour l’Espagne, on peut citer :

Colloque « L’urbanisme, la démocratie et le marché. Une expérience espagnole (1970-2010) », Coord. : Laurent Coudroy de Lille, Céline Vaz, Charlotte Vorms Org. : Université Paris-Est Créteil Val de Marne – UPEC, Casa de Velázquez, Escuela Técnica Superior de Arquitectura de Madrid (publication en cours)

Journée d’études ­ 4 juin 2010, Croissance et modernisation des villes et nouvelles cultures urbaines, organisée par laboratoire CRIMIC – Université de Paris – Sorbonne Paris IV.

Esquisse bibliographique:

Baron-Yellès Nacima, 2009, Atlas de l’Espagne, une métamorphose inachevée ? Paris, Autrement, 90 p.

Baron-Yellès Nacima, 2010, L’Espagne aujourd’hui de la prospérité à la crise, De Boeck collection Supérieur, Louvain, 123 p.

KURER Simon 1993, Clientelism, corruption, and the allocation of resources, Public Choice 77: 259-273.

Loyer Barbara, 2006, Géopolitique de l’Espagne, Paris, Armand Colin, 344 pages.

Négrier Emmanuel, Tomàs Mariona, 2009, « Qui a peur de la différenciation territoriale ? L’Espagne des autonomies » Pouvoirs locaux, numéro 83, tome IV/ décembre 2009)

Pellistrandi Benoît, 2006, « L’Espagne et sa pratique démocratique », Études 2006/7-8, Tome 405, p. 21-31.

Montalvo José Garcia, 2009, De la quimera inmobiliaria al colapso financiero, 2e edicion, antoni Bosch Ed.

Vorms Charlotte, 2009, « Surproduction immobilière et crise du logement en Espagne », Etudes Foncières, n° 138, mars-avril 2009, p. 21-26.

Nieto Alejandro, 2008, El desgobierno de la publico, Barcelona, Ariel, 351 p.

Roger Fernández Gerardo, 2007, « Las peculiaridades del modelo urbanístico español: la especulación legalizada del suelo », Fundación César Manrique, Lanzarote, 26-28 septembre 2007.

Sands, J. (2007) « Organized Crime and Illicit Activities in Spain: Causes and Facilitating Factors », Mediterranean Politics, Vol. 12, No. 2, pp. 211-232


[1] Archives Départementales des Alpes Maritimes 025 J 0273

[2] Le premier volet de ma recherche sur l’émergence des partis politiques roumains a examiné la signification du terme « parti » et son appréhension comme « faction » au sein du parlement et dans la presse pendant la période antérieure à la constitution de la forme nouvelle et moderne des deux partis, libéral et conservateur (après 1880), Silvia Marton, « ‘Faction’ ? ‘Coterie’ ? ‘Parti’ ? L’émergence des partis politiques roumains au XIXe siècle », in Silvia Marton, Anca Oroveanu et Florin Țurcanu (sous la direction de), L’État en France et en Roumanie aux XIXe et XXe siècles, Actes du colloque organisé au New Europe College – Institut d’études avancées les 26-27 février 2010, 2011, pp. 85-138.

[3] C’est le même prince, Alexandru Ioan Cuza (1820-1873), qui fut élu en janvier 1859 dans les deux principautés de Valachie et de Moldavie. Cette double élection a été vue à l’époque comme la victoire de la politique libérale nationale, unioniste et patriotique. En septembre 1859, les puissances garantes ont reconnu la double élection et l’union des deux provinces pour la durée de la vie de Cuza. Cuza entreprend l’unification administrative et légale du nouvel État et une série de réformes (sécularisation des terres des monastères, réforme agraire, réforme de l’armée, loi électorale, Code Civil, centralisation administrative, etc.). Mais il n’est pas populaire, et cela va crescendo, surtout après que le 2 mai 1864 il ait organisé un coup d’État et se soit attribué les pleins pouvoirs. Il est renversé par un coup d’État pacifique réunissant conservateurs et libéraux et abdique en 1866. Son successeur, le prince de Hohenzollern-Sigmaringen (1839-1914), est proclamé prince sous le nom de Charles Ier en 1866, mais juridiquement la Roumanie reste dépendante de la Porte ottomane (même si l’union est reconnue par les grandes puissances).

[4] La crise d’Orient de 1875 à 1878 permet l’indépendance. En mars 1881, la Roumanie devient royaume.

[5] Michel offerlé, « Capacités politiques et politisations : faire voter et voter, XIXe-XXe siècles » (1), Genèses 2007/2, n° 67, pp. 131-149.

[6] Dans le sens de l’approche de Frédéric Monier, La politique des plaintes. Clientélisme et demandes sociales dans le Vaucluse d’Édouard Daladier (1890-1940), La Boutique de l’Histoire, Paris, 2007.

[7] Cf. l’approche de Jean-Louis Briquet et Frédéric Sawicki (dir.), Le clientélisme politique dans les sociétés contemporaines, postface de Jean-François Médard, PUF, Paris, 1998.

[8] Le comportement des deux partis roumains et le recours au patronage est le même que celui des partis de l’Espagne, de l’Italie et du Portugal analysés par Martin Shefter, Political Parties and the State. The American Historical Experience, Princeton University Press, Princeton, 1993.


[JOURNÉE DOCTORALE] « Corruption et faveurs : approches comparées », Université d’Avignon

Vendredi 18 novembre 2011

Lieu : Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, 74 rue Louis Pasteur, 84 029 Avignon, , Site centre-ville. Bt Nord. Salle 2W35)

 Journée doctorale franco-allemande en histoire contemporaine.

Cette journée d’études est consacrée à la présentation de leurs recherches en cours, par des doctorants allemands et français impliqués dans le programme de recherches POC/K – « Politique et corruption/Politische Korruption », soutenu par l’ANR et la DFG (agence allemande de la recherche).

Coordonné par Jens Ivo Engels, professeur à l’université de Darmstadt, et par Frédéric Monier, professeur à l’université d’Avignon et membre du Centre Norbert Elias, ce programme de recherche vise à associer des doctorants français, des universités d’Avignon et de Metz, à des doctorants allemands, des universités de Darmstadt et de Francfort (s. Main), autour d’objectifs de recherche communs. Il s’agit d’étudier la genèse et les évolutions des phénomènes relevant de la corruption politique depuis le début du XIXe siècle, jusqu’au milieu du XXe siècle, des deux côtés du Rhin.

Les présentations par les doctorants alterneront avec des discussions. Ces débats seront animés par Christophe Prochasson, directeur d’études à l’EHESS, membre du CRH (le matin), et par Giorgio Blundo, maître de conférences à l’EHESS, membre du Centre Norbert Elias (l’après-midi).

Cette journée est ouverte aux doctorants du Centre Norbert Elias, ainsi qu’aux étudiants inscrits en master d’histoire.

Lire la suite

[COLLOQUE] Faveurs et politique dans l’Europe contemporaine (19e-20e siècles)

Colloque de Metz, 4 et 5 octobre 2012

Le programme détaillé est également accessible.

Colloque de Metz, 4 et 5 octobre 2012 : « faveurs et politique dans l’Europe contemporaine »

Jeudi 4 octobre 2012

9h30- Introduction- Olivier Dard (université de Metz, CRULH)

L’économie politique des faveurs: normes publiques et pratiques privées – Politische Begünstigung: Normen und Praktiken- The political economy of favors: public standards and private practices

9h45-« Enjeux du clientélisme sous le Premier Empire : ambiguïtés des faveurs dans le cursus honorum d’un notable. Le cas de François Tonduti de l’Escarène », par Adeline Beaurepaire-Hernandez, université Paris IV Sorbonne,

10h15-« Traditions clientélistes, pratiques des faveurs et corruption en Rhénanie française sous le régime napoléonien », par Pierre Horn, université Paris IV et université de la Sarre,

10h45- Discussion

11h – Pause

11h15- « Faveurs et recommandations dans les administrations au début du XIXe siècle : France, Bavière et Prusse », par Robert Bernsee (université de Darmstadt) et Jonathan Barbier (université d’Avignon, CNE),

11h45-« Patronage, représentation, élection : la Roumanie pendant la seconde moitié du XIXe siècle », par Silvia Marton, université de Bucarest,

12h15- Discussion

12h30- Déjeuner

14h- “Electoral Corruption in Transylvania in the Second Half of the Nineteenth Century”, par Judit Pál, université Babes Bolyai, Cluj (Napoca),

14h30-« Political fraud and national minorities in Hungary. The case of the Romanians : 1869-1910 », par Alexandru Onojescu et Ovidiu Iudean, université Babeş Bolyiai, Cluj (Napoca),

15h–« Les permanences parlementaires en Belgique et en France, 1880-1940 : sites de corruption ou sites de politisation ? »  par Marnix Beyen, université d’Anvers,

15h30- Discussion

15h45- Pause

16h-« Corruption ou système d’échange local ? Des normes en concurrence pour la définition de la légitimité électorale », par Nathalie Dompnier, université Lyon 2,

16h30-« La recommandation comme pratique de l’élu, l’exemple du département de la Meuse sous trois Républiques », par Julie Bour, université de Metz,

17h- Discussion

Vendredi 5 octobre 2012

Les réseaux d’influence: patronages, clientélismes et intérêts- Netzwerke der Macht: Patronage, Klientelismus, Interessenpolitik- The networks of influence: patronage, clientelism and interests

9h30- Présentation de la journée (état des débats)- Jens Ivo Engels (université de Darmstadt)

9h45-« Political blackmail, personal influence and corruption in the international arms trade. War business in the ottoman market (1876-1909) », par Naci Yorulmaz, University of Washington (Seattle),

10h15-« Unternehmerische Einflussnahme und Erfolgsstrategien in der österreichisch-ungarischen Kriegswirtschaft und ihre Diskussion in der Öffentlichkeit (1914-1918) », («l’influence des entrepreneurs et leurs stratégies dans l’économie de guerre austro-hongroise : les discussions publiques (1914-1918)», par Tamara Scheer, université Andrássy de Budapest,

10h45- Discussion

11h – Pause

11h15–“Corruption as a political instrument in the discourse and the practices of right-wing groups: France and Germany after 1919”, par Anne-Catherine Schmitt (université de Metz, CRULH) et Annika Klein (université de Francfort/M),

11h45-« Aryanization, corruption and elites in Nazi Germany », par Cornelia Rauh, université Leibniz de Hanovre

12h15- Discussion

12h30- Déjeuner

14h-« Entre intérêts privés et intérêt public, la figure de l’architecte municipal dans l’Espagne franquiste », par Céline Vaz, université Paris Ouest Nanterre La Défense, IDHE,

14h30-“The Democratization of Corruption: how the phenomenon adapts from authoritarian to democratic contexts”, par Luis de Sousa, (ICS-UL, Lisbonne) et Marcelo Moriconi Bezerra, (CIES-ISCTE, Lisbonne),

15h-Discussion

15h15- Pause

15h30-« Anatomie du pot-de-vin. Normes et pratiques des échanges corrompus dans l’Italie de Tangentopoli », par Jean-Louis Briquet, CNRS, CERI

16h-« La territorialisation de la corruption urbaine en Espagne » par Nacima Baron Yelles, Université Paris Est,

16h30- Conclusion- Christophe Prochasson (EHESS, CRH-AHMOC)