[JOURNÉE D’ÉTUDES] Patronages et clientèles politique en Europe, Avignon, 4 mai 2016

Les patronages et les clientélismes politiques à l’époque contemporaine (XIXe et XXe siècles) constituent un phénomène historique souvent placé au second plan. Cette situation est paradoxale. En effet, les patronages aristocratiques des sociétés d’Ancien Régime, et les systèmes des favoris princiers ont fait l’objet de recherches anciennes et nombreuses. Il existe des travaux monographiques, réalisés dans un cadre national, mais aussi des études comparatives, à l’échelle européenne, sur ces jeux de pouvoir et ces médiations sociales inégalitaires, qui unissent des puissants à leurs protégés.

D’un autre côté, la période la plus récente, depuis la seconde moitié du XXe siècle, a elle aussi fait l’objet de multiples recherches en sciences sociales. L’anthropologie et la sociologie politique ont éclairé les mécanismes qui régissent les liens de clientèle, entre élus, fonctionnaires, groupes d’intérêt et simples électeurs. Les études monographiques ont souvent privilégié l’aire culturelle méditerranéenne, de même que plusieurs études collectives comparatives. L’Europe du Sud a été le théâtre privilégié de ces travaux, où le clientélisme est envisagé comme un frein au développement, ou, au contraire, comme une modalité de la modernisation politique.

En revanche, la question des processus de transformation et des ruptures historiques entre les patronages aristocratiques anciens et les clientélismes actuels a inspiré peu d’études. Les chercheurs italiens et espagnols ont apporté de nombreuses réponses à ces interrogations, mais dans une perspective avant tout nationale, ou régionale, et pour des périodes particulières : l’Espagne des années 1870 à la crise des années 1930, l’Italie libérale du Risorgimento à la Grande Guerre. Des études ponctuelles ont été entreprises dans d’autres pays, surtout la France et, dans une moindre mesure, le Portugal et la Grande-Bretagne. L’absence d’études comparatives, à l’échelle européenne, a empêché jusqu’ici de proposer une interprétation globale du phénomène.

Cette journée d’études est conçue comme une contribution à ces recherches comparatives à l’échelle européenne. Il s’agit en particulier de discuter d’une hypothèse scientifique, avancée dans des programmes de recherche récents, sur les liens entre politique de clientèles et de faveurs d’une part, et d’autre part corruption et favoritisme. Cette hypothèse pose que la corruption, apparue comme question politique à la fin de l’ère moderne (XVIIIe siècle), correspond à des perceptions critiques des liens de pouvoir intéressés entre patrons et clients, mais aussi entre membres des élites.

Cette journée doctorale réunit des étudiants doctorants et des jeunes docteurs de quatre pays (Allemagne, Belgique, France et Roumanie). Elle est organisée par deux jeunes chercheurs du centre N. Elias (UMR CNRS 8562), Nathan Brenu, doctorant en histoire moderne, et Nicolas Maïsetti, docteur en sciences politiques, post-doctorant (et chercheur associé au LATTS). Elle s’inscrit dans le cadre de deux programmes de recherche internationaux : le programme « Politique et corruption » (POCK2), financé par l’agence nationale de la recherche française et son homologue allemande, ainsi que le programme « Corruption politique » (CorPo), financé par l’Institut français en Roumanie et l’agence nationale de la recherche roumaine. L’une des intervenantes bénéficie d’un voyage d’études aidé par le fonds de la recherche scientifique en Flandres. Cette journée est soutenue par le centre N. Elias (UMR CNRS 8562), équipe HEMOC.

Programme

  • Matin (9h-12h30)

Présentation par Frédéric Monier, Université d’Avignon, Centre Norbert Elias

Modérateur : Martin Meinier, Université d’Ottawa, CIRCEM

Nathan Brenu, Université d’Avignon, Centre Norbert Elias

Bogdan Mateescu, Institut “N. Iorga”, Académie roumaine.
« La corruption en Valachie: entre violation du pouvoir légitime et modéle patriarcal de gouvernement (1830-1860) »

Andrei Sorescu, University College London, School of Slavonic and East European Studies
« Manie des Fonctions à la Roumaine: Mid-Century Anxieties, Professionalisation and Bureaucratic Proletariat »

Christophe Portalez, Université d’Avignon, Centre Norbert Elias
« Patronages et clientélismes autour d’Alfred Naquet, entre pratiques quotidiennes d’un parlementaire et discours d’un homme politique radical »

  • Après-midi (14h-17h)

Modérateur : Cesare Mattina, Aix-Marseille Université, LAMES

Karen Lauwers, Université d’Anvers

« Democratization from below ? The impact of the First World War on the direct interactions between MPs and ‘ordinary citizens’ in (Belgium and) France, ca. 1910-ca. 1930 »

Julie Bour, Université de Lorraine-Metz
« La commission des marchés et spéculations de guerre (1920-1928) »

Volker Köhler, Université technique de Darmstadt
« Democratic Patronage or Political friendship? Reflections on the curious lack of electoral engineering among Weimar Germany’s entangled political elite »

Nicolas Maisetti, Centre Norbert Elias
« L’affaire de l’Urbaine immobilière à Marseille. Corruption de fonctionnaires et économie politique de la production urbaine dans les années 1960 »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *